26 janvier 2010

MEDARD, HEYMANS... OUT

Retour aux pâtis
Si causons plus trop rugby à proprement parler, disons des bastons directes, c’est qu’attendons le Tournoi. Pas du tout planqué cependant, posture adipeuse, rien de jus, à compter les bûches dans la cheminée sans participer à son alimentation.
Non non !!! Pas notre genre ce rien hibernatif à farniente... restons actif, en prépa pour tout dire. Muscu du bulbe, pompes des doigts... entretien du julot, on affermit les cuissots, on transpire de vraies gouttes... on sue du jus. Et puis, régime minceur. Courses aux mâtines... fraîches on opine... on monte à l’assaut des monts, boit l’eau pure au sommet et cent fois sur le métier remettons... les derniers, zouvrages... zoutrages, selon. Puis roboratif, dégustation, desserts... tartes aux poils, philo des dames... !!!
Bref on colle toujours au pâtis.
Il ne sera pas dit que le Pilier entame sa quatrième saison à la légère.

Avons eu vent des trente cocottes sélectionnées pour Marcoussis.
Devant, plutôt bien, même si manque Barcella... Milo, Imanol, Dusautoir, Piccamoles... etc toussa, c'est bien...
Derrière un peu misère !
Toujours pas d’ouverture... 10 ans d’EDF sans 10, ça commence à nous taper sur le système... On sait ce que ça donne, on pourrait presque dessiner les matchs à l’avance, sentir l’incomplétude. On échappe à l’éternel futur grand joueur Michalak... c’est déjà ça... mais pas de quoi sauter au paf pour autant. Trinh Duc n’a pas la vision d’un dix... surtout pas de pied !!! On ne peut pas se contenter de ça de nos jours ! Le demi de mêlée est sympathique mais un peu léger... merci Dupuy !!! Les centres on connaît... Jauzion, Marty... pas la grande classe... le plomb...s'entendent pas comme lardons ces deux... bon, les autres sont blessés... puis Bastareaud est là... en forme dit-on... c'est bien mais manque un grand classique au centre, nom d'un petitbonum !!!
Fritz ? Pas gentleman le gazier parait-il, ceci expliquerait même son absence lors de la précédente CDM. Devrions sans doute reconsidérer nos propos d'alors... mais comme ne sommes pas dans ces arcanes là, savons pas... on se contente de ce qu'on a en face, de ce qu'on voit... ya suffisamment à faire.
Des ailes sans Heymans ??? Tiens tiens ??? Retour de Rougerie ????? Ouarf, la trouvaille !!!
Poitrenaud ? On connaît, ne progresse pas vraiment, comme le disions, trop jeunot... ne prend pas de plomb, de tête... manque d’assise... peut faire du bon... puis la couffe juste après... n’a pas suivi nos conseils, on voit le résultat.
Pas de Médard... pourquoi ? Pas au top ? A notre avis, vont le bousiller ces empafs avec leurs mimiques, leurs tactiques foireuses de motivation.

Avons entendu Lièvremont se justifier de ci, faire la prudente de là, dire qu’untel est très bien mais qu’on préfère l’autre... patati, tartine et tata. Pas de vrais meneurs ces entraîneurs... sont mous, pas assumeurs, baratinent, parlotent de travail depuis trois ans, de préparation mais ne finalisent jamais rien, n’ont rien construit... justifient tout de façon foireuse... font douter les gaziers... pas de stratégie, pas de système...  
La plaie, la vraie c’est l’incompétence.
On sent ça dans la com, prétend ici que les gaziers du pâtis y sont, mais faut les tenir, les diriger, leur proposer du solide, les contraindre tout en jouant sur leurs singularités, les rassurer, les laisser s’exprimer dans un cadre bien défini... pas dire simplement allez-y jouez (quand on leur dit)... soyez spontané... modèle type de double contrainte qui empêche tout mouvement. Et là, question double bind, comme on dit en Anglais, on en connaît un champ colossal de figures stupides. On passe sur les discours entendus du genre  
« zêtes en intérim » « rien n’est sûr » « faudra voir ». Ça y’en a du y faut y faut y faut....  
Ya que ça !!!! Non non, jamais du sûr dans l’intention, pas de vision, ya personne à la direction, on sent bien ça... pas de grands généraux en tout cas, de Napo... de Woodward, de Graham Henry... de Jack White... mais des amigos peinardos qui panent nib mais sont là... disent tout le temps on est en prépa, 
on est en prépa bla bla...
se contentent de ça et basta !
© Le Pilier

23 janvier 2010

HOT DJANGO


Pas du toc
Le prétexte est bidon mais l’hommage est toujours bienvenu quand il s’agit de big masters... de gros zacabits... rois du swing en l’occurrence... uniques... intouchables... Django et son oiseleur de violon Stéphane Grappelli. Pas fait mieux dans le genre... aucun sectateur contemporain ne swingue sur les cordelettes avec quatre doigts comme Django avec deux... quel toucher, quelle classe le manouche... et la pompe aussi... oh oh la pompe... non là ya rien à ajouter, juste mater la vidéo, ouvrir les salades... tenez, déjà les guiboles s’affolent, ça vibre des cuissots... c’est du Django !!!
En sus savaient composer les gaziers, pas comme today... du très Hot club de France à cette époque... pas des Mickey de cirque qui tricotent toute allure mais n’ont aucune densité, aucun feeling, aucune savante idée... des mécanistes, des singeurs, des riens... y’en a pléthore des affreux dans le genre de nos jours... des ravageurs de swing justes bons à plaire aux béotiens de Nice R... et leurs acolytes de couacs ! Clac !
Non, le père Django Reinhardt, dont on fête aujourd’hui le centenaire de la naissance, est d’une autre épaisseur... légère, légère... avec des notes qui jouent à saute temps... des guirlandes sonores... pas remuées d’une ride et pourtant et pourtant... ya lurette Paulette, mais on n's'en lasse pas.
Domptée par le talent, chaude toison du temps inonde encore et se répand... Pan Pan ! Gasp ! Hop ! Et zélés faons !
© Le Pilier

22 janvier 2010

O'BAGNE ET BOULETS

Yakapa gagnant
Attoub a déjà tâté du tribunal pour un geste similaire, selon les infos qui traînent. Ben mon lapin, ça pitoie* l’autour avec son lacrymal atout, mais ne dit pas tout.
Pas la même musique là... Si vrai bien sûr... on rigole pas avec les règles ma poule... une récidive ? Pas de quartier !
A Cayenne et fissa... à compter les pavés... boulets aux zarpions, cours de maintien, d’éthique et de droit pour bien connaître la loi...
Hop et zou les fers !
Avons jadis connu un gazier tataneur qui mis au rebus deux ans faisait l’innocente et frêle victime, après avoir piétiné un adversaire sur le blair qui pour le coup fut délesté de trois ratiches, ribota à la paille pendant deux mois, des purées et des jus. L’autre cherchant soutien de l’entourage, geignant bien, l’œil humide, la chopine moussante, fidèle, excusée par la plainte et le blues taraudeur d’être un peu trop là, bref était convaincant. Si n’avions pas vu faire le gus, aurions pu croire à l’injustice d’autant que la feinte innocence du buveur aimantait l’entourage copain, tous prêts à lui valider l'auréole... de petit saint !
Attoub n’a pas fait couler le raisin, c’est un fait, mais ce genre de geste est prohibé, dangereux, indigne d’un pro gazier, inacceptable et point basta !   
Si on déroge, 
on assume, on s'amende !
On ne demande quand même pas aux gonzes des pâtis de barjoter sur les calculs différentiels, de jongler tous les jours avec les intégrales de Fourier... de réfléchir sur les équations de Lagrange, de faire la démoniaque démo qu'il n'y a pas de nombres entiers, trop musclés, non nuls x, y et z, copains comme cochons tels que : x puissance n, plus, y puissance n = z super puissance n... dès que n est un entier strictement supérieur à 2 !!!! Alors ???
Un pousseur de joug pro doit connaître les règles et les respecter... pas sorcier non ? C'n'est pas la Légende des Siècles à savoir par cœur ou le code civilisé nom d'une pine d'aze !!!! Une châtaigne comme revers d’une carabistouille surgissant quand la patience est à bout... passe encore, limite, mais passable... c’est un geste spontané, pas moche, pas vicieux... mais la fourchette l’est ! Aussi ? 
Pilori ! Ou bagne O'Brother !
Au rugby, comme le répétons sans cesse, pas d’indulgence avec les mauvais coups !
T’es pris, t’es cuit !  
Yakapa, c’est tout ! 
*Pitoie : Du verbe pitoyer, faire le pitre en apitoyant l’auditoire... de pitoyable et mesquin... de pas bien !!!!
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.