29 juillet 2014

FINALE SUPER XV 2014

Toujours aux gazons !
Faudrait pas croire que le héros du lieu, frappé d’on ne sait quelle aboulie, aurait gentiment rangé ses bibelots pour ne se consacrer qu’à la méditation, loin des luzernes odorantes, et que le drôle, devenu las de tout, ne daigne même plus faire signe d’existence, jouant les cénobites habités de révélations outre-cosmiques, refusant même catégorique de partager ses altitudes avec ses lecteurs interrogatifs. Y croire c’est ne pas savoir ! Du tout !!! En matière de lévitation, bien qu’aussi léger qu’un Zeppelin, sommes, question pénétration, toujours aussi droit qu’un piston !!! Histoire transmission aussi généreux qu’un Juan noble Don !!! Arf !!! Abandonner aux mauvaises herbes les jardins gazonnés qui souffrent de l’été, nous ? Jamais ! Même sous le soleil ardent de Juillet ça besogne ferme… jamais une chandelle éteinte avant la fin de la partie… jamais un corps-de-garde qui ne soit satisfait de la relève… jamais un gazon qui ne soit arrosé de nos altruistes… générosités !!! Hé hé !!! Bref sommes bien là... moins bavard à peine, plus vaillant en scène !
Preuve en est, nous nous sommes aisément qualifié pour la finale du super XV bitouine les Waratahs d’Hooper & les Crusaders du père Carter… En excellente compagnie donc, avons parfait nos cuissots, travaillé la puissance du râble, élaboré des positions savantes, afin, en guise de préparation aux grandes séries d’Août, de tenir notre rang zénithal comme se doit le signifiant Pilier... tel qu’en lui-même, gaillard au grattage, comme au fourrage ! Donc toujours tête au ruck, et cette finale de samedi qui s’annonce nous verra en pleine bourre, curieux, attentif, enthousiaste, vu la teneur de l’affiche. Allons z’enfants des grands pâtis, retrouvons-nous sous le ciel d’hémisud pendant qu’en hexagonie... se passe, comme d’habitude, toujours rien ! Sinon du bla ! Arg ! © Le Pilier

23 juin 2014

AUSTRALIE VS FRANCE... ROUSTES EN STOCK

Rassurés... Sommes tout simplement Rassurés !!!! Sainte André veut se poser les VRAIES QUESTIONS (super sic)... Bravo !!! En septembre on pourra rivaliser sans problème (re-sic) Cool !!! La CDM est à portée de paluches "j'y crois ferme" (sic tout neuf) Impec !!! Ben puisque notre Sainte machin national veut se poser les VRAIES questions, avant même qu'il esquisse un semblant de rien de flanby coutumier...  on l'encourage, le soutient en lui proposant de VRAIES RÉPONSES !!! Après la dernière dérouste, il serait temps de prendre des mesures en adéquation avec les faits !!!
Primo, exil définitif... carcasses, carafes, bonnets, baluchons, pantoufles dans un pays lointain, à des kilomètres de nos pâtis... Zou Cayenne si faut, un cruchon, un croûton, une longue méditation pour Lagisquette et PSA autrement dit, démission immédiate... mise au ban... delete... radiation, rejet, rebut, annulation des tronches !!! On se sentirait déjà mieux... on y verrait plus clair. Notez qu'on dissocie Bru de cet ostracisme impératif. Avons eu l'occasion d'entendre une palabre critique et juste du gazier, sans baveuse de bois, qui reprenait en substance tous les arguments lisibles en ce blog éveillé. Bon, en même temps un ménage complet ne ferait pas de mal à notre maison tricolore ! Nos pâtis sont recouverts de pissenlits... que l'on déguste visiblement par la racine avec délectation. Une chose à dire, puisque proposons de vraies réponses, nos cocottes certes sont lessivées... mais plus encore délavées !!! Les Australiens vainqueurs des trois joutes se sont littéralement amusés lors de la dernière face à ce gruyère défensif !!!
Pour faire simple, ne sont vraiment pas bons les Bleus. Techniquement,
collectivement,
individuellement,
voire cognitivement sont bien inférieurs aux grandes nations du cuir. Notre place de septième à l'IRB en témoigne... la dégringolade n'est peut-être pas terminée. Pour pallier ce risque on se concocte donc une tournée d'automne aux petits oignons. Fidji, Argentine, Australie... pourquoi pas Namibie, Pérou, Belgique... histoire de ne pas jouter les gros mastards, de remporter minimum deux victoires, et se faire accroire que le bilan sera positif. Pas de Blacks, ni de Boks au programme. On connaît la musique. Comme cette partition que l'on répète à chaque tournée en tapant des pénalités même dominés, pour marquer trois petits points, sans jamais chercher à profiter de l'aubaine pour apprendre, mettre en place un système de jeu autre, insuffler de l'audace dans les rangs. Jamais rien de tel !!! JAMAIS !!! Sommes les seuls à agir de la sorte. Les Bifs, les Gallois ont un tout autre comportement et malgré la dernière claque pour les premiers contre les Blacks, et la défaite in extremis des seconds contre les Boks, ils progressent quoi qu'on en dise. On en causera later... à suivre donc. © Le Pilier

20 juin 2014

L'IVRESSE & LE BON GRAIN

Ben voilà... cool... les Bleus se frictionnent à 7h croissante... au beurre, pour les endormis, les naïfs, les peu du canari. Les pionceurs méritants eux, fermes détacheurs de coupons, titilleurs patentés de boulingrins... reluiseurs de castors au coup de râble assuré... les ceuss donc qui tiennent toujours promesses aux concélébrations du grand Dunlopillo estival, puisque l'été déboule plein sun, n'auront probablement pas le loisir de dessiller autre chose que les paupières... de l'amoooour !!! Arf !!! Faudrait donc plus qu'une victoire pour nous faire sursauter, plus qu'une percée pour nous faire décoller, plus qu'une simple revanche à 30 points d'écart pour nous réconcilier avec nos cocottes, trop en vacances chez les marsupiaux. En somme faudra se lever tôt pour délaisser l'ivresse et le bon grain et espérer du mieux sur le terrain !!! On se matera donc les Blacks et voilà tout. 9h30 AM pour les solides pleins de vigueurs, sachant que les Bifs ont replacé Tuilagi au centre, enfin,, reconfiguré la charnière du premier test où l'ouverture Freddie Burns nous a laissé entrevoir des qualités autres que son concurrent Farrell... Cipriani est remplaçant... à suivre idem. 
Côté Blacks, génial Conrad s'est hélas brisé le pouce en faisant de l'auto stop sur un poids lourd... de conséquences... remplacé par Malakai Fekitoa. Si la composition des équipes vous intéresse, cliquez sur ce lien qui dévoile tout. © Le Pilier

17 juin 2014

ENNUI, FORCE & FRENCH FLAIR

Pas très réactif ce Pilier après la Fanny des Bleus. Que rajouter en effet sans tomber dans l'itération coutumière, caressante et pleine d'aménité à l'égard de nos staffeuses en CDD, dont ont attends avec impatience la disparition définitive... que dire de certains, appréciant cet épiphénomène de XV jusqu'à le qualifier d'énorme gros sursaut positivement réactif ? Arf !!! Qu'il devait être beau ce temps jadis où les débordeurs d'incapacité... oups... frappés d'ostracisme, devaient abandonner la cité grecque pour n'y revenir qu'après deux lustres d'exil, c'est à dire une pleine décennie de digestion à ruminer sur le mal commis ! Bref... après le festin, la famine... comme se plaisaient à dire les outre-manchettes. Les Aussies visiblement étaient en pleine digestion, pendant que nos cocottes nationales défendaient mordicus les dernières clochettes d'orgueils qui tintinnabulaient encore dans le tréfonds de leur amour propre. Une ligne Maginot donc, sans imagination... face à des marsupiaux même pas sauteurs de bastion... aussi palots qu'un lavabo récuré au javel. Certes l'essai Australien aurait très bien pu être accordé, cela aurait probablement changé la couleur du pâtis. Qu'importe, le grand vainqueur du match fut sans contredit possible l'ennui ! Le score 6-0 tiendra lieu de preuve.
En revanche la baston qui précédait fut d'un tout autre calibre. Les Bifs une fois de plus ont bien bousculé les autochtones, même si, comme l'exprimait Sir Woodward, ce petit point qui semble minus au final de la joute, 28-27, représente une vraie galaxie d'écart... qu'il y a énormément de travail à accomplir pour atteindre cette maîtrise technique et collective proposée par ces fabuleux mastards du long nuage blanc. Depuis qu'ils sont champions du monde planétaire, une seule défaite à leur actif. Sommes comme beaucoup, à quia !!! Bon, on pourrait presque dire que l'essai de l'arrière Bif n'a pas touché la luzerne de l'en but... que sans cela et resserrant les abattis en fin de rencontre les Blacks remportaient haut la paluche le match ... on ne le fera pas !!! Certes le père Mc Caw n'a plus la superbe de la saison dernière, qu'il coûte 10 pions à son équipe... une pénalité, comme le placage manqué qui envoie l'ailier adverse dans l'en but... il n'empêche, les Blacks donnent toujours l'époustouflante impression de pouvoir marquer quand ils le décident. La force invincible. Matez la rencontre si pas déjà fait.
L'autre gâterie, exprimée en un twist rapido : Springboks du tonnerre de Zeus laminent des Gallois totalement impuissants 38-16. Un plaisir non feint de retrouver l'arrière Le Roux, opportuniste, phénoménal, matois, souple, sémillant... auteur d'un essai magistral, à l'origine des autres. Ya des gonzes comac qui font véritablement jubiler nos pâtis... nanti pour le coup d'un real french flair... sachant qu'en fin de compte, de part ses origines, il rend hommage à ce qui jadis, fut notre AOC !!! Arg !!! © Le Pilier

11 juin 2014

EWEN MCKENZIE... A BONS ENTENDEURS !!!

Le bon sens est ce qu'il y a de mieux partagé... entre les gens de bon sens !!! Arf !!! Preuve en est cet extrait copié-collé d'un article de Sylvain Labbe, officiant chez Sport.fr, avec citation du coach australien Ewen McKenzie.... mot à mot un point de vue depuis lurette asséné gentiment dans ce Blog majeur. Deux gaziers de plus pour la super team Pilier, qui expriment simplement ce que l'on doit entendre... sauf que le cuir d'ici ne se met pas "en danger", comme l'évoque le coach... la messe est dite, le retard phénoménal, le gouffre visible !!!! Trouvez la totalité de cette parole avisée en cliquant sur ce lien
"C’est au rugby français de se réveiller s’il ne veut pas avoir des équipes composées uniquement de joueurs étrangers comme dans le championnat d’Angleterre de football, expliquait la semaine dernière le sélectionneur australien, Ewen McKenzie, qui pour avoir été le coach du Stade Français, sait de quoi il parle. Je pense que le rugby français se met en danger. Aux dirigeants de faire en sorte de trouver un équilibre." Samedi, à Brisbane, le réveil a été brutal pour ce rugby français encore enivré par le triomphe toulonnais. Aux exploits des Armitage, Botha et autre Giteau ont succédé les maladresses et les limites criantes des joueurs d’un XV de France incapables de tenir la comparaison avec Folau et ses coéquipiers supérieurs par leur gestuelle, leur vitesse ou encore leur habileté.
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.