16 septembre 2014

XV DE FRANCE BALLON...

Dada explications !
On avait l’habitude de se fendre la poire avec nos crèmes scolaires qui officient à la tête du XV de France ballon !!! Depuis que l’artiste Sainte André la pleureuse est aux commandes de notre poulailler national, constatons les effets ravageurs de la cause sus nommée… bien que pas la seule. En effet, particule d’un système poussif, la sainte machin n’est qu’une pièce bien visible d’une structure foireuse… mais elle est là !!!! On pensait que les déroustes successives n’étaient que le fruit d’une incompétence notoire, d’un manque de plein de choses, qu’il n’y avait pas un seul cassis valide pour prendre les mesures adéquates, coincés dans la course infernale au grisbi, embastillés que sommes dans nos us coutumiers de rugby papa… même si cette dernière formule est parfaitement incorrecte en un point, jadis savions quand même faire circuler le cuir et générer des exploits encore dans les tronches de tous les amateurs !!!
On croyait donc que toussa n’était que le fruit de pesanteurs virales… que l’entregent d'entités zamicales… qu’impossibilités de tronches… c’était faux !!! Ici, en nos hexagonaux pâtis on pratique le rugby Dada !!! 
Dada est tout, Dada est partout !!! Arf !!! Tenez la dernière trouvaille de nos artistes en strap cognitif serait de présélectionner pas moins de 74 gaziers pour la team France XV ballons, avec des étrangers à nationaliser fissa, passque because vont nous sauver la peau !!! C’est de l’art, c’est Dada !!! Plus qu'à investir sur les bus qui transporteront la troupe !!! Hé hé !!! On croyait donc que yavait pas de stratégie, que nos coachs tricolores ne savaient rien de nothing, qu’ils avançaient à tâtons dans l’épais brouillard de leur vacuité idiosyncrasique !!! C’était faux !!! Archi faux !!! On vient de tout piger à travers la dernière sortie dialectique de Sainte machin et des nouvelles mesures proposées pour remettre de l’ordre dans les rangs, refiler de l'enthousiasme (sic)... lors d’une conférence de presse avec les huiles de la fédé ! La gabegie supposée n’était qu’un effet de style !!! Dada au sein de nos pâtis suractive les cuissots, raniment les ciboulots, jusqu’à nos mêmes zygomas, quelque peu délaissés par l'ambiance morose de l'actu !!! Savent donc parfaitement ce qu’ils font… du style, et même de l’art… pas sur le terrain bien sûr, mais dans les bobines !!!! Arf !! 
Comme un retour aux sources Dada qui nous faisait bien marrer quand l’équipe à Tzara, Picabia, Ribemont Dessaignes et consorts posait les jalons d’un mouvement sémillant histoire de rompre avec la monotonie académique et bousculer le monde de l’art !!! Tout à tout !!! Le binocle de Jean Arp est un testicule de Tristan !!! Assez !!! Tabu est le mystère qui veut exprimer le mystère !!! Tabu ne s’occupe pas de la syphilis !!! Qui veut une paire de claques ??? Le cubisme n’est plus qu’une spéculation commerciale… amateurs méfiez-vous !!! Le dadaïsme veut être une spéculation politique… Snobs méfiez-vous !!!! Hop !!! etc… etc… etc… 
Mais revenons à la formule sus évoquée de notre emblématique cocotte et coach de son espèce. Sainte truc, après le bla de Camou, Blanco et baratinades, exprimée sans osciller du chef, en un sic parfaitement authentique qu’on vous copie-colle ici là même : 
« On n’a pas pris de retard, 
à part sur les résultats !!! » 
 Ouarf !!! 
Excellent, superbe, affûté, qu'on s'écrie même, respect !!! C’est pas Dada ça ??? Autrement dit, plus on recule, plus on avance !!!! On avance en arrière peut-être, mais c’est Dada,  Shadock et pas du toc… c’est même de lard mon cochon !!! Voilà tout !!! XV ballon est donc un mouvement artistique aux vagues zéffluves dadaïstes, qui pour le coup n’a pas fini de nous faire poiler ! Ce qu’on perd en déroustes, on le gagne en expression pure... totalement dénuée de scories trop formelles, qui ne disent jamais ce qu'on voudrait entendre !!!! Arf !!!

Clausule et retour aux sources...
Le problème de Dada, est que sur le plan esthétique à proprement parler, ça n’a rien donné d’intéressant… RIEN !!! Dada n’est rien, n’était rien, comme il était partout !!!! Arf !!! Les récups du mouvement par l’empafé Breton et sa clique de surréalistes ados, celle de Duchamp et suiveurs n’étaient que l’affirmation d’une impuissance patente, mise au rang d’expression artistique. Bilan, les légions de foireux de la planète bromure, les vides cassis que la vacuité affectionne, les sans rien dans la tronche en mal d’expression vitale… se sont glissés dans la fange, pardon dans l’ornière, en affichant, enfin décomplexés, que le libre n’importe quoi, était bien quelque chose… sinon que l’art était partout pour peu que t’aies le culot de soutenir ton flan !!!! Ouarf !!! On a vu où ça mène !!!

PS : le Père Picabia, fondateur, entre autres, de la marrade Dada, s’insurgeait contre tous ces suiveurs estimant que Dada était bien mort, juste après sa naissance !!!! Pas sot le gazier. Yep ! © Le Pilier

15 septembre 2014

BLACKS EN TÊTE

Ça vous cloue là !!! Hé hé !!! Un simple coup de fil au Pilier et hop, les Sudafs plantent un superbe essai, trajectoire parfaite, pleines cannes, avec justement son ailier Hendricks, servi par le jeune ouverture Handré Pollard… avec en sus la possibilité au final de créer l’exploit ! Score final 14-10. Bon, derrière le conseil livré sur ce Blog majeur, yavait des petits secrets qui justement ont bien failli changer la face des choses. Hips !!! Un merci Pilier appuyé nous a gratifié Heyneke Meyer l’entraîneur Sudaf, malgré la défaite. Hé hé !!!
Bon… faut bien dire que les All Blacks nous ont sacrément aidés. Car vu leur domination territoriale, le score aurait pu s’alourdir… on dira qu’ils étaient dans un jour sans… pas mal de cuirs vendangés, jusqu’au demi de mêlée d’habitude plus précis, qui pressé quand même par une bonne défense adverse balançait son module un peu n’importe comment. D’autant qu’à la mi-temps yavait plus Nonu. On a bien senti la différence et la désorganisation des Blacks qui se retrouvaient, chose peu commune, en attaque souventefois en sous nombre, se faisant aisément coincer par la défense glissée des green guys. Du rarement vu ça !
Nonu figurez-vous s’est fracassé le bras sur un placage… dit en passant a quand même continué de jouer pendant 10 minutes le gazier ! Sera donc par voie de conséquence, indispos jusqu’à la fin de la saison. Une perte assurément pour les Blacks, car fait la paire avec Conrad Smith, ajustée, même s’ils possèdent un cheptel suffisant pour pallier ce manque, le réglage ad hoc est aussi une question d'habitude, de répétition, d’affinités, de connivences… à suivre donc.
Sinon, zavez vu à l’œuvre le matois Leroux qui sauve avec élégance, sans précipitation ni violence nécessaire, un essai possible de Smith… la classe ce gonze, vraiment cool pour un Bok… une pièce maîtresse et zélée de l’artillerie lourde Sudaf. Mais au final, comme l’avions annoncé, les NZ l’emportent, passque tout simplement because sont imbattables... bien en tête du tournoi. L’infatigable Mc Caw, critiqué par certains zamateurs foireux, plante quand même son try, en choisissant une trajectoire parfaite de récupération, après avoir galopé comme un damné pour soutenir son pote Read, impec à la réception du cuir, et terminer dans l’en-but. Ouf ! Le match retour s’annonce trépidant, même si les Blacks ne viendront probablement pas chercher la victoire du Championship en Afsud.
On ne voit pas les Aussies remporter la joute chez ces derniers, ni les Blacks se ramasser en Argentine. Mais avec ces NZ, même s’il ne s’agit pas d’une finale, on peut être sûr qu’ils donneront le meilleur d’eux-mêmes pour vaincre les Boks at home… seule manière de progresser, de conserver leur hégémonie, d’épater les connaisseurs que nous sommes. Un match pour eux, c’est toujours du sérieux. On peut leur faire confiance.
On aurait pu causer du phénoménal Retallick, auteur d'un match époustouflant, de l'impérial Matfield en touche... figure du reste que les Blacks devront travailler... du tout jeune Pollard prometteur à l'ouverture, qui malgré ses 20 piges s'est bien comporté, plus intéressant en tout cas que le métronome Steyn... de l'ailier Ben Smith, fougueux, éviteur, tonique, volontaire... on pourrait en causer, mais on doit sortir le toutou, lui refiler son Canigou... rassurer Paulette,... peaufiner une thèse sur l'emprise entropique du bruit mémoriel en matière de traitement informationnel... astiquer la Bentley... croquer un cuissot... décomposer un algorithme foireux... mixer des sonorités... justifier d'une présence... excuser une absence... bref, la routine koi,  Ach !!!
© Le Pilier

12 septembre 2014

HEYNEKE MEYER CALLS SUPER PILIER

- Hello Pilar 
- Yes, who’s talk… ? 
- C’est Meyer… Meyer le Sudaf 
- Hey, salut Heyneke me vaut ?… 
- Ben j’ai lu tes bafouilles, comme tu dis… 
- And so… 
- Conquis, j’ai viré Morne Steyn pour le match de demain. 
- Ben mazette, tu te réveilles mon vert luisant… 
- Yavait des pressions, on voulait assurer la pompe… 
- Ouaip, t’as vu où ça mène… 
- Non là, sommes raccord… du coup j’ai suivi ton conseil… j’ai placé un jeune prometteur, 20 piges sous les aisselles… Handré Pollard 
- Pas d’lézard, on taf pour la grande cause… t’as k te servir… ton choix est bon... tout est bon pour virer ta plante à pieds...
- Merci pour ça… et pour demain, tu dirais quoi ? 
- Sont imbattables les Blacks… 
- So, comment faire ? 
- Plus de Spring, moins de Bok... faut ouvrir ma gazelle… profiter de votre arrière matois… de tes ailes véloces… ne pas utiliser que tes gros koi… mais t’aurais pu lourder Pienaar… 
- J’y pense, mais Hoogard n’est pas au top… un peu excité parfois… 
- Bon… dis à l’autre de mettre la savate douce, question chandelles… plus au jeu, près de sa mêlée… faut pas renvoyer la gonfle dans les pognes adverses, ce serait stupide… conservez le cuir b...
- Ok, je capte… et sinon, quoi de neuf chez vous ? 
- Toujours aussi mou !!! 
- Mais pourquoi tu t'y colles pas pour remettre ton rugby en état ? 
- Houla… dab on colle pas nous, on survole... pis t’es pas au courant des us d'ici… faut claironner musette bien pétard pour être un brin entendu… pas c'temps à perdre… on se contente de balancer l'évidence même... pas prosélyte, pas forçat d'l'éveil des carafes nous, pour un ZAR. La true truth, comme vous dites, fera toujours son taf… 
- Mais ça peut prendre un temps infini avant le réveil... justement...
- Tu l’as dit...
La conversation dura encore quelques minutes, on échangea sur l’état des lieux du coin. C’était au réveil pour nous, ce matin. L’entraîneur des Springboks, dont vous avez reconnu l’accent Boer malgré la traduction rigoureuse, nous call parfois pour partager ses craintes ou son enthousiasme vigoureux... comme cette dernière petite recette de buffle aux bio zépices et champignons des pâtis !!!! Bonne patte, on lui refile en retour des petits secrets, qui bien digérés pourraient changer la face des choses… Arf arf !!! A voir et suivre donc !!! Hips !!! © Le Pilier

La team au complet :15 Willie le Roux, 14 Cornal Hendricks, 13 Jan Serfontein, 12 Jean de Villiers (capitaine), 11 Bryan Habana, 10 Handré Pollard, 9 Ruan Pienaar, 8 Duane Vermeulen, 7 Marcell Coetzee, 6 Francois Louw, 5 Victor Matfield, 4 Eben Etzebeth, 3 Jannie du Plessis, 2 Adriaan Strauss, 1 Tendai Mtawarira.

La banquette à côté : 16 Bismarck du Plessis, 17 Trevor Nyakane, 18 Marcel van der Merwe, 19 Lood de Jager, 20 Warren Whiteley, 21 Francois Hougaard, 22 Pat Lambie, 23 Damian de Allende.

11 septembre 2014

CHAMPIONSHIP 4

Ok Beauden Barrett sera sur la banquette samedi contre les Boks. On l’a pourtant trouvé plus incisif que Cruden, plus solide, nous déplaît pas ce gus, mais on comprend le choix de l’entraîneur de replacer l’autre dans la team eu égard à sa plus grande habileté aux pinceaux posés ! Barrett n’a en effet pas marqué les esprits par son habileté aux entre-perches… trop de ratés… dommage… il est important d’avoir un bon buteur, sinon respectable, à ce niveau de la compétition. Tous les points sont bons à prendre comme on dit, d’autant qu’en face risque bien d’y avoir le canonnier de service Morne Steyn. 
Alors lui, comme savez, car l’avons moult fois exprimé icy, on peut pas le voir en pinceau !!! En peinture koi… encadré… c'est de la croûte à Dali quoi, pire encore si voyez l'allu...  pas un lancement d’attaque judicieux pas une seule initiative balle en main, pas une trajectoire qui perce, mauvais en défense, rien de rien de nothing… on a toujours prétendu que malgré son assurance aux zarpions, ce gonze plombait secrètement la nation. Ach !!! Non, faut le sortir du pâtis… l’histoire du rugby nous montre que trop compter sur un buteur qui ne fait rien à côté, fout une sale ambiance sur le pré. Alors zou, va garder les crocos ! Idem Pienaar… out... vaut plus un crampon le gonze… tatane, tatane et re tatane… encore un effet dévastateur de la polyvalence ? On sait plus où le mettre… alors zou, va garder le springbok dans un enclos, tiens… hop !!!© Le Pilier

La team donc All Black qui affrontera les Boks samedi 9h35 sur vos zécrans d'été. Ya Dagg, ya Nonu... ya Savea qui plante des essais partout... plus qu'il ne possède de sélections... ya Read, ya Mc... sauf quand même un Messam out, comme le super Whitelock en seconde poutre... faudra voir le rendement tiens... vont p't'êt' pas briller autant les Blacks. Mouais...

15 Israel Dagg, 14 Ben Smith, 13 Conrad Smith, 12 Ma’a Nonu, 11 Julian Savea, 10 Aaron Cruden, 9 Aaron Smith, 8 Kieran Read, 7 Richie McCaw (c), 6 Steven Luatua, 5 Jeremy Thrush, 4 Brodie Retallick, 3 Owen Franks, 2 Dane Coles, 1 Wyatt Crockett. 
Banquette : 16 Keven Mealamu, 17 Joe Moody, 18 Ben Franks, 19 Patrick Tuipulotu, 20 Sam Cane, 21 TJ Perenara, 22 Beauden Barrett, 23 Cory Jane.

10 septembre 2014

FRITZ & GROS BOBO

Sans coup de pompe 
au croupion, 
il n’est pas de valeur 
aux lampions !!! 
Sans esprit bousculeur on en reste à l’âge de pierre… on réfute Paul et sa loupiotte éclairante… griffonnait le chantre des pièces montées, sur les parois d’un vestiaire de pâtis hexagonal ! Un Pilier de Beaumarchais qui en connaissait un rayon sur la nature humaine, prétextait que la vérité vraie valait tous les jugements, qu’à force de causer "respect" à toutes les sauces on finissait par basculer dans la bauge démagogique, qui non seulement atténue la vivacité, dissout le moindre éveil, entretient ce consensus malsain subsumant tous les individus sous le même dénominateur du vague roupillon ! Pis que tout donc, embrume sinon enfume l’instinct même de vie, déposant le sujet au rang de mérinos, partant renie toute évolution ! Arf !!! Le dire est figé, se comporter à sa mesure est de fait respectable car annonce un mouvement qui servira d'exemple !
C’est le pavillon des minus… respect, respect, respect… dès que le mot est lâché on sent qu’il y a problème… il ne dit rien, n’insuffle rien, annonce plus la pusillanimité de celui qui l'émet, que la vertueuse évidence qu’il renferme ! Arf ! Respect est un fait, pas du bla… en être se flaire, se voit… du reste ceux qui en causent à toutes les banquettes sont évidemment ceux qui s’ignorent de ne pas en être !!! Comme l’histoire nous l’apprend et le quotidien nous l’affiche… comme s’ils voulaient cacher leur misère intérieure fragmentée, derrière ce paravent, somme toute transparent. Arf !!! Ça nous met immédiat la puce aux esgourdes ce fanion « respect », on se dit illico, mais pourquoi donc cet empaf s’affiche avec c’te pancarte ? Que veut-il donc planquer en agitant son joujou ? La réponse est simple, immédiate, sans appel ! 
En matière de cuir, force est de constater que cette bagatelle suinte à travers les pores de bons nombre d’amateurs. Quand ça jaspine sur tel ou tel évènement, hop, ya toujours un petit mollet qui débarque, pour peu qu’un autre ait l’esprit percutant, et vous refile illico du « respect » en mélangeant tout. Une scène éloquente viendra imager ce propos. 
Un gus observateur, joliment parleur, s’insurgeait de l’attitude de Guy Noves lors de la dernière chicore des toulousains en phase finale du Top. Florian Fritz, comme chacun sait, resta sur le carreau herbeux après un choc à la tronche. Plus que flagada, le centre décentré semblait entendre les cloches de St Sernin quand il alla se faire recoudre dans les vestiaires après avoir maculé généreusement sa tunique de raisin. On sait la polémique engendrée par le non-respect du protocole commotion des médecins du club. Certes ils ont leur responsabilité… mais il s’agit de ne pas oublier l’attitude frappante de Guy Noves qui en dit long sur sa considération des joueurs. Notre beau parleur a vu ce dernier enjoindre le doc comme le joueur de sortir fissa de l’infirmerie par un « Allez allez » bien vénère… genre « ça suffit les mamours, allez hop, retourne au pâtis fissa... ya plus important que ta carafe… une qualif est en jeu... c'est qu'une égratignure, qu'un bobo... » !!!
Toussa filmé, pas d’lézard, franc du collier, bien net et diffusé. Il nous assure que Fritz était bien vaporeux, du reste n’a pas brillé, lui pourtant illuminé de trente-six chandelles après son KO... de bobo ! Ouarf et bref ! Le narrateur donc s’outragea de cette façon de faire, et ne se priva pas de balancer quelques noms gentiment d’oiseaux pinailleurs à la face de l’entraîneur toulousain pour cette attitude totalement irresponsable sinon sans contredit possible, gravement inconséquente… l’ayant trop moult fois entendu parler de respect… de l’adversaire, des autres, de la santé des joueurs, des crampons, des élastiques aux chaussettes, des jarretelles à Ginette... des tartempions, des tribunes, des us et des coutumes…et toussi-toussa mon Dada !!! Soit et suite et fin !!! 
C’est là que débarque la punaise de sapristi… hé hé… qui insulte vertement le dénonciateur et lui intime de respecter le légendaire entraîneur, passque because et péremptoire il a un gros palmarès et gagné plein de gamelles !!!!
On cherche encore le rapport entre les deux sujets !!! Hé hé !!!
Zavez saisi non ?
Ne respectez
que le respectable, dira le fabuliste lapalicien,
reservez vot' savate 
aux vertueuses blattes, sonnera le tocsin !
Tsoin ! © Le Pilier

09 septembre 2014

EASY DAGG

Une chose est sûre, les trois arrières les plus épatants du moment sont en hémisud. On vous a causé de Folau l’Australien, Le Roux le Bok, il en manquait un sur le podium de nos électives affinités, évident, revenu sur le terrain NZ le weekend dernier… il s’agit du phénoménal Izzy Dagg, comme on le nomme amicalement dans sa contrée. Easy l’est, sans douter, plus jovial et surprenant, plus opportuniste, plus imprévisible, plus souple que Ben Smith, gageons que le gonze retrouve sa place, définitive, à l’arrière. Coup de tatane phénoménal, vista impec, cannes de feux, réception de chandelles assurées comme du reste ses deux acolytes, le stylème commun des trois meilleurs de la planète à ce poste. 
Pour jouer le jeu des préférences à neuneu, bien difficile serait d’établir une hiérarchie dans ce trio, tant les gaziers se valent, chacun dans leur style. A l’heure des polyvalences prisées qui ne donnent en général jamais rien d’intéressant au rugby, il est à noter qu’il n’y a rien de mieux que la stabilité en matière de composition. Ze right guy at ze right place. Pas la peine de les brinquebaler à d’autres postes, sont parfaits en fin de colonne ces trois. Idem la paire de centre Nonu-Smith, l’ouverture Carter, le demi de mêlée Smith… le troisième ligne Read etc… pour sûr les Blacks sont une fois de plus imparable en matière de positionnement… de composition pure... ça ne change pas à chaque baston, on sait à quoi s’en tenir et les automatismes affichés nous démontrent l’efficacité de cette structure fondamentale. Une équipe c’est un squelette bien constitué, on ne met pas un tibia à la place d’un cubitus… un biceps à la place d’un mollet !!!! Hé hé !
Toussa pour souligner qu’en nos terres à clochers, ce fameux signifiant «polyvalent» n’a engendré que des ratés. Symbole sans contredit en nos pâtis du flottement de la figure : Michalak. Sait plus où il habite le gonze… devenu ni convaincant à la mêlée, ni à l’ouverture. Se l’est bien cherché… car après tout c’est à lui de savoir… même si on a pu le faire mousser dès 2003… il s’y est cru, ... p'têt' ben aussi que personne ne l'a aidé... comme il le disait lui-même... bilan, s’est perdu !!! On se souvient de cette phrase de Noves : « vont le bousiller ce jeune »… rien à ajouter.
Polyvalence chez nous rime aussi avec incompétence, cf Sainte André l’année dernière causant de celle de Fofana (polyvalence). Il le plaçait à l’aile où le gonze s’ennuyait ferme. Ce dernier pourtant signifiait à qui voulait l’entendre qu’il était centre et basta, jouait depuis des lustres à ce poste aimait ça, voulait ça ! Il a fallu quelques blessures pour que notre empafé de coach finisse par se résoudre à l’évidence et déclarer plus tard que c’était le meilleur du moment à ce poste (sic) !!! 
Toussa pour dire qu’il est impératif de bien connaître les spécificités de chaque joueur… les qualités requises pour chaque place et qu’il incombe donc à l’entraîneur de posséder ce savoir. Les Blacks en sont la preuve imparable, pas de lieu flottant dans la team… connaissent bien leur job… pas d’erreur de placement des modules… ce qui n’est pas le cas des autres équipes. Avec un squelette aussi solide, des bras, des cannes, des tronches hyper adaptées, parfaitement organisées, rien ne peut résister. Preuve en est, sont imbattables et nous gratifient souventefois de matchs en cinémascope ! Les trois arrières susnommés en début de bafouille sont parfaits à leur place. C’est du reste la première vertu d’un coach ce savoir dont on ne cause quasi jamais… preuve, s’il était nécessaire d’en rajouter, que nos deux précédents zozos, Lièvremont et Sainte André ne sont que des amateurs, totalement infoutus de comprendre cette anatomie. Alors ça tripatouille dans tous les sens, ça change au hasard dans l’espoir de trouver la formule magique… pas d’bol, le rugby c’est pas du loto ! © Le Pilier

08 septembre 2014

BONNET D'ÂNE

Un professeur émérite de Sorbonne provinciale, lecteur difficile et rugueux de nos bafouilles, s’insurge de l’attitude désinvolte du Pilier en matière de Français et particulièrement cette fois, d’orthographe. Dans le dernier bla en effet, le Ben-Hur des blogs à bastons s’est permis une ultime et outrancière faute, en amputant notre sublime et fidèle passé simple de ses parures conjugales. Arf !!! Substituant « il y eut » académiquement correct, à ce « yu » phonétique plus que douteux... monstrueux, anarchique, sinon même, faux !!! Non seulement le Pilier courrouce la bande à Voltaire, ne respecte pas ses pairs, mais surtout inconséquente attitude, montre le mauvais exemple à nos merdaillons déjà peu férus d’ortho !!! Arg !!! Si ça mérite pas un bonnet d'âne, ça inspire une grÔsseu grimace !!!
Cool ma poule, on doit pas laisser non plus la langue de Molière patauger en costume bicorne dans le formol de l'Institut !!! Pas d'lézard, nos lecteurs savent faire la part des choses… car quoi, un p’tit « yu » de rien du tout peut faire figure de crochet intérieur, hop, dynamique, inattendu, créer la surprise, en faisant virevolter le son pour ne profiter que du sens !!! Hips !!! Tout le monde a rectifié de lui-même, c’est ça la lecture participative !!! Hé hé !!! D’époque ça le participatif, non ? On balance juste un brin d’exotisme histoire d’entretenir cet esprit frondeur qui insuffle parfois certaines figures gagnantes sur nos pâtis littéraires. Alors, si donc ok que c’est pas bien, ça nous zamuse, car après tout, sommes at home ici, bien à nous ce coin non ? Entretenu avec soin tel un jardin verbal, sans pesticide endoxal, sans cocarderie banale, avec un zest d’on ne sait quoi de matinal, frais d’effluves en attaque, chaud d’étuve au contact, en somme et contre tout, quelque chose d’imparable, à la mesure du lectorat convoité ??? Arf !!! 
Tel le Pilier cher professeur de chaire, telles nos aisances, parfois nos pesanteurs, qui non seulement chassent les parasites de petit calibre de nos sillons comme abreuvent les plus subtils de nos bataillons !!! Sans prosélytisme aucun, sans fard ni perruque, sans idéaux caduques, sommes là pour entretenir la luzerne en l’arrosant de nos meilleurs effets ! Autrement dit, on glisse sur ski nous plait ! Bien à vous ! © Le Pilier

07 septembre 2014

RUGBY PAS PEPLUM

Pas foto, mater les Blacks c’est éviter l’ennui, savourer de belles passes, même si la drache véhémente changea le cuir en savonnette. Certes yu des ratés, des transmissions mal ajustées, de belles aussi, mais pour l’essentiel quatre beaux essais, sans bavure, nets, limpides et clairs comme un nuage blanc !!! Pour sûr, le film qu’il fallait mater, en comparaison Aussies vs Boks était d’un ennui redoutable, saturé de fautes diverses, avec un arbitre plutôt pointilleux... et pour quasi clore, un moment laborieux en fin de rencontre où les marsupiaux à cinq mètres de l’en-but adverse s'ingénient à percuter comme des mules sans chercher à ouvrir, et si le faisant, le porteur de balle qui tente sa chance solo sans vouloir transmettre. Affreux !!! Incroyable ces phases en bord de ligne, sachant que des trois quarts bien placés, lancés fond les cannes ont, par simple impulsion physique, le pouvoir de faire reculer l'adversaire, partant d'aplatir, (Cf l'essai de Folau). Ben non, ça tamponne corps à corps, jusqu’au demi de mêlée qui défie deux gros Boks énormes, espérant peut-être passer au travers !!! Arf !!! Laborieux, pesant, et parfaitement stupide. Du rugby de zéro calibre qui nous fait immédiatement quitter les tribunes.
Heureusement pour les australiens cet essai de dernière minute leur sauva la mise in extremis… par notamment une passe subtilement acrobatique de leur seul et génial gazier du pâtis, l’arrière emblématique Folau... Quelle classe le gonze, totalement seul, mais toujours à l’affût d’une trajectoire intempestive… lui doivent une fière chandelle.
Autre arrière filou comme personne qui sauva un essai quasi là par une pichenette de matois, sans forcer, tout en subtilité… le père Le Roux. Voilà le rugby qu’on aime. Pas la peine de percuter comme un bourrin l’ailier Ashley-Cooper pour lui disputer la gonfle… même si faut avouer que Willie était au taquet, il n’empêche, une simple tape dessus et Cooper n’a pas pu s’en saisir. Toussa pour souligner le fait que le rugby, à contrario appuyé de la mythologie musculeuse qui voudrait que chaque joueur ait un gabarit de Maciste, la tête était, est, sera toujours le meilleur atout pour pratiquer ce sport. 
Et des filous, y’en a pas légion. Le Roux est du reste d’un gabarit tout à fait ordinaire… comme le demi de mêlée All Black Aaron Smith… Dieu sait s’ils sont épatants, souvent subtils, intelligents. Tenez pour causer de ce dernier. Quand il se retrouve face à un gros cuir en main, comme il est minus, jamais ne cherche à lui disputer la balle… jamais !!! L’est pas sot… il se baisse, ceinture, glisse aux chevilles fissa et hop le mastard tombe illico… ses potes débarquent et disputent la gonfle… voilà tout. Les sur-buildés se régalent de percuter, au corps à corps, où bien souvent l’attaquant peut faire donc quelques mètres avant de s’écrouler… normal… c’est la loi de l’inertie… dixit Wiki ; « En physique, l'inertie d'un corps dans un référentiel galiléen (dit inertiel) est sa résistance à une variation de vitesse. L'inertie est fonction de la masse du corps : plus celle-ci est grande, plus la force requise pour modifier son mouvement sera importante. » Tout est là !!! S'y mettent donc à plusieurs pour arrêter le gonze lancé en essayant de lui chipoter le cuir. Aux chevilles pas un pli, ça tombe Newton comme une enclume d’un pommier !!! Arf !!! Même avec des petits bras !!! Pas besoin de force surhumaine. Le rugby c’est pas du péplum !!!! Plus le gonze est gros en sus, eu égard à sa masse, plus il s’esclaffe lourdement. 
On se souvient d’un placage sur Bastareaud cette année, dont nous avons relaté l’action ici-même, dans on ne sait plus quelle rencontre internationale, l’adversaire s’est jeté à ses chevilles. Comme le centre est grossement balourd, il s’est littéralement écrasé sur le pâtis, en a même perdu la gonfle, jetée n'importe où... sans pouvoir la transmettre, passque tout simplement because surpris, son cerveau n’a eu que le temps de penser à la chute subite, rien d’autre, impossible de passer ni de se concentrer sur la garde du module. C’était épatant d’efficacité. Bastareaud pris aux cannes est inexistant balle en main !!! Certains Argentins du reste agissent de la sorte… et ça surprend toujours. Pour en venir à cette équipe, malgré notre désintérêt avoué, constatons quand même leur vaillance, et la solidité de leur pack. Sympathiques dans ce secteur… même si derrière ya pas grand-chose. Le fameux centre Hernandez dont on nous bassine la carafe avec le surnom d’el mago, certes n’est, ou du moins n’était pas dénué de talents… matois le gus, des cannes, bonne lecture du jeu, avait en effet de remarquables moments… juste des moments… mais ne se la donne pas vraiment… manque de cœur vaillant le gazier… et puis ses chandelles nous font toujours broyer du noir… arf arf !!! Ras la couenne de ses coups de pompes. 
Les Blacks donc les ont pliés sans problème, normal… jamais les Pumas n’ont été en mesure de planter un essai, sinon à noter, celui injustement refusé pour soi-disant en avant sur un contre… mais cela n’aurait rien changé à la physionomie du jeu. Non, les gominés n’ont pas le niveau, mais pour voir jouer les Blacks on est capable d’en faire fi. Score final 28-9 et sans appel, avec de nombreux coups de pieds d’entre-perches loupés par l’ouvreur Barrett pourtant efficace balle en main… sinon l’addition eut été bien plus lourde. Avec quatre essais donc, le point bonux à la clef, les Blacks se retrouvent en tête… en somme, rien de nouveau sous le soleil… Black !!!! Arf ! © Le Pilier

06 septembre 2014

SOLEIL BLACK

Qu’on ne mate pas les Argentins, passe à l’aise, mais qu’on zappe les Blacks avec en sus de l’Izzy Dagg en 15... la paire de centre légendaire Nonu-Conrad… Read, Aaron, Messam, Whitelock, Retallick, O.Franks, Coles, Crockett, Mc Caw, Savea... les trois Smith, Barrett et tous les autres… non non… impossible de manquer ça. Ya toujours à apprendre, à savourer... le geste, le collectif, l'aisance, la dynamique, l'esprit, l'esthétique pure... Le Black c'est du sun !!! Plus qu'un oxymore, qu'une figure, qu'un coin de planète... une terre sacrée cette équipe, enfin cette country... bref ces pâtis... cette ovalie quoi !!!! C'est la grand-messe et le dégoupillon, Bach et la grande passion... quinze cerises sur un gâteau... la belle chicore sur un plateau... Elvis sans Presley...  la Vénus sans drapé... Jason et les cosmonautes... mamie sans les patenôtres !!! Arf !!! Kick off donc dans demi-heure, pas d’lézard… chez les Néoz… ratez pas l’avion ! © Le Pilier

 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.