29 mai 2011

PLIEZ LES TOUS !

Clermont sans talent
Le peneu s’est dégonflé... on savait... déjà l’année dernière on trouvait leur victoire en Top foireuse, en avions icy causé... rematez les archives yavait tout. Arbitrage plus que douteux, essai accepté hors limite... c’était contre Toulon... nous avait fait dire à la fin même de la demie que la jaunisse venait de gagner le pâtis et que le Brennus finirait chez Michelin. On ne s’était pas planté... une fois de plus. On ne peut pas rééditer la triche chaque année... sachant que Toulouse avait quelque peu laissé béton le championnat au profit de la chopine Heineken. Là, pas la même histoire, sont bien présents les Toulousains, 29 pions pas moins... 6 misérables pour le jaune lavasse... deux petits coups d’arpions à peine, tout ce qu’ils sont capables de faire ces Clermontois... tu parles d’une demie finale. N’avons pas maté la rencontre, mais force sommes nous de constater la régularité des occitans... toujours dans les phases finales les gaillards, au rendez-vous... pas des fiottes ces gaziers... la seule équipe du Top qui tient chaque année ses promesses. Chapeau les gonzes ! Allez pliez les tous, qu'on ferme la boite à Top, qu'on ouvre enfin le grand pâtis... des Tri !!! Arf !
© Le Pilier 

25 mai 2011

LE BEAU MC CAW

Mc Caw comme l’avions anticipé reste donc au pays après la CDM... pas étonnant prend son fade le gazier en pâtis Zélandais comme il l’exprime lui-même pour justifier son choix. Pas de meilleure raison en effet. L’envie de jouer, d’améliorer encore et encore son geste, plaisir au carton... là pas d’erreur ça vous rend imbattable sur un green. Savons tout cela des Blacks. Le contraire nous aurait sacrément surpris. En effet si la posture est telle, soucis de se parfaire, appétence à la chicore, plaisir, fun au partage, à la transmission, réelle envie... impossible de résister à ça. Connaissant ses motivations, le capitaine des Blacks se trahirait lui-même en venant batifoler chez nous avant la retraite. Une évidence donc qui fait de lui ce qu’il est... un joueur digne du panthéon Pilier... le plus apprécié de nos mousmés... le beau Mc Caw... comme elles soupirent en se pâmant !!! Ach !
© Le Pilier

22 mai 2011

LE PILIER INCENDIÉ

- Bon Pilar, t’es pas total manchot au toshibastringue mais tes histoires de greluches tu peux te les garder pour du week-end pluviôse. On veut du ruck sur du ferme pâtis nous, du cuir qui voltige, de la castagne, pas ton baratin Gœthéen pour minettes romantiques, ni tes sauts plumard, y’en a marre, on veut du rugby ! Fi du twitt, refile du beat...

Balancé franco par un gazier vénère, qui ne mâche pas ses mots. Après tout c’est un blog consacré au terrain, même si ne quittons jamais vraiment les lieux. Arf ! Nous za incendié le gus... la décence nous impose le retrait du pire, on vous sert le tout venant... vous passe le tord boyaux, les réprimandes les plus salaces !

- On s’faisait juste un twitt and shout pour dire que sommes là...
- Mouille ton maillot un peu, y’avait la coupe d’Europe... les phases finales du Top...
- Ouais ouais, parait même du sacré suspens pour l’Europe... les Irlandais ont fini par remporter la chopine... un fighting spirit du tonnerre...
- C’est tout ce que t’as à raconter ?
- Question cuir, quasi... on pourrait causer des Crusaders avec du Carter très habile des arpions... ont battu les Waikato Chiefs (25-19) avec pas moins de 20 points du p’tit Dan...
- Ben mazette tu te foules pas le cassis... tu redégaines du twitt là.
- Tu nous inspires toi... on attend les grandes marées nous, Tri, CDM... surtout les Tri du reste, alors pousse pas dans les cordes... tout le monde s’en balance de la Chopine Heineken, du Top n’en parlons pas... ya un paquet de gus saturés de rugby Français... on assure, témoignages et tout... aveux dégoûtés...  et puis c'est un Blog de saveurs ici, on peut pas trop leur causer du coin... non non, révolution du pâtis !
- Tu prends pas tes désirs pour des réalités ?
- Sans doute, mais on croise pas mal de gonzes qui n’ont cure de cette fin de Top. Commencent à comprendre ce qu’est le vrai rugby tu vois ? Rugby bobo d’icy c’est plus leur kiff... on rapporte juste ce qu’on entend c’est tout. Alors on veut les distraire un peu avec une dosette de prose... manière de patienter...de s'entretenir les paluches... On va p'têt mater les Barbarians...

- Alors tu vas pas causer des phases finales du Top ?
- Cool ma poule... ya des primeurs... des truc plus fun...
- Alors rien ?
- Don't know... faut voir... l'humeur, le feeling... la météo... la côte au Dunlopillo...
- Tu pousses un peu là Pilier
- Normal, roi du ruck...
- Tu t’en tires par une pirouette...
- Ça rime avec gisquette ! Arf !
© Le Pilier

19 mai 2011

TWITT EN PROSE

Une mousmé de fière allure inondait de sa présence un trottoir déjà sun. Un Pilier dionysiaque cogitait quelque équation, lentigrade, sémillant... soudainement saisi par cette apparition. D’un abord primesautier le chantre du ruck pénétrant s’engagea dans une conversation qui amusa l’élégante tant et si bien qu’à la fin ils échangèrent des liens... afin de se revoir en des lieux moins passants. De croquer ensemble une recette galante le gazier proposa, un repas fort honnête, dont il assura relief par une dialectique ondulante, abordant contrées neuves, esthétiques, bagatelles, tous sujets, qu’un gentleman de bonne éducation se doit de développer en improvisant... sans filets ! Ach !
Surprise dans l’abord, pour le dire uniment, la curiosité semblait prendre le pas sur l’étonnement, le temps s’éternisa, et la belle d’un esprit motivant organisa un jeu dont les règles épatantes firent si grand effet que le drôle envoûté en accepta les bornes.
Le grand aphrodisiaque est l’échange du bla, celui souple, lent, précis sans être enté de banales évidences, rythmé sans marteler tout l’espace sonore d’une seule parole... la valeur, c’est la dose, l’échange, et les couleurs secrètes engendrées par des vues différentes qui s’accordent au final d’en accepter l’effet quand elles donnent à penser, amusent, bousculent le commun. Arf ! L’ivresse s’invita, les langues divaguèrent, une ballade nocturne conclura la soirée. La lunaire rondeur brillait de tous ses feux, on fit le tour de l’astre, et la face cachée se dévoila mouvante au regard subjugué du gonze sulfureux. Oups!!! Les pâtis que l’on foule de fièvre volontaire ont le goût éternel des insondables liens, la tête envoûtée telle une bouche pleine aux ruisselants transports s’abreuve sans mesure... on résiste, on voudrait s’en défaire, conserver un brin d'aire ? On est cuit. Ach !!!

Le lendemain fut vide, plein de manque... et d’espoir sans limite... la nymphe s’envola vers un pays lointain où l’attendait son taf. Le roi du ruck depuis mate les volatiles d'acier sillonnant le plafond azuré en traçant des vapeurs inodores, la nuque est un peu lourde, le trottoir plus terne, il y manque un souffle... à peine les platanes s’agitent du bout des branches... BZZZZZZZZZ un message soudain vrombit dans le portable ! Yeah ! A suivre ?
© Le Pilier

18 mai 2011

CARTER AU PAYS

Après Mealamu, Mc Caw... v’la Carter qui décide de rester en NZ après la CDM. Pas d’année sabbatique donc en nos zeuropéens pâtis pour le génial ouverture All Black. La classe du gazier, n’abandonne pas sa patrie pour du grisbi... ne vient pas se gâter les arpions dans nos championnats minus. Non non, pour conserver ses cannes et parfaire encore son style, vaut mieux rester là-bas. Bon choix Carter... et les autres, qui ravit le Pilier.
© Le Pilier 

17 mai 2011

CHABAL VS DSK D'ÉCOLE

Accusés de déception
Ben mazette ça délire bien ferme dans les gazettes... les accusations font le buzz et la journaleuse engeance s’en pourlèche la lippe. Le couperet tombe sur les têtes connues comme la frénésie stari-fiente s’empresse d’élever au pinacle en un temps record celui où celle que l’on choisit pour donner relief au tabulaire et prosaïque quotidien. De ce genre d'écran plat sort du plat... comme de la poule un œuf... fragile, gluant, dont la simplicité formelle n’a d’égale que la fragilité de l’enveloppe qui lui tient lieu de protection !!! Arf ! 
Le popu savoure la dégringolade de l’icône, figure de bouc émissaire qui concentre fascination, frustration, dans une paradoxale unité. Le premier condamné du pâtis, cas de le dire, c’est le naïf et sympathique Chabal pour avoir de sa plume un peu gourde affirmé: "les arbitres du Top sont nuls !!!".
Le coureur a dit la vérité il doit être exécuté... comme un certain Béart l’entonnait jadis d’une voix insupportable pour nos pavillons. Rien à dire concernant cette affirmation... en effet les arbitres du Top sont nuls. Cf, entre autres exemples, le précédent papelard de notre envoyé spécial Manu, qui dans sa clausule en peu de mots résume parfaitement ce qui est. Pas besoin de s’étendre donc, quand un fait est imparable c’est une perte de temps même d’en débattre.

Chabal met trop d’énergie au bouchon pour alimenter sa réflexion... solide le gazier, mais pas très futé. Mal conseillé, voire saboté par ces pignoufs de coacheurs la com, buvards l’artiche, psycho la fadaise, lie du bon sens... le voilà privé de CDM, comme de championnat, sa team postulant pour le titre Brennus. Lièvremont affirme que seule la baisse de rendement du gazier a influencé son choix, la baveuse du barbu fait de toute façon figure de crachat dans la sousoupe et a sans doute contribué à sa mise au placard. Aurait du attendre la fin de sa carrière pour nous balancer ses impressions... n’avait pas besoin de ça pour augmenter son capital. Emporté par l’hyper média popularité, a fini par se croire protégé par des lampions l'empaf, sans comprendre les règles du jeux. En politique, les vérités ont un coût parfois bien douloureux... l’histoire nous le démontre, aussi la langue de bois, figure de prudence, prévaut. Sommes pas là pour juger du fait, comme tout systémicien qui se respecte, l’impulsion moralisatrice, le dualisme radical bien pas bien, n’ont pas cours avec la posture. Chabal accusé de déception ? En tout cas privé de terrain pour n’être pas malin !!!

Un épiphénomène direz-vous en comparaison de la descente aux enfers de l’autre condamné giga médiatisé. Car condamné l’est déjà d’une certaine façon le président du FMI . DSKpout en un seul round ? Fascinant de voir les effets d’une simple parole accusatrice. Avant même tout procès, le déchainement dépasserait l’entendement si n'en connaissions pas un sacré rayon en matière d'humano-frappadingueries. Qu’il soit innocent ou coupable, les actes sont là... menottes encadrées par deux policiers, milliers de clics foto, de papier bla, d’analyses foireuses, déchainement, insultes, compassion aussi... et ronron sous les barreaux avec gamelle de rata sur une île spéciale méditation profonde bornée de barreaux bien métal... oups... mais rien sur l’accusatrice qui pour l’heure reste virtuelle. Qu’importe cette dernière, niveau com s’entend, l’os à ronger est jeté en pâture à la tourbe affamée et le bolide des sondages venus dont ne sait où, se retrouve sans jus, dans la carriole du condamné. Les minus apprécient la figure, « il est comme tout le monde, traité tel par la justice américaine ». Des clous, n’est pas traité comme tout le monde, vie privée ultra étalée, dessus, dessous du Dunlopillo passés au peigne fin, fascination débordante des pâtis féminin dénoncée, au grand jour comac, tofs sur toute la planète, le quidam de base ne subit pas un tel traitement. On devrait mesure garder, et s’occuper de ce qui nous concerne. L’intime du gazier, on s’en balance... il n'appartient qu'à lui... et ses gisquettes... le délire ambiant on s’en passerait bien ! Tsoin !
© Le Pilier

16 mai 2011

SBW : LA PERLE DES PÂTIS

News en direct d’Australie de notre envoyé spécial Manu. On vous livre tel quel son enthousiasme. 

SBW est-il trop bon pour le rugby d'aujourd'hui?
La question mérite d'être posée...
Tant d'adresse, de vision, de puissance dans un seul joueur, du jamais vu... Avec tout le respect pour les légendaires Greenwood, Carling, O'Driscoll, Horan ou Sella !
Prises de balles en mouvement, feintes, sautées, défense agressive, libérations à une main entre 2 plaqueurs qui pleuvent... il écoeure toutes les défenses depuis 2 mois dans le SuperXV. 1, 2, 3 défenseurs... aucun entraineur n'a encore réussi à résoudre l'équation !
A tel point que Pieter De villiers, sélectionneur de ces chers bourrins Suf Afs a déclaré cette semaine:
"I hope he will mature his game. He's doing everything wrong what rugby principles require of you in the game. Backhand passes shouldn't be the norm ... it has become the norm, now everyone wants to do that kind of nonsense A youngster watching Williams would get the wrong impression of the core skills needed to play the game. He'll spend hours and hours on the things that are not important and never master the most important things of rugby."
Bref. SBW est-il en avance sur son temps? Est-il simplement trop bon?
Selon PdV, la norme doit rester Bastareaud, De Villiers, Olivier ou Fritz? Des beaux bourrins nourris au grain local et au Powerade fonçant allègrement la tête la première dans le tas, pensant que le différentiel de puissance fasse le reste. CERTAINEMENT PAS!!!! Mais où va-t-on, où habite-t-on ?
Le rugby a besoin de ces héros pour reprendre les termes de Blackadder, son entraineur chez les Saders. De ces génies amenant le sport à un autre niveau, redéfinissant les standards, comme Lomu l'a fait en son temps !
Le nouveau centre des années 2010: SBW! La vision d'un O'Driscoll, la puissance d'un De Villiers, les skills d'un ... SBW himself.
C'est clair, non ?
Petit retour la semaine dernière, match au sommet du SuperXV entre les 'Saders de SBW et les Stormers du "Skalk" Burger (en english dans le texte), leaders SudAfs du tableau. Sans McCaw et Carter, et perdant 4 de leurs arrières dans les 30 premières minutes, les NZ en visite sur les prés SudAfs mènent 20-14 à la sirène après un match héroïque des 2 équipes. Dernières possession Stormers qui jouent le va tout. Et sur cette action, l'arbitre leur accorde le hors-jeu. Difficile de lui donner tort, tant SBW est un bon mètre 50 devant tout le monde.
Mais revenons un quart de seconde en arrière:
No comment. Le ballon est dans les mains de Januarie, tout chaud sorti du ruck, et les 'Saders sont TOUS bien derrière leur ligne. Il anticipe, c'est tout. Joue le coup, coupe les extérieurs, comme on veut. Mais dans les règles.
Est-il aussi trop rapide pour les arbitres qui devront à leur tour se mettre au niveau ? Heureusement justice sera faite et la pénalité ne donnera rien. 
Si l'on veut des vrais hors-jeu, fallait simplement regarder Clermont vs Biarritz hier soir... Les speakers d'ESPN devenaient FOUS !!! Du hors jeu partout jamais sifflé. "Ohhhhhh dear, he was a MILE offside!" Indeed... Sur les ruck, JAMAIS derrière les pieds du dernier joueur consommé. Comment voulez vous que du beau jeu se développe, que ça fuse à l'aile? Ajouter à ça des entraineurs de l'âge de pierre et la boucle est bouclée. Et puis on joue les vierges effarouchées et on se plaint quand en match international l'arbitre nous siffle autant. Navrant...
© Manu

11 mai 2011

SELECTION INFIRMERIE

Une liste de trente deux gaziers attendue par les fervents supporters... les sélectionnés CDM. Toujours un temps de retard nos entraîneuses... ya plein de plâtrés dans la team... un Barcella en pleine réduc quia pas joué un seul match cette année... du Domingo récemment opéré... Rougerie à peine sorti de la table pour une cheville rompue... plutôt que de faire appel immédiat à Fritz par exemple... à des joueurs en pleine bourre pour filer du jus,  
on sélectionne l’infirmerie. Du temps que l’info atteigne le neurone adéquat du sélectionneur on aurait le temps de lapider un aze à coup de figues molles !!! Ach !!! Quand on sait ce que demande le rugby de niveau international, une forme du tonnerre de Zeus, on ferait mieux de faire une croix sur ces joueurs en leur souhaitant bon rétablissement, temps suffisant pour une bonne récup et les remplacer tout de suite par de frais nouveaux gonzes plein de tripes et d’envie. En sus nous balance du Marty au centre. Merci Marco pour cette adaptation. On attendait pas mieux... sommes pas déçu. Et du Yachvili de mollasson la pantoufle... valait mieux un Dupuy en maillot Paris pécul, qu’un Dimitri la savate certes habile, mais de passe poussive sans parler du reste... pas du cuir qu’il balance, mais de la mousse çuila. Bref. En même temps Dupuy n’avait qu’à rester en Angleterre, l’exil lui allait bien... faisait des progrès là-bas. On le lui avait suggéré avant son transfert. A préféré rejoindre sa bobonne au Dunlopillo au lieu de taffer comme un pro... avait de rares qualités l’empaf, juste un brin de je m’en foutisme que la rigueur Anglaise contenait. Soit.
Retrouver Heymans nous convient... peu à dire sur les avants, hors nos pilars blessés, ce qu’il y a de mieux en France ? Sans doute ? Chabal absent ? Les mamies doivent être déçues... Piccamoles est de toute façon un meilleur choix... Lakafia est parait-il en pleine bourre. Bien comac ? Du Skrela encore... choix stupide au demeurant, mais existe-t-il un autre gazier capable d'occuper cette place ? Depuis dix ans on n'en a pas vu l'ombre d'un seul.  Vivement que cette triplette de sélectionneurs débarrasse nos pâtis et retournent à leur canapé en sirotant leur Kro. Hips ! De toute manière on pourrait leur mettre n’importe quels gaziers dans les pattes ils seraient infoutus de nous pondre un système efficace.
Alors ? Faudra compter sur les seuls joueurs en leur souhaitant une entente parfaite. Pouêt ! Ya que ça, la surprise... qui pour le coup nous couperait le souffle ! Ouf !!! Et ferait même pousser des dents aux cocottes de nos campagnes ! Arf !
© Le Pilier

08 mai 2011

BEHAVIORISME BINAIRE

Ballade radicale
Blater*, chers lecteurs, est un trait spécifique de comptoir et la passion aveugle d'un supporter une marque si distinctive des agitateurs de fanions qu’elle finit par phagocyter toute possibilité d’éveil, nous invitant à croire mordicus cet acronyme emblématique, popularisé par le premier behavioriste Watson : SR. Autrement dit stimulis-réponse. L’américain voulait faire de la psychologie une science objective, se concentrant uniquement sur le comportement observable. Autrement dit point de spécu sur les motivations premières, de déterminisme justifiant, t’appuies là, tu obtiens ça ! Une psycho dynamique et réductrice aux dires de certains, écartant toute référence à la conscience, faisant fi de la moindre introspection. Ainsi les postulats radicaux du ricain, bien décidé à mettre en équation simplifiée de l’homo carafon ses agissements. Le behaviorisme exprimait précisément Watson, devait exclure de son vocabulaire scientifique tous les termes subjectifs comme sensation, perception, image, désir, but, et même pensée et émotion dans leur définition subjective. Soit !

Deux séides, plus connus peut-être des néophytes, suivront cette voie enthousiaste, le délicat Ruskoff Pavlov, popularisé par ses clebs aux babines coulantes, et le plus radical de tous, l’autre bannière étoilée, Skinner, dont le chant même du nom évoque les grâces poétiques, le délicat parfum des nuances printanières qui inondent l’azur de fragrances légères, le bruit sourd d’un ruisseau sur la mousse, ce moment suspendu où la nature est douce, les collines ayant des lys sur leur sommet !!! Hé hé !!! .

Sans trop forcer on imagine ce qu’on peut tirer d’une telle approche, la psychologie définie autrefois comme la science de l’esprit, devient avec la triplette enchantée un enchaînement de réflexes conditionnés. Le concept de conscience devient par effet indéfinissable, inutilisable, juste un mot pour causer de l’âme d’autrefois... mais personne n’a touché une âme, n’en a vu dans un tube à essai, dixit Watson...  Arf ! Foultitude de gaziers ont décrié cette vision restreinte, et notamment Chomsky nautique, le linguiste surfeur des grammaires génératives et transformationnelles. Le "Verbal Behavior" de Skinner reçut dans ses flancs la révolution cognitive Chomskyenne... plus modulaire, plus souple, affinée... même si forte à l’impact quant aux nouvelles conceptions émises sur le fonctionnement de l’esprit.

Ainsi un brin d’histoire de la pensée contemporaine. Outre les limites de ses approches dans l’abord radicales qui peuvent glacer l’échine de certains quand a leur utilisation à des fins collectives, force sommes nous de constater, en chaussant des montures moins jouteuses, qu’il y a bien d’la graine behavioriste dans nos comportements, même si une graine ne fait pas le printemps, ni ne recouvre tout le champ cognitif de sa percutante proposition. Une graine disons nous... on insiste.
Le père Freud aurait bien du en prendre (d'la graine) quand il définit certains patients d’hystériques. On y reviendra... Le Pilier plus mesuré que le chantre de l’anti baise, qui du reste s’est permis de nous boursoufler les connexions avec ses trois essais hélas transformés par tous les frustrés de la planète sur la théorie de la sexualité. Pensez, un cocaïnomane suant dans ses grÔsseux pompes autrichiennes, impuissant à vous étoiler un Dunlopillo, branque dans l’abord d’ycelles aux voluptueuses intentions, infoutu de vous conquérir primesautier une poitrine battante... qui vous ratiocine des énormités Œdipiennes sur le désir des uns, la perversion des autres... pour au final ne parler que de ses propres frustrations. On en apprendra mille fois plus sur l’efficacité, les joies, l’évidence de  la simplicité du désir dans une seule conquête d’un Don Juan, d’un Casanova... que dans les oeuvres complètes  du psycho babilan Sigmund ! Oups !!! Bon encore ses complexes qui lui jouent des tours sans doute,  avec des idées comac ça n’augure pas de sémillantes fantaisies sur la couche. Du moi pas roi en sa propre demeure ? Du surmoi héritier d'un complexe mystifiant le mythe de la destiné ? Un pôle pulsionnel fondant comme banquise en guise de ça ?... Miko sans bâtonnet ? Hé hé !! Et puis tenez... une sucrette pour l'abandon définitif du divan : La psychanalyse disparaîtra car le désir est plus fort que son interprétation... mon Gaston !

Mais retournons za nos moutons des tribunes, au grand SR sus décrit et prenons des exemples pour éclairer notre intention.

Tu files une baffe à Bakkies Botha... selon les critères Watsonniens, il tend l’autre joue. Hum... enfin presque... renvoie plutôt la caresse... en somme... on devine sa réponse.
L’équipe d’un supporter gagne (On parle du total supporter, maquillé, fanions, trompinette,  calé sur trois couleurs, pétards... cannettes... enfin tout l’attirail esthétique) il est content... par définition, si elle perd il geint, s’enivre, pleure sa maman... parfois jusqu’à la castagne.  L'arbitre siffle en sa défaveur il éructe, ne voit qu'un seule couleur, restreint son champ de vision. T'aime pas le Bleu il méprise... l'adversaire tente une pénalité il fait houoooooouuu, siffle, suffoque, prie le ciel !  
Prévisible toussa non ! Dans 99, 9999 pour cent des cas. Donc il y a bien du behaviorisme dans ces veines réactives ! Arf ! Il y a du... mais il n’y a pas que... voilà où l’on veut en venir. De même qu’il n’y a pas d’hystériques au sens permanent du terme (sauf pour quelques neuro plombés) mais bien des moments d’hystérie !!! Une nuance légère qui sans y paraître change sacrément la face des choses. Cela évite de mettre obligatoirement les individus dans une camisole psychololo, dont foultitude de psychiatres et psychanalistes en herbe se plaisent à coudre les jointures, très affectant pour le diagnostiqué. Une manière donc de radicalisme, dans le sens où celui qui perçoit avec son calepin près du divan faisant mine de vague réflexion, cherche à priori , déjà, à caser le patient dans quelques lieux étudiés, bien bornés, afin de prétendument mieux le saisir. Si ya ça, ça veut dire ça... ça se place dans telle catégorie... ça va dans cette case... s’il dit ça... c’est qu’il est fada ? Ha ha !!!

Pour clore finir notre bafouille dominicale, en réponse à certaines propos échangés lors d’une surprenante partie festive, où la chaleur n'avait d'égale que la légèreté des corsages, il y a chose à saisir dans certains partis pris radicaux. Le behaviorisme tient sa pertinence dans la lecture d’un espace cognitif particulier. Quand il déborde de ses frontières il se fourvoie... radicalement. Arf ! Tout n'est pas à prendre... ni à jeter !!! N’est-ce pas là le propre même de toute pensée maîtrisée, que de savoir dans quel cadre restreint ou plus étendu, elle tient sa véracité ? L’art de cultiver la nuance c’est faire du monde son territoire tout en repérant les marécages... pour n’y pas mettre les pieds. Ouarf !!!
* Blater : Palabrer tout berzingue... à la vitesse d’une blatte... en passant du coq à l’aliboron sans grande réflexion !
© Le Pilier

07 mai 2011

PILIER DES NAUTES

Bla d'internautes
On nous dit cuit du râble, mou du bulbe, qu’à se dorer la couenne sous l’ultra sun printanier on s'évertue, entouré de gisquettes qui nous huilent les pores avec des crèmes choisies, pour assurer notre teint maître nageur avant les grandes baignades de Juillet......qu’on a plus de cannes, qu’on tient plus la distance pendant que les gaziers des pâtis d’hexagonie se la donnent, n’en finissent pas de clore ce championnat à rallonge... qu’on n’a pas maté un seul match depuis lurette... bref  qu’on est plus dans la course. Ach !!! Ya même des pires qui nous enjoignent à fermer ce Blog, que c’est la fin du règne... qu’au mieux on devrait s’open un petit Blog farniente, un article par mois, pour conter nos incapacités, avec du twitt bien noeud, lieux communs, bla dégoulineur, banalismes petit cru, à l’instar de ceux qui répandent leur manque de tout sur la toile en pensant tout haut des stupideries qu’ils feraient mieux de taire.

Pilier retraite
Pilier serviette, 
pelles et râteaux...
Pilier d’aboulie, 
Pilier sans abdos
Pilier fini !!!

Voilà en substance ceux que d’audacieux carabistouilleurs nous balancent dans notre intime petite boîte à mails !!! On répond d’un souffle à toussa... Niet !!! Nenni !!! No !!! 
Et même, tout est faux !!!!

Alors comac on veut écorcher le mythe ? On veut nous faire choir du piédestal es grand pâtis ? On vient crachoter des insanies au seuil même de notre épatante empyrée ? Hé hé !!!
Mais les gaziers, il en faut plus pour déboulonner la colonne vent d’hommes supérieurs, le grand Nietzschéen 
Tristan Tzarathoustra, supra gonze des philos à grands coups de crampons, descendu de sa montagne pour éclairer, distraire, les quelques ceux qui ont de la feuille, des connexions fluides dans le cassis, une acuité hors des communes montures, bref le chantre des saveurs qui peuvent lire entre les lignes, comme transpercer un rideau défensif aussi ravageur qu’une tranchée de quatorze... comme extirper un arpion embastillé dans une chaussure de ski !!! Oups !!!

On vous passe la kyrielle d’annonceurs qui veulent déposer en notre incomparable donjon des vidéos Chabal, des peuneus d’autos, des pubs toutes sortes moyennant grisbi sur l’ongle en vue de la CDM !!!  
Comme si Thor possédait 
un marteau "Casto"
Arès un sabre "Bic" 
Dionysos une chopine "Heineken"!

On nous assure en feed back qu’on sera vu partout, lu bien plus... aimé beaucoup... certains rajoutent qu’on doit du reste moderniser ce Blog trop terroir, sans flux rss, sans facebook, Twitt et autres comptoirs partageurs de bla, sans communauté tangible que toute engeance bien connectée se doit de posséder pour se sentir visible, exister, se faire accroire qu’elle compte pour un paquet de cortex, que le chiffre PLUS est la garantie du mieux être... que capitaliser sa fibre amicale c’est dissoudre la solitude en faisant partie du grand tou ! 
Mais sommes bien entouré nous, de muses nous, en toges légères, qui savent nous prémunir contre l’insolation des solitudes écrasantes, en nous susurrant aux pavillons des lauriers savantes harmonies incomparablement plus pérennes que ces affinités numériques. Oups !!! Le vrai plus c’est du moins... encore faut-il qu’il soit beau !!! Le Pilier des Nautes, colonne monumentale gallo romaine, veille encore sur le pâtis d'ici, l'œil au loin... espérant on ne sait quelle passion inconnue quand viendra de ce coin la lumière subite ? Arf !
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.