26 février 2016

DRAGON DES GALLES EN FEU

C’est le petit dragon 
Qui crache son charbon 
A rôtir nos croupions 
Se plait à la maison… 
Chansonnette apparue via le tuyaux embrumé d’un cassis en perte d’équilibre. Ça tise bien gaillard au comptoir d’un bousingot coloré de maillots tricolores. Quelques baveuses déjà pâteuses, rhétorique désarticulée, fanfaronnent plein d’enthousiasme attendant le kick off. Tel un roi des poulailles perché en son glorieux monticule, Napo le chef du coin galvanise ses troupes. Poitrail au vent futur, l’œil au loin conquérant, on dirait du destin la ferme sentinelle. Bicorne sur la crête, il jette alentour d’une voix de stentor un cocorico des plus net !!! Sa détermination commande, sa prunelle luit comme un soupirail de caverne… son doigt semble donner un ordre à l’ombre et vaguement l’écrire… il rêve de victoire, il se tend, il fulmine : « c’est moi, je suis, tout m’avoisine ». Bref ya du cœur hugolien qui palpite, affirmé, résolutif, sur des pattes quand même bien empêchées par les ressacs d’houblon. Ça voudrait, ça espère, ça attend, une grosse baston. « On va planter l’ergot dans le cœur du poireau », « du dragon bien roussi pour nos gros appétits »… le coq est bien hardi dans cette antre turbide… ces hommes ramenards, gueulards et transpirants ont la veine gaillarde, pas de doute, sont prêts... à en découdre... mais pas sur le terrain ! Des chants désaccordés se mélangent à la mousse, ça tambourine ferme, allez bleus, on se pousse, faut leur bouger les tripes, leur refiler la frousse. Il est clair que jouter dans l’antre du Millénium c’est pas pour les petitbonum. Les supporters en masse raffûtent jusqu’au diable, les tronches sont rouges, sang, transpirant, les paluches broient du vent, on se demande bien dans quel état seront tous à l’entame du match. 
C’était votre Pilier en direct d’un comptoir, quelque part entre le ciel et l’enfer d’un terrain où les dragons s’enflamment en crachant des victoires !!! Hips et santé !!! © Le Pilier

25 février 2016

PRÉMONITIONS ?

Bob la nouille – Alors du Pilar, t’es plus très loquace ma gueule, pu rien à jacter ? 
Le Pilier – Salut l'arsouille… tu languis des pâtis ou quoi… t’as la houle sentimentale ? 
Bob la nouille – Pas possible suis presque à jeun… on voulait juste avoir des nouvelles du potager quoi… 
Le Pilier – Ben on a du poireau-citrouille demain soir dis-donc… un vendredi, juste après la gamelle, en pleine digestion… fada les télés… 
Bob la nouille – Le rugby mÔderne… cé quand on veut… 
Le Pilier – Tu parles, c’est la tisane pour préparer le roupillon du soir à pépé… 
Bob la nouille – Houla c’est pronostique ta vue basse ? 
Le Pilier – Diagnostique plutôt ma vieille… 
Bob la nouille – Vont se faire découper nos cucurbites ? 
Le Pilier – On sait pas, surement... ont tout à fait les moyens de perdre les trois prochaines rencontres…
Bob la nouille – Mais t’as dit qui yavait du mieux… 
Le Pilier – Oui du mieux, mais pas encore du grand plus… contre les macaronis vainqueurs d’un poil de courge, avec des joueurs de deuxième, voire troisième division dans la troupe romaine. 
Bob la nouille – Un poil de courge c’est pas courant… 
Le Pilier – D’hyper justesse quoi, idem avec le trèfle… ça manquait lourdement de soutien chez nous… arf... ce qu’on a retenu… et les green étaient mauvais… en Rosbie, les verts vont passer au rouge… 
Bob la nouille – Elle est plus gambille que les autres la Couine ? 
Le Pilier – Yes sir… pourrait p’têt même se tricoter un chelem… 
Bob la nouille – Houlà… carrément ? 
Le Pilier – Porqué no ? Du poireau chez eux, d’la cocotte chez nous… c’est jouable… 

On se réveilla bien coton après un sommeil d’hibernation sévère. Bob la nouille était une vieille connaissance de comptoir qui sirotait gaillard et jadis ses dix pichets par jours sans loucher… revenu des limbes infinies, venait hanter parfois notre roupillon comme un vieux Boudard assoiffé d'ovale actu. A moins que tout ceci ne soit le fruit de notre imagination ? La suite nous dira si non !!! © Le Pilier

13 février 2016

DU MIEUX EN BLEU

Il est bien ce Noves… ne change pas sa charnière, conserve enfin et quasi tous ses trois quarts. Pour les avants, un peu lights contre les italiens, il est dans l'ordre des choses de modifier le groupe, notamment les piliers. La semaine dernière avons vu ce qu'on peut appeler des petits moments de rugby au Stade de France… jeux équilibré, une première mi-temps inédite, de beaux essais dans tous les sens du terme. On gardera en mémoire la fixation superbe de Médard emmenant le try de Vakatawa, le matois. Certes sont loin du top… normal et qu'importe... le jeu proposé est une vraie révolution au regard des 15 dernières années… pas difficile direz-vous… mais c’est déjà ça, et de bon augure. Les Bleus ont les moyens, même avec ce peu, de battre sans problème les Irlandais si les avants tiennent le choc. Trèfles aux 250 rucks par match (cf la semaine dernière contre les Gallois) qui pratiquent un rugby des plus ennuyeux. © Le Pilier

04 février 2016

NOVES CÔTÉ JARDIN

« Je ne vais pas transformer des citrouilles en carrosses »… témoignage limpide et sans ambiguïté du nouveau coach de l’équipe de France… confronté sans doute à l’amateurisme des pisseurs de flan qui sévissent autour de nos terrains mineurs… entretiennent le délire ambiant et doivent harceler notre nouvel entraîneur de questions plus tartes que la pâte feuilletée qui leur sert de cassis… déclaration saisie par notre Geek Gaston scrutateur amusé des pâtis du coin !!! En tout cas nos cucurbitacées nationales entament une nouvelle saison avec dit-on plus de jeunes, du sang neuf, du vouloir mieux faire… et partant, la disparition attendue de certaines pesanteurs comme l'éviction de Bastagros, qui augure d’un vrai désir d’autre chose ??? A voir !!! Le tournoi 2016 du rugby amateur européen, éjecté du tableau d’honneur de la dernière CDM, entame donc sa nouvelle saison. Nos citrouilles débutent fort en rencontrant samedi les concombres italiens, qui ont largement contribué à la déchéance de cette compétition depuis 15 ans, car comme chacun sait, « tu ne deviens fort qu’en te mesurant à un adversaire plus fort ». Là, c’est déjà perdu. Mais les pizzaïolos servent à se faire mousser quand on les gagne, éviter la dernière place. Plus qu’à intégrer le Luxembourg, et l’on pourra s’en faire accroire à nouveau comme nos gros us nous y enjoignent !!! Arf !!! Autrement dit ce match ne nous intéresse pas. Malgré tout, faut bien dire, même hélas… on s'en voudrait presque... une certaine curiosité pourrait faire vaciller cette affirmation, puisque la tête de gondole tricolore du radeau médusé national a changé de binette, et que, eu égard à la valeur incontesté du toulousain, force sommes nous de soutenir le gonze. Guy Noves est apprécié, sans barguigner on se doit de l’encourager dans son sacerdoce… et même s’il ne pourra en effet transformer ces citrouilles en Ferrari, peut-être rendra-t-il plus coloré notre potager, avec des grosses bestioles comac, ce serait un comble de n’y pas parvenir !!! Arf !!! Mais vu l’état piteux de nos pâtis…  pas gagné, ya du taf !
Gros PS : Gaston nous apprend que la cocotte dépiautée Sainte André a pondu un livre pour « Aider Noves » !!!!
Arggggggg !!! Elle n’est pas à Cayenne celle-là… c’est la zikamania ou quoi ? Un vrai virus qui s’accroche partout cette cougourde, on la croyait définitivement anéantie pas la grippe aviaire, ou des vers grignoteurs !!! Allez hop, on tourne la page, on laisse tomber ces histoires de potager . © Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.