19 novembre 2015

McCAW CLAP DE FIN

Voilà !!! C’est fait, dit, affirmé, définitif… comme on l’attendait, King All Black & Super McCaw dépose ses crampons au pied du trône conquérant qu’il a courageusement cimenté durant plus d’une décennie, pour l’un des plus beaux règnes de l’histoire du cuir Néo-Zélandais. Palmarès époustouflant, poumons épatants... que dire de plus que n’avons pas exprimé en ce lieu d’admiration pour cet homme et le grand rugby ? Une phrase peut-être, du génial capitaine, piochée durant son interview par notre Geek national et Gaston d’amitié : « Il n’y a aucune individualité plus grande que l’équipe ». Recte dicis mon brave... juste, imparable !!! Elle symbolise parfaitement la philosophie du gazier, celle des All Blacks, comme des pâtis majeurs qu’affectionne l’intempestif Pilier. Bonne route au flanker, multi thanks for all of these amazing moments !!! © Le Pilier

18 novembre 2015

LOMU LAST RUN

Jonah Lomu is out… savez tous ça !!! Hommages sincères au puissant joueur de rugby qu’il fut de la part d’un Pilier qui n’a jamais partagé les mêmes considérations, points de vue, enthousiasmes que nombre, sinon la plupart de ses admirateurs. Nous y reviendrons plus tard car l’heure présente est au recueillement, pour de multiples raisons et notamment cette prévisible disparition. Première grande icône du rugby à quinze, dit professionnel… brave gars… sympathique All Black comme beaucoup en témoignent, simple comme tous ces guerriers qui portent la fougère scintillante. Pas un joueur n’oubliera son nom, ni ses perforantes actions. Pensées, soutien à son entourage… que son âme repose en paix sur les pâtis éternels du plus noble des combats. © Le Pilier

12 novembre 2015

LANCASTER OUT...

... D’un commun accord qu’ils disent entre les parties… mouais… radical c’est clair, malin ça l’est moins. Comme le disions zauraient pu le conserver deux années de plus, c’eut été plus judicieux. Ok ont raté la super cruche du monde… bourdes dans la sélection, un jeu derrière aussi savoureux que de la bouillante eau nature versée dans une tasse vide avec gravure de la couine sur les flancs… ok ok pour ça, mais le coach Anglais a quand même construit une équipe de jeunes plutôt gaillarde devant, avec du renouveau derrière mais qui n’a pas duré pour cause justement de choix, disons foireux. A bâti quelque chose qu’il devait poursuivre
Sont hystériques ces Européens, veulent à tout prix ce cruchon mais ne se donnent pas les moyens de jouer au ballon. Quand les Blacks, pour causes évidentes, ne gagnent pas les Bleus en 2007, Graham Henry est reconduit pour 4 ans de plus. Bilan ? Remporte la gamelle en 2011… travaillait en sus et déjà avec Steve Hansen… re bilan, hop cruchon again !!! Ça s’appelle la continuité... de l’intelligence, de la transmission… car le temps est long pour mettre en place un groupe performant... ce n'est pas donné comac. En Europe, on veut son Winston Churchill, son homme providentiel... mais y'en a pas dans tous les coins de terrain des gonzes de cet acabit. Chez nous aussi c’est comac, sauf que manque de bol en hexagonie on a souvent du Thiers, du Joffre ou du Gamelin… bilan ? Gamelles !!! Arf !!! 
Ben tiens, puisque sommes dans les commémos, un petit rappel de notre héritage culturel histoire de ne pas oublier. Thiers… savez, celui qui a fait construire l’enceinte épaisse autour de Paris, pour officiellement protéger la cité d’invasions extérieures. Très moyenâgeusement malin comme stratégie en plein XIXème siècle. Les boulets des gros canons teutons sont bien sûr passés par-dessus… on avait fait du lourd, bien statique, du globule rouge et du biceps si voyez l’allusion, mais question mouvement nothing de rien du tout !!! Au final, dérouste en un rien de temps. L’empafé leur refile super fissa l’Alsace et la Lorraine pour ne pas se faire totalement archi humilier !!! C’était en 70, mais ça recommence en 14 la foire aux foireux… Joffre croit et veut son fantassin, son canasson quand l’en face est outre-blindé, saturé de super gros canons… bilan kyrielle de soldats casse-pipés, éparpillés, déchiquetés, dérouste annoncée !!! En 40 rebelote… ligne Maginot mon bon Julot. Les Fritz contournent bien sûr… évidence… Blitzkrieg des teutons gavés de Pervitine. Gamelin et consorts délaissent les Ardennes françaises… très malin ça... et filent en Belgique. Guderian et ses Panzers déculottent tout le monde en perçant la forêt, prennent Gamelin le grand stratège à revers… branlée rapido. Toussa pour dire que l’histoire se répète, c’est du culturel… t’as une godille à la tête des troupes, t’es pré-visiblement marron… tu vas te faire ratatiner le croupion !!! Et nous, on aime ça les godilles... en avons plein l'histoire de nos bouquins !!! Arf arf !!! Pas de commémos là... on fait l'autruche... on voudrait oublier, mais ça pèse parfois très longtemps sur le quotidien....
Revenons au rugby Sainte machin d’André la foireuse et sa biarrote Lagisquette. On voyait dès le début que c’étaient des cailloux… on le disait, c’était clair comme un genou, mais on te garde ça jusqu’à l’ultime rouste histoire de montrer notre attachement à la culture !!! Arf !!! Pas possible de faire autrement. L’histoire est imparable. Certes c’est plus Maginot, mais c’est du vélo avec des pneus de tracteur, des gonzes de plus d’un quintal qui grimpent des monts zalpins en VTT… et puis du radeau… en pagaies groupées… et pis du wattbike pour la tronche libérer… et du pognétor X69 pour les valseuses soulager !!!! Arggggggg !!! Quand les autres jouent au rugby, font des passes, cavalent comme des zantilopes, travaillent le timing, le suivi, la transmission… etc etc etc… bref et soit !!! Dommage pour Lancaster… on l’aurait laissé à son poste, juste deux ans, pour voir… le meilleur gus depuis Woodward… pas très malins nos cousins non plus !!! © Le Pilier

11 novembre 2015

PACK DE SIX / COMMÉMORATION (16)

Jour de Commémoration Nationale, l’Adjudant en tenue appropriée déboule chez Bob… mâle, tonique… impérial !!! La troupe prenait son jus sous le soleil de Novembre, bavassant de choses diverses… du grand quinze… de la CDM réussie… de l’inquiétant Celsius pas vraiment de saison... de la dernière pétanque. Le Kaki moqueur de nous constater en civil, loin de ces préoccupations, s’adressa à Lampion qu’il fit placer à sa droite, lui intima un « assis » net, tête droite, regard fixe, index à l’appui, que le canin prit pour un coucher franc... s’étala dans la poussière d’un automatisme adapté, visiblement lassé de la marche forcé que son maître venait de lui imposer… annulant de fait et sans excuses possibles, l’effet martial de l’apparition du gradé et de son ordonnance !!! 

L’Adjudant – Regardez-moi ces gonzesses… ça jacte du climat, des boules... au lieu de rendre hommage à nos soldats... non mais… savez pas ?  La commémo ? Matez pas l’arc de triomphe ? Sa flamme ? 
Bob – De quoi vous causez mon colon ?
L’Adjudant – Nom d’un canon grippé, fiente à Bertha… le défilé les limaces!!! Le défilé du 11 Novembre !!! 
Le Pilier – Ben justement mon galon, on se proposait de lever un verre à la mémoire de nos anciens… on vous attendait… 
L’Adjudant quelque peu surpris, disons ralenti dans sa diatribe qui visiblement devait nous péter au visage si le Pilier n’était pas intervenu avec sa répartie apaisante, retint son ardeur, moqua son canin affalé de ne pas le soutenir par un grognement réprobateur, chercha quand même quelque chose pour reprendre le cours normal de sa feinte colère !!! 

L’Adjudant – Mais je ne vois pas d’emblème flotter au-dessus de vos minables existences… qu’avez-vous fait du tricolore fanion ? 
Le Pilier – Justement, on s’était dit que vous alliez nous fournir des couleurs plus vives que le terne drapeau de grand père. Il tombe un peu en lambeaux… et puis comme l’avons déjà raconté, l’ancien voulait déjà pas que marmot on trimbale son flottant, c’était sacré son emblème. Ya que lui qui le touchait, le déposait avec précaution à la fenêtre le jour du 11… alors de peur qu’il ne vienne encore nous le reprocher par on ne sait quel artifice, il trône impérial à côté de son casque et de sa cartouchière dans notre sanctuaire mémoriel, là-haut… bien au-dessus de nos minables existences… dans le grenier !!! 
Lu – Et puis les tricouleurs mon colon, on les porte sur le cœur !!! 
Le kaki à quia, visiblement touché par cette dernière affirmation voire par le témoignage du Pilier, qu'une larme discrète sembla même perler sur sa joue broussailleuse, baissa la garde, comprit d’une vivacité de fantassin rompu aux exercices les plus alambiqués, que n’étions pas tout à fait les minables dégoiseurs qu’il dénonçait, se délesta de sa fougue intempestive dans un fauteuil en osier qui n’attendait que lui !!! Avions notre manière à nous d’honorer les anciens, il savait ça, disons, venait de le comprendre. Pas besoin de mater les champs Elysées… d’autant qu’il n’y avait plus un soldat de 14 en vie de par le coin. L’Armistice c’était du massacre la fin… étions tous ok… le début des hostilités on s’en moquait… la seule commémo acceptable, la vraie victoire, c’était la paix !!! Alors... à tous les poilus de jadis, à grand-père blessé à Verdun… à toutes les bestioles évaporées par les orages incessants d’acier et de fureur humaine… hommages du pack de six, même s’il est clair que Lampion, plongé dans son magistral roupillon, ne semble pas spécialement concerné par notre histoire. Ainsi la vie des sages ? © Le Pilier 

05 novembre 2015

DISCOURS... DÉCLAS... RENÉ GIRARD

Les interviews du Pilier (3)
Le Celsius déraille complètement, Novembre au printemps, baratin délirant… on peut faire un rapprochement entre les deux entités. Ainsi l’humeur du Pilier, accompagné cette fois par son Geek bien étique, le vrai Gaston du Pack de Six, qui le suit comme un canin en lui fournissant certaines déclas, palabres diverses piochées sur sa tablette dont il ne se sépare jamais. On continue les questions, on attend les réponses du gazier maître en son lieu, toujours en phase avec ce temps... perturbé.
Ps : Les tofs sont le choix du Pilier et n'ont parfois aucun rapport avec le propos du jour. Ainsi il en est... en sera... désormais.
Doc XL – So Pilar… on causait des anciens… tu devais préciser des trucs… 
Le Pilier – Ok ma poule… juste avant on voudrait revenir sur un point. Quand on causait du discours qui dévoilait beaucoup, sinon tout. Dans tes derniers comptes rendus on te disait qu’ils ne pouvaient pas se passer d’être ce qu’ils sont… que ce qui est dit montre la voie de ce qui va advenir. Prenons ce que nous rapporte Gaston ce matin : « Nonu, Ashley-Cooper, Vermeulen, Carter, Smith, Genia... Les stars du Mondial vont enfin illuminer le Top 14 », un truc pompé quelque part sur un site raz du pâtis… 
Gaston le Geek - Rugbyramages...
Le Pilier - Qu'importe... Ya deux jours on te disait que « le délire continue pour une simple raison ils ne peuvent plus se passer d’eux, veulent du star ballon pour remplir les gradins » un truc dans le genre… 
Doc XL – Oui c'est ça… 
Le Pilier – Ben tu vois, c’est reparti comme en 40… veulent de l’illumination les borgnes… les ganaches sont lancées… rien ne peut les arrêter… le scribouilleur de rugby s’exalte et encourage la gabegie ambiante. L'étranger va nous sauver, mettre du relief sur nos prés !!!  Argggggg !!! T’as un bla de Noves non Gaston qui image itou nos propos sur le discours… 
Gaston le Geek – Oui, attend on cherche… on l’a mis quelque part… voilà : « ma première mission c’est d’abord d’essayer de pratiquer un rugby spectaculaire » 
Le Pilier – Vous pigez ? Faut mater les mots choisis… en premier lieu « D’essayer de pratiquer » Essayer ? Il va tenter, hasarder, tâtonner… ya toussa dans le mot… ça te donne une idée de la dynamique… de l’intentionnalité du gazier… de sa vision précise des choses… mais qu’est-ce qu’il raconte ? On continue… essayer de pratiquer un rugby spectaculaire !!!! Ouarf !!! D'abord en sus... ça veut rien dire... le temps du bla est foireux !!!! S’est piégé lui-même… veut répondre à la demande pressante du média pâtis ? Un rugby spectaculaire !!! Mais c’est le truc qui vient en dernier quand t’as tout fabriqué en amont… on n’en est pas là… c'est pas du cirque... ce temps de bla perdu n’est pas du tout approprié à l’état de notre rugby !!!! Se sent obligé de faire mousser popu ou koikès ? Godille !!! Ce qu’on veut vous faire piger c’est que dans cette simple phrase, il y a toutes les limites du gonze dans son débordement... arf arf !!! Un discours propose une direction, tu dis trop ? Tu débordes, perds la voie… en sus d’affirmer ton état…du coup on sait déjà à quoi s’en tenir. On ne fabrique pas un rugby spectaculaire d'abord, c'est le terrain qui le définira comac... sa mise en situation... c'est après tout qu'on dira s'il est spectaculaire... autrement dit, son "d'abord gnagnagna" est impossible !!! Hansen le néoz lui dit : On travaille sur un rugby total !!!! Voyez la différence ?
Doc XL – Mais veut juste rassurer aussi, donner du souffle nouveau non, exciter son monde ? 
Le Pilier – On s’en balance de ce qu’il veut, on s’intéresse à ce qu'il dit... a déjà ce qu’il est, donc on sait où il va !!! Autre exemple... Gaston nous a trouvé une phrase dite jadis par Laporte quand il grinçait de partout en survêt EDF. « le rugby n’est pas un sport de passes, mais un sport de combat ». 
Doc XL – Ben quoi c’est pas faux ? 
Le Pilier – Pfffffff... Attends un peu du moulin à vent… la question est de connaître sa vision à travers son baratin. Ce petit rien de bla est à la mesure parfaite du gazier, préfigurait ce qui allait se passer... comme tous les blas spontanés. Le combat donc… d’où les Liebenberg d’Afrique du sud, les Tony Marsh de Nouvelle Zélande… vous vous souvenez, celui qui avait les valseuses en chiffon… du costaud, des gonzes à muscu… qui ne devaient pas tourner à l’eau pétillante, ni téter que du bio… on vous le garantit… bref… les centres qui ont débuté le pourrissement de nos attaques. C’est à partir de ce moment qu’on a commencé à ne plus savoir faire de passes !!!! Séances d’hyper muscu pour tous les gaziers… jusqu’à notre joyaux Castaignède qui s’est pris au jeu et n’a plus jamais rien fait après ses blessures… s’est alourdi, appesantis, est devenu biceps en effet, pour des nèfles de rugby… même si Laporte en fait ne voulait pas de lui… le faisait toujours jouer, quand il rentrait, au mauvais poste !!! Le fait donc de dire « n’est pas un sport de passes » décrit ses priorités… et la phrase telle quelle est… on y vient mon cher Sigmund… en sus d'être une pesante charrue de 8 bœufs sur une fine couche de glace à patinoire improvisée dans une marre d'étang à carpes et goujons... oups... fait grincer les fondements même du bon sens !!! Un vrai trottoir de rue ce gus !!! Qu’on dise, à la grande rigueur… "le rugby n’est pas qu’un sport de passes, c’est aussi un sport de combat… c’est imparfait, mais c’est moins pire que le reste… vous saisissez ? Le mot qu'il faut repérer par dessus tout, c'est le "MAIS"... c'est encore lui le pire... un mais exclusif... le mais qui vous fait bien penser ce que vous ne voudriez jamais avoir entendu !!!! Arfffffffffffffffff !!!
Doc XL – Ouais mais tout ne se résume pas dans une simple décla non plus… 
Le Pilier – Ce n’est pas la question « une simple décla »… c’est un exemple, y’en a d’autres, des pleins comac… personne n’échappe dans la parole à ses intentions. Et puis tiens, justement si !!! Celle-ci est parlante, imparable, elle syncrétise parfaitement le profil, les intentions du gonze...  ce qu'il va faire !!!!!
Doc XL – Mais on peut se perdre aussi à répondre aux questions répétées et stupides des journaleux… 
Le Pilier – Certes on peut… on fait de l’humour à la rigueur pour s’en tirer… si non, on ne doit pas se perdre, on cause simple de ce qu’on pense… là ce n’est pas de l’humour !!! Ce qu'on pense dévoile tout. C’est la vision du gars… qui va, qui a engendré un tas de truc prévisibles !!! Il dit ce qu’il a à dire, pense ce qu’il dit… et montre ce qu'il fera... voilà tout !!! Ce qu'il a fait !!!
Doc XL – Un peu radical ton truc quand même… 
Le Pilier – On comprend ça du tapis… pas grave, on veut pas te convaincre, on veut convaincre personne du reste… on te le dit c’est tout… tu t’en sers ou pas… tu restes pantoufle ou tu chausses les crampons… mais si tu portes charentaises ne vient pas sur un pâtis affadir la pelouse avec ta guimauve aux pinceaux… a ce dont se contente l’esprit on peut, non seulement constater l’étendue de sa perte, mais autant affirmer la déliquescence de ses cognitions… ouarf !!! 
Doc XL – Hé tout doux ma carne… tu laisses pas d’issue… 
Le Pilier – Prend pas la mouche ma cocotte, choisi celle que tu veux d’issue, mais tu ne changeras rien aux faits… tu sais, ou tu sais pas… tu veux voir ou tu veux pas… t'es borgne ou t'es milan royal... tout est là en face de toi... ya rien de plus parfaitement simple et juste, et de plus inacceptable à assumer passque c'est du radical éternel !!! C’est la vraie démocratie mon coussin… t’as parfaitement le droit d’être qui tu veux, de te contenter de ton tout ton petit peu… 
Gaston le Geek – En somme Pilier tu veux dire qu’à travers ce qui est dit, on a ce qui prend vie !!! 
Le Pilier – Tiens en voilà un qu’est pas roupilleur… maigre comme une bicyclette, comme dit notre Adjudant, mais qui pédale bien léger dans les cols les plus grimpants !!! Exact mon ami, nous quitte pas de l’œil… avons besoin de toi. 
Doc XL – Ok Pilar on commence à entrevoir un truc… mais du coup on n’a pas traité ce qu’on voulait… 
Le Pilier – On a tout notre temps pour ça maintenant, on a raccroché les crampons, puis rien ne bouge encore… ça gesticule autour, pas plus… on a de quoi t’entretenir de ces « choses cachées depuis la fondation du monde »… en hommage à ce cher René Girard qui a quand même alimenté notre prime jeunesse de réflexions futées... vient juste aujourd’hui de casser sa pipe en trébuchant de son fauteuil d’Académie. Pensées du Pilier et remerciements pour son taf. Même si pour nous, rien n’est vraiment caché.
A lire, en parallèle des mécanismes victimaires de l'auteur...  
mensonge romantique et vérité romanesque. 
© Le Pilier


04 novembre 2015

LES INTERVIEWS VÉRITÉS DU PILIER (2)

Questions d'internautes, 
la formation, 
André Boniface au Figaro...
Deuxième volet donc du Pilier en interview directe. Le gazier vient de se rafraîchir la glotte en sirotant une boisson pétillante, plutôt dispos et d’humeur enjouée, comme il a débuté. Nous lui soumettons des questions d’internautes postées juste après ses derniers propos. 

Doc XL – Oui Pilier on voudrait revenir sur le fait « qu’on n’est pas sorti du poulailler en hexagonie, tu disais, « ils sont épatés »… « Ils s’emportent »… peux-tu préciser un peu… 
Le Pilier – T’es pas vif mon Sigmund… ok… on entend un peu partout cette phrase « les Blacks nous ont montré que le rugby c’est du mouvement, de l’évitement, qu’il n’y a pas que le rentre-lard etc… » C’est ça qui est remarquable. Il est effarant de constater qu’ils découvrent ces choses alors que les gonzes jouent comac depuis toujours !!! Que l’évitement, la transmission systématique font partie des fondements même de ce sport… à les entendre c’est incroyable, une nouvelle mode, une possibilité… c’est dire s’ils sont complètement à l’ouest !!! Du coup ça palabre sur le grand sud, comme si les gonzes débarquaient de Mars… veulent faire ci ou ça, vont en causer comme un nouveau paradigme, alors que ce n’est que du rugby. Hansen disait il y a quelques jours, on nous prend parfois pour des monstres de puissance, un peu effrayants parfois, mais nous ne sommes que des gens simples qui savent bien jouer au rugby !!! On peut pas mieux dire. 
Doc XL – Apparemment certains s’en rendent compte… c’est déjà ça… 
Le Pilier – D’où notre « on n’est pas sorti du poulailler » !!! Tu piges ? Le Bla nous dévoile tout… on dit pas que ce n’est pas bien de constater quelque chose… on dit qu’après un siècle tu piges à peine ça, t’as du chemin qui t’attend pour accéder aux cimes mon poulet… puisque tu ne l’as pas appliqué… ou laissé tomber… alors que c’est l’essence même de ce jeu. 
Doc XL – Ce n’est pas ce qui se dit dans les écoles de rugby ? 
Le Pilier – Parlons-en tiens… une sympathique lectrice nous a glissé un document riche d’enseignements... thanks girl !!! Rien de nouveau sous le soleil dans un sens puisqu’en avons moult fois causé en ce lieu, mais très bien exprimé par André Boniface copié-collé du Figaro.fr… en lien si cliquez dessus... réalisé par Sébastien Lapaque, qui pour le coup pose de bonnes questions. Pas tous les jours qu’on lit des choses intéressantes sur le rugby, on les remercie pour ça… se sent moins seul. Cela mettra une nuance à notre emphase catégorique qui s’amuse à dire que les Français n’y panent rien au rugby. Une bonne occase de précision nuancée, pourtant toujours en filigrane dans nos affirmations, pour ceux qui savent lire. Quand on tranche net, on exagère, ça fait partie de la figure, mais des saveurs y’en a bien sûr, puisque certains d’entre eux ont fait notre formation… chez les anciens du reste... comme d'autres lisent le Pilier. Arf arf !!! Tiens balance ça avec ta machine… sélectionne car on ne partage pas tout ce que dit le père André. 
Le Figaro - Avant de critiquer le fonctionnement du Top 14, il faut s’intéresser à la formation. N’êtes-vous pas frappé de voir, dans les écoles de rugby, des enfants avec des casques et des protège-dents auxquels ont apprend à faire des mauls, des rucks et des mêlées au lieu de les faire courir en se faisant des passes ? 
André Boniface - C’est le problème principal. Comme partout dans la vie, l’essentiel, c’est la formation. Et les bases du rugby, ce sont les passes. A un enfant qui commence à jouer au rugby, ce sont les choses essentielles, les choses du bonheur qu’il faut d’abord apprendre : courir, passer la balle, attraper un ballon de volée, le transmettre à son partenaire, plaquer correctement en descendant le long du corps jusqu’aux jambes. Voilà les choses importantes que l’on doit apprendre à 10 ans. A cet âge-là, il faut faire jouer ensemble des enfants par catégories de même taille et de même poids, sans différence de postes, et leur expliquer que le but du rugby ce n’est pas de se rentrer dedans. Ils apprendront à plaquer, à faire des passes, à attraper le ballon dans toutes les positions et surtout à savoir bien se positionner par rapport à leurs partenaires. La position sur un terrain, elle s’apprend tout jeune. C’est à 15 ans, quand on aura distingué ceux qui sont costauds et ceux qui sont rapides, ceux qui sont grands et ceux qui sont adroits, que la spécificité de chaque poste s’imposera. Mais celui qui jouera 2e ligne ou pilier n’oubliera rien de ce qu’il a appris auparavant : adresse, passes, vitesse. Il s’en souviendra même toute sa vie... Quand je jouais, on finissait tous nos entraînements par un match à sept, sans touches, sans mêlées, avec du jeu ininterrompu, des cadrages-débordements et des passes croisées. C’est d’abord dans les collèges et les lycées que le VII devrait être pratiqué. Les professeurs de sport qui aiment le rugby devraient s’y investir. Il permet d’acquérir les bases du jeu. Parfois, les avants sont un peu dépassés par le rythme, mais il n’est pas toujours inutile pour eux d’apprendre à jouer comme un trois-quarts. L’autre jour, j’ai été émerveillé par la chistera d’un remplaçant néo-zélandais qui a amené un essai de Kieran Read. Je préfère ces avants qui jouent comme des trois-quarts que les trois-quarts qui jouent comme des avants
Doc XL – Que penses-tu alors des anciens, ce qu’ils disent, parfois dénoncent ? Faut les écouter...
Le Pilier – Bien sûr !!! Pour les plus avisés d’entre eux ont une très bonne vision des choses… même si certains sont dépassés et se laissent emporter par la nostalgie. Tous ne sont pas adaptés non plus à ce temps. Mais on en cause la prochaine fois si tu veux… on doit s’éclipser là. Lisez l’interviouve d’André sur le Fig en attendant, savourez une chopine, méditez, prenez du bon temps... faites c'que vous voulez quoi. © Le Pilier

03 novembre 2015

LES INTERVIEWS VÉRITÉS DU PILIER (1)

Trouver un lieu à la convenance du Pilier n’est pas chose aisée. Afin qu’il se livre sans ambages lui faut son moment, comme son aire ad hoc à l’animal. Un espace mitigé qui oscille entre l’ombre et la clarté… sous frondaison grave qui assagit les humeurs prétend-t-il, un coin marqué par l’histoire si possible d’une architecture acceptable… luminosité tempérée comme un climat zélandais en somme et bref. Lui faut son petit confort, son logis, sa zone comme il dit, sans parler des gisquettes qui doivent circuler just around, au rythme irrégulier de la conversation, favorisant distraction, suspensions nécessaires que le souffle affectionne quand les aveux sont trop sérieux, ou que la réflexion demande un appui extérieur !!! Arf !!! Avons dégoté un coin quiet, avec le juste mouvement aléatoire inspirant, si on en juge par la carafe enjouée du gazier, de belle humeur sifflotant un air plutôt swing de son répertoire favori !!! C’est parti !!! 
Doc XL – Salut Pilier, alors cette coupe du monde, satisfait ? 
Le Pilier – T’as pas lu nos bafouilles Sigmund ou quoi ? 
Doc XL – Sorry Pilier, on voulait juste savoir la teneur de ton état présent… 
Le Pilier – Présent… 
Doc XL – Ok alors... quel effet ça engendre un tel palmarès… dix années d’écrits ayant tout dit, annoncé… trois coupes du Monde à ton actif… un pillage régulier de tes données, titres, orientations des analyses… un vrai creuset de subtilités… 
Le Pilier – Hé dégonfle un peu la montgolfière, on va finir sans oxygène… 
Doc XL – Pardon oui… quel effet ça te fait donc toussa, qu’on te pille ton bla ? C’est la reconnaissance non ? 
Le Pilier – On se dit qu’on n’est pas sorti du poulailler… ça débarque en effet comme s’ils découvraient un nouveau monde… ça prend conscience, qu’ils disent. En fait sont toujours en retard  de quelque chose, si on en juge par les réflexions diverses entendues… 
Doc XL – Comme quoi par exemple… 
Le Pilier – L'idée qu'il se font des choses... ces antilogies... cette façon de proposer des solus… de s’épater, de s’emporter… Gaston nous a même dégoté un « Monsieur Noves, à vous de jouer » hé hé… stupide… veulent du gus providentiel… qui effacera tout, changera tout. En même temps on assure que ce sera forcément mieux, pour une seule raison, une seule : très étonnant qu'on fasse pire... mais sait-on jamais !!! D’un autre côté continuent sur la même lancée, ça cause de tous ces grands joueurs qui débarquent du bout du monde pour passer une retraite dorée… enfin dorée n’est pas le mot, vont s’ennuyer ferme les gaziers… bref, on continue le délire pour une simple raison, ils ne peuvent plus se passer d’eux, veulent du star ballon pour remplir les gradins… doivent flipper sévère de la réaction des amateurs… et plein d'autres choses... ce serait trop long. 
Doc XL – Tu crois que les déroustes des Bleus auront des effets dans les tribunes ? 
Le Pilier – On s’en contre balance… vont venir mater Carter au Racing de toute façon, c’est clair… un temps… Conrad Smith à Pau ? Alors là ça nous fige… qu’est-ce qu’il vient faire ici le super centre ? Nonu à Toulon… arf arf… avec Batareaud le poteau ? Non mais… 
Doc XL – C’est Bastareaud Pilier… 
Le Pilier – Non Batareaud… le tonneau !!! Ou basta... si tu veux...
Doc XL – Oui, on voit ce que tu veux dire… mais revenons à toi… trois CDM remportées haut la main, à l’instar des Blacks pas un Blog qui rivalise, un scribouilleur qui t’inspire… d’où vient une telle acuité… et cette plume affûtée ? 
Le Pilier – La plume ? D’un croupion d’albatros voguant sur les embruns des mers… ha ha...
Doc XL – Non mais mine de rien, t’as pondu plus de 1150 bafouilles… solo… on y trouve tout dedans… tu imaginais au départ une telle longévité ? 
Le Pilier – On n’imaginait rien… ça s’est produit voilà tout… on a eu la chance de tomber sur une décennie remarquable en matière de rugby… les tri puis le Championship nous ont beaucoup appris… et ces Blacks bien sûr, dont on a tout dit...  de beaux moments d'Aussies et de Boks. On leur doit notre enthousiasme… car on aime le beau rugby avant toute chose... 
Doc XL – Tu as tout annoncé de ces déroustes européennes, depuis longtemps… comment donc savais-tu ? 
Le Pilier – On savait rien, en constatant l’évolution de l’hémisphère sud et la comparant avec nos mentalités de cloches à village, on a tout de suite pigé la différence de ces mondes parallèles. Parallèle tu connais la définition ? 
Doc XL – Oui… qui ne se rencontrent jamais… 
Le Pilier – En effet… sachant que cette histoire dure depuis plus d’un siècle… everything is different... nothing have changed... si tu veux. On s’est intéressé au discours qui sous-tend cet état des choses... bien sûr en regardant d’un œil le tournoi pantouflard… le discours, ce sur quoi on taf depuis des hyper-lustres… traitement de l’info… ses implications, mais surtout ce qu’il révèle et qu'on n'entend pas toujours. D'une certaine manière il dit tout, apprend tout, dévoile tout, décrit jusqu’à ce qui va se produire… bien sûr pour qui sait décrypter évidemment. C’est époustouflant ce qu’avons engrangé… bien au-delà de nos idées d’origines (notamment l'infantilisation virale du ton ds le rugby d'ici)… même si on avait la configuration ad hoc pour investir et débroussailler ce champ aux fondements cybernétiques. 
Doc XL – Tu comptes en faire quoi de toussa… 
Le Pilier – On s’en sert déjà… mais il est possible qu’on fabrique un module inédit en rapport avec le Pilier concernant un bon nombre d’aspects qui dériveront du rugby. Cette dernière période comme prétexte et exemple frappant d’un moment sociétal, d’une époque à machines, super com… ses implications, les modifications qu'elle engendre… les vérités qu'elle affiche… ce même qu'elle perpétue... qu’elle révèle… l’emprise du jeu… dans une approche totalement anti-debordienne si tu permets l’horrible phonème. Très mal fagotée sa « société du spectacle »… sommes aux antipodes de son bla pour la simple raison qu’il forgets plusieurs aspects essentiels dont on ne saurait se débarrasser comac… qu’il évite par faiblesse, sinon peut-être pour cause idéologique. Debord débordé !!! Quand ya d’l’idéologie dans la réflexion, ya des grains de sable dans la cognition !!!! 
Soit et bref, à travers tous ces matériaux, ces taxons interactifs… ces unités projetées… on peut voguer sur n’importe quel sujet psycho-philo-sémantico-épistémo-cybernético-futuro-ovalisto-logique. Arf !!! On a donc fabriqué des algorithmes que l’on utilise dans divers domaines et le Pilier, en sus des tours de terrains pour se dégourdir les phalanges sur le Toshibastringue, et notre passion totale pour ce jeu, nous a permis de recueillir un grand nombres de données, une sorte de laboratoire si tu veux. Ce qui nous amuse follement c’est de se servir du XV pour décliner ses vertus, ses dangers, ses effets… isotopies marquantes... ses revers computationnels... son conatus endeavor partant son évolution... le relier à n’importe quelle autre matrice concernant les sciences, dites abusivement humaines, de l’empirisme le plus basique au Jupi-Terrien le plus métaphysique, en passant par l’art… la grâce éternelle… le simple et naturel état de l’être, en quête du seul et unique but qui n’a pas à dévoiler son nom…
Doc XL – Ok… on fait une pause si tu veux bien… on reprend ça plus tard… 
Le Pilier – A ta convenance half Doc… 

Interview authentique enregistrée, réalisée, conservée, rapportée par Doc XL, nom qu’il a choisi pour se conformer aux dispositions de la bestiole, pour le moins singulière. © Le Pilier

02 novembre 2015

LE PILIER INTIME

Bon nombre de lecteurs voudrait en savoir plus sur le Pilier… de quel coin il débarque, qui est-il dans l’intime, quelles sont ses activités extra-rugby… d’où vient ce style pas vraiment conventionnel, sa connaissance profonde du jeu, les raisons pour lesquelles il a fondé ce Blog, ses motivations, ses doutes dont il ne fait jamais part, si toutefois il en subit les effets, ses projets, ses visions… ses par-dessous, son futur… etc. Vu que certains prennent ses affirmations pour du savoir épatant, comme d’autres pour de l’arrogance, de la vanité, sinon de l’orgueil débordant… on peut se demander s’il en joue, s’en amuse, s’en affecte… se trouble… si les critiques favorables ou pas ont quelque effet sur sa plume, son humeur, puisque rien ne semble l’atteindre. Certains ayant voulu échanger avec lui par voie de mail, le décrivent comme attentif, précis, beau parleur, pourtant esquiveur patenté conservant toujours son en-but impénétrable, qu’il défend avec cette verve que nous lui connaissons. Ainsi des questions générales saisies au grès de ces années de service pour la cause ovale, littérairement parlant. Se demandant de plus, à l’instar de Mc Caw, quelle suite il allait donner à sa carrière, nous voudrions en savoir plus sur les intentions du gonze, sa dernière bafouille, comme il dit, évoquant la fin de quelque chose, sinon un adieu définitif aux pâtis. 
Qu’en est-il vraiment ?  Après de longues discussions, lui avons proposé de se confier sous la forme d’une interview, à cœur open, lui proposant même d’ouvrir ses commentaires, si d’aventure certains lecteurs désiraient lui poser des questions afin que lui-même en sache un peu plus sur ces afficionados qui viennent régulièrement marauder en son lieu, selon son expression, et dont il ne sait quasiment rien… pour beaucoup d’entre eux. Dans l’abord il réfuta net la proposition. Et puis, avec le temps… l’ambiance… le climat... les gisquettes insistantes, de même que les agapes faisant quelques effets apaisants sur la bestiole somme toute farouche, la perspective de se distraire, de répondre à des inconnus qui ont suivi son chemin, le Pilier baissa un rien sa garde, s’assouplit… et dans une moue amusée esquissa le possibilité de la chose, à conditions impératives, de posséder plusieurs jokers comme veto (le Pilier ne répondant pas à n'importe quoi)... de même que les confidences ou petits secrets zintimes soient dévoilés en son propre terrain. Pour l’heure présente donc, il accepte de relever la herse de son bastion, propose à ceux qui auraient quelque chose à exprimer d'envoyer par mail leurs questions, humeurs, ou simple salut en ce lien connu de tous suivant : le.pilier@yahoo.fr... refusant au final l'idée de commentaires en bas d'article. On ne change pas une habitude ça comme, même chez le Pilier. Sachant pour conclure que tout cela orientera son intérêt pour une œuvre dont il dévoilera plus tard la teneur. A suivre donc, pour une interview utilisant, entre autre, les questions que vous proposerez. © Docteur XL

01 novembre 2015

MC CAW WEBB ELLIS CUP

Hé hé, ce diable de Nonu, quelle course !!! Quasi l’idem de l’autre, celle contre les Bleus… mais cette fois n’a pas lâché son cuir !!! Magnifique, sympathique, sublime !!! 
Merci aux Blacks pour ces dix dernières années, merci aux Blacks pour ce premier essai, pour Ben Smith et son coup de pied… pour Mc Caw pour ce qu'il est... merci aux Blacks pour cette finale remportée, merci aux Blacks pour ce rugby hors catégorie, merci aux Blacks pour la beauté du geste… 
Merci au staff qui a parfaitement su encadrer cette troupe épatante, à Steve Hansen pour son calme, son intelligence, sa connaissance du pâtis, simplicité, franchise, acuité… qui, dit en passant, remporte lui aussi sa deuxième carafe Ellis. Félicitations !!!! 
Merci aux Wallabies pour avoir bien résisté, pour cette belle remontée. Le Championship était tronqué… vaincre les Blacks une fois par saison, c’est bien maigrelet et ce n’est pas assez pour prétendre être champion du mondial cruchon. Comme l’avons souventefois exprimé en ce lieu les ABs sont imbattables… et si d’aventure une équipe obtient un plus gros score au tableau, ce n’est pas que les noirs ont perdu, c’est qu’ils n’ont pas gagné… voire qu’ils ont bien voulu vous faire croire quelque chose que vous n’allez plus réitérer !!! Hé hé… du reste personne n'assure deux réussites successives contre les galactiques Néo-Zélandais... ainsi la chanson !!!
Quand nos globules Bleus les bousculent une petite fois… on est tellement satisfait que  les cinquante matchs suivants on se fait ratatiner la couenne comme pas permis… autrement dit on se met à roupiller sur notre livre d’histoires jusqu’à disparition des cellules même du bon sens… oups… on ne vit que de ça, délaisse complètement l’essentiel, le jeu, le suivi, la transmission, le travail qui débute, celui à accomplir, la posture à investir pour perpétuer l'ascension.
Plus corniauds que nous en ovalie ya pas... 
dans tout l’univers des pâtis...
dans toute l’histoire concrète de la trufferie !!!
Les devancer une fois, c'est là que tout commence... hors pour nous tout est déjà fini !!!
Merci à l’Angleterre pour l’organisation… les pelouses étaient impec, l’ambiance parfaite, les commentaires avisés… les arbitres corrects... la finale remarquable, logique, espérée, attendue, voulue !!! Swing machin et son charriot qui couine, pour le plus grand bien du green a vite disparu des tribunes, moins d’hystérie… partant plus de rugby… ouf !!! Autrement dit, les Bifs ont quand même eu l’exquis goût de rentrer at home avant les quarts… bilan, pas de triche, de plans foireux, de pressions suspectes… de délire casse-noisettes, de brisure de burettes… la plus belle coupe du monde à laquelle nous ayons jamais assisté !!! Merci au temple de Twickenham pour son gazon épatant... et son nuage blanc !!! 
Merci à toutes ces bastons, à tous les nobles guerriers de la compétition... aux Bleus pour le Wattbike... encore aux Blacks pour tout ce qu’on oublie… pour ce qui viendra... pour ce qui restera !!! Tiens, merci  à Nigel Owens même s'il n'a pas été sympa avec Smith, et bien trop négligent avec Kepu !!!
Et puis, comme il se doit, grand merci au Pilier d’être l’infaillible support de nos élucubrations, de notre incomparable, époustouflante raison !!!! Arf !!!
Merci à B.J... à M... à C... à R... à T.... à I... H... O... J.J... F... P... bref à quasi tout l'alphabet... merci à tous... qu'on ne peut pas citer !!! © Le Pilier

30 octobre 2015

GRANDE PETITE FINALE ?

Carabistouiller est plaisant. On s’allège, on virevolte, on déborde, joue des tropes, esquive… histoire de ne pas prendre à la lettre tout ce qui pourrait, par relâchement, obombrer ce frêle onirisme à l’âme se greffant, qui nous tient lieu de jardin vitalisant… où l’imaginaire côtoie l’astuce, l’esprit néantise jusqu’aux puces les plus tenaces qui vous ressassent que la réalité ça peut gratter les fondements, affecter notre entendement... sinon appesantir une pantoufle sans jugement éclairé !!! Ouarf ouarf pour ce dernier pléonasme non ??? Un temps pour tout quand l’actu bien sévère vous impose une attention ciblée, qu’en terre Anglaise se joue ce que l’on nomme à tort la petite finale, que les gros Boks s’envoient du Puma devant des millions d’écrans plats. Sans doute un rien mâchés par leurs coups d’éclats, les joutes, les blessures, les espoirs de gamelle dissouts dans un déversement lacrymal spontané… les fiers matous de la pampa vont avoir du mal à s’imposer sur le pâtis de Twickenham. Bref sont cuits. Attention, ceci n’est pas un pronostic, c’est une affirmation diagnostique !!! Précision nécessaire pour les ceuss qui prétendraient que le Pilier voit tout, sait tout, anticipe tout… arf arf !!! Non de niet et que nenni, savons pas, disons juste ça pour passer les temps et balancer une vérité... arf !!! 
Il semblerait que les gominets* prennent cependant la milonga plus à cœur que les Sudafs, Heyneke Meyer ayant déclaré tout net que cela ne l’intéressait pas !!! Intox au Flytox, ou vérité sans volets ? La seconde, elle flotte partout, et le gonze est d’une franchise affirmée. Pas sûr pour autant que ses joueurs pensent la chose idem… Matfield redevenu capitaine pour l’occase jouera son dernier match comme Burger, sinon Du Preez… voire Habana ?
Décamper sur une rouste n’est pas la clausule rêvée pour le magicien des cimes, maître es réceptions incontesté en touche depuis pas mal d’années, gageons donc qu’ils vont se la donner… peut-être même s’amuser, manière itou de permettre au brillant ailier Brian de battre le record de Lomu en inscrivant un seizième try qui le conforterait en son podium de meilleur marqueur d’essais de la sublunaire contrée de tous les temps connus !!! Hips !!! Un match à suivre évidemment avec toute l’attention qu’il mérite, en souhaitant quand même aux Argentins, une parade à la mesure des espoirs suscités !!! Yeah !!! © Le Pilier 
* Il n’y a pas de faute à gominets, c’est un néologisme du Pilier… miaou !!!

28 octobre 2015

MC CAW NUISIBLE...

Ou riche papillon ?
Ça astique bien sévère du côté des médias australiens. Ci-joint cette galéjade sur Mc Caw transformé en nuisible qu’il faut à tout prix piétiner, éliminer, total éradiquer du pâtis. Ouarf ! Parce qu’il est identifié comme un vrai poison pour venir illégalement sur le côté des rucks, faire foirer la progression des mauls, perturber l’éjection du cuir, retenir trop longtemps le joueur plaqué, à la limite du hors-jeu… on en passe… le vilain ver Richetty est le maître des arts sombres, fourbe, jouant avec la règle de façon peu conventionnelle, sinon douteuse… en somme, un vrai tricheur !!!! Arf arf !!! On connait la chanson. 
Doit bien se fendre le super flanker… comme nous du reste… la chose est claire… le vilain focalise toute l’attention des kangourous. Mais be careful, ce ver, comme ils disent, ferait plutôt figure de larve du genre chenille à dix mille papattes… processionnaire des p(a)ins… dans les mandibules… et ces petites bestioles ne rigolent pas du tout quand on les chatouille. Recouvertes de poils urticants et allergisants, elles vous les balancent en pleine carafe à la moindre agression… vous ravagent la couenne comme pas permis… puces et tiques à Lampion passeraient pour de vertueuses masseuses de salon. Alors gaffe aux représailles les marsupiaux, faudra sauter encore plus haut !!!! Et puis surtout n'oublions pas sa future transformation... car c'est bien connu des initiés... le travail mène à la richesse, pauvres poètes travaillons, la chenille en peinant sans cesse, devient le riche papillon. Un bel avenir apollinien... ce Ritchie... papillon ? Arf !!! © Le Pilier & Guillaume Apollinaire

27 octobre 2015

DES MAUX & DES IDÉES

Pack de six / Episode XV 
Aux dires de Gaston, le geek de la troupe, ça remue sévère autour de la fédé, ça commence à constater les faits… hé hé… ya du bla qui s’étale, des tensions qui déballent et même cerise sur les jarrets du bulbe un Michalak kia plein d’idées !!!! Ouarf !!! Sommes encore dans l’auberge, pas d’lézard. Entre le gras et les cuisses de poulets, les abats et les mousses à pâtés, la bousculade des pichets, la tisane au calva, ça suinte plus que dab des tas de choses qui vont changer la face même de nos pâtis. Clair de limpidité !!! En sont donc au clacos nos énergumènes, la digestion n’a même pas encore commencé !!! Faut des idées à mettre sur la table… d’la pression à mettre sur les râbles… ça veut virer Camou… ça s’énerve de partout… passque de toute façon faut bien constater que ça peut pas durer !!! Hé hé !!! Le Pack de six, en pleine forme, déguste l’air du temps comme Lampion farfouille de son blair aiguisé un buisson visiblement fourni de bestioles à poils, vu l’excitation du canin. Plus haut dans l’azur, des feuilles désarticulées dessinent d’improbables chorégraphies, l’espace-temps d’une chute… Ouarf !!! Pardi c’est l’automne. 

L’Adjudant – L’empafé de Michalak a des idées ? 
Gaston le Geek – Plein… il veut même s'impliquer... ouille !!! 
Le Pilier – Comment faire déjouer une équipe dès l’entame… 
Lu – C’est ça, un coup de maître… un génie… 
Bob – D’habitude il lui fallait un match entier pour annihiler le groupe… prenait son temps
L’Adjudant – C’est du métier ça les filles… pouvez pas comprendre… 
Lu – En revanche il a parfaitement conclu… deux placages loupés, une énorme bourde, une cuisse douloureuse, zappé des tablettes critiques… bien vu...
Bob – Une carrière bien résumée dans ce geste parfait. Bravo… 
L’Adjudant – On va jamais s’en débarrasser de ces gus… collent à la fédé comme les bonbons au caleçon du Ténéré !!! 

Fallait toujours un brin de temps pour encaisser les vannes du gradé… après longue réflexion on finissait par comprendre l’allusion… on allait se farcir tous les foireux de ces dernières années. Les pires de l’histoire entière de nos terrains. La structure même de la FFR certains la comparaient à celle du régime soviétique, c’est dire l’enthousiasme… en sus le rouge marteau et sa faucille à cocos ça plaisait pas du tout à notre kaki. Les pardessus, autrement dit les huiles bien frelatées qui dirigent nos pâtis, n’avaient jusqu’à ce jour jamais fait montre de modernité… hors le grisbi, les machines à simplifier les bulbes, le désir d’un grand stade pour nos petits joueurs, rien dans la structure même des mentalités n’évoquait un soupçon de possible éventuelle modification des mœurs !!!! Arf !!! 

Lu – On prend les mêmes, on les change de place et voilà tout… 
Le Pilier – Sommes intra-muros ici les gars… faut pas rêver... not grand kiff c’est ressasser d’la poussière d’histoire… tenez regardez le titre du dernier post de Nice Rugby situé à droite du Blog : «l’Australie comme en 91?»… 1891 sans doute... c’est reparti comme en 40… sont enveloppés dans le formol de leur mémoire répétito-nostalgique… on n’a pas lu leur bavassage, mais rien qu’au titre on se doute de la teneur. Sont incapables de s’updater les gus… se mettre à la page du jour… les siècles derniers, ya que ça qui les transpire, les fait kiffer… la mifa des copaings, le pastaga des marsouings, des vrais tronches à parpaings… ça compare toujours des trucs improbables, neuneus, des hiers qui ont ultra vécu mais qui pour eux ont un rapport avec l’actu… alors le Super Rugby, pensez, ils prennent ça pour un truc de Mars, une comète de l’espace… c’est trop loin. Ça cause des joutes de Mathusalem, le futur c’est du passé à consommer à chaque tartine de nouvelle journée… pas étonnant que les mêmes qui nous ont outre gavés sur le pré, se retrouvent avec leur barda à la direction de nos pâtis. Toujours les mêmes histoires... pas d'azur, que des vieilles garnitures....
Bob - Les Bleus sont à l’image de ceux qui les matent… cherchez pas… vont s’enquiller du Top, se faire mousser le croupion, et dès le prochain tournoi, nous rebalancer de la CDM en prépa !!! 
Gaston le Geek - Ya quand même Chabal qui fait d'la cuisine...
Bob - En effet, lui au moins se recycle...
Le Pilier - Dans la fourchette et le croûton de pain, c'est bien...
L’Adjudant – Ok alors... Laporte direct chez Casto... Sainte André avec les attributs papaux... Lagisquette aux oubliettes... Camou à Moscou... allez zou... les parcheminés expatriés...
Lu - C'est la révolution ? 
Le Pilier – Faut qu'ça saigne.... 

Une fois de plus la discussion partait en sucette, il était temps de se remettre aux choses sérieuses et d'entamer une triplette en préparation de la super finale à venir !!! Voyez un peu c'qu'on veut dire ? © Le Pilier

26 octobre 2015

PETITE VÉRITÉ / GRANDS EFFETS

La passe longue et sautée de Foley sur le premier essai d’Ashley-Cooper était parfaite, le cuir envoyé par Giteau pour l’autre essai du même, au cordeau. Remarquable geste du centre australien. Cette précision symbolise la maîtrise, le travail accompli par les grandes nations du sud, partant la distance qui les sépare de toutes les autres équipes de la planète. Pour assurer un tel timing il faut avoir répété la chose des dizaines et dizaines de dizaines de fois. La course de Cooper était impec, disons son placement… faut du métier pour assurer ça, se connaître, lancer les cannes au bon moment, anticiper le geste du passeur… tout un art. On ne voit plus ça de part chez nous, en Europe. Les gaziers du coin n’ont tellement plus l’habitude de s’envoyer le ballon, que lorsqu’ils s’y emploient, se ralentissent à chaque prise de balle. Le cuir est jeté aux épaules, un peu trop haut, ou trop bas, trop en avant, voire un brin derrière, les joueurs sont trop proches, pas assez décalés, en profondeur comme on dit… bilan l’attaque est molle, ralentie, se termine en bord de touche… on l’a remarqué chez toutes les équipes du nord durant la CDM. Il n’y a donc pas de vitesse, partant pas de décalage possible… elles se terminent systématiquement par un ruck en bout de chaine, quand toutefois le cuir y parvient. Très facile à contrer, suffit de se laisser glisser et planter les gonzes. Super easy !!! 
La profondeur comme on disait quand virevoltions jadis sur le pâtis. Nos anciens nous tannaient le cuir, c’est le cas de le dire, à nous faire répéter, répéter ces phases de transmissions, qui caractérisent le rôle premier des trois-quarts. Il s’agit d’être très en V, loin derrière le porteur… cavaler fond de cannes pour recevoir devant soi le cuir et le réceptionner en pleine vitesse. Cette figure on la répète dans une carrière, des milliers de fois. C’est ce qu’il y a de plus difficile à faire... il faut être raccord avec son co-équipier... que la passe soit précise en fonction de votre vitesse, de la sienne... des adversaires qui gènent... etc. Les Maso, Sangalli, Codorniou… Estève en bout de course… peuvent sans doute aucun vous en causer durant des plombes. On parle de cette trilogie, car c’est Maso le formateur des autres, perpétuant la lignée des grands trois-quarts centres Français. (c'était jadis, aujourd'hui ce qu'on raconte n'a même plus aucun intérêt... la transmission n'existe plus... comme des grands centres du reste, en France y'en a plus depuis des lustres... ya des bons parfois, jamais des grands). Autrement dit, de part la configue en profondeur, aucun des joueurs n’a la même course, ne possède pas les mêmes caractéristiques, les mêmes cuissots, la même dynamique de lancement... en bout l’ailier, très loin derrière dès que le cuir sort du ruck, ou de la mêlée… bref des pattes aux gros… se lance pour arriver tout berzingue au moment où il rattrape ses coéquipiers et réceptionne le cuir. C’était la figure que l’on travaillait le plus. Épuisante, faut toujours se lancer comme des fous, au ralenti ça ne donne rien… pour dire la chose, on n’en avait parfois raz la couenne… c’est là que les bons entraîneurs ne lâchaient pas l’affaire et nous imposaient des séances interminables. Pas d’issue, faut se le manger. Ce qui fait la différence imparable des nations du sud, Blacks et Aussies pour l’heure. Ce rien de passe de super Giteau, la réception impec de Cooper à toute vitesse, bref la réussite de la figure est le fait d’interminables répétitions. Ce que l’on doit apprendre aux jeunes… leur montrer ce qu’est le rugby, ne pas les faire fantasmer sur des gros qui bourrinent et tamponnent l’adversaire… ce timing, cette précision, ce travail de passe, ces anticipations, cette vivacité de transmission est le fond premier de ce jeu. 
Pour en revenir à la rencontre d’hier, les Argentins ont été vaillants, batailleurs, opportunistes… certes… ont sacrément progressé depuis leur entrée dans le Championship, mais ne nous y trompons pas, avant d’atteindre le niveau d’en face, yaura plus d'un changement de climat dans la Pampa...  zont un très long chemin à parcourir… et ça prendra du temps. Faut pas rêver, ou plutôt, ils peuvent rêver, mais vite redéposer les pinceaux sur le pâtis. Ces figures sus proposées, sont symboliques de la distance qui sépare les grands des autres. Pourquoi tout le monde s’accorde à dire que les Blacks vont très vite ? Parce qu’ils travaillent tous cette chose depuis les couches… arf... parce qu’ils la maîtrisent parfaitement… sont les maître du timing, du cuir réceptionné à toute vitesse. Sachant que le ballon va plus vite que les gonzes, vitesse des courses + rapidité assurée de la transmission + précision du jet, + réception tout berzingue = décalage imparable. Sont encore meilleurs que les Aussies à ce petit jeu… c’est pour ça (entre autres choses bien sûr) qu’ils dominent depuis des lustres le grand rugby. Les Argentins ont percé plusieurs fois, c’était bien, vivace, agréable, mais ce n’est qu’un bout du chemin qui mène à l’essai. La conclusion est encore l’étape supérieure. Toutes les équipes peuvent faire des petits coups comac, très peu savent conclure. C’est là toute la différence avec les grands… et pour remédier à la chose il faut travailler d'arrache pied. Autrement dit la distance est immense entre croire que c’est possible, que la partie se joue à trois fois rien, comme on l’entend stupidement parfois, et la vérité des faits... ce rien de différence pour le combler impose un très très long et lent apprentissage, d’infernales répétitions… un brin de vide invisible mais un gouffre à combler. Arf !!! Les All Blacks jouent ça comme dès le plus petit championnat, dès minus… aussi quand ils arrivent en équipe nationale, connaissent les placements, les automatismes, savent gérer leur course, se placer, passer, toniques au démarrage… (matez encore l’explosivité de Nonu malgré son âge)… précis dans leur trajectoires, "n’ont plus qu’à" travailler la connivence avec le joueur qu’ils découvrent, le connaître, le comprendre, le lire... sa kinesthésique si voulez... son style, sa manière de bouger, de leurrer...  sa course, son placement, sa tronche... mais le fond est là, déjà prêt. Dire que les Argentins sont proches du haut niveau, c’est encore jouer du pipeau… malgré toute cette belle énergie, ont été incapables de planter un seul essai. Saisissez ? L’espoir est une belle chose qui ne doit pas s’éviter l’imparable réalité.
Attention !!!!! C’est dans la dynamique des minus d’outre espérer, celle des forts d’en assumer les vertus limitées, d'accorder le possible à l'impeccable vérité. Yeah !!! © Le Pilier

25 octobre 2015

LE PILIER EN FINALE

Ce que disions, analysions, développions, anticipions, espérions est là !!! Une finale à la mesure de ce Blog, logique, dynamique, évidente, simple, imparable… sans foirages, sans baratins, du vrai beau rugby de grand terrain. Fallait bien ça pour conclure. All Blacks vs Australie, la plus belle affiche du moment, pour le Pilier, ses lecteurs quotidiens, les dégustateurs de vrai cuir, le pack de six, les raffinés du palais, calebasses avisées, cuissots entraînés… les francs connaisseurs, les grands saveurs. Une chose en passant très appréciée dans le temple Twickenham durant ces phases finales… pas de délire, de Rolling Stones à la mi-temps sur les enceintes… pas un brin de mord moi l’jonc de swing Charriot de mes deux baladeuses… finito le délirium… retour à l’atrium des petibonum… allez zou… tous virés, ruinés, limés, oubliés… tous les frimeurs au panier… on voulait, on a… du rugby et basta !!! Merci aux Blacks, aux Australiens… merci au Pilier pour son  impeccable groin, mille fois pour son inaltérable soutien !!! Arf !!! © Le Pilier

ALL BLACKS EN FINALE

Yavait des cordes de pleines gouttes humides et sournoises, bien anglaises, dans tous les coins du terrain… pas facile de faire circuler le module dans ces conditions… d’où les coups de pompes ennuyeux… mais les Blacks assurent la victoire, deux essais, aucun en face. Les Boks n’ont jamais inquiété ces derniers comme le prétend bon nombre de borgnes. Certes les fautes à répétitions ont permis aux Boks de coller au score. Mais hors du saton point de chanson !!! Pas une attaque d’ampleur, pas un fétu leurre, pas une ficelle de truc malin, rien,, même si le score était serré, 20-18, pas foto… les Blacks sont les plus beaux, ont contenu les buffles sans problème et voilà tout !!! Dès qu’ils ne plantent pas 50 pions, le journaleux s’exclame « sont prenables, pas invincibles, peuvent paumer » hé hé… en attendant sont bien là et donnent l’impression de gérer à leur guise les rencontres. Ne jouent jamais la même partition… dès quia du moins au tableau d’affichage la planète neuneus s’affole… et puis jouer les Boks n’est pas de tout repos non plus. Un match de cet acabit ce n’est jamais top easy… pas du bleubite en face… alors quoi ? Ce qu’on voit… jouent trois fois les Boks durant ces derniers mois, trois victoires. Qui fait mieux ?
On peut pas dire qu’on s’est régalé en revanche, Aaron Smith nous a particulièrement énervé… choix foireux, trop de pieds… Habana détrempé, des fautes inutiles, Read n’en parlons pas… Kaino fait le manchot... et Le Roux notre gazier souventefois glorifié ? Un  brin rouillé sous les trombes. Bref… on oublie. Une pensée particulière pour Carter impec, qui jouera sa première finale de CDM. La classe ce gonze… excellente gestion depuis le début des joutes, on lui souhaite ce qu’imaginez. Idem pour Ben Smith, roi des airs. Espérons que la deuxième demi-finale sera plus pétillante. © Le Pilier

23 octobre 2015

DEMI-FINALES GRAND SUD

Pas le moment de s’enrhumer le bord du cerveau à spéculer sur l’avenir proche en parcourant les astres pour y trouver quelques signes pronostiques concernant les chicores à venir. L’heure est à l’heur de savourer ce qui vient… comme il vient !!! Arf !!! Autrement dit qu’importe l’issue du week-end, seules la posture et la manière comptent pour le délicat mateur. Même si un penchant non feint nous oriente à porter plus qu’attention sur les Blacks, voire souhaiter en filigrane leur victoire en finale, notre raison s’y oppose et de facto imposera sa loi. Que le meilleur l’emporte et voilà tout… mais avec la manière. 
Question esthétique, pas foto, depuis le début des roustes ces derniers ont proposé le plus beau rugby qui soit, concluant en apothéose cette pré-CDM par une victoire remarquable face à nos cocottes, tourneboulées par un tel étalage d’essais, ayant pu apprécier, on le souhaite, la distance qui les sépare des grands pâtis, autrement dit du Super Rugby. Au moins, tout est clair. Les deux signifiants ne sont pas apparus de façon fortuite, en choisissant Super Rugby, les crampons d’hémisud comptaient bien se démarquer de la pantoufle Européenne. Arf !!! Ce n’est que sur la base de ce constat imparable que nos Bleus pourront, s’ils le désirent, orienter leur travail à venir en évaluant très facilement le chemin à parcourir !!! Mater le maître étalon, comprendre ce qu’il fait, comment il joue, est à la portée de n’importe quel attentif, se mettre à l’épreuve pour espérer atteindre ce niveau est une autre histoire. Tout est là, aux abords du Haka, Yapuka !!! 
Les Springboks en revanche nous ont plutôt ennuyé… trop balourds, trop rentre-lardon… trop baston… même si depuis le départ de De Villiers, comme l’avions annoncé en 2007, redit à la sortie récente de ce dernier, la team se porte mieux. Avec un centre De Alliende, plus intéressant, plus en cannes, plus vista, plus adapté au moment que le capitaine sortant, les Boks peuvent soutenir l’opposition. De plus possèdent un des plus beaux joueurs du parcours, très apprécié du Pilier, arrière de son état, le phénoménal Willie Le Roux. Pas musculeux, matois, passeur de cuir impec, intelligent, le voir évoluer est un vrai plaisir de rugbyman. A montrer comme exemple à la mouscaille qui ne jurerait que par la taille des cuissots, la percussion, l’épaisse carne sans ciboulot. Au rugby, encore aujourd’hui et toujours, tous les gabarits peuvent prétendre aux grand pâtis. Aaron Smith, le demi de mêlée All Blacks en est un autre exemple frappant. 
Les Pumas, s’ils ne tombent pas dans leur travers latin à faire des fautes à répétition, tataner comme des sagouins à faire scintiller les lampions de l'ennui, du morne terrain.. mouais... jouent des paluches comme ils peuvent le faire, ont toutes les chances de se retrouver sur le podium. On le leur souhaite.
Bon, les Aussies ont de quoi, faudra quand même s’arracher sévère pour les priver de l’ultime ascension. Question ressorts le kangourou possède une des plus belles détentes de la CDM !!! Autrement dit, les quatre équipes ont les moyens de faire quelque chose... arf arf !!! Tel en tout cas l’estimons… même simême si… nous est difficile de ne point anticiper le terminal festin !!! Bref, bref… on n’en dira rien… on veut pas, on veut juste déguster, mirer impartial les joutes finales… un beau week-end rugby en perspective et voilà tout. © Le Pilier

21 octobre 2015

CDM = RUGBY CHAMPIONSHIP

Que l’évidence pourfende un espoir ivre d’hallus… qu’elle obombre un peu plus le tricolore pâtis pour une engeance dépossédée d’une quête trop lourde pour ses frêles cuissots, passe encore, mais qu’elle éradique l’intérêt que l’on porte au catalyseur de ces effets est bien le signe frappant qui perpétuera leur trouble !!!!! La Coupe du Monde de rugby vient à peine de commencer, où plutôt débute ce week-end, popu n’a plus qu’un intérêt partiel à la chose. Veut son cadavre exquis, empaler ses coupables, trouver les responsables... bref tempête en son huis, farfouille au fond du puits des vérités trop profondes pour même atteindre le seuil enclos de ses fluettes aspirations, activer son couvercle, partant faire avancer son rugby sur des bases simples comme le bon sens !!!! Non de non de niet, il se refuse encore à comprendre que la fête arrive… qu’il a tout intérêt à ne s’occuper que de ce qui est, pour bien comprendre ce qui se fait… de mieux en ovalie. L’occasion est parfaite. Le Pilier se tue à répéter que la seule coupe du monde à proprement parler se joue chaque année durant les Four Nations. Le fameux Webb Ellis cruchon devrait symboliser le classement IRB, qui dit tout, montre tout, dévoile beaucoup… mais qu’importe, veulent des jeuzos bien à eux, il est là, définitif, et débute ce week-end même sur le terrain. Ce qui précède n’est qu’une mise en bouche, un simple échauffement, un rien, une étonnante agitation, mais le plat de résistance arrive, dégrafez les ceintures !!! 
Laissons de côté la tricolorie décadente, rendons honneur à ce qui vient. On se retrouve donc comme cet été avec les quatre jouteurs de gros calibre, puisqu’au regard de la prestation des Pumas lors de la chicore des Irish confits notamment, devons reconnaître les progrès encourageant de cette équipe, partant les constater aujourd’hui à leur meilleur niveau. Comme dab, sans calcul, rêve d’évitement, plan foireux, les All Blacks devront s’enquiller les Boks, Les Boks les Blacks, puis les Aussies… ou les Pumas, les Aussies les Boks ou Blacks… les Pumas idem… bref et donc… s’ils veulent trinquer dans la gamelle convoitée faut pas lésiner sur la volonté et s’envoyer les mêmes gros que durant l’été. Rien de nouveau pour eux… connaissent la musique. Un vrai week-end rugby en perspective que l’on passera sans doute avec la troupe sémillante que vous connaissez, le bien nommé Pack de Six. Fi des aveugles passions, ouvrez les carafons, matez ces grandes nations, pas d'lézard la CDM 2015 c'est l'idem des Rugby Championship bastons !!!! © Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.