23 août 2011

LA SOLU SAINT-ANDRÉ...

Immédiate !!!
Faisait hot au Celsius en cet Août finissant... nos gisquettes passives et finement vêtues, gisaient aux divans lasses, molles, pensives, espérant vaguement que de lointains zorages ramenassent fraîcheur au vespéral suspens, par un zeph bienveillant de l’ouest survenu... balayeur d’atmosphère tel un gros ventilo ! Ouarf !!! Zappions de clics en sites pour distraire un cassis épuisé par des spéculations diverses... méta foreuses... frisantes l'épistémo, jongleuses en ciboulot... quand apparut tout soudain nouvelle neuve dans un coin de l’écran : « St André à la tête des Bleus !!!! ». On s’est dit c’est génial... pas possible, c’est la révolution... la solu pour sauver la nation... une nouvelle tête chez les Bleus ? Enfin !!! Quelle fougue, quel jus, quelle épatante idée !!! Oups !!! En lisant la suite, survint le fatidique, déconcertant, ravageur : « après la Coupe du monde » Raté !!!!
Fallait justement avoir cette audace folle, virer cette ultra lamentable triplette, la dissoudre dans l'oubli définitif... la balancer à Cayenne...  en bref et radical, ne pas sélectionner les sélectionneurs !!!! Ach !!! Bien hélas, sommes plus rebondissant comme autrefois jadis... à moins que les joueurs n'écoutent plus qu'eux mêmes, ce qui reste improbable !!!
Placer tout de suite St André à la tête des Bleus, dont ne connaissons pas la valeur en tant que coach... mais vu l’état des lieux,  
ça peut pas être pire !!! Même si faut faire bien gaffe en Hexagonie, après Laporte pensions déjà la chose, mais notre cher pays nous z’en réserve souvent de remarquables, et du pire on en a plein les barriques, de la cave aux clochers... de toutes les régions, jusque même sur les pâtis du XV, au cœur de nos terrains, jusque même là !!! 
Car arriva Lièvremont et sa brochette de figues molles... du cassis aux zarpions... on connaît le bilan : les pires déroustes depuis le début de l'humanité ovale Française !!! Depuis même l'invention de la bicyclette, de la craie, du camphre, des abdos... du stylo... Ho ho !!! Jusqu’à épingler au tableau de nos Bérézina, cette année même de prépa, après trois ans de grand n’importe quoi, l'exsangue Italie qui n’attend la pauvrette de chaque tournoi que la cuillère de bois pour touiller ses pastas ! On lui empêcha le trophée !
Bref et malgré tout on se redit ke ça peut pas être pire ke ce qu’on a déjà, car pire que rien ya pas !!!! Pas de jeu, de stratégie, de style... pas de corps, pas de tête... pas de flux, pas de frais, pas de mue... pas le pied... rien de malin, que du fretin... c’était justement l’occasion de lâcher la pression et de s’en aller en NZ la fleur au fusil, mais ferme du canon !!! Arf !!! Cœur vaillant, volonté ferme, allégresse... appétence nouvelle, se disant finalement que puisquia pu rien à perdre, ya donc tout à gagner... hé hé !!!
Exactement le genre de posture qui nous convient. On retrouverait peut-être du flair, de l'envie... Exactement ce qu’on ne possède plus, ce que l'Anti France Lièvremont est incapable d’insuffler !!!.
Hé hé, serions aux manettes nous là... ho ho... on vous laissait nos trois petits "coachons" sur le tarmac d'Orly... ouaps... juste avant l’envol des troupes, on balançait le Pilier général de légion, avec du St André pour couper les citrons, et hop sans l'ombre d'une crainte, on épatait la France !!!!
© Le Pilier

22 août 2011

ALL BLACKS DE QUELQUES POILS

Les faits extraits
Une petite vidéo pour juste montrer à quel chouilla s’est jouée la rencontre, n’en déplaise au score boursouflé de pénalités, côté Boks s'entend !!! Précisons que le remplaçant de Carter, Slade, a foiré toutes ses tentatives !!! D’entrée, à la première minute de jeu, celle qui donne le ton... Cowan fait le mauvais choix. Après la percée magistrale de Dagg, reçoit le cuir, s’enferme à gauche, alors qu’un coéquipier lancé tout berzingue plein centre, lui fait signe en levant la main, pleine droite... sans personne pour l’arrêter. Yavait try imparable... matez c’est du limpide transparent !!! Arf !!! Juste après, Kahui refile le cuir à Fourie... pas malin le gus... même si plante later. Puis nouvelle percée de Dagg, (encore lui) un rien de minus d’en avant dans la transmission pour Cowan... essai refusé... normal... mais d'un poil. On notera aussi la lourdeur de Toeava l’ailier Black en fin de match, qui fait exactement ce qu’il faut pour se faire planter. Trois crochets qui s’annulent, yaka l’attendre sans bouger... l’empaf du reste tombe quasi tout seul, ne percute même pas son homologue... une enclume. Faut pas le prendre dans l’équipe çuila !!! Ya de quoi s’en passer derrière !!!
De quelques poils donc ont bien failli marquer des essais les Blacks... mais barba non facit victorium... sinon philosophum... comme on disait vulgairement jadis sur un certain bateau pirate !!! Oups !!!
© Le Pilier

20 août 2011

BLACKS GAGNENT... UNE DÉFAITE

L'ordre des choses
Les Boks remportent leur première victoire des Tri... 18-5... c’est bien... les Blacks perdent donc un petit match... bien itou... ça va les motiver... sont pas habitués à perdre depuis lurette les gaziers... faut qu’ils zy goûtatent un peu. Arf !!! Vont pas tout remporter non plus, ça fera faussement croire qu'il est possible de les gagner... que du sus de suspens peut s’immiscer... qu'on peut y compter... Ouarrff !!!  Parfait !!!
On a vu de belles choses de leur côté, avec un Dagg à l'arrière, habile dans la réception des chandelles, toujours bien placé... perforant dans le jeu, au bon coup de tatane... un SBW qui vous refile toujours le cuir dans n’importe quelle position... vraiment épatant ce gonze... ont quand même bien failli planter dès la seconde minute... comme à plusieurs reprises... sont les seuls du reste à avoir rendu le jeu excitant. Côté Boks, carrément l’ennui... hors le travail des gros... rien derrière... en attaque s'entend... sinon quand même du bon taf en défense en la personne notamment d'Habana, qui sauve à plusieurs reprises sa team de l'essai, en revenant de son aile à toute blinde stoppant in extremis le porteur d'espoir adverse. Arf !!! Donc plus forts devant... plus soudés, ont profité de nombreuses fautes Blacks, pas toujours évidentes et de celles des trois quarts qui n’avaient pas les mêmes automatismes que la paire Nonu-Smith... moins bien réglés les gonzes... c'était parfois à deux doigts de l'en but... pour du nib... malgré l'essai de Kahui... qui fête son retour de belle manière en marquant le seul essai du match.
Tout cas les locaux n’ont jamais été en mesure de marquer un seul essai. A noter !!! Que du pied du morne fatiguant désespérant Steyn... même si très habile des agaçins. Pas une attaque intéressante, pas de figures fulgurantes, pas d'effets, partant, pas de joie !!! Alors ? Parfait pour tout le monde cette défaite, Tantine, Jojo... le bizz, la pub, le bla, les Boks, les books... les Blacks... le Pilier... pas de quoi sauter au paf quand même. Graham Henry a pu constater qu’il n’y a pas de remplaçant type au phénoménal Carter... une vraie calamité le jeune Slade... remplacé au final par Weepu à l’ouverture... c’est dire... que sans Mc Caw, Thorn et consorts... ça flotte au paquet... quand même... bref les Blacks gagnent une défaite... arf arf...  le match contre les Australiens fera office de finale. Sachant que beaucoup ont la carafe  à la CDM... en souhaitant qu’il n’y ait pas de blessés ! Mouais !
© Le Pilier

18 août 2011

GITEAU OUT

Fin de partie
Qu’apprenons-nous ? Giteau n’est pas dans le groupe CDM... Dean a tranché malgré le soutien d’un bon nombre d’anciens joueurs... Larkham entre autres... mais le coach, c’est le boss, et ne doit pas se laisser influencer par les avis des uns et des autres... on n’en finirait pas. Certes le gazier Matt a écrit quelques belles pages de l’histoire du XV Wallabies. Mais voilà... le temps passe, Cooper est sans contredit plus intéressant que lui à l’ouverture poste où, on doit bien l’avouer, Giteau n’excellait pas. En revanche au centre, impec le gazier... étonnant de se passer d’un tel joueur... mais là aussi, Dean visiblement mise sur un autre jeu, avec des jeunes plus frais qui commencent à s’entendre comme lard et cochon... arf... avec notamment le retour du polyvalent Barnes pourtant récemment affecté par des troubles du ciboulot... vertiges... de l'amour ? Pas vraiment !!!  Ben mazette, se retapent sacrément rapido les gaziers !!!
C’est comme le Bok Spies qui soit disant avait le raisin frelaté et qui est revenu à la compétition encore plus fort... comme neuf !!! Bon çuila, zont dû lui changer le sang avec celui d’un buffle. Oups !!! Indestructibles ces gonzes ? L’avenir nous le dira !!! Ach !!!
© Le Pilier

14 août 2011

FRANCE-IRLANDE : DU RIEN

Comme dab
N’avons pas maté les Blous... on avoue... mais pensez bien que certains de notre entourage, des plus menus, des plus frêles, des moins nantis du goût... ouarf... même si solides au joug... ce sont fait un plaisir de nous conter la pagaille Bordelaise, non sans humour ni gaieté. Sont désabusés mais sans outre pathos, tant il est vrai qu’en matière de distance, ne nous reste qu’une chose à faire devant ce rugby de basse zone : nous fendre la citrouille !!! Ya matière... un puits sans fond ! Avant la rencontre leur avons proposé un scénar évident... qui s’est avéré être exactement le déroulement du film !!! Après certes quelques réticences à le reconnaître, la chopine encore pleine... une fois cette dernière parfaitement vide certains ce sont exclamés : « Tu nous gonfles Pilier... t’as encore raison !!!! » Ach !!! La baveuse un peu lourde d'un tel constat, l’œil tombant dans la nuit avancée... on sentait malgré tout l'ennuitude et le dégoût s’immiscer dans les carafes. Du coup avons rempli généreusement les pichets pour noyer cet aveu qui ne nous amuse que le temps de le dire !!!

Un de la bande pour nous distraire a relevé cette brève... parmi beaucoup d’autres parait-il... du commentateur de France 2... sinon d’Ibanez qui officiait au phatique : « Ya du déchet, mais on voit qu’ils ont travaillé... car ya du déchet !!! »
OUARF OUARF !!! ça résume tout !!! Ben ouais ça travaille toujours mais ya du déchet !!!! Travail des clous ouais... z'ont parait-il avoué que les gaziers ont soulevé essentiellement de la fonte, épaissi les biceps... mais question cuir, jeu, quasi rien... comme dab en somme... ça parle de cohésion en faisant des activités diverses, genre barquette, canoë, vélo... mais la seule cohésion c'est le ballon !!! Donc ne jouent pas, ou peu, se trimbalent une flopée de blessés qu'on devrait laisser de côté... et ça parlote... "on verra"... Ah, pour blater, bouger du plomb, se balader en forêt... sommes premier. Donc pas un progrès, pas un geste zélé, sinon parait-il un bon moment de connivence entre Palisson intercalé et Clerc intérieur qui plante un bel essai !!! Un Dusautoir aussi bien cisailleur. Les zirlandais pas géniaux ont collé un temps au score avec l’arpion d’O’Gara... ya des moments c’était, parait-il (encore), vraiment le grand n’importe quoi... la gabegie totale... des deux côtés !!!
Hé hé !!! Rugby plage on vous dit... tongs et serviettes éponges pour loisifs en Gironde. Bof et bref !!! 
Des Bleus donc comme on l’avait prévu qui ont bousculé l’adversaire flottant les vingt premières minutes, puis ont re-tatané des chandelles, re-bordélisé leur jeu, re-pondu la même copie preuve que c’est devenu un style, notre identité... désormais !!! Arf !
Ya même eu une tentative de drop en début de match... si si... ratée en sus... alors que le pack dominait près de l’en-but... à croire qu’il ne veulent plus jouer, qu’ils savent pas... qu’ils peuvent pas ? Bon, en même temps avec cette triplette de coach on peut pas sortir de la bauge. Des pipes nos gaziers... ça respire le rien au cassis... ça transpire un peu du croupion mais jamais des connexions !!! Oups !!! C’est l’anti France, p’t’êt même, on se demande, des espions qui cherchent à nous saboter le terroir... K-GiBi insidieux ouais... Que font les services secrets ? Que font nos huiles dirigeantes pour laisser ainsi la patrie se décomposer en dévitalisant nos pâtis ? On pense qu'au grisbi, on roupille... voilà tout. Et là... pour l’artiche, on a hélas du cheptel pour remplir les stades... jusqu’à quand ?
© Le Pilier

13 août 2011

SPRINGBOKS 9 - WALLABIES 14

Fissa
Vivaces les Wallabs... quand ils s’y mettent !!! Arf !!! Remportent le match 9-14 chez des Boks en mal de carafes... faut bien dire... hors les gros retrouvés (le score valide... une première mi-temps quand même honorable), la paire de centre n’est pas ce qu’on peut définir comme dentellière... oups !!! C’est du bourrin lapin de rentre lard, d’un ennui à trouver une mer d'huile, agitée !!! Hum !!! Non non, sans Jacobs n’ont plus de tête derrière... on le dit répète... zavaient gagné la dernière CDM sans De Villiers, faut pas l’oublier, avec Steyn à la place... et Jacobs à la feinte... ça fusait du diable, avec des Montgomery intercalé... des cuirs qui filaient météores... terminé toussa. Les attaques sont évidentes et lisibles... Aplon n’en fout pas une rame dans son aire... loupe les chandelles en sus... les trois quarts sont à l’arrêt quand reçoivent le boulet malgré la vivacité de Du Preez... pourtant pas au mieux. Alors ? Pas un seul essai Bok... un seul Australien mais clair, net, et précis. Litige sur le try refusé de Fourie en première mi-temps ? Non, ya bien pichenette en-avant du gazier. Et puis ces Aussies savent plaquer aux chevilles... on adore... ça tombe radical sans coup férir... tenez, en seconde période Du Plessis a tamponné d’une vivacité farouche trois gonzes qui ne se baissaient pas assez avant... de tomber... déménageur le gus, et percutant ferme. Cinq minutes later, tente de récidiver, mais le centre prometteur Pat McCabe, qui du reste plante son try sur un travail encore remarquable du jeune O’Connor, se baisse suffisamment pour éviter l’épaisse méchante épaule de Bismark, et le fait tomber... comme une souche. Voilà le rugby... Bon il est vrai que les Wallabies ce sont réveillés en seconde période... la première n’étaient pas franchement excitante... ne construisaient pas grand-chose. Une domination des Boks qui semblaient bien vouloir revancher sur leur territoire. Des clous mon loup, en seconde période, les Aussies plus agressifs se mettent à dérouler en proposant de belles phases quand les Boks retrouvent leur vieux démons en tombant moult fois le cuir... même Matfield à la touche s’est fait chiper la balle !!! Il tombait des cordes... à noter... mais quand même !!! Score mince direz-vous mais les Aussies gagnent... avec les cannes de leurs coursiers... et des avants qui ont quand même sacrément  bousculé les locaux en fin de match !!!  Les Australiens tiennent le rang et grimpent parait-il à la seconde place du classement IRB. Pour les Boks... reste plus qu'à embrasser Fanny ? Avec des Blacks, même sans Mc Caw ni Carter, c’est tout à fait possible !!! Samedi prochain scellera-t-il leur festin ? Wait and see !
© Le Pilier

DES DURS... DES MOUS

Plein afternoon  
Sud Afrique vs Wallabies 5 PM
on Sky or Bibici... pour les saveurs, les grands mateurs de XV... les esthètes... les durs, les parfaits... ach !!!
Pour les plombs, les philistins, les tarlas, les tantouzes, les radis, les pastagueurs, les loisifs, les coquines, les tétines, les suces mou... les navets, les bronzés... les golfeurs, les pantoufleurs... ya du match amical chez les pinardiers du Médoc... du Bordeaux plage... rugby pour gros pieds... pour bérets, tong et bermuda... pour zozos pour Zaza... Hexagonie vs Irlande... on connaît même pas l’horaire ! Hips ! Arf !
© Le Pilier

11 août 2011

HARO SUR LE PILIER

« On reviendra sans doute sur la fraîche baston. » Voilà comment se concluait ta précédente bafouille. Ah l’empaf... le blateur... le fourbe... le menteur... et même le cossard !!! Tu baratines beaucoup Pilar, mais t’en fous pas une rame !!! T’as rien pondu d’intéressant depuis des lustres... tu ne penses qu’aux gisquettes... tu causes même plus des matchs... jamais des Bleus... bref tu mérites une grève, un boycott... voire un oubli total !!!

Ci-joint dessus, comme l’avez deviné sans doute, la colère profonde d’un gazier lecteur, marri de ne pas zavoir son petit billet estival «Pilier» en sirotant sa mousse et son ennui sous le sun de l’été !!!
Empaf donc... blateur... fourbe... menteur... et même du cossard à mériter l’oubli ???
Ben les gaziers, zêtes pas tendre avec nous. Si étions moins sensible on le prendrait mal !!! Arf !!! Mais voilà, toussa nous complimente, nous chatouille, nous dictamise... oups... nous agrée même... un pilier qui tient pas ses promesses... poils aux paluches, palinodique... mais c’est la modernité ça les gonzes !!! Le bla, l’entourloupe, le flanby... il était temps de se mettre à la page... de retrouver la communauté des hommes... de descendre un peu de la montagne Zarathoustra... de faire croire... d’empapaouter... de créer du flou, du flan, la baveuse sournoise, la promesse martiale... de répandre du sans vergogne à la louche félonne !!! Arf !!! Zallez voir un peu, ça va nous assurer du clic ça... ça commence bien du reste... on nous conspue déjà... on nous crache... nous oint d’onctions épigrammatiques... de diatribes profuses en outrageants haros... on nous dégrade... nous nie... hé hé... nous même vaporise notre vernaculaire baratin, d’invectives, prétendant que notre prose vaut moins qu’une serpillière, qu’on ferait mieux d’apprendre à écrire sinon d’abandonner ce Blog maladif !!!! Hips !!
Mouais mouais... des fétus de choses en somme... pas de quoi encore nous faire abandonner le ruck, ni reculer du scrum... délaisser les nues aux profondes luzernes !!! Ach !!! Non non, le Pilier se plonge un rien dans les tendances actues... veut augmenter son lectorat, rallier des voix... se faire mousser le moi avec un buzz à chaque bafouille, mais pour ça faudrait en effet causer des Bleus !!!
Et là, sommes cuit !!! Sécheresse totale, désintérêt radical... quand on a vu les cimes du super rugby, l’horizon dénouer sa ceinture à s'augmenter la vue, se transcender l'échine... arf arf !!! on peut plus savourer le parasol, la tong, le pâté, le mou,
le ballon crevé !!! Ach !!!
Samedi en tout cas, serons en Afrique du sud pour mater la quatrième chicore des Tri, il ne sera jamais dit que le Pilier abandonne sa patrie !!! Arf ! © Le Pilier

PS : Trouvez ci-joint le lien du site du gazier d'où provient la "peinture". Son nom Bruce Krebs... qui ne manque pas d'humour, ni d'habileté. Une manière singulière de parcourir l'histoire du pinceau... du tube à l'huile Bouguereau ! 


06 août 2011

INTOUCHABLES ALL BLACKS

Le temps jadis c’est plaisant... un temps... hors la ballade des dames... mais le today c’est plus d’actu. Après nuit bien agitée aux tempétueuses ondulations du Dunlopillo, sollicité sans répit jusqu’à l’apparition du jour... après un réveil impossible at 9AM... trois cafés ultra blacks pour dessiller les paupières, le Pilier vaporeux s’est quand même enquillé le 3ème match des Tri sans broncher ! Ach ! 30-14 et victoire sans pression pour des NZ intouchables face à des Australiens en manque de solutions pour transpercer le mur impénétrable. Faudrait en causer plus... mais l’heure est à la récup. Zaviez qu’à vous remuer le croupion les gaziers. Ok ? On écrase l’abattis sur la couche, on oublie un temps le pâtis... massage et roupillon... on reviendra sans doute sur la fraîche baston. Mais pour l'heure présente... & pressente :  RZZZZZZZ !
© Le Pilier

05 août 2011

LES FORTS EN TÊTE

Du jadis 
Comme l’avez noté, en dépit d’un enracinement multi séculaire en terres Wisigoths... abreuvé dès l’éveil de bastons farouches aux méandres montagneux des Pyrénées Cathares, biberonné à l’évitement comme au rentre lard dès que les pognes sont en mesure de saisir un cuir... sommes peu enclin au cocardisme primaire en matière de rugby. Ce qui nous kif avant toute chose, c’est la manière, l’engagement collectif, la tronche bien faite et le cuissot vaillant... la figure savante, l’open space subséquent d’un acharnement tenace à conquérir le module... la classe, l’astuce, la belle passe !!! Arf !!!
Le grand XV, Vatican des saveurs, des exégètes transpirants, ravive en nos cellules mémorielles le souvenir précis d’anciennes luttes, honorables, justes, sanglantes... comme la joie primaire de se mesurer à plus fort que soi en rivalisant d’ingéniosité pour atteindre l’en-but. L’en-but, c’est du pâtis, le but, la transmission... la subtile équation... le beau terrain... tsoin !!!
Sur un pré d’ovalie, la mort est symbolique. « Tuez-les tous... dans le bon sens du terme » formule bien connue souventefois exprimée par nos entraîneurs avant le départ au front !!! Ach !!!
Quelle hallu, quelle fascination, quel transport quand merdaillon serrions la paluche d’un Spanghero du Stade, d’un Rives Toulousain, d’un Maso Narbonnais etc... d’un Estève Biterrois sortant des vestiaires ruisselant et mâché, maquillé d’ecchymoses, superbe bestiole à la force d’Hercule... la binette au niveau du genou de cette montagne humaine qui nous semblait surnaturelle. La toucher c’était frôler un dieu... quelque chose d’inaccessible, de surhumain... nous montrant partant le chemin à parcourir pour anéantir un jour nos craintes d'encore frêle combattant.
« Le gazier le plus fort pris aux chevilles tombe comme une enclume... tous à la même enseigne... pas de quartier... tous au buffet... sont idem au placage... ». La voix répétitive et sacrée de l’ancien qui n’en finissait pas de nous seriner les esgourdes quand prétendions que l’autre était beaucoup trop balaise pour nous... après le raté d’un placage.

La première et fondamentale baston en effet au rugby c’est la lutte contre soi-même. La peur qui vous tient, vous tiraille, ces représentations impératives qui vous font croire en la supériorité évidente de l’adversaire quand il est plus gros, plus vite, plus méchant... qui vous fige la jugeote... jusqu’au premier contact libérateur pour autant qu’en saisissiez la vertu.
Faut avaler du choc pour savourer le choc et trouver la confiance en soi nécessaire à la fermeté du moi... malléable et instable quand on n'a que dix ans. Le rugby vous fait comprendre ça... vous mesure, vous jauge... vous impose un ressaisi rapide après un carton qui vous coupe le souffle... qu’un gazier vous impressionne... vous obligeant fissa à ne pas se confondre en tartinades de flip ! Ouisp !

On se souvient encore de ce jour ensoleillé, crampons acérés, bien cirés... pelouse parfaite, cuissot tonique... nous nous sentions intouchable. Des filles du groupe dont ycelle dévolue au tournoiement de notre carafe, sinon au savant froissement de notre âme romantique... des filles disions, venues nous encourager, inondaient de leur présence les tribunes d’enthousiasme, d’innocence, de joie... sinon de fièvre... nous imposant de fait à conquérir le pré.
Bref ! Avions du cœur et l’envie profonde d’en découdre. Intouchable prétendions. Dès la première empoigne du cuir... du zèle, de l’audace, du feu dans les cannes parcourons plein de fougue quelques vingt mètres au travers d’une défense invisible tant étions rapide comme l’hase... en-but en point de mire à deux pas de l’exploit quand le flanker adverse du tonnerre de diable débarqué de Vauvert, bille au buffet nous tamponne les flancs avec une violence ciblée... ravageant sans mesure l’intouchable gazier.. pour le coup ratatiné !!! Ouch ! Ach ! Et tapis ! Tronche dans les brumes à brouter le foin... douleur aux tripes... on se souvient encore du goût le l’herbe... de la terre entre les ratiches... de la pesanteur du monde... de ses 36 chandelles en place d'azur ! Arf !!! Le temps qui suivit fut consacré à faire bonne figure, comme si de rien n’était... pourtant étions sacrément affecté par la puissance du gonze, et l’on doit avouer qu’on passait le cuir quand sa tignasse s’approchait par trop de notre aire. Il nous a fallu du temps pour revenir dans le match. C’est de ce temps dont causions. Rapidement se ressaisir, ne pas laisser la tronche vous jouer le sale tour de vous en faire accroire, la crainte vous tarauder... se confronter au gonze dominant dans un temps record. La gageure.
Au rugby, il y a toujours plus fort que vous... il s’agit bien de ne pas le croire... de conserver sa tête, dissoudre l’idée maligne... et contourner l’obstacle avec malice... sinon avec fermeté s'y mesurer ! Yeah !!!
Plus tard l’aphorisme stoïcien résuma parfaitement ce moment douloureux. : « Devant tout ce qui t’arrive, pense à rentrer en toi-même et cherche quelle faculté tu possèdes pour y faire face. Tu aperçois une belle fille ? Trouve en toi la tempérance. Tu souffres ? Trouve l’endurance. On t’insulte ? Trouve la patience... On te chicore l’abattis ? Trouve le répondant... l’astuce... la feinte... le mordant. La pétoche s'immisce ?Normal... mais ce n'est qu'un prémisse... rentre dans le lard... et pourfend...  Ach !!! . (on souligne)
En t’exerçant ainsi tu ne seras plus le jouet de tes représentations. » Ainsi parlait l’Epictète. Ainsi une des premières leçons de vie apprise sur le pâtis, quand mouscaille hallucinée rêvions de côtoyer un jour ces dieux du cuir... beaucoup trop forts pour nous !!! Hips !!!

PS : Une précision nécessaire pour les néophytes, ce papelard étant consacré à l'un d'eux, encore minot. Les avants ont moins de problèmes avec les gros tampons qui vous réduisent à néant... du permanent chez eux... sont équipés pour, dirons-nous... rentrent tout de suite dans le vif du sujet... dès l’entame, le premier ruck... la fournaise les galvanise... se mesurent immédiat à l’adversaire en somme... vont aussi moins vite. Pour les trois quarts c’est une autre histoire. Vous pouvez passer du temps sans contact... la première touche est primordiale... zêtes pas chaud d’entrée de jeu... le premier choc n’a donc pas le même impact que celui d’un gros du pack !!! En sus quand zêtes bambin, c’est pas toujours le collectif qui prime... les ailiers par exemple peuvent poiroter des plombes avant la première prise en main... le premier ravage ! Arf !
© Le Pilier

04 août 2011

TRI NATIONS : 3ème BASTON

La belle affiche
Samedi 9H30 AM les deux grosses tribus de la mer de Tasman s’affrontent enfin sur le pâtis NZ. Une affiche attendue après leurs victoires sans bavure sur des Boks en mal de cohésion. Chez les Blacks pas moins de six changements... histoire de faire tourner le cheptel... brouter la troupe... que tout le monde en profite quoi !!! Pas de malaise, le troupeau est conséquent, Graham Henry n’a que l’embarras du choix. Les deux « nouveaux zailiers » sont tout aussi performants que les sortants... Gear et Sivivatu retrouvent donc le pré... Weepu la mêlée... tout comme Thorn son coéquipier Ali Williams... une paire de poutres imputrescible... de quoi consolider une charpente déjà bien contreventée. Épatante cette légion All Black... chaque gazier possède son double ou quasi à tous les postes. On retrouve itou Mealamu, notre Hooker préféré... Read qui remplace en troisième ligne centre Thompson... bref pas de quoi commenter ces changements... de l’idem avec les fondamentaux Mc Caw, Carter, Smith-Nonu... Muliaina... etc... SBW sur la banquette, les Blacks sont avant tout un groupe, solidaire, soudé, quelle que soit la composition... ça envoie, ça joue Black... comme on aime !!!
Chez les Aussies, autre stratégie. On prend les mêmes, pour bien huiler cette mécanique sans grain fouteur de box dans les rouages. Pourquoi pas. Dean semble privilégier une équipe type qui se dessine impec au fil des rencontres. Souhaitons aucun blessé dans la machine.
© Le Pilier

Le pâtis All Black : Muliaina - Sivivatu, Smith, Nonu, Gear - (o)Carter, (m)Weepu - McCaw (cap), Read, Kaino - Williams, Thorn - Franks, Mealamu, Crockett
La banquette : Hore, Franks, Whitelock, Thompson, Ellis, Slade, S.B. Williams

Le pâtis Wallab : Beale - O'Connor, Ashley-Cooper, McCabe,Ioane - (o)Cooper, (m)Genia - Pocock, McCalman, Elsom - Horwill, Simmons - Alexander, Moore, Kepu
La banquette : S. Faingaa, Cowan, Vickerman, Higginbotham, Burgess, A. Faingaa, Turner.

03 août 2011

CANTIQUE DU QUANTIQUE

La propagation de l’onde n’est pas propagation de matière... mais une propagation dans la matière. En définitive... donc... partant, et clairement dit, ce que l’onde emporte dans son mouvement n’est pas de la matière, mais de l’énergie... brin de cantique... du quantique... Yips !!!  L’onde des Blacks a cette vertu. Pas un papelard du Pilar, pas une seule bafouille ou quasi, pas de matière première à refiler aux fans de nous... après les chicores du week-end, pas un mot ... mais bien une patate aux saveurs roboratives... arf arf... un cortex tonique, une humeur vigoureuse... en somme non feinte, une joie primaire de constater que certains gaziers sur la planète tiennent toujours leurs promesses, quand foultitude de blateurs sur inonde nos esgourdes de baratinades tous calibres. Hips !
Avec du gigot NZ astiquant les papilles sommes jamais déçu... au croquant comme au digestif... avec des calots hypnotiques surplombant leurs pâtis sommes bien pourvu. Ach ! La seule activité planétaire qui vous met du relief aux tabulaires zécrans d’ultra vacance cognitive... qui vous stimule les tuyaux even en sirotant chopine ou liqueurs de Pontarlier... vous refile en sus et sans fard leçon de choses humaines au sens le plus noble entendu... bref, vous augmente l’appétit comme l’espoir de croire qu’une évolution est possible. Que le simple est compagnon d’Apollon, le beau le vivace et le bel aujourd’hui, synchrones au Dionysiaque état... qu’en somme tout n’est pas cuit au royaume sublunaire d’ovalie car l’hémisphère sud veille au grain vivifiant, perpétuant sans accroc notre désir de cuir !!!


Les Blacks ont remporté de belle manière la baston dernière contre les Boks. Savez toussa... 40 à 7... pas moins... avec aisance, fluidité, tact et passion... des piliers qui évitent comme des trois quarts, un collectif généreux dans la transmission comme au soutien... des figures nouvelles travaillées parfaitement accomplies... même si les Boks sans doute dépassés par cet engagement, sans toute l'artillerie attendue ont favorisé l’ouverture en proposant de grands boulevards défensifs indignes de leur rang !
Qu’importe, les Blacks roulent, déroulent, judicieux redémontrant aux pantins qui se gavent de CDM, prépa pour d’improbables futurs conquérants... baratineurs d’enthousiasme désincarné, va t’en guerre cocardiers, comme toujours, qu’il n’y a pas de match plus important qu’un autre, que chaque rencontre est un engagement total quand on porte la fougère scintillante sur le cœur ! Merci les gaziers !
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.