28 février 2011

LA VÉRITÉ

Nuls !
Sommes nuls...
Densité... Fraîcheur physique... réactivité... bla du taf : Mensonges.
« Un grand match de rugby » dixit Lièvremont...  
Mensonge !
Ce qui nous fait penser à la longue que le gus n’y pane rien à ce sport, qu’il ferait mieux de siroter sa cannette en pantoufles dans son saloon avec bobone, et ne plus saboter nos forces vives totalement éparses, s’épuisant dans un rugby anarchique, gabegique, stupide, raz du pré, un rugby d’amateurs... qu’on se demande bien si connaissent les fondamentaux même de ce sport !
On vous enfume, vous aimez ça ?
Pas nous !!! Les Français n’y panent plus rien au rugby !!! C’est dit !

Qui sont donc les lecteurs du Pilier ? Des saveurs ? Pas possible autrement... sinon viendraient pas !!! Zêtes ok les gaziers non ? Sinon kès vous foutez là ?
On affirme : en sommes toujours au même point... ça ne peut changer because on connaît pas les fondamentaux. Simplex et définitif !!! On sait même pas faire une passe correcte... trois quarts lancés tout berzingue... cherchez pas...  pas que... on ne connaît pas les différentes manières de plaquer... on ne joue JAMAIS collectif... semblent paumés les gaziers quand reçoivent le cuir. Totalement nuls ! Tout le reste épiphénoménal à côté ! Impossible d’ébaucher même un semblant de système de jeu avec ça... où sans... c'est selon. IMPOSSIBLE !
Quand on voit un Poitrenaud, un Chabal... ne sachant pas réceptionner une simple chandelle.. bras contre la poitrine... D'ailleurs sa couffe passe en boucle sur une TV au Chabal... on l'a vu dans un rade. Des pros ça ?
Muscu en tronche, calendrier la fiotte... là sont rodés, pour le geste macash !!! Rien au cassis. Fini le geste, ya keu la frime !!!! Des pines !!!! Des truffes !!! Des bons à rien !
Passes, placages, collectif... 
transmission... tout oublié
comme la vérité. Plus rien à ajouter. S’il n’y a pas toussa, y’aura jamais rien. Si... un exploit parfois d’un seul, qu’on attend désespérément, qui vient de moins en moins souvent !
En sus, les Bifs étaient prenables... pas mieux pour nous... baby rugby toussa... si l’empaf d’Ashton prend à contre-pied Clerc au lieu de faire une passe foireuse c’est la re bérézina. Si vous aimez ce rugby tournoi ne cliquez plus chez nous... cassez-vous... on vous veut pas... allez chez tous les autres, les mateurs de flanby... les mous du rachidiens... les blogs minus de partout, les pantoufles, les cloches à merle... les foireux... les naves... les lépreux du bulbe... les zandouilles... les moules... les frigos !!! Ya pu que l’exil pour nous... via grand sud.

Quand on repense à ces contre-attaques dans nos 22 en se débarrassant systématiquement du cuir à grand coups de tatanes n’importe où... ça nous rappelait le rugby des Irlandais jadis... nuls, sommes nuls de chez Canal croupion. C’est pas du rugby, c’est une honte... une catastrophe... une décadence... une humiliation... voire même un péché ! Arf !!!!
© Le Pilier

27 février 2011

NULS

26 février 2011

AUX ARMES !!!

Fi du bla, des manques... même si la blessure de Médard est un sacré mauvais coup... là faut sortir les tripes et pilonner ferme. Allez les gaziers, pourfendez-nous ces Bifs... ratatinez l'épine, piétinez ces râbles, ces jambons gavés probablement de bouillante eau... qui parait-il donne un exquis goût à tout... même à la défaite ? Arf ! Allez allez, une rasade de Panoramix potion et faites sauter les casques !!! Faut plus barjoter là... on fait couiner la Couine là... que Dieu la save s'il veut, on lui file un coup de main,...on te la fait monter  au septième sans ascenseur ! Ach ! On fait courir ces gros dont on nous tartine les esgourdes avec leurs gabarits... Tindall en confettis... Ashton bien au buffet... faut les sécher !!! Aux cannes les plaquer... pas jouer la chippette du cuir... dab on les fait tomber... net... après on dispute la balle... toutafait prenables sont... allez allez... on leur fait jaillir le houblon des artères...vous nous les tuez dans l’œuf... mais correct... hé hé... on s’en balance de savoir qui va gagner, tant que c’est nous !!!!
© Le Pilier

25 février 2011

MISE AU POING

Ce ne sont que des Bifs !!!
... pas de quoi s’esbaudir donc... ni se laisser impressionner ! En avions vaguement causé après leur premier match contre les Gallois : Affreux ! Un match lourdingue, pesant, stupide et fat... sans attaques sans rien ! Un des pires jamais vu... Archi nuls les gaziers d’être aussi moches !!!!  Des murs dans des murs... Alors vont pas nous frimer non plus. Pour nous, sur du bristol, sont tout à fait prenables... si on était à la tête du groupe, verriez ça un peu... pas de mystère pour contourner ces masses à pudding... on te les cloue nous à chaque rencontre, on connaît leurs points faibles... comme eux les nôtres certes... et là sont plus malins c’est vrai que nos gaziers pas très futés de Marcoussis... le jour... et du Crazy... la nuit... Ach ! Bref. Le rugby c’est une question de tête... il en faut au moins chez les centurions... on a que des casques nous... oups !!!

Notre mêlée fermée tient la route... tout le monde l’archi répèteu... le problème c’est justement qu’elle est bien fermée... on ne doit pas se contenter de ne faire que la tortue. C’est fini ça... c’est rugby papy ça. Sommes rassurés en hexagonie de ce défffi physiqueu !!!! Ça fait partie de la tradition... on aimeu ça... on se régaleu quand ça bétonneu... ligne Maginot voyez ?   
On jubileu, on pousseu tous au cul des gros avec enthousias-meuh !!!! 
Les joueurs aussi se plaisent dans cette phaseu à s’astiquer le râbleu. Mais c’est un moment bref... ya d’autres figures tout aussi importantes voire plus à travailler. Question technique, dynamisme, enchaînement, suivi, déboulée, soudure... vivacité d'exécution... dans les rucks... les sorties, open, fermées... ça achoppe sacrément. On s’épuise dans les regroupements... ya débauche d’énergie dans tous les sens... on est chaque fois effaré de voir ça... on ne sait pas récupérer... on ne sais pas doser... soutenir parfaitement dans l’axe... pardi on manque de caboche, de technique... de poumon ?  
Les gaziers sont dans le rouge du reste dans le dernier quart d’heure... sinon avant. Foutoir... et le cuir ne sort pas vraiment net. Comme le disions dernièrement, Parra doit souventefois l’arracher aux pattes des gros... ya pas salon devant lui... pas vraiment soudure nickel non plus... ya bordel. Pathétique notre jeu si on veut bien y regarder... on a du mal à bien enchaîner... à faire circuler devant, sans tomber la balle... avec aisance... répétition. Dusautoir est sympa, en défense... mais balle en pogne est un peu limite... pas une flèche quand même. Ok c’est vaillant... ok ya du cuissot... en première ligne du rein... mais ya tant d’autres figures à travailler. C’est justement because la mêlée bien fermée a du râble que les manques à côté sont flagrants... inacceptable !

Techniquement en sommes à la charrue... et là on assure quia du taf... ça vient du Top 14 toussa... on le dit répète, sommes archi loin des grands terrains... c’est pesant cet amateurisme... cette vieille mentalité qui phantasme encore et toujours sur ce qui est lourd, gros, et non pas fluide... plein d'aisance... vivace et perpétuel... Arf !

Bon n’avons pas vu les Bifs contre les Macaronis... pas not’ kif ces grands écarts... ces matchs à records pour tronches d’os... le plus d’essais pour cézigue... la plus grosseu gifle pour çuila... et puis les Berlusconi sont trop nuls de toute manière... ça plombe le champ Européen... chaque équipe va se rassurer chez eux... même histoire chaque tournoi... c’est pas les 59 pions qui nous impressionnent. Du flan toussa... à la bouillante eau avec un nuage de lait... de chèvre... à jeter dans les choux ! Oups !
© Le Pilier

24 février 2011

CRAZY HORSES

Que le Pilier dans cet élan badin, figurant certaine excitation avant le Crunch annuel, s’emploie pour motiver la troupe à balancer quelques vers de râble hyperbolique, sans pour autant atteindre les cimes Delphiques, ni rivaliser avec les maîtres du genre épique... que de fait, à surseoir notre astiquage ciblé on délaisse un instant la fonction nécessaire, ne saurait faire croire que le calot critique s’aveugle derrière cette passion naïve soumise à l’agitation du tricolore fanion, annihilant toute froideur qu’un esprit bien tempéré en passe de conquête, se doit de perpétuer, quelque soient les remous de la pré-réalité... surtout quand la baston est là, que l'assaut est tout proche. Arf !!!
Qu’on divague, qu’on s’enjoue, qu’on feigne l’espérance, ne taira pas non plus qu’un désir de victoire n’est point en l’orbitale conscience du gazier, bien que, plus que trophée, nous importe la forme, la manière, le progrès... maîtrise dans la durée. En somme, sans dépaler de notre voix critique on diminue la voile juste avant l’ouragan. Un temps pour tout.
Etions de cet état quand un gonze avec qui partageons des regards pour les kicks off majeurs, nous apprend que les Bleus, pour se distraire un peu, en groupe vacancier sont sortis pour mater les gisquettes légères du Crazy Horse à plumes, un soir décompressif. Oups !Tu parles d’une prépa... non mais, bonjour philo... le culturisme beauf pour des citrons minus. C’est pas ça qui va faire progresser notre quinze. Fada les canassons, vont y paumer du jus en sus de s'abêtir. 
Une troisième mi-temps 
avant même la joute ?
Mais bordel ya des milliers d’activités plus propices à l’éveil... à la préparation... à la concentration... la fluidité acerbe du transit neuronal... à l’affirmation d’un logos percutant... à l’emprise intentionnelle de la conscience mûre sur l’incertain demain ! Oups ! Déjà question carafe, qu'n'ont pas le feu sacré. Yaka les écouter... feraient mieux de se taire... pas des fusées les gonzes... des parangons d'esprit...  sont plus près de l'enclume que du fer Nietzschéen... toute une éducation à faire en ce domaine... et ya taf, on assure... ça peut pas nuire au jeu que cultiver sa tronche !
Que l’hors pâtis ne soit notre tasse de thé, va de soi... mais que les gonzes se divertissent dans ces boites légères avant le grand combat... non non, on ne s’étonnera pas après que
ça flotte au paquet... que les Bifs plus Spartiates remportent une fois de plus la bataille du Pénéloponnèse... ouarf !!! Une loi proposons pour mettre un terme à ça. N’auront droit aux fringantes mousmés, que les vainqueurs du pré... mais avant : abstinence et fermeté. Tous consignés dans la chambrée à lire des bouquins pour le maintien premier... les pieds, le machin, le râble les cuissots, ok, mais jamais sans la tête !!!
La détente aux gisquettes... après l’échauffourée !  
Et encore, si victoire.
Sinon rien ! Tsoin !
© Le Pilier  

23 février 2011

PLUME A BASTON

Alexandream
Que le raisin inonde les tuniques tommies,
Sous les coups martelés de la troupe ennemie,
La couine a des pâleurs sous le maillot diaphane
Et la rose s’étiole, elle plie, elle se fane...
L’épine se ramollit, l’ergot du coq se pâme
Ferme, impitoyable, éventre Twickenham !

Ouarf ouarf... Poésie de vestiaire dans un rêve improbable. Délirant, mimions le grand poète des légendes saignantes du siècle Alexandrin... tsoin !!! Prémonitoire cet élan poétique ? A voir...

C’était la nuit dernière sur le Dunlopillo
Le pilier entouré de ses deux nymphes, au chaud,
Rêvassait de chicore, de baston poétique
Sur la luzerne en feu de l’île Britannique.

La couine éperdue, dans un râle profond
Supportait vaillamment l’assaut de nos gaziers...
Mais nos rucks intraitables comme des éperons
Pourfendaient sans répit la reine surchauffée.

Sous les ondulations de la croupe solide
La sueur inondait le sol brûlant, torride...
Un nouveau jour brillait, la terre était vivante
Twickenham pliait, le cœur plein d’épouvante.

Se rebiffant timide de pâles javelines
Ne traversaient pas même l’azur de nos poitrines...
Le Bleu était partout, monstrueux, intouchable.
Comme un aigle en son aire d’un œil impénétrable
On dominait la plaine et le soleil brillait... yeah.

Mouais, bien beau le sommeil d’Austerlitz et sa poésie lourde mais l’espoir n’est pas tout. Faudra sortir la tripe, le bicorne, l’épée... ne pas se contenter de faire la tortue avec ce pack bien lourd, les roses Bifs nous attendent en gare de Waterloo... avec ferme intention d’repiétiner Napo ! Hips !!!
Gare aux Gorilles !!! 
Assaisonnons l’histoire 
de ce chant national, que la garde ni ne meurt, ni ne s’ébranle... mais laisse sur le pâtis une empreinte bestiale. Que les bras, les cuissots, les carafes, le cuir, composent une victoire comme une trompe épique claironne dans l’azur...
Ô bastons ! Ô dragons qui dans l'ombre nous lèchent...
rayons le ciel immense d'un ouragan de flèches... Ouarf !!!
© Le Pilier

22 février 2011

LIEVREMONT / LE PILIER... INTIMES !

- Driiinnng... Allo ... Pilier ?
- Yes... tiens salut Marco...
- Tu exagères avec tes critiques, t’arrêtes pas de m’astiquer... de javelliser les Bleus...
- Mouais... sommes juste soucieux... patriote quoi... et puis comme on dit... qui aime bien... tatata. Veillons au grain, voilà tout !
- Tu pourrais apporter un peu de levain alors...
- Ben mazette c’est ce qu’on fait non ? Tiens regarde... t’as fini par mettre Médard en 15... tu mets du temps mais commences à piger... Clerc à l’aile... pas mal...
- Ouaip j’ai suivi ton conseil en effet... mais je sens que tu vas encore t’échauffer sur Yachvili... suis sûr de ça... sinon Chabal...
- Pardi... t’as pas mieux dans les cartons ?
- Tu causes toujours de Dupuy, mais son pied est trop incertain... dernièrement n’a pas brillé avec ses copains rose croupion... irrégulier le gonze...
- En effet avons entendu ça... puis ne l’avons pas vu jouer... mais Yachvili c’est du mou... on connaît...
- Que Parra n’ait pas brillé c’est un fait...
- Tu parles Charles... en même temps on doit reconnaître que son pack ne lui déblaye pas suffisamment l’espace... ne le protège pas assez dans sa zone... ne lui sort pas le cuir proprement... doit souventefois l’arracher dans les pattes du ruck... ça aussi occasionne du retard à la transmission. Bordélique souvent cette phase... On a vu pas mal de bras irlandais le gêner... faut mettre un terme à toussa. Que les avants fassent loi chez eux et bichonnent le lutin quoi. Pour ce qui est de Chabal, maintenant qu’on le voit partout empublicité*... immortalisé Grévin, on pige que t’as obligation de le sortir de la boite. En huit tout manière c’est du mieux en effet... mais sommes pas très fan...
- Alors, tu nous encourages ?
- On fait ça tout le temps si tu savais lire nos bafouilles... d’une manière particulière en effet, sommes là pour pousser au croupion... à coups de lattes un peu... certes... mais dosés... avec précision et grande attention... puis n’avez pas besoin du Pilier pour faire des sacrifices au grand Dionysos... sinon à Mars quoi... sommes qu’un œil vigilent !!!
- Ben justement si... tout est bon pour se taper le crunch...
- Ok... tu veux du punch, c’est ça ? Ta dose d’amphétamine Pilar ? C’est bien pour te faire plaisir... mais ça reste entre nous alors... va pas raconter partout que tu nous a téléphoné pour te refiler du jus avant les Bifs...
- Ok, je garde ça pour moi.
- Bon... alors... selon la formule consacrée Pilier...
Allez les Bleus !
Allez les coups !
Allez les zhématomes !!!! Ach !
- Merci Pilar !
- De rien Marco.
- On se prend un jus après la baston de samedi ?
- Ouaip... si tu gagnes ok ! Sinon je sors l'artillerie lourde...
- J'en attendais pas moins...
- A ton service Marco... toujours un plaisir...
-Bip... Bip... Bip... Biiiiiiiiiiiiip !

En substance, une intimité partagée ce matin avec Marc Lièvremont. au bigophone.. juste après l’annonce de sa compo EDF. Ça reste entre nous bien sûr !!! Voulait se rassurer le gazier... avoir nos faveurs... notre soutien. On pige ça... Et puis ce n’est pas because on aime les Bifs qu’on ne doit pas les ratatiner... en faire de la mayonnaise à pudding... toujours selon la formule... qui aime bien, occit bien... dans le bon sens du terme... il va de soi... aussi loin que sommes concernés. Ach !!!
*Empubliciter : Couvrir de pub. Réduire un volume en affiche... potiche... le voir partout... le rendre objet. Hips !
© Le Pilier

21 février 2011

LE PILIER ANGLOPHILE

Nous z’y voilà !
La grÔsseu baston du week-end... du tournoi... le test match Européen... la chicore des familles avec nos cousins d’outre Manche. Tout le monde y va de sa petite phrase... les Bifs nous astiquent... de bonne guerre toussa... les autres zéquipes du tournoi espèrent une défaite Anglaise, semble-t-il... au dire de certains... Lièvremont affirme comme beaucoup de Frenchies ne pas les aimer... bref on pourrait croire que
l’Eurovalie poussera derrière 
le quinze de France.
Certes il est de bon ton avant le fameux Crunch de se chauffer la carafe. Poilante, dynamisante, cette tradition met sans contredit du sel dans ce tournoi mi-figue... autrement dit ça fait partie du spectacle... on aurait tort de s’en priver. Pourtant, certains fâcheux prennent la chose très au sérieux, et réellement n’apprécient la rose épine que dans un vase étriqué, bien fanée, sinon piétinée par une horde de Gaulois déchaînée, encore et toujours revancharde des Waterloo ! Ach !
En bref, ne sont pas en odeur de sainteté dans beaucoup de citrouilles ces Bifs,  et l’humour n’est pas la vertu première de ces tempéraments par trop cocardiers, qui leurs reprochent cet air vaguement coincé, calculateur, spécieux, sinon hautain... toujours enclins à nous faire un sale coup. Balivernes s'il en est... même s'ils ne se privent pas d'alimenter cette réputation sans nuance. En somme, on n’aime donc pas le rosbif du côté d'ici, c’est comac... obligatoire, historique, quasi génétique... mais pas très malin, sinon stupide, quand c'est du sérieux... n'est-il pas ?
Nous plaisent bien à nous ces Queen Guys que personne n’encourage... heureusement qu’ils sont là du reste pour nous secouer le prunier, nous remettre à notre place, nous maintenir en vigilance orange dès qu’on se croit plus que l’on est. Et puis sans eux... pas d’Abbey Road... de Zep...
de Lotta love... de Pop, de Rock dignes de nos pavillons. Ont de l’esprit... du tact... du flegme... de la classe pour certains. En sus ont inventé Shakespeare et le rugby... Arf !!! C’est dire, respect oblige... sont futés. On en restait à la soule nous... entre patelins... anarchiques et pastaga... sans lois... ni règles ! Hips !
Un vrai morceau de chance nos cousins pour notre maintien ! Merci donc aux Bifs d’être ce qu’ils sont : nos meilleurs « ennemis »... qui du reste ont toujours su résister vaillamment à l'envahisseur... à l'instar d'un tempétueux village Gaulois d'autrefois, peuplé d'irréductibles gaziers ! La prochaine joute changera-t-elle le cours de l'histoire ? Sans doute pas !
© Le Pilier

14 février 2011

PAS L'PAF... ENCORE DU TAF

Du mieux ?
Match approximatif des deux côtés... 3 essais Irlandais... 1 seul pour les Bleus... fautes au sol à répétition... O’Connell moult fois sanctionné plombe le score... son ailier McFadden pas mieux... mais pas qu'eux... ne parlons pas du jeu de leur médiocre arrière... les blessés Irlandais ont pesé lourd par leur absence. Des Bleus forts en mêlée... on sait... mais pour le reste... ya encore du taf. Pas la peine de s’étendre... sommes tous ok pour pointer les failles. Un demi de mêlée lentigrade*... un ouverture mi-figue... un Traille très moyen... un Poitrenaud égal à lui-même... toujours idem... manque d’assise...des fautes... instable... ne s'améliore pas le gus. Quand il sort, un espoir !! On se dit,  
super !!! Médard en 15, puisque Clerc débarque.  
Pardi ma Julie... son poste de prédilection nom d’un piston... ça fait pas un pli, s’intercale sur une excellente course de Rougerie qui perfore la défense et envoie la perle Toulousaine dans l’en-but. Magnifique essai comme n’en avons pas vu depuis des lustres chez les Bleus. Certes D'Arcy ou O’Driscoll, on se souvient pas, est dans les choux, mais pour un excellente raison. Rougerie est bien lancé... sa course est droite, imparable... Sa passe est nickel... les cannes de Médard idem.  
On le dit répète ici. Ya pas de grands secrets au rugby... si t’es lancé, t’as plus de chance de perforer. Enfin une lueur d’espoir, ténue, mais là. Qu’est-ce qu’attend cet empaf de Lièvremont pour piger que Médard est un arrière ? Que tout le monde soit blessé ? Que les titulaires achoppent outrageusement ? Souvent le cas... on fait de bons "choix" en Hexagonie par défaut... pour avoir la bonne configue faut que les circonstances les imposent... pour ça que ça prend du temps de constituer une bonne équipe. Quel enfer !!! Attendre la bonne équation... qu'elle tombe du ciel quoi.
Pipe de staff !!!

Rougerie fait son coup à chaque match avec Médard... sa pompe judicieuse lors de l’Ecossaise joute en témoigne. N'étions pas fan du gazier à l’aile... mais là, hors défense où doit sans doute trouver ses marques, devons reconnaître qu’il se tient très bien. Aimons ses trajectoires, droites, bonne lecture, nous plait. Un peu seul. On le verrait bien au côté de Fritz... mais c’est une autre histoire. On te vire Traille nous, sans verser une larme.

Le vrai bon moment du match cet essai... ce pourquoi on insiste. Puis aussi en seconde période un long enchaînement des avants Bleus... dominateurs... qui a foiré au final, mais la séquence était belle. On se demande ce que vient faire Chabal... enfin si, on pige. Ya plein de pubs avec ses poils à la mi-temps, faut le sortir de la boite... montrer qu’il est là. Ok !!!

Trouvons que les demis de mêlée Européen sont bien faibles. Ils transmettent mais ne pèsent pas sur le jeu... ne regardent pas vraiment... n’alternent pas de façon judicieuse. Bourrins de tête.
On le voit. Avant d’arriver au cul des gros doivent connaître la position de leurs trois quarts... l’adversaire ne doit pas savoir où va jaillir le cuir... Gareth Edwards à côté c’était l’Einstein du pâtis... hips... matez... ça tient toujours la route... même si le quantique a le vent en poupe, la relativité n’est pas encore débordée... Arf !!! Il alternait, regardait la position de la défense... se baissait derrière son pack... renversait par des passes qui n'existent plus !!!! Oups.
Un bel exemple sur la vidéo ci-jointe... à la 9'14s... et les autres passes, précises... les renversements inattendus... et puis le souci de transmission des gaziers... même si ce sont les meilleurs moments choisis... cé bo... le geste... la cavale... le collectif. Et n'oublions pas l'évitement... le fondamental du rugby, de même que le placement pour réceptionner le cuir... ya toussa dans la vidéo mon Julot.

O'leary plante avant la pause mais lisible... manque de tête. Quand son pack arrive devant les perches Françaises... ya du boulevard Haussmannien parfois d’un côté ou de l’autre... mais traîne... ne pense qu’à ses gros... ça s’emplâtre, se fatigue au ruck... c’est moche... alors que les trois quart attendent. Parra ne vaut pas mieux. Lui, on se demande parfois ce qu'il attend pour sortir le cuir des pattes à gros ?

Tant d’essais possibles 
qui ne sont pas réalisés... 
Tant d'aurores 
qui n'ont pas encore lui... hips !

Parra bol au pied posé, hé hé...ok... mais on te balance Dupuis nous... sans hésiter. Remplaçant Parra. Hop... Donc des Bleus de grÔsseu mêlée chez nous, avec ses avantages... et quand même de l’inconvénient. On y reviendra dans zune approche anthropolologique.

On gagne 22-25... Chaud du croupion... à la Bif d’avant. Des gros devant, de l’agacin profitant des fautes de l'adversaire... qu'on sucite aussi... un seul essai. Si les verts ne se précipitent pas comme des frappadingues dans leur dernière attaque... on rentrait rétamé ! Mais avec des si on mettrait le divin Pilier en bouteille millésimée...
comme un génie des zindes Vishnu. Arf !!!
* lentigrade : Néolologisme.. Qui  rame tortue comme une limace... 
© Le Pilier

12 février 2011

CUILLÈRE DE BOIS

La vraie question du tournoi
Qui remportera la cuillère de bois ? Le Scott ou l'Italien ?
Dit en passant, les Français sont les plus anciens « gagnants » du trophée... depuis 57 on touille mêmes nos pires gamelles qu’avec de l'acier !!! Yeah ! Pas mal les gaziers !
© Le Pilier

Nombre de cuillères depuis le premier tournoi de 1884. Précisons que les Français n'ont intégré les joutes qu'en 1910, les Italiens en 2000.

Irlande 1884, 1885, 1886, 1891, 1895, 1909, 1960, 1977, 1981, 1984, 1986, 1992, 1998
Écosse 1902, 1911, 1914[1], 1947, 1952, 1953, 1954, 1968, 1978, 1980, 1985, 1994, 2004
France  1910, 1912, 1913, 1914[1], 1920, 1925, 1929, 1957
Angleterre  1899, 1901, 1903, 1905, 1907, 1972, 1976
Galles 1889, 1892, 1990, 1995, 2003
Italie   2001, 2002, 2005, 2009

[1]  Le Tournoi des cinq nations 1914 a été remporté par l'Angleterre. Le match France-Écosse a été annulé après la rupture des relations entre les dirigeants de deux équipes. D'où la cuillère de bois partagée.

11 février 2011

PILIER DE COMPTOIR

Tontons zingueurs

Bob  - Quand t’as pas d’goût tu te contentes de tout !!!!
Max - C’est pourssa qu’les neus sont heureux...
Bob  - Dès que t’agites un lampion...
Max - Philo...
Bob  - Ouaip, ont vraiment de quoi prendre leur fade... tout pour eux...
Max - Plus masse, normal...
Bob  - Normal...
Max - Et ce week-end tu mates les Bleus ?
Bob  - Je latte les bœufs...
Max - Hum...
Bob  - Suis rien sûr quoi...
Max - Le seul match à voir tout manière
Bob  - Si j’ai pas l’goût, ouais... ils me fatiguent... du mou...

Un temps, ça engloutit la cervoise et p’tit jaune pour Max qui reprend après s’être mouché dans le tissu. Ya du bruit, on n’entend pas tout mais on saisit ça... inattendu.

Max - Hé...Tu connais le Pilier ?
Bob  - C’est qui ?
Max - Un Blog
Bob  - Rugby ?
Max - Ouaip...
Bob  - Bien ?
Max - Ouaip... barré le mec... des fois je pige pas... du TAO qu’il aime... mais il enquille.
Bob  - TAO t’es King façon...
Max - Roi du pâtis qui dit...
Bob  - Pâtis ?
Max - Où ça broute quoi... le terrain si tu veux...
Bob  - Pour les bœufs...
Max - Les Bleus...

Un rien de moment dans un rade, du vrai de chez authentique à se marrer d’écouter ça. Pas facile de retranscrire à la lettre... mais l'essentiel est là. Etions à côté on lisait du Witt... Deux piliers de comptoir qui causaient cuir. Les noms on les zinvente, on connaissait pas les gus. Funny time. Pige pas tout le gazier ? Qu’il se rassure, pas l'seul... nous parfois non plus. Ach !
© Le Pilier

10 février 2011

TROMPE L'ŒIL

Twittime
De même que le courant linguistique au râble anomaliste ponctionne toute relation transcendantale entre le monème et la chose au profit d’un simple accord d’usage, le Pilier du jour, affirmatif pénitent, dans son intransigeance ludique, s’autorise à penser que si croyance est mère de tout, voyance n’est que lecture des faits présents... sous tendus par le su des modèles passés, moult fois répétés. Ouarf ouarf !!! Hé hé !!!

Quel donc lien suffisant unit de telles propositions ? Aucun, sinon l’audace de manipuler de vagues signifiants comme jongleur de cirque en pompes démesurées espérant que nulle volatile massue ne lui tombera sur le blair, occasionnant de fait la remise en cause d’une expression qui se cherche un espace élastique  
pour sortir du carcan des figures imposées !
Yeah ! Comment fuiter le joug indemne et battre les pâtis en prenant la mesure de son autonome volonté ? Comment se départir d’une règle tout en restant borné ? Comment s’épater de contourner le moule sans pour autant se perdre à gagner la distance qui engendre non sens... sinon foutoir collectif des sonores entités ?

Que signifie ce bla ? Quelle décompo s’enlise ? Quel sentiment logique peut sourdre d’un tel état ? L’essor épistémologique qui modifie le champ même de rigides estimations, ne saurait, dans la mesure soucieuse de n’être pas perdu, seul établir des connivences fermes avec un arbitraire qui coince les tuyaux ! Non non ! Faut du plus... du sus. L’activité cognitive devra du nœud gordien trancher ferme l’amas... ya que ça. Ne pas s’en laisser compter, ne jamais s’avilir, ne pas voir derrière ce qu’on raconte toujours un sens caché. Même s’il y est, le malin s’offrira en guise de trophée, perspectives nouvelles en se disant ma foi,  
du délire peut germer une forme.
S’il ne tient donc qu’à vous de bousculer tonique cette croupe équivoque, il nous incombe ici d’en proposer l’offrande, sachant qu’à tout rhéteur une muse est entée, et qu’il ne la partage qu’avec ceux qui convoitent l’acul de ses atours, sans pour autant se perdre aux touffeurs de son puits ! Hips !
© Le Pilier

09 février 2011

JOUTES EN STOCK

Mise au point
Que partageassions par la force intraitable du réel, avec le gazier Laporte le temps d’une bafouille, quatre signifiants en guise critique de l'évident état de nos troupes, que nul esprit retors même n’oserait contredire tant il est vrai que nos cocottes n’atteignent, ni n’ont moyens de chatouiller les cimes, n’indiquait pour autant connivence suffisamment profonde entre nos deux natures pour picheter au comptoir d’un rade, bibine en pogne, et trinquer plus que soif à l'improbable rencontre de nos propos communs. Hips !!! Faut pas pousser Marcel.
Mais les faits, plus forts que le bla, connectent parfois inattendus des modules inconciliables... Yep... et puis le rugby comme on dit est une grande famille, même si on ne ribote pas tous à la même nappe... même si d'esthétique ne sommes pas tous fondus... même si ne peuvent se mélanger aux grandes catégories... les petits pâtis. Ach !!! Simplex !

Un gazier de bonne mine, avec qui partageons quelquefois nos maillots dialectiques après joutes importantes, s’insurgeait lui du culot de Laporte. Qu’il était sacrément gonflé de causer comac, qu’il se prenait pour qui... qu’il n’avait de toute façon pas fait mieux... que même toussa était aussi le fait de son piètre héritage... qu'il n'a pas le droit de balancer ça comme... que c'est un manque de respect... et tatati tatata. Qu’il n’ait pas fait mieux ? Sans doute... qu’il soit ce qu’il est, idem... arf... mais a tout à fait le droit de causer, de balancer son jus à sa guise, avec forme sienne. Là, point de censure. Qu’il ait raison ou tort. On s’en balance... On aime bien ces prises de positions fermes, directes parfois, en tout cas, d’une évidence nécessaire en ovalie. On ne peut se contenter au temple des bastons de baveuses mollasses, circonlocutives comme des couleuvres de marécage... de ces petits mollets sans poil qui gigotent des flanelles en balançant du « respect » à toutes les saucières pour s’excuser de n’avoir pas de tripes, qui n’insufflent aucune vigueur aux carafes, rigueur aux tuyaux, ne veulent que du mou, à l’image de leur moi, de peu, sans prou...de frégate, de tata, de zazou !!

Respecter au rugby c’est affirmer, empoigner, chicorer, occire, dans le bon sens du terme s’entend ... arf arf... dans le respect rigoureux des lois fondamentales. Tamponner ferme l’adversaire est preuve de son mérite, de notre féal dévouement... dire les choses comme elles sont est un souffle vivifiant même s’il est rare que les vérités trouvent écho dans un temps réduit chez les huileux cortex du staff.
Apprécions donc le franc-parler, la gifle, 
le soufflet... seules vertus dialectiques qu’il nous reste quand, mâchés des abattis par le temps, les coups, le rentre-lard, le grisou... ne foulons plus le pâtis des crampons, que d’un œil... plein d’envie. Arf !
© Le Pilier

08 février 2011

LAPORTE / LE PILIER : RÉCONCILIÉS ?


Langue bien pendue...

« L'important était de gagner, a déclaré Bernard Laporte, dimanche sur RMC, au lendemain de la victoire du XV de France contre l'Ecosse. Mais quand on voit le match, on se dit qu'il y a trop de joueurs moyens pour dire que c'est une grande équipe de France. C'est aussi simple que ça. A certains postes, on a trop de joueurs moyens pour espérer mieux. Tout le monde marque des essais sur des ballons de récupérations. Il faut occulter ça. Parlons des vrais problèmes. L'Europe, c'est le rugby des pauvres. Ce n'est pas l'Australie, les All Blacks, l'Afrique du Sud, au niveau de l'intensité, du volume de jeu. On n'est pas plus rassuré aujourd'hui qu'hier. On a marqué trois essais contre de valeureux Ecossais, qui tiennent le ballon mais pour ne pas faire grand-chose. C'est un rugby de deuxième division que l'on voit. On est dans la même m… qu'avant le match. On ne peut pas se satisfaire de ça. »

Parait qu’au p’tit dèj croissants kawa Bernard Laporte jubile de nos bagatelles. Nos lecteurs de longue date savent ce que pensions du gazier quand il officiait dans les vestiaires du quinze de France... pour les autres yaka mater les zarchives. Pas rancunier pour un crampon... a bien raison du reste... le voilà solidaire de nos propos. Oups !!!
« Un rugby de seconde division... comme l’exprimions le soir de France Ecosse... de pauvres (ça c’est lui)... que niveau intensité de volume de jeu c’est pas l’hémisud ? Qu’on n’est pas plus rassuré qu’hier... qu’on ne peut se satisfaire de ça... et bla et re bla...» Veut copiner ou quoi le gazier ?

Quoi qu’il en soit ses propos pour le moins fermes et directs correspondent à la réalité des choses. Pourtant cette manière de dire qu’il y a trop de joueurs moyens dans la team n’est pas des plus habile. Va pas nous faire la leçon non plus. Savons tous ce qu’ont engendré ses années à la tête des Bleus... on ne va pas s’étendre, en avons largement causé et l’avenir appartient au présent. Ouarf ! Sûr que n’avons pas pléthore de grands gaziers... ce qui pour nous est différent, bien qu’on ait du mal à le croire. Ne connaissons pas assez les gonzes du Top, c’est un fait... mais il est difficile d’admettre que la nation soit exsangue de mastards.

Que sont donc devenus ces jeunes prometteurs, champions du monde des moins de vingt ans il y a peu ? Pourquoi Dupuy n’est pas sélectionné, pour ne parler que de lui... on lui préfère cette passe mollassonne de Yachvili qui une fois de plus, si zêtes attentif, balançait du cuir mou de chez guimauve aux genoux de son ouverture... qui doit se baisser, se relever pour armer son tir, voire démarrer sa course. Tu parles d’une dynamique. Une passe bien ferme et ajustée vous dynamise... engendre vitesse du receveur... l’exemple de Trinh Duc qui passe son cuir entre les jambes pour envoyer Harinordoquy à l’essai en témoigne. Plus que le geste audacieux et malin, c’est la transmission très rapide qui occasionna l’ouverture vers le try. Ça vous fige l’adversaire cette rapidité... ça propulse le receveur. Le cuir ira toujours plus vite qu’un gazier, c’est connu... et là c’était parfait... c’est la vitesse d’exécution qui prime, devant le recepteur, au niveau du plexus... pas aux épaules, ni aux chevilles, ni derrière comme on le voit trop souvent... ce qui ralentit la course de l’attaquant. Un art ce geste, que les Français ne maîtrisent plus depuis des lustres.

Pour nous le problème est structurel... dab, bien qu'entre autres. Les Bleus ne se préparent pas assez ensemble... les sélectionneurs, entraîneurs et coacheurs d’hexagonie ne sont pas à la hauteur.

On ne sait pas former les jeunes, les orienter, les contraindre tout en laissant s’affirmer leurs qualités sans les brider. On le sent quand ils jouent. Ne savent pas quoi faire parfois... ne sont pas à l’aise. Ne se connaissent pas assez... appliquent des figures mal digérées... manquent de technique. Lors du dernier match avons vu grandes débauches d’énergie dans les rucks notamment... sans soudure véritable... on pousse, on déblaye façon village gaulois contre les romains... bordélique... pas exactement dans l’axe... on déborde, on dépasse... on se fatigue... sans récupérer comme font les Blacks ou autres d’hémisud... le soutien ne pousse pas toujours au râble du porteur... en sus quand un s’échappe on balance le cuir un peu n’importe comment, ça ne suit pas vraiment au croupion... proche... il y a du cœur mais pas de tête... d’ailleurs ne tiennent pas les 80 minutes. Les trous en défense sont aussi l’effet d’une fatigue évidente.
Manquent de condition physique ?  
De potion magique ? De perlimpinpin? ... Arf !
P'têt ben... mais manquent surtout de technique...  doivent apprendre à se relayer, doser leurs efforts... tempérer... bref... un gros paquet de choses.

Un exemple que développions ici il y a quelque temps semble valider notre thèse. Souvenez-vous rapportions cette anecdote du jeune fiston d’un pote, titulaire en cadet d’un grand club Français. Plein de fougue, de cannes, de vista... bon joueur... un passionné qui, nous disait-il, travaillait exclusivement des figures mais jamais vraiment le geste, la technique à proprement parler... les fondamentaux... placage, réception... et notamment la passe. Son pater trouvait ça effarant... en avait fait part aux entraîneurs  
qui l’ont renvoyé dans ses 22 prétextant que le rugby moderne avait changé... qu’il fallait tout dab travailler des figures pour se mouvoir sur un pré. C’est dire. Le jeune de plus, s’ennuyant ferme à l’aile ne recevait quasi pas le cuir... un comble chez des cadets où ça doit jouer dans tous les sens bien avant de se contraindre dans un système figé... Facile ça le système quand on possède les fondamentaux... bien le temps de s’y fondre en sénior.
Le fiston, lassé de ne pas s’amuser, a quitté le club... p’têt même le rugby. Doivent prendre leur pied nom d’une pipe ces marmots, avant toute chose... trouver plaisir dans la maîtrise du geste, la fluidité collective, avant la répétition certes nécessaire des figures.
La passe dès lardon... le collectif... le placage... le positionnement dans l’espace... les trajectoires... sont les principes fondamentaux de l’apprentissage. Junior on doit être parfaitement à l’aise avec ça. Sommes effarés de voir que ne savons pas encore lancer de belles attaques en équipe de France... ou trop rarement. On marque essentiellement sur des ballons de récup...

Pour conclure sur un bon moment. La course de Rougerie, son coup de pompe étaient superbes, comme les cannes de Médard, sur le premier essai.... un grand moment... mais ce dernier devrait jouer arrière... sa vraie place... une trempe de grand gazier celui-là si on lui laisse du champ... au propre, en clair, comme au figuré ! Yeah !
© Le Pilier

07 février 2011

CARTON JAUNE

Du poireau dans les choux
Pas une seule attaque en profondeur... du rugby pilon mon Gaston, épatant d’ennui, sublime d’évidence, pesant de lourdinguerie, à se demander si n’avions pas la berlue.
Du fish and chips sans fish... sans chips... dans de l’huile de moteur avec du pudding !!! Oups !!!
Que dire de plus tant c’était moche ? Qu’avons maté pour la première fois de vagues commentaires de ci de là du net... pas zun seul n’égratigne ferme le duo. Ni du Bif, ni du Gallois on n’astique vraiment l’échine. C’est dire le niveau !!!
Les Bifs ruckaient façon 
charrue des labours... puis se replaçaient toujours à plat... avants comme trois quarts... et replaf dans la défense Galloise... jamais de profondeur... pilonnaient puis attendaient la faille... ad libitum... 80 minutes entières de comac !

Les Gallois n’en parlons pas. Dominés au pack... « lançaient » des attaques poussives, à plat idem... s’arrêtaient aux extérieurs... et ça repartait pour la même figure dans l’autre sens. En sus toujours la même stratégie. Exemple : un moment de domination en début de rencontre envoya sur le banc un avant bif, Deacon, nanti d’un p’tit jaune pour faute évidente... une aubaine. Dix mètres face aux perches. Au lieu de jouer la mêlée et tenter d’assurer l’essai sachant qu’ils ne reviendraient pas de sitôt chez les Bifs et de recoller au score, les zempafs comme toujours, pusillanimes du râble, vides des tuyaux, mais excités des agacins en la personne du transparent Stephen Jones, tapent la pénalité pour trois petits points...
perdants ! Ach !!! Si relisez nos anciennes bafouilles moult fois avons décrit exactement ce scénario. On s’est dit encore de l’idem, encore une défaite at home, le dernier quart d’heure à se tirer la bourre... inutile... puisque perdent le match justement dans le premier quart d’heure !!! Là pour le coup, Gatland,  
la coacheuse du poireau 
est vraiment dans les choux ... les gaziers du pré ne semblent pas décider... c'est d'la tactique en toc !!! Arf !
Rien ne change depuis des lustres et nous refont le même copié-collé. Bon, en même temps ya personne derrière... du Jones qui plombe... des lenteurs de transmissions... sans craindre de s’ultra répéter, à plat de chez limande. Jamais les gonzes ne sont lancés. Alors espèrent encore et encore la percée de Shane Williams qui s’intercale dans chaque attaque pour un exploit hypothétique, bien qu’il ait réussi souventefois son coup le gazier. Pas là. Trop seul !!!
Johnson de son côté fait jouer ses 15 gaziers comme des avants... pardi... une seconde poutre !!! Sûr les gonzes sont forts. Sheridan et sa troupe n’ont pas failli devant... mais le rubgy ne s’arrête pas au martèlement des abattis bondieuserie. L’Europe s'alourdit !!! Arf !
A suivre les Bleus... pardon, les Blancs... plus joueurs mais encore idem... Itou ! Arf !
© Le Pilier

06 février 2011

FRANCE 34 ECOSSE 21

Regain d’O2 en hexagonie.
La France bat l’honorable Écosse. Du mieux sans contredit. On ne s’en plaindra pas... même si beaucoup reste à faire. Du déchet... quand même... défense poreuse... ballons lâchés... Pack solide mais manque de technique... de soudure... de flanker cisailleur... des fautes de passes aussi... et ce n'était que l'Écosse. Match plaisant dans l'ensemble... de seconde division. On y reviendra ?
© Le Pilier 

05 février 2011

LE TROU NOIR DES PÂTIS

Retour à la charrue
L’Europe bas des records. Non ravie de se faire dérouster chaque automne par les nations du grand sud, là voilà qui nous balance un rugby tout neuf, sans chichis, sans cortex, de sous pâtis de taupe en Ray-Ban qui se prend pour Mcqueen. Tu parles de modernité !!!
Ouarf !!! Retour au soc lourdingue, à la charrue...  
au gourdin des grottes néanderthaliennes. Fondus les fondamentaux, au rebut l’évitement, pas même un rugby à rebrousse temps... antichrone pour les férus d’astrophysique... non, non, un rugby fait de briques et de mortier, patiné d'artiche, de com pipolisme... de flan... voir même de chou blanc ! Oups !
La dernière joute est un exemple frappant. Un must de décadence, de nothing, de rien, avec chez les Gallois un scénario systématiquement idem à tous les scénarios Gallois... et chez les Queen’s boys, du Bif à la bouillante eau sauce rata, pour activer l’appétit, et donner ce goût exquis au pudding !!!!  
La jouissance des papilles averties,
en somme !!!! Faudra en causer tant c’était parfait. Du jamais vu comac ! L'H20 plate d'un lac gelé a plus de relief que ce rugby néantisé !!! Arf !  Un trou noir dans 
l'espace temps lavabo 
d'un Jacob Delafon !!!
Oups ! On est bien barré tiens !!!
A suivre
© Le Pilier

04 février 2011

GALLES 19 ANGLETERRE 26

LA BO RIEN
Huit quintaux de plumes c’est mille fois plus léger que huit quintaux de plomb ! Arf !!! Une enclume gravifique ce rugby, plein d’embonpoint, sans carafe, sans rien... lourd, pesant, pachydermique, écrasant, accablant... stupide... des walrus ces Bifs... sans Beatles !!! Les poireaux n'en parlons pas ! Faut se calter là, en biplan vers des contrées plus pop !
© Le Pilier 

TOURNOI INTERACTIF

Le réel sous la main
Savons bien que le tournoi pour la plupart des amateurs est celui des six nations... y’avait donc pas d’erreur de frappe sur la dernière bafouille. Chacun sa catégorie, chacun son pâtis. On choisit son modèle, on retaille à sa guise, on transforme, on repeint, on astique, on module à la mesure de son ambition... de sa densité, de son niveau... on agence, prospectif, 
on choisit sélectif...
c’est ça l'interactif !!! Arf !
Le réel à votre patte... 
coupez selon vos pointillés...
Si vous cherchez l’épate... zappez sans hésiter...  
pourrez pas dire après 
qu’on vous impose tout !

So for us c'est du cinq nations maxi... et encore on pourrait très bien en faire un Tri si y'avait d'l'aller-retour... si on voulait... si même on le décide ! Allez allez, 
faites plus les mérinos, 
flottez comme l'albatros 
Et traversez le temps
Cogito plein d'allant,
Vers l'avant fastueux qui coupe
le flot de foudres et d'hivers...
haut la poupe imaginaire... Arf arf !!!

Le rugby n’aime pas les grands écarts en sus...  
Goliath vs Antipasti...
ça fait jamais d'la mythologie !!!!
Le macaroni malgré son courage n’est pas un plat de résistance... oups... ça tire au nadir, pas bon pour l’Europe... pour les Bleus... comme souvent ce qui est prétendu sympa se fait au détriment du meilleur... du groupe... on se retrouve au final tous en bas, niveau minus, esthétique raz bitume, en l'occurrence loin derrière les Masters. Normal ! Une modification du système serait nécessaire, mais là c’est d’l’utopie !
© Le Pilier

03 février 2011

TOURNOI 5 NATIONS 2011

Coup d'envoi
Justine à son éveil s’empara du machin d’un geste mesuré, sûr, manifeste... de quelques va-et-vient actionna la fontaine. Julie offra ses lèvres. Une journée de pluie s’enquit-elle... c’est tant mieux, nous resterons ici. La plage était déserte et le vent nonchalent, la mer scintillait de ses mille diamants car une fente longue dans l’azur étirée laissait l’astre solaire aiguillonner de l’onde monumentale ses mouvements altiers... Ouarf ouarf !!!!
Le trio s’éveillait, c’était tôt, l’était tant de sortir de l’entrave que la tiédeur impose à la volonté molle... Oups !!! Bras tendu vers la machine, le Pilier actionna le bouton qui sursauta en balançant un son. De ce clic, de ce rien, un râle symphonique s’épancha... on s’attendait à quelques vagues notes, lentes, feutrées, montantes, invitant en douceur au dressage d’échines...  
Ta Ta Ta Ta soudain, la cinquième ébranla le plumard, la baguette Beethoven secoua tout le monde, dès l’intro, Pilier au garde à vous plongea dans un réveil à mitrailler d’entrain ses deux nymphes épatées... on gesticula, on se dressa,  
on était prêt pour le Tournoi !

Trop easy de se couvrir de gloire au dunlopillo... à fourailler du pâtis plus de quatre mi-temps... pas plus pour ce week-end en tout cas. Et encore ne savons toujours pas si materons les Bleus samedi. De chez certain suivrons avec attention le match Galles-Angleterre, demain 20H45 si possédez une montre.
On va voir si les Bifs sont plus sérieux que nous... même s’ils font des choix pour le moins bien douteux. Nous rebalancent Tindall au centre fermé... du Johnson toussa, à l’instar de Lièvremont, pige nib au subtil. Pour l’anecdote il y a deux ans quand les Bifs nous ont planté de façon magistrale chez eux... les débuts d’Armitage vous vous souvenez ? sur le plus bel essai du match Tindall bien sûr ne touche pas le cuir. Si c’est beau et bien fait 
c’est qu’ont zappé le gazier. Encore une vérité qui prendra du temps à infuser dans leurs carafes à bouillante eau... qui dit en passant donne un exquis goût à tout parait-il... la bouillante eau s’entend... enfin aussi loin que sommes concernés !
© Le Pilier

02 février 2011

MAXIME MEDARD AU PLACARD ?

Une perle gâchée
Qu’un élan Dionysiaque transpire sa vertu en ce lieu de baston, de façon soudaine, en étonne plus d’un. Ils savent les bougres que le XV du coin n’est plus en odeur de sainteté chez le Pilier... qu’avions quasi banni pour tout dire ce rugby de clocher, las que sommes des redites, du prévisible, de l’atonie, du style, du bla, du manque d’assise, de l’irrégularité de nos blous cocottes ... hors dans l’accumulation des roustes... Ach !
Mais que voulez-vous, sommes encore porté à espérer quelque éveil improbable... croire à la vague surprise, car comme sa définition le propose, on peut toujours être pris à l’improviste ! Oups !
Ce dernier signifiant nous agrée, de force... bien le seul en effet sur lequel bâtir un espoir, même ténu. Et puis jouer les Cassandre entraîne un coût... lourd d’assomption, qui alimente l’ennui voire décourage si d’aventure le soupoudrez de naïveté bambine quand la psyché frivole en flottaison lasse se laisse mener par un aquoibonisme insidieux ! Arf !

La troupe est certes en perdition pour les raisons que savez tous, très en retard sur le grand rugby, loin derrière les grÔsseux zéquipes... un fait patent, incontestable... les déroustes précédentes en témoignent en nous plaçant désormais en bas de tableau. Une aubaine ? Pourquoi pas. On peut encore tomber plus bas, d’évidence, mais on peut croire que n’ayant plus grand-chose à perdre que nos dernières plumes, on a tout à gagner !!!! Arf !

Bon, les choix de nos staffeuses nationales ne vont pas aider. Prenons le simple cas de l’arrière du prochain match France-Ecosse... encore du Traille de chez balourd. Bondieuserie !!! On possède un gazier du tonnerre, Médard, dont on a moult fois causé en ce lieu... aux qualités intrinsèques ad hoc pour un 15... fait pour ce poste... vision large, cannes pour la relance... opportuniste et bonne vista... lui faut du champ pour s’exprimer... on le cantonne dans le couloir de l’aile... n’est pas à l’aise Blaise dans ce tuyau... c'est un arrière, un vrai !!!! Un placard pour lui cette place d'ailier, a besoin de grands espaces le gazier pour balancer son jus.
Bon, à préciser quand même que s'est fait archi balader en défense contre les Blacks... et les Aussies... doit se baisser  aux cannes pour plaquer son adversaire... les monumentaux raffuts de Cory Jane sont encore tout frais dans nos mémoires. 
Lièvremont trop entraîné sous le joug à brouter du pâtis ne comprend pas les lignes arrières. Ne connaît pas la spécificité nécessaire affirmant chaque poste... n’y panne rien le gus... fallait laisser Médard depuis le début... qu’il se pose, se tranquillise, s’affirme en quinze... sa vraie place. Bon relanceur... sens de la trajectoire impec quand le champ est ouvert... une rareté cette qualité au rugby... peut renverser la donne sur un coup... du culot... incomparable avec Traille qui n’a fait que s’emplâtrer dans la défense Aussie de façon bourrine lors de la dernière rencontre... pathétique dès qu’il entamait quelque vague relance. Ce n’est pas son poste, on ne va pas lui en vouloir... on l’impose là, il joue. Cette stratégie est totalement stupide et démontre parfaitement l’incompétence de la triplette.

Ce simple exemple est suffisamment parlant pour n’y rien ajouter. Comme on dit, il y a autant de sélectionneurs que de mâteurs de jeu. Ici on ne fait pas l’équipe... on prend ce qu’il y a, mais quand ça dépasse l’entendement, ça nous cloue !!!! On causera pas des autres... ni du banc en l’occurrence... avec du Yachvilli limaçon alors qu’un Dupuy nous semble quand même d’un autre calibre. Avouons cependant que ne suivons pas le gazier depuis son retour d’Angleterre... se laisse aller ? N’a plus sa vista ? Pas la forme ? N’aurait pas dû quitter les Bifs alors... c’est quand même chez eux qu’il s’est révélé non ? Avait de quoi s’imposer en tout cas... malgré sa fourchette stupide qui l’a écarté du pâtis l’année dernière... il possédait quelque chose d’unique... malin... élégant... bon liseur de jeu... même si parfois se laisse aller à quelque découragement, manque de fermeté, de pugnacité... défauts qui s’atténuaient avec la rigueur imposée en Angleterre. En avons largement causé ici. On lui conseillait de rester là-bas... qu’il progresse encore, devienne plus ferme... plus rageur... plus dur. De retour au bercail pour des histoires de gisquette sinon d’artiche... se laisserait donc aller ? Avions vu juste une fois de plus ? N’avons pas la réponse, puisque pas vu... mais il doit y avoir de ça en tout cas. A moins que ce ne soit le fait de la seule carafe éventée du sieur Lièvremont, s’il n’est même pas sur le banc ? Là ne serions pas étonné pour le coup !
Malgré la misère dirigeante, c'est aux joueurs de s'imposer...
Allez allez, une petite révolution épatante... zappez le staff, jouez comme l'entendez, ça ne peut pas être pire. Si ? Ok... quelques surprises encore ?
© Le Pilier

01 février 2011

REVOLUTION DES PÂTIS

On cherche des athlètes !!!

Regain des appétits !!!
Le Pilier soutient tout !!!

Fi du flat
Fi du mou
De la marmotte, du redoux...
C’est la saison des coups !!!!

Colère expresse.

Tir aux poulets...
On veut des coqs !!!
Une troupe de choc !!!

Moins de remue-méninges
Plus de remue-ménages !

Au grand poulailler...
Révolution des plumes... 
astiquage des croupions !!!
Changement de propriétaires... 

Allez les gaziers !!!
Virez le staff, prenez le pré !!!

Frisez les moustaches... pilonnez les rognons
Fi des sardines, des odeurs, du ronron...
De la blédine et du patapon !

Coup de phone aux esprits majeurs...
Soutien des Dieux !!!!

On veut des baffes, sans gaffes...
On veut du mieux !!!
Des ascenseurs cramponnés... 
des cuirs astiqués !!!
Des cathédrales, d’la volupté, 
de grandes fessées !!!

Si vous trouvez votre quotidien maussade, 
si vos idées sont éventées...
Si Ginette n’a plus sa tête, 
si Julot n’est plus tatoué...
Lisez le Pilier !!!!

Tous au pâtis... au rififi !!!
On veut des mollets solides sous la République, 
pas des zarpions pudiques !
Vitaminez vos zopinions 
et gloire à la Nation !

Au tournoi plein d’allant...
Au dunlopillo en avant !!!!

Ravivons le pré tricolore,
le drapeau, la chicore !!!

Du poil sous la mêlée !!! 
Par Thor, par Odin... 
par sainte Chicorée ! Yeah !
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.