29 novembre 2010

LE GRAND DEBRIEFING

« Le defriefing du staff a accouché d'un constat inquiétant. Face aux nations du Sud, les Bleus sont à l'heure actuelle sans réponses pour rivaliser." OUOUOUOAAARRRFFFFF !!!
Merci de débriefing accoucheur !!!! On y était, on vous a pris ces clichés sur le vif en loucedé... une exclu donc du Pilier. Savourez les faciès en pleine révolution cognitive ingurgitant l'effarent constat ! ça cocoricouinait dans la basse cour !!! Arf !
Une petite pièce surprenante de haute conscience d’où sourd cette merveille de lucidité après ultra longue réflexion, sise en un site destiné aux petits amateurs de cuir, vient de jaillir sur notre écran... arf arf... des comacs y’en a des couches à vous solliciter plein buffet les zygomas... des lasagnes de réflexions du genre, on vous z’en réserve un florilège, copié-collé, au hasard, tant ya de quoi rigolbocher jusqu’à la st Sylvestre. Pas coutume jamais chez nous de lire les folliculaires, mais là ya matière pour encore mieux saisir où nous en sommes.
Alors donc ainsi on open un calot ? 
On secoue un brin sa comprenette ?
On sort la pantoufle de Marcoussis ?
On ramone enfin ses connexions 
pour cause de grand froid soudain ?

Mais les cocottes au grain, ya cinq ans icy qu’on exprime en ce lieu la chute du rugby Français... 10 ans extra blogos.... la gabegie systémique, le pouic stratégique, les causes sont lointaines, profondes comme un puits de vérité en plein désert saharien à qui on n’a pas tiré une seule goutte depuis la saint glinglin... arf ! Et ça cause maintenant de partout, beaucoup de tout, peu de pertinent car le Français ne pige pas encore ce qu’il en est, où ça se joue... les raisons on va vous les livrer céans because on est bon zig après tout et soucieux du tricolore fanion !!! Ach ! Nos lecteurs en savent déjà pas mal... mais on se penchera sur le système entier, avec ces loisifs qui n’écoutent que le son de leur clocher qu’ils savourent encore et toujours comme une symphonie... z’ont aussi leur part de responsabilité. 

Le vrai, le super, la vérité, 
le dit, l’imparable, les faits ? C’est ici, sans contredit. Mais bondieuserie à quoi ça sert que le Pilier se décarcasse ? On vous za balancé des aromes, des épices, du piment cinglant dans votre rata et c’est à peine maintenant qu’en sentez l’effet ? L’histoire se répète, le pire est toujours certain, comme dirait l’autre. Des coqs déplumés en retard toujours de plusieurs bastons, voilà nos adjudants...
encore à la ligne Maginot 
quand les autres nous survolent 
avec des avions furtifs !!!!!
Mais n’avons visiblement pas pigé...« Je ne comprends pas » soufflait Lièvremont après un long moment de réflexion se justifiant de la dérouste. Il dit vrai, on peut le croire cette fois. Ce qui laisse à penser ce qu'on doit, sans se planter !!! Hé hé. Alors que tout est clair comme l'azur Mallarméen mon lapin !!! N’y pane donc rien çuila... comme le duo qui lui sert de béquilles. Tu parles Charles d’une triplette de pastaga la pétanque en espadrilles. Qu’on envoie le Pilier à Marcoussis tiens, verriez immédiat le changement ! Ya pas d’mystère pour nous, sauf dans l’insondable profondeur des carafes endormies de nos pardessus pantoufleurs. Et pour une fois, même s’ils z’ont part de responsabilité, on touche pas même aux joueurs... dans un premier temps.
Pour nos saveurs, exclusif, et quelques curieux qui pensent qu’un bon cuissot fonctionne avec un ciboulot, on va vous balancer du sus. Laissez-nous un brin de temps, qu'on vous étoile les avents !!!! Ach !
© Le Pilier

28 novembre 2010

FRANCE VS AUSTRALIE 2010

La belle dérouste
(16-59). L'insistance appuyée de nous avoir au château, modeste, mais bien en pierre, si tant est qu’un édifice tel le soit... modeste... aux soubassements défiant le temps long, à l’enceinte de tours surplombant notre histoire séculaire et farouche... cette insistance disions, de prime abord nous laissa comme souventefois dans ce cas, rien prudent sinon même brin rétif. Mater l’EDF n’était pas au programme de notre samedi, deux matchs dans les pattes, cela suffisait. En sus, sentions bien l’issue de la joute... comme nos bafouilles en témoignent depuis qu’avons forgé ce blog. Mais ce groupe d’admirateurs a si bien fait requête, mettant formes adaptées pour attirer notre râble, qu’avons accepté l’invite. Précisons qu’une close unanime nous autorisait la fuite si le jeu n’en valait pas la chandelle où toute autre humeur soudaine, par exemple, un autour ennuyeux dont devrions subir les assauts. Ach !!! Mater du rugby en effet pour nous est attention sérieuse... se pratique seul, sinon avec gens choisis... qui connaissent bien le cuir, et si totalement néophytes sont curieux sans babilan* babil. Oups !
Sans avoir donc à nous justifier d’aucune sorte, pouvions prendre tangente en remerciant ces dames et sieurs, et chacun devait contenir son humeur de nous voir abandonner la troupe. Bref !

Il est bon parfois de se laisser porter, et si avons accepté l’offre nantie dit en passant de gigots néo zélandais à croquer en fin de baston, c’est qu’aimons d’évidence ne pas rester sur nos us. Histoire d’ouvrir ce champ expérimental qui nous tient lieu d’éveil, favorisant surprises, comme ce fut le cas hier, car même pour un Pilier de notre acabit, prévisionneur imparable des mouvements humains, si tout semble écrit, ne pouvons, simple item, n’en connaître que les formes générales. L’avenir plus précis reste l'apanage du grand barbu, supra saveur cosmique, omniscient module éternel... même si la connaissance du passé, la lecture du présent nous oriente favorablement pour savoir où l’on va. Arf !!!

Merci donc pour ce match que l’on nous proposa, comme pour le reste échangé aux tintements des pichets !!! Merci ycelles avec qui avons approfondi la nuit, assoupli nos flancs mâchés par trois bastons d’affilées, aux vertus ondulatoires, de tout mâle prisées. Arf !

Mais revenons à ce qui nous concerne icy.
Ce France vs Australie d’anthologie qui entérine tous nos propos d’hier et rallie visiblement les retardataires à nos analyses, que nos lecteurs attentifs connaissent bien. La surprise pour eux seuls, doit donc en être moindre. Là, c’est parti... presqu’enfin... le monde de l'ovalie se réveille un peu et les critiques fusent. L'hexagonie n'a plus d'appétit... Ça nous poile de fait puisqu’avons déjà tout dit depuis lurette. On sent des rapprochements un peu partout avec nos thèses, même si, bien tendres encore, les reproches ne sondent pas totalement la profondeur des dégats.  
Encore un effort les Français pour 
être aussi avisé qu’le Pilier. Yeah !
On revient causer de la dérouste des Bleus... en passant notamment par le bla de nos entraîneurs, car sans même mater les bastons on peut quasi tout savoir tant la dialectique bafouillée peut éclairer les borgnes... encore faut-il ne pas être sourd... arf... et savoir lire !!!
A très vite.
*babilan : Terme Stendhalien... ceux qui peinent... ont du mal au zénithal transport ! Arf !
© Le Pilier

27 novembre 2010

59 POINTS AUSTRALIENS A RIEN !

Vous z’en voulez ?
Vous z’en aurez ! 
C'est ici et pas autrement !
© Le Pilier

SPINGBOKS WIN THE COUINE

Ultra Fissa
Sans la faute du pilar Van Der Linde en fin de match qui se fait intercepter le cuir alors qu’il a trois gonzes sur un plateau sans opposition à 20 m de l’en but, le score eut été plus lourd... et malgré un pack solide les Bifs n’ont jamais réellement été dangereux.
La tof ? Les deux bourrins du match... Tindall qu’on connaît... et Steyn aux passes aléatoires... aux coups de tatanes monumentaux mais pas toujours judicieux. Ne s’améliore pas le jeune Sudaf chez nous... trop de tout... sans doser. Et puis le bonus Tindall... après l’essai de Foden... seul devant l’en but tape en drop rapido la transformation, 8 m à peine face aux poteaux. Paf, raté, pleine perche. A l’image du gazier. Bon en seconde période Hodgson rentré en place de Flood blessé, a changé le rendement des Bifs... une vraie cata... ça valait le coup de laisser partir Cipriani en Australie.... bravo Johnson... il nous pompe notre stratégie ou quoi ?
Tout cas... pas inspiré les Blancs avec ce plomb. En face, pas beaucoup mieux, il a fallu la rentrée de Jacobs pour que le score s’envole. On vous le dit-répète... ça coince toujours aux même lieux non d’un pipe... charnière, centres... faut des malins à ces postes... avec Jacobs l’équipe Sudaf n’est plus du tout la même... pigent pas ça les entraîneurs ou quoi ? Et puis Morne Steyn qui ne fait toujours rien au jeu...ennuyeux.
Sinon l’arbitrage était mauvais... les Bifs faisaient des fautes en veux-tu pas toujours sifflées... ça vous change la physionomie du match ça... du bordel parfois mais un nette domination SA dans l'ensemble qui aurait dû planter d’autres tries...11-21 au final. Normal. Allez hop, pilule vitaminé, massage, camphre et moulinets on retourne au pré... mater les maîtres... hé hé... solide le Pilier... sans même doser se livre corps et pieds pour le grand slam assurer !
© Le Pilier

GOOD SAVE LA COUINE ?

Oyez, oyez... venez mater l’Anglais, 15h30 PM on the green de Twickenham, qui va tenter en pleine écran  
de rouster le Sudaf, perdant la semaine dernière des Scots... enfin des arpions de Parks. Aucun essai Écossais durant 80 mn. Ce devait être passionnant. Ach ! Comme disions, l’africain n’aime pas cette saison frileuse... en sus, moins gaillard que l’année précédente, a sacrément perdu sa dynamique Tri 2009 où il remporta tous les matchs. Les Bifs ont plutôt du vent aux croupions... bien croqué l’Aussie... mais pour le Sudaf faudra encore plus d’appétit.  
Qu'le good save la Couine. Ach !
Qu'le Sudaf file des baffes.
Mais ne donnez pas tout dans cette première mi-temps... ya la seconde juste après...avec des Gallois, dit-on, capables de bouger le pack NZ... hé hé... mais on n'a peur de rien sur le papier !!!
© Le Pilier

26 novembre 2010

FIN DES BASTONS

Record d'arpions ?
Après la Chabaleine aux sardines... Argentines... le Chabalourd comme un sourd, symbole d’une EDF qui augmente toujours ses tarifs mais vous refile de moins en moins de gaz... arf... reprenons le chemin du grand pré.
Demain donc, fin de parties pour les trois gros d’hémisud. Les Blacks devraient emporter un grand chelem dans leurs valises... mais faut toujours attendre que les ébats de pâtis soient finis pour être bien sûr de ne pas se planter. Autrement dit rien n’est joué tant qu’c’est pas fait !!! Ach ! Un Carter qui devrait battre le record de pions du sieur Wilkinson... mais ça c'est pour le Guinness... 1178 points Jonny pour sa Team Couine... 1176 pour Dan, le carter des fougères. A noter la titularisation de Sonny Bill Williams en place de Nonu... pourquoi pas... de même que Toeva à l'aile à la place de Jane... mouais... Thorn en seconde poutre revient... c'est bien... comme Mealamu au talon... ya pas d'raison qu'non... même si son remplaçant, qui lui ressemble du reste, a fait bien bonne figure. Ont vraiment un sacré cheptel de gaziers ces Blacks... des doublures pour quasi chaque gonze... hors l'arrière... l'ouverture... et le Mc Caw des capitaines  
sans qui ça flotte comme une fontaine...????? Tsoin !!!
15h30 : England vs South Africa… 18H15 : Wales vs New Zealand… pour les deux rencontres à ne pas manquer. Pour ceux qui veulent saboter leur samedi, ya ça aussi 20H45... France vs Australie… bien qu’il soit intéressant de mater ces Australiens pour le moins déconcertants... qui finissent fort les Tri nations et se ramassent contre les Anglais d’une étrange façon. Face « aeux » ya tout à faire... donc rien à dire.
Tous ces matchs à mater sur les chaînes d’outre-Manche bien sûr... parait qu’ici c’est encore pire que quand ça l’est !!! Hé hé !!! On nous za dit ça... pourquoi on le croirait pas ?
© Le Pilier

25 novembre 2010

CINÉ CHABAL

La symphonie des briques
Quand cézig s’empara du cuir en début de partie, dans ses 22, prit gros zélan, s’élança, percuta droit devant, dans le gros tas de la pampa, sans chercher ni l’évite, ni la transmission... s’esclaffa comme un sourdingue pour au final se faire mal à la cuisse... on s’est dit mais c’est quoi ce rugby ?  
Du ciné Chabal mon caporal !!! Du parpaing de barbu, grand acteur des pâtis du cru... d’la moulinette... du bourrin lapin... on cause pas de toutes les fois où tombe le ballon après percussion façon Benazzi... bref... le genre d’action à l’image des autres... so bête, trufette, andouillette... degré zéro à déconseiller aux marmots.  
Bon, en même temps l’est payé pour ça l’empaf... après tout, comme un acteur pelliculaire qui a son p’tit air, sa moue et vous la refourgue toute sa carrière durant sur le plat écran... lui l’a sa barbapapa, son profil sympa, même sa voix papa !!! Hips ! Dans un sens c’est la modernité cette ovalie d’hexagonie. Tronches à voitures... douilles à shampoing... cuissot à slip de bain... rugby pastaga... chaussettes à tata... alors pourquoi ne pas configurer les gonzes comme des acteurs ? Avec Mickey Chabal  enfin du rugby sans bocal, du neuneu intégral... un vrai grand beau Disney rugby pour les brouteurs d'ennui... les petits... les familles unies qui rêvent d’un papa aussi fort que lui ! En sus il est parfait... pas une fusée le gazier, aussi profil ad hoc pour unanimité... hé hé !!! Le jeu des blous était à l’image de ce ciné là.  
Une symphonie de briques 
pour des têtes à parpaings... Arg !
Bon, en face n'ont pas démérité dans la nullité les Argentins... on fait copain-copain avec nos marsouins... assurément la pire toile de la tournée d'automne. 
En tout cas samedi, pour les pro du cuir ya de quoi s'exciter la cornette. England vs Sudaf... puis dans une moindre mesure Wales vs All Blacks sonneront la fin de la tournée des gros, de quoi oublier tout ce rata... de rugby qui n’en est pas !
© Le Pilier

24 novembre 2010

FIGHTING SPIRIT

Après le Rosbif au Samoan, avons dégusté du Paddie au long nuage blanc !!! Ach !!! Avec des Blacks en pleine forme, intraitables, réglés comme des pendules à l’heure... des tartines au beurre... des trains bon train, fond les vallons... des locos, vapeur dans les pistons, Micheline dans les transmissions... sur des rails quoi !!!
Un match du tonnerre... y’avait tout !!! D’la baston, de l’envie, du jeu de mains, pas vilain... de belles parades, des attaques, des bouchons... avec des Blacks certes dominateurs, comme dab, mais face à des Irlandais d’un courage exemplaire. Pour dire en avons oublié le score tant le spectacle nous za plu.
C’est ça l’effet NZ... quand on les joue faut tout sortir. Tripes de l’abdo, jus du cuissot... donner le meilleur... ce qu’ont fait les Irlandais. Épatant c’était...
Et puis cerise sur le pal'tot, toujours appréciable, quand Carter tentativait pour trois pions d'entre perche, aucun bruit dans le stade, pas le moindre sifflet, un silence d’attention, de ferveur, de respect... même les mouches la fermaient... le temps était suspendu... le botteur jubilait... engrangeait les buts. L’Aviva stadium s’enivrait, embaumait le fair-play, la bonne humeur, liesse, ivre joie, folichon, le luron, le badin... tsoin !!
Non là, vraiment le kif... le plus beau match de la tournée... sans outre pied, mais du cuir bien en main. Hors quelques renversements au cordeau du sieur Carter pour trouver des touches lointaines, ajustées, ça jouait collectif, balle en pogne... vaillant mon Bertrand avec moult séquences de jeux qui dépassaient même les cinq minutes. Malgré 20 points de retard les Irlandais se sont arrachés jusqu’à la dernière seconde. 18-38... mais qu’importait le score au final... un excellent moment, du vrai spectacle de vrai rugby... avec des gaziers à la hauteur... des deux côtés... on peut tous les remercier ! Résumé ci-joint...
Imaginez donc l’humeur à la nuit bien tombée... rassasié, ravi, sémillant, prédispos pour le grand Dunlopillo quand viendrait d’un greffier nécessité subite !!! Arf !!! Bref, c’était la juste forme... avions fait notre devoir,  
tenu notre rang, deux bastons dans une moitié de samedi... travail accompli !!!! Ach ! Alors pensez la descente aux sous fondements, quand, accompagné d’un savant quintet d’amateurs, passant par hasard devant une brasserie avons tous jeté un œil sur l’ineffable, l’archi bordel, le petit sous rugby du coin d’ici, hélas de la mère patrie... France Vs Argentine...  
étions même subjugué de temps de minableté... hé hé... c'est dire s'ils peuvent encore nous surprendre ces bleus... on aurait dit la foire aux bestiaux... et puis des pieds en chandelle en veux-tu... qu’on avait même oublié que ça existait... rugby d’autre temps... d’antan ? Même pas... mais pis que plat... lent, vieux, anarchique, spasmodique... atrophique et surtout totalement neuneu !!!
Y revenir sous peu ?
© Le Pilier

22 novembre 2010

LA PLAIE ET LE BON GRAIN

Tartine... 
et beau terrain
Plus rien à espérer... depuis lurette direz-vous...  
Mais là c’est l’avanie... ça dépasse tellement l’apothéose, ça vous supplante l’overdose... ça transpire la plaie... ça cultive l'ivraie...  
ça vous tartine d'ennui... 
ça vous avilit... ça vous effare même votre moment crétin, vous ultra sous estime votre à peine rien... qu’on se demande même à qui s’adresse ce rugby du coin ?
C'est la décadence
C'est l'outre nuisance
C'est même l'anti-France !!!
Le bon côté c’est qu’il n’y a plus qu’à se fendre devant cette superbe cacotéléphonie...  
ce tricolore et minus 
bête et rave pâtis   
cet ANTI rugby. Ach !!! Ouisp et flop !!!
Une seule mi-temps a suffi... et encore sur l’insistance de notre pack, sinon au bout de cinq minutes on se caltait !!! Tu parles d'un Quinze de France des bas-fonds... de la citrouille et du potiron... de la pantoufle et de l'édredon... on y reviendra... on peut pas laisser passer ça ! Du XV pastaga on vous dit !!!

Alors que l’entame nous avait particulièrement bien disposé... Angleterre vs Samoa... bon moment... sérieux, joueur, vaillant de part et d’autre... du Samoan bien sûr un peu bordélique... (on sait tous pourquoi, on y ajoutera pas) mais d’une vaillance exemplaire, solide en défense... bastonneur et planteur du premier try... épatant... au final deux essais de chaque côté, quand même... avec des Bifs dominateurs devant bien sûr, qui ont certes poussé l’adversaire à la faute leur assurant pas mal de pénalités, mais qui ont dû sacrément se remuer le croupion pour les vaincre, envoyer du ballon tout berzingue pour les maintenir à distance... 26-13 au final. C’était beau... correct et solido.  
Avec du pied chez le Samoan, le score eut été différent. Pas leur culture l’arpion... sont des paluches les gaziers... on ne leur en voudra pas.
Côté Bif, le jeune centre Anglais Hape est d’une toute autre trempe que le bourrin Tindall... plus éviteur, plus fluide, plus passeur... on a immédiatement senti la différence... en sus fait bien la paire avec le tatoué Banahan qui plante son essai grosse partie le gonze. Et cet arrière tonique qui aime à relancer... belle mentalité.
Beau terrain... derrière ça envoyait tous zazimuts... une foison d’obus... de vrais morceaux d’attaques, de superbes passes, gonzes lancés... avants réglés... pas étonnant qu’ils aient quand même bousculé les Blacks ces Bifs... ce Pack a de l’assise... du rein... les Boks n’ont qu’à bien se tenir... et derrière ya du bon grain... quand ils ne nous balance pas les bourrins !!!!
On revient... tsoin !!!
© Le Pilier

21 novembre 2010

PENDULES A L'HEURE

Vidange... 
essorage... 
rinçage... nettoyage plein...  
malin... à sec... 
programme lourd de conséquences... 

Décoloration tricolore... 
Pressing... figuration... 
transmissions incolores... 

Tartes... noyaux... rata... soupe aux navets...  
Demandez le Pilier 
et lisez les dernières nouvelles du pré... 

Avec de vraies éclaboussures... 
de grosses boursouflures... 
des outrages à relever... 
des pendules à remonter !!!

Ici, sous peu... le bilan du Samedi 
pour bien se fendre l’abattis !!!
© Le Pilier

20 novembre 2010

AUX ARMES !!!

En avant toujours
Tu parles d’un coach !  
« Les Français ont beaucoup à perdre contre les pumas » qu’aurait balbutié quelque part Lièvremont. Ben mazette, motivant le gus... sympa l’ambiance dans les vestiaires... on tient pas deux secondes nous dans un groupe mené par une triplette comac. Yaka même pas y aller... restons dans les pantoufles... conservons nos p'tits acquis... fuyons les pâtis !!!! Ach !!!
Mais faut investir Marcoussis... parole de Pilier... faire un push... virer ces bonnets rachidiens... bouger toussa, changer fissa. Non mais quand on va bastonner on tient sa langue... on motive la troupe... on se jette aux avants postes... frondeur... Pont d’Arcole... torse en tête... quilles en fête... mais
jamais,  jamais rien à perdre...
toujours,  toujours tout à gagner !!!! Yeah !!!
Mais que fait le ministère du XV ? Un remaniement s'impose... le Pilier chef de gouvernement... on va redonner d'la couleur au drapeau tricolore nous... allez hop, tous au front, impavides, poil au moulin, sveltes agaçins... ferme au baston, raide au pilon... on va quand même se laisser tondre nos pâtis avec la trouille aux abattis, non ? Allez les gaziers... laissez béton ces rogatons... ces cracheurs de mouron... dressez pilons... et... en avant toujours !!! Ach !!   
© Le Pilier

19 novembre 2010

HAPPY BIF

Rencontres et réticences
Caoua aux matines en croustillant ses p’tits Lu... Bob d’un coup se dresse, nous argougne par les endosses*, exalté, plein d’emphase à nous causer du dernier match des Bifs.
- Tu vois Pilar, on gagne les Wallabies, un vrai morceau de bonheur.... Sommes même passé devant vous au classement IRB... hé hé...
- Ok ouais, rien à dire... pour le scrum... derrière pas convaincu encore... on s’ennuie avec votre pousse à l’aile téléphoné... et puis les Wallabies étaient vraiment dans les choux... because dominés devant? Pas que... des fautes de défense étonnantes... mais sans contredit, zêtes plus hardis...
- Of course man... remember les All Blacks… on a sacrément secoué leur citadelle… à deux cut on les gagnait !!!

Voilà Bob... très enthousiaste après la victoire de samedi dernier. Sa team de Queen sera prête pour la CDM, vont nous gagner le tournoi prochain... à trop bouffer du frometon , tiser nos pichets, tétiner nos mousmés, il s’exalte un peu trop l’ami... devient même Français. Dès qu’un brin de sun pénètre le fog et colore Twickenham c’est l’été dans sa carafe. On comprend. Ce n’est qu’un match, mais ça fout toujours la pêche de plier du gros. 35-18... score sans appel... la rose en effet retrouve son piquant... de bon augure. Plus que les Boks pour faire un bilan. Wait and see quand même Bob... ya encore du taf pour l’hégémonie.

De notre côté on se demande si échapperons au match contre les Argentins... on s’est juré de pas mater. Pas gagné. Ach !!! Ya quand même plus belle affiche avant. Irlande-Nouvelle Zélande... c’est du sûr. Ecosse vs Afrique du Sud... quasi oui... mais le jeu de Bleus ne nous inspire pas vraiment. Et puis tous ces changements incessants... en sus on nous vire Médard... qui est pour nous le meilleur arrière qu’on possède... mais on ne lui laisse jamais le temps de se poser. Vont le gâter ce gazier... comme l’ont fait avec d’autres jeunes joueurs la dernière décennie. Comment s’imposer dans un groupe sans stratégie cohérente... ça bouge tout le temps. Ya de bons gaziers en France... c’est le système qui foire... avec des entraîneurs qui ne sont pas à la hauteur. Faut virer ce staff... hop zou !!! pas même remplaçant ce Lièvremont qui balance que Ouedraogo est le meilleur joueur devant du match contre les Fidji... mais le vire ensuite en disant que ça lui fait mal au cœur. Devrait se taire le coach. Arrêter ces doubles contraintes qui perturbent sacrément les cigares. Pas ça un chef de troupe.

Tenez question feuille de match... matez Graham Henry. Il possède une des plus, sinon la plus belle paire de centre de la planète. Nonu-Smith. Bon. Ya d’autres gonzes derrière, du gros calibre... notamment Sonny Bill Williams... alors il le sélectionne une première fois second centre avec Nonu, une autre  premier centre avec Smith qui dit en passant a fait un match exceptionnel contre les Scots... comme SB Williams du reste... qui vous transmet le cuir d'une seule paluche avec une aisance impressionnante. (la tof)
Malin l’entraîneur NZ. Pour le familiariser avec le système Black, SBW travaille alternativement avec les deux titulaires. Cette fois il est remplaçant. Cohérent toussa. Petit à petit s’intègre. Ellis jouera contre l’Irlande à la mêlée... une bonne chose... sont là pour faire tourner le groupe les Blacks... sans jamais toucher à la structure de fond... because ya un système de jeu bien en place, dans lequel chacun peut se fondre, bien épaulé par le groupe. Pas le cas chez nous mon p'tit loup.
*Argougne par les endosses: nous saisit les shoulder... nous attrape les porte-manteaux...
© Le Pilier

Irlande.Cian Healy, Best 2.Rory, Cour 3.Tom, O'Callaghan 4.Donncha, O'Driscoll 5.Mick, 6.Stephen Ferris, Wallace 7.David, Heaslip 8.Jamie, Reddan 9.Eoin, 10 . Jonathan Sexton, 11.Luke Fitzgerald, 12.Gordon D'Arcy, O'Driscoll 13.Brian (capitaine), 14.Tommy Bowe, 15.Rob Kearney.
Banquette: Cronin 16.Sean, Hayes 17.John, Toner 18.Devin, 19.Denis Leamy Stringer 20.Peter,, O'Gara 21.Ronan, Earls 22.Keith.

Nouvelle-ZélandeWoodcock 1.Tony, Elliot 2.Hikawera, Franks 3.Owen, borique 4.Anthony, 5.Tom Donnelly, Kaino 6.Jerome, McCaw 7.Richie, 8.Kieran Lire, Ellis 9.Andy, Carter 10.Daniel, 11. Gear Osée, 12.Ma «un Nonu, 13.Conrad Smith, Jane 14.Cory, Muliaina 15.Mils.
Banquette:Hore 16.Andrew, Afoa 17.John, Whitelock 18.Samuel, Messam 19.Liam, Mathewson 20.Alby, Donald 21.Stephen, Bill Williams 22.Sonny

18 novembre 2010

SANS PITIÉ

Scots 3 - Blacks 49
Ainsi, pas même... pourtant voulu... ce try d’honneur... pour kilts en peine. Pas même rien ! Une approche, un danger... quelque possible en but, tant l’en face NZ et triomphant, étendu, s’impatronisait... partout... ferme, lié, intraitable, délié, tous pour un. Modules noirs mouvants sous lesquels, pelouse grasse même en son raz de parterre, soumise aux jalons de leur inspiration, jubilait de l’échine en recevant des coups, crampons lourds, masses tombantes, sueur épaisse, cuir enserré dans des paluches avides... peaux tatouées... Ouarf ouarf !!! C’était beau, 3-49 au final trompettique. Peu ont maté ça, étions pour ainsi dire quasi solo devant les Blacks... car sur une autre chaîne y’avait d’la basse cour... cocottes bloues, essorées, maladroites face à des Fidjiens lointains... avec un paquet de gaziers devant l’écran plat, affichant leur grégarité joyeuse à mirer cette rencontre sans intérêt, plutôt que de s’instruire en regardant les NZ. Pas de doute sommes bien chez-nous. Veulent rien apprendre ces frenchies nous balance un Aussie. Pas faux. Pourtant ça valait l’coup d’œil... ces Ecossais savamment écossés... sur le plan technique, collectif, dynamique, agogique... transmissif... esthétique... bref  ya plus de vitamines, d’énergie, d’élégance, d’atomes malins, de matière, dans une seule attaque des Blacks, que dans un match entier de laborieux échanges entre nos bleus gaziers. Arf ! 
© Le Pilier

16 novembre 2010

UN POIDS DEUX MESURES






















Des carottes sans baston
Pendant que nos voisins des zîles Britanniques s’avoinent fermes en s’enquillant les trois grosses légions du Sud, se fortifient le râble, dynamisent leurs cuissots... se mesurent au quintal étalon du XV... l’hexagonie mini joue du pipeau, baratine aux cardinaux, déblatère, joujoute rugby contre des adversaires de moindre calibre... se réfèrent encore au p’tit kilo dormant du bureau international des poids et mesures exposé à Sèvres depuis 1889 !!! Sauf que ce dernier à  
ne rien foutre sous sa cloche
est en train de perdre sa masse... hé hé saisissez l’allusion ?... quelque chose comme 70 microgrammes... et ne peut plus en l’occurrence servir de référent. Il sera donc bientôt remplacé par
"une sphère de silicium monoisotopique dont la réalisation a mis en oeuvre le savoir faire technologique de plusieurs nations. La boule, d'un diamètre de 93,6 mm sera usinée et polie avec une précision de 2 millionièmes de millimètre au CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation) en Australie".

Notre petit futé de tout jeune élève (10 ans d’âge et plein d’éveil) dont sommes le précepteur attentif, après réflexion faite nous demande immédiat comment sait-on qu’il maigrit... puisque c’est lui le modèle... Arf !!! Pas sot l’marmot !!!

Devraient en prendre de la graine nos zhuiles frelatées, vaguement pensantes du staff tricoloré d’hésitations, de tatillonneries, sinon d’incompétence. Car quoi ? On se croirait à l’école communale !!!! Ces instits du pré, à la manière dont blablatent et s’adressent aux joueurs, se justifient de leurs choix... raisonnent aléatoire... tancent, sermonnent certains bleus...  relayés par ces empafés de journaleux ballots, nous évoquent plus ce petit temps des cours préparatoires où nous nous efforcions de conserver assise et identité entre la carotte et le bâton, que celui mature des fermetés pas farouches assurant confiance en soi, subjectivité fortifiée, pour bastonner joyeux lors d’une conquête de pâtis !!! Arf !
Tu parles Charles d’un STAFFylocoque !!!!

On pourrait vous balancer un florilège de perlouzes Lièvremontesques... de bla Ntamackien... sis ça et là en quelques papelardons numériques que diffusent les sites estampillés Rugby, connus de vous tous... savez donc de quoi on cause... mais préférons nous en tenir à l’évocation simplette, histoire de ne pas ajouter du rata au court bouillon ! Ach & bref !

A noter quand même que ce que balançons en ce lieu majeur et sémillant, depuis lurette, colle parfaitement à la réalité des choses, que nos critiques, étonnamment parfois, trouvent écho même chez gente blogueuse de moindre calibre, trop franco bloue, minimes du cuir... truffes et tronches plates... voire dit pro du XV... copieur-colleurs... qui viennent en loucedé faire leur petit marché au pied de notre citadelle, pour quand même s’informer, apprendre, entendre une vérité trompettique qui ne fait mal qu’aux trombines mal embouchées ! Couac ! 
Ce qu’on dit est ce qui est.
Ce qu'avons anticipé s'impose today... sans lire dans le marc de café. Tout est là en permanence, suffit de mater. Imparable Pilier...
Mais restons z’en là pour cette fois. Poilons nous car le rugby comme on le répète ne s’arrête pas où l’ovale s’hexagonise... arf... sous les clochers du coin... que les grandes nations alimentent suffisamment notre regard curieux d’en apprendre toujours plus sur le maître des jeux de notre sublunaire patrie... rassasient au final notre appétit de grand XV.... même si bondieuserie de fouterie de fiente à cocottes, on ne peut pas rester totalement indifférent à la dérive du continent !!! Hips !
© Le Pilier

15 novembre 2010

GRAND CHELEM


Zêtes vénère contre le Pilier ? Voudriez lui astiquer les abattis ?
Lui refiler sa chicousta à ce couvercle qui la ramène ? 
L’empaf vous vous dites... quel cossard... pas même un petit compte rendu du Week End dans les temps... encore à reluire des castors le gazier dans quelque boudoir philosophique... peut pas compter sur lui !!! 
Zavez pas tout à fait tort là !!! 
Pas total raison non plus !!!
On va causer de toussa sous peu... on revient... on se retape, pilule addict et hop, retour aux chicanes !!!  
Scuzez les gonzes, scuzez nous !!!
Pas toujours easy d’être au four, au pâtis, au toshibastringue, au taf, au paf... même pour un Pilier de notre acabit...mais ya des chounettes qu’il faut satisfaire plus de 80 minutes... dès le kick off... ferme au ruck, souple truck... sinon ya des bagouzes qui se défilent... et paf... divorce... ach !!! Aussi, pas d'lézard... on soigne notre réputation, solide et magistral aux finitions... pas de culbute vacillante avant la trompinette finale ! Arf !
C’est la grande tournée d’automne après tout, comme les Blacks nous, on vise le grand Chelem... 
pourriez piger ça non ? Ach !
© Le Pilier

12 novembre 2010

RIBOTE & PETITS PLATS

Du boyau, des estomacs
Qu’avons-nous donc à croquer demain pour nous électriser l’échine nous ravir l'estomac ?
Pour le pro du cuir, neurophysiologiquement up, psychologiquement  neuf... celui qui veut du sus en bousculant les us... concasseur de phatique, croqueur de loustics... engloutisseur de gnôle... riboteur de gigots... solide aux pichets comme au pré... marqué de l'A... zénithal au grand dada...
ya ça ! England vs Australia, 15H:30… première chicore du samedi…  
la plus visible, percutante, suante et conseillée... à ne pas manquer.
A la même heure... hélas ?...Wales vs South Africa... on zappe donc, faut bien faire un choix... on connaît les Gallois, toujours la même chose derrière... sinon Hook en premier centre... Byrne à l’arrière... pourquoi pas ! Chez les Sudafs François Steyn en 13... c’eut été mieux avec Jacobs en 12... au lieu de De Villiers... sinon ce dernier en 13... bref. Ya Morne Steyn en 10... pas l’kif ! On oublie.
Scotland vs New Zealand, 18H:15… mouais… les Scots nous ennuient ferme… une ballade pour les Blacks… pas de quoi sauter au paf... mais du Black ça s'mate toujours pour apprendre ... on peut pas louper ça. 

Pour l’appétit minus... bobo du pré... petit mollet... fin boyau... spaghetti beurre... olive dénoyautée,  picrate étoilé... mornes plats... rassasié d’une Vico, d’une tartine, d’un bécot... d’un édredon sans gisquette, d’un pilon sans miquette... Ach... à l'heure du pastaga ya ça !!! France vs Fidji, 18H:00... mais avant... Ireland vs Samoa, 15H:30... Italy vs Argentina, 15H:00.
Faites vos choix, assumez... à quel pâtis zêtes enté ? Yeah !!!
© Le Pilier
PS: Vous creusez pas le ciboulot si savez pas... en un clic pour les loustics...sur le vert... matez la def du mot, d'la locution... et retrouvez votre aplomb ! Arf ! 

11 novembre 2010

CASSE PIPE

Hommage du Pilier aux anciens
  
"Et prends bien garde aux Zeppelins
Aux Zeppelins de toute sorte
Ceux des Boches sont pas malins
Ceux des Français sont bien plus pleins
Et prends bien garde aux Zeppelins
Chaque officier Français en porte"

Guillaume Apollinaire "Poèmes à Lou "
...............................................................................
La tof vous la connaissez sans doute...  
la grÔsseu catastrophe du Hindenburg, dirigeable prévu pour assurer les vols transatlantiques entre les deux guerres, se grillant les valseuses en mai 1937 lors de son arrivée aux USA. En 34 secondes la saucisse était cuite. Ach !
Figure emblématique assurant la propagande du parti national-socialiste Allemand... bien plus tard devient le logo du  
Led Zep de "Whole lotta love"... 5.33mn cette fois de jubilation pour savourer la plus belle chanson d’amoooouuur jamais écrite par un groupe de rock... sans contredit possible ! Yeah ! Cliquez sur la luzerne... savourez... un obus sonore plus sensuel et moins destructeur que ceux du champ lunaire des percutants casse-pipes... quand même... quoique...! Ach !
© Le Pilier

10 novembre 2010

VÉRITE DU PUITS...

Sort du lit !
Vérité n’est pas gisquette pâmée qui saute au cou de qui ne la désire pas... plutôt une fière beauté à qui pouvez beaucoup tout sacrifier, sans être pour autant assuré en retour de la moindre faveur.  
Seul un désir supérieur s’active à sa conquête... faut y mettre le prix, celui notamment d’abandonner, pour un temps du moins, cette part identitaire, flottante, onirique sans doute... valorisante même, qui anime votre représentation du monde sous un éclairage acceptable sinon exaltant. Hips !!!
Singulière dans sa force, sa grâce n’apparaît pour autant qu’après longtemps d’aveux, longtemps de fiançailles... ach... de modulations, voire de sauts bienveillants, connivenciels, altruistes, résolument intimes au confins du Dunlopillo... yep ! Ce n’est pas aux premiers échanges que serez pleinement gratifié, par cette volonté sincère d’en assumer les effets, de tendres retours fortifiant votre égoventrisme... Oups ! Faut encaisser les transports empreints de perturbations systématiques, et se dire que cette vertueuse bergère ne se contentera pas d’un seul coup d’éclat. Ach !

La poulette est exigeante mais  
si vous la voulez, 
elle ne vous lâche pas.
Fidèle bestiole tel un poisson pilote, elle saura sur le temps orienter votre errance vers des eaux favorables où le gain infini n’aura d’égal que le savoir divin qui lui tient lieu d’état ! Arf !
Au final, tout bénef ! Car si vérité fâche, 
elle ne vous tache pas !!! Ouarf !
Ferez sans peine la part des choses sans amoindrir pour autant cette distance vitale prise pour vivifier votre éden, mise à l’écart des prosaïques lois, sauvegarde d’un lieu impénétrable, bien open, tout à vous... light, enchanté... et vos élucubrations désormais orientées, justifiées, maîtrisées auront teneur de choix, posture fondamentale pour se sentir à soi ! Ouah ouah !

...............................................................................

Côtés pâtis, c’est le spectacle... on colle à l’évènement... on dissèque, on affirme, on revendique, on soutient, on surdose parfois car le jeu nous amuse. Côté vestiaires d’autres causes tempèrent nos analyses, bafouilles, peuvent même en amoindrir la plaisante teneur. Pensions aux Blacks. Vainqueurs de tous les combats cette année, pratiquant lors des Tri un rugby zénithal, jamais atteint sous certains aspects, on se demande quand même ce qui peut encore les motiver pour se livrer total dans des joutes moins denses que celles de chez eux.
Impossible de conserver en permanence la même volonté tenace sur tous les pâtis du monde... sentons bien ça. Pour dire qu’en cette tournée Européenne ont doit considérer cet aspect des choses. Les Blacks manquent de motivation. On peut enfiler des victoires comme des perles mais l’appétit s’altère quand rien au dessus de vous n’active ce désir profond d’atteindre les grandes cimes. Et pour cause y êtes déjà... dans les neiges éternelles... pas une seule spatule à côté pour en ternir la virginité. Hé hé !
A part une quête sans fin de records, ridicule option de  
nos capitalismes naïfs que les mateurs de sport affectionnent, seul le beau jeu au final peut agrémenter l’envie, mère supérieure de tout dépassement ! Des partitions sans fautes les Blacks en composent bien souvent, ont tout fait, tout prouvé, tout montré... d’évidence il y a toujours quelques lieux où l’on peut se parfaire... mais le rugby est un combat et pour y être à cent pour cent il faut des enjeux motivants.
La tournée n’en a pas. Plutôt une ballade touristique en notre vieille Europe... devraient le prendre comac du reste. Pas de quoi jubiler dans la baston. Les Australiens sont en progrès, se cherchent encore, s’améliorent de jour en jour... leur motivation est tout autre, mais les Blacks sont déjà au top... devraient même lever le pied. Ce qu’ils font sans doute. En tout cas ne sont pas vraiment motivés comme l’affirme Graham Henry sans s’inquiéter du fait.

En somme les Blacks sont venus pour faire le spectacle... sans outre forcer... chose à considérer quand on analyse leurs
faits d’armes sur nos pâtis d’icy. L’Europe tire plus d’avantages à jouter les Sudistes que le contraire. Un genre de cadeau que les trois gros nous font pour nous jauger nous même, si tant est que l’on cherche à convoiter cette vérité franche... blanche... qui fait tant d'effet quand on la reçoit plein fouet... mais qui dépose en votre âme soucieuse quelque chose d’unique, comme un écho fortifiant diffuseur de principes moteurs, pour aborder le futur volontaire. Oups...zwip... et va t'en guerre !
Tendre vers un but 
quand on sait d’où l’on vient...
et savoir où se rendre 
est aubaine Germaine.
Un destin plus en main c’est un poker malin... serions bien avisé de profiter du fait... d'en tirer volupté en caressant la belle au sortir de son lit ! Ouich !
© Le Pilier

09 novembre 2010

QUE D'O... D'EAU

Les faits
Ça mouillait. Tout était glissant sur la moquette... une ultime fois l’Irish baissait la tête. Arf ! Cantonnés en défense sous les assauts des Boks, les attaquants locaux, aléatoires, pagailleux, peu inspirés, semblaient totalement anémiés, impuissants... le super flanker Smith en profite, intercepte au quart d’heure de jeu une passe improbable, 70 mètres de cannes après il aplatit malgré le retour de Kearney... transformé par Steyn... 10 à nothing.

Aux citrons score minus 3-13. On s’ennuyait ferme. La tof plus bas en témoigne... les pinteurs de mousse ont quitté les tribunes pour s’arsouiller la glotte... se griser un rien la carafe visiblement en mal d’ivresse. Au coup de sifflet de la seconde période du reste n’étaient toujours pas revenus... amusant... pas pressés de retrouver ce pâtis détrempé par les fautes de paluches, manque de tête, coordination, d’astuces... ça tamponnait bourrin... pas malin ! Ach ! Il a fallu attendre quelques minutes après le coup d’envoi de la seconde période pour que timidement les croupions retrouvent les strapontins d’un stade imparfait, moche, chaotique, farci de tubulaires enchevêtrements... de féraille partout... une élucubration de designer embrumé... on peut pas appeler ça de l’architecture. En tout cas pas un stade digne de ce nom... de l'ancien (nous y reviendrons)
A la bourre au kick off, ne savions pas où se jouait la rencontre... dans quel Stade quoi... bien surpris quand nous apprîmes que cette structure catastrophique était le tout new Aviva Stadium... un nom foireux de sponsor pardi... remplaçant du mythique Lansdowne Road. Sis au même endroit que l’ancien, cette manière de beignet tortueux n’a de réussi que la pelouse... dense gros tapis, aussi verte que les maillots Irlandais. Ces derniers du reste, trop ouverts au col nous ont paru incongrus... facile à agripper. Bien avisés en seconde période, les Paddies ont changé de tunique, fermée au gosier... plus ad hoc. Bref !

Après une série de pénalités, un jeu aussi mortel qu’un dimanche en famille, il a fallu attendre la 64ème minute et la sortie de Morne Steyn pour qu’Aplon plante son try en repiquant de l’aile... belle figure... facile. Lambie le jeune ouverture transforme 9-23 à douze minutes de la fin.  
On s’est dit c’est du cuit !!! vu le peu d’inspiration des locaux... c’était sans compter sur Tommy Bowe, opportuniste qui récupère un coup de saton bien dosé... relance les verts en plantant un try imparable. O’Gara transforme. 16-23. Les Irlandais se réveillent enfin, bien tardifs... il reste 10 minutes à jouer. Le fameux fighting spirit irlandais... pas une légende... ressoude la troupe qui repart à l’assaut déchaînée... bilan un dernier essai de Kearney et le loupé de la transformation comme l’évoquait notre précédente bafouille.

Bon, comme disait O’Driscoll, le cuir glissait comme une savonnette, c’était le premier match de la saison... ok pour ça. Néanmoins cette équipe d’Irlande nous semble quand même moins percutante... sinon vieillissante.  
Brian n’a plus les cannes d’antan,
fini les exploits pénétrants, les grandes percées... D’Arcy pas très inspiré... on ne sent pas le danger en attaque... plus la paire imparable ces deux. Le jeune ouverture Sexton n’organise pas grand-chose... peu habile des agacins... du reste c’est au retour d’O’Gara et de Stringer que les verts ont retrouvé cohésion, audace. Bien pour cette fois, mais ce n’est pas l’avenir.En sus faut l'noter... couffe d'O'Gara sur une ultime attaque des verts, se débarrasse du ballon au pied dans les dernières secondes de la rencontre... quel empaf... indigne d'un gazier de ce rang !

En face que dire ? Un peu frileux les Boks... n’aiment pas ce temps. Hougaard transmet le cuir plus vite que Pienaar... plus efficace aux relances... plus joueur au pack... ferme en défense... bon jeu au pied. Faut le remettre à la mêlée. A bien joué lors des Tri... pourquoi son absence ? Pas même sur le banc des remplaçants ? Qu’est-ce qu’il déraille De Villiers ? Qu’est-ce qu’il cherche ?

Et puis ya le problème Morne Steyn. Supra habile aux agacins d’entre perches... une seule pénalité loupée en neuf rencontre... c’est dire... mais totalement inutile au jeu... transparent même... c’est ça qui plombe les Boks derrière... avec un De Villiers en sus toujours percutant, sans génie... on est loin de la paire Jacobs-Steyn au centre... James à l’ouverture... trio gagnant de la dernière CDM. Morne plaine... arf !... un vrai problème. Ont tort de miser sur sa pompe les Boks. Faut virer ce gazier... sans ouverture de talent ça rame au rugby. Tenez matez les Blacks avec Carter... savez tous ça... sinon le renouveau Wallabies avec et grâce (aussi) à Cooper... bien meilleur que Giteau à ce poste... un vrai dix quoi.  
Pas de grandes équipes 
sans super 10 !!! 
Prenez la France... dix ans d’essais sans dix de grande classe... on voit le résultat... en sus nous rebalance du Traille... non mais... bon c'n'est pas le pire... ni le meilleur... Ach ! Idem les Gallois avec Stephen Jones... toujours impuissants derrière les rouges... dans l’attente de l’exploit d’un seul... mais pas de grand meneur à l’ouverture... ne font jamais de progrès. A ce propos, au vu de la composition de l’équipe avions anticipé la partition contre les Wallabies. Aux dires d’un pote qui a vu le match... une fois de plus les faits nous donnent raison. Les Gallois bien que solides devant n’ont pas su concrétiser certaines dominations face aux poteaux adverses. Pardi... du Shanklin, du Jones... du Bishop... ça achoppe et voilà tout ! Hips !!! Sont lisibles et très mauvais derrières les Gallois ! Hors Shane s'entend. Ach !
© Le Pilier

08 novembre 2010

L'HISTOIRE D'O...

Driscoll
«Il n'y a que les trente acteurs du match qui peuvent se rendre compte de ce qu'étaient vraiment les conditions de jeu. Le ballon était une vraie savonnette et les deux équipes ont eu du mal à le maîtriser. Nous avons quand même tenté des choses. Ce n'était peut être pas le plus intelligent à faire dans ces conditions, mais nous avons tenté de mettre en place notre plan de jeu. C'était aussi notre premier match international de la saison.»
Ainsi causait O’Driscoll au sortir du bain. Pas faux mon lapin... même certain... mais pas suffisant... on y reviendra.
La tof... Matfield s'arrache, alors que l’essai est assuré, pour plaquer Kearney dans l’en but et le maintenir le plus près de la ligne de touche. Belle initiative qui empêche O’Gara de transformer... le cuir touchant le poteau. Le geste qui sauve les Boks de l'égalisation. Chapeau Mat !!!
© Le Pilier

07 novembre 2010

ANGLETERRE VS ALL BLACKS 16-26

En vrac... rapido
Ce pack de Bifs nous avait fait bonne impression contre les Australiens durant l’estivale tournée... ont réitéré ce sentiment contre les Blacks en les bousculant en mêlée fermée... sinon ouvertes ou les NZ tardaient parfois au soutien... à noter. Hélas pour
les couines brothers, comme dab, derrière sont lisibles comme une trompe dans une chopine de houblon farcie de mousse qui fait des bulles... Oups ! Enfin comme un abécédaire.

Grâce une fois de plus au métronomique Carter, qui a maintenu son groupe hors de portée des Bifs en réussissant pénalités et transformations, élu homme du match sur sky... un rien exagéré. Même si le neuneu blason TV n’a aucun sens au rugby, on aurait gratifié le troisième ligne Anglais Easter nous, pour faire comme.  Quel match le gazier, quelle envie... cœur battant jusqu’à la trompinette finale, nous a fortement impressionné par sa vaillance, sa volonté farouche, sa détermination percutante sollicitant une défense Black... intercalé, souteneur, cavaleur... pénalités jouées à la main... une grosse partie.

Reprochons certains placages trop hauts. On sait qu’il s’agit de jouer le cuir, d’empêcher l’attaquant de transmettre, pourtant bien des fois les Bifs grappillaient quelques mètres à cause, ou grâce en l’occurrence, à cette manière de procéder. Mealamu le hooker NZ, cisaillait aux chevilles... là ça tombe direct. Ce qu’on veut dire c’est qu’il faut savoir alterner...
aux cannes-mille-dieu... sinon au buffet où ça tombe comme des mouches dans du beurre mou. Bien des fois les gonzes gagnent quelques mètres passqu’on les prend trop haut en voulant disputer le ballon... accrocher le maillot... les bras...  
Là on dit non !!!! Prétendons même que si les centres mastards se plaisent à percuter volontaires dans la défense adverse comme des bourrins, c’est qu’en face on ne les tamponne pas plein buffet...genre à couper le souffle...  
faire monter les tripes au gosier quoi... ouille!!!
Une manière, pour ceux qui savent, de n’y pas revenir. Tenez prenez la tof... si vous plaquez le gonze bille au buffet pour le sécher ferme, va pas recommencer dix fois sa percu... là c'est un peu calin comme défense non ? ach !!! Tindall va avancer... bon Woodcock l'empêche de transmettre... ok... en le prenant direct aux cannes, pour Carter, le pilar pourrait en sus aisément disputer le cuir au sol.
Bref, avons trouvé la défense des Blacks un peu lâche parfois, manquant de suivi... même si au final, malgré la sortie du flanker Kaino à dix minutes de la fin, ils remportent une première victoire dosée... car après tout conservent 10 points d’avance durant tout le match... à l’abri de l’essai transformé.
Les Bifs ont tenu les 80 minutes sans faiblir... mais les NZ ont terminé à 14 !!! Avec un arrière Foden tonitruant, relanceur opportuniste... pas très subtil quand même, un Bif quoi, peu de coups de pompes inutiles, à noter... comme chez les Irlandais... ça jouait à la main... ont bousculé les Blacks mais sans vraiment les outre inquiéter. Bon Toeva sauve un essai en coin d’un coup d’épaule un peu limite... qui balance Ashton en touche, plein poteau en coin. Là faut du courage quand même pour un ailier dans ce genre de situation. Plonger tout berzingue sachant qu’un gazier va vous percuter ferme sur le flanc alors qu’êtes bien détendu... dangereuse l’action. Au ralenti on voyait bien le choc pas évident pour les cervicales. Heureusement pas de bobo !!!

Les Blacks ont fait trop de fautes de mains en seconde période... brouillons même... des pénalités en veux-tu... pas vraiment le niveau Tri. Bon ya le voyage et toussa... faut le dire.  
Sonny Bill Williams n’a pas encore la connivence attendue avec Nonu... normal... même si nous a gratifié d’une superbe figure, cuir dans une seule paluche passant à l’autre créant une ouverture étonnante, foutant la panique dans la défense, a montré son potentiel... le gazier du XIII a le soucis de transmettre, mais sa passe n’est pas assurée... a balancé parfois le cuir un peu n’importe comment. Nonu-Smith reste la paire imparable à nos yeux... qui a fait défaut hier dans l’attaque des Blacks. Bilan mitigé donc pour S B W, doit travailler son placement...

Ça nous montre qu’un gazier ne fait pas le printemps... doit trouver ses marques et se fondre dans le système mis en place par Henry... pas gagné. Gear qui ressemble du reste à son frangin Rico, style, tatous et cannes, a planté son essai en coin... véloce le gonze... bon pour la relève.

La première ligne Anglaise a donc tenue dragée haute à celle des Blacks. Comme le disions dans une précédente bafouille, relayée par les propos de notre envoyé spécial, Woodcock ne semble pas encore au top et le jeune Franks fait parfois des ratés en défense. En face, chose habituelle, les gros, à l’image de Shéridan, quand même un peu séché quand il se fait remplacer, le pack retrouve des couleurs, gageant que les Wallabies auront forte partie la semaine prochaine.
Voilà du reste une vraie tournée. Pas comme chez nous où ça commence par les Fidji !!! On devrait recevoir sur le paltot les trois gros des antipodes nom d’une pipe... là on saurait l’état des troupes... même si on sait... le niveau. Toujours le même scénar en hexagonie... trois matchs avec possibilité d’en remporter quasiment deux... pour se faire mousser... quoique qu’avec les Argentins on peut se ramasser. Mais une seule vraiment grosse team : l’Australie ! C’est tout nous ça. On fait les choses à moitié... ça n’arrive jamais de se bastonner avec les trois mastards d’affilé !!!! Qu’est-ce qu’on attend ? On flippe ? Pusillanimes ? On veut pas s’enquiller trois matchs vérités, c’est ça ? On veut son Chabal en tube, make up en Pub... un peu gagnant... on bichonne sa trombine... histoire de rassurer les sponsors d’avoir misé sur la bonne image ?

En somme, pas de supra grands Blacks... mais des Blacks gagnant... la tournée commence à peine. Deux essais à un, quand même !!! Un Carter indispensable... aux pinceaux comme au jeu... une superbe percée avec raffut évident... le Bif ne se jette pas aux cannes, veut l’accrocher aux épaules et se fait ballader... l’avons moult fois répété... rien n’y fait... devraient lire un peu plus le Pilier ces empafs !!!! Ach !!! Des Bifs donc plus joueurs, qui ont montré de belles intentions. Un Tindall peu subtil mais bon plaqueur... ça ne suffit pas. Manque un meneur derrière... leur jeu est stéréo-typé... encore trop mp3... faut mettre de l’analogique sans virer le digital... bien sûr... travailler des figures pertinentes... sortir du systématisme rentre lard du centre dans la troisième ligne adverse... l'évidence des attaques qui finissent bord de touche. Match en tout cas plus agréable que celui des Irlandais !!! 
A suivre ces derniers face aux Boks... le placage avisé de Matfield... voire Australiens & Gallois.
© Le Pilier

CARTON PLEIN

Carton plein pour les gaziers d’hémisud en cette première journée de la tournée d’automne... victoire des trois gros donc... même si des Blacks secoués, des Boks qui s’en tirent d’un poteau... grâce à Matfield ?... des Wallabies apparemment plus faciles avec un O'Connor déchaîné. Le temps d’enfiler les crampons, de glisser le maillot sur torse nu pileux... chauffer l’abattis par quelques étirements, pompeux balancements, massages, gifles... potion magique... et débarquons sur le pâtis fringant pour en causer.
© Le Pilier

05 novembre 2010

GRANDS TATOUS

Ben voilà les deux teams du match à ne surtout pas manquer demain, England vs New Zeland... L’occasion de découvrir SB Williams, le centre NZ, qui nous vire carrement Smith du groupe !!! La tof c'est lui avec son nom sur le dos pour pas se perdre en colo. Parait qu’il est terrible... n’avons vu que ses tatous... jamais cuir en main.... qu’il tient parait-il d’une seule paluche quand il galope... " He holds the ball away from his body in one hand and it makes him hard to stop" as says Tom May.
Deux centres de gros cuissots, avec Nonu, sommes pas encore convaincu... doit se fondre dans le système Black le gazier... pas gagné... pour l'heure n'avons pas vu mieux que la paire Nonu-Smith... faut mater. En face ? Tindall, pas de quoi impressionner... tu parles d’une délicatesse Anglaise... bon, Flood remplace Wilkinson, Hodgson reste sur le banc, ouf, déjà ça !!! Moody l'infatigable est capitaine... Armitage toujours pas titulaire...

On note que Cowan n’est même pas remplaçant chez les Blacks à la mêlée... au piquet ?

Les gaziers d'hémisud remettent toujours les pendules à l'heure... une aubaine pour l'Europe qui ronronne avec son p'tit tournoi... sa chopine cup Heineken... ses petits championnats.
Fi du bla, trêve de paix... 
in pugna veritas
comme on disait dans le vieil empire !!!! Ach !  
© Le Pilier

England: 15-Ben Foden, 14-Mark Cueto, 13-Mike Tindall 12-Shontayne Hape, 11-Chris Ashton, 10-Toby Flood, 9-Ben Youngs; 1-Andrew Sheridan, 2-Steve Thompson, 3-Dan Cole, 4-Simon Shaw, 5-Courtney Lawes, 6-Tom Palmer, 7-Lewis Moody (captain), 8-Nick Easter.

Banquette: 16-Dylan Hartley, 17-David Wilson, 18-David Attwood, 19-Hendre Fourie, 20-Danny Care, 21-Charlie Hodgson, 22-Delon Armitage.

New Zealand: 15-Mils Muliaina, 14-Joe Rokocoko, 13-Sonny Bill Williams, 12-Ma'a Nonu, 11-Hosea Gear, 10-Dan Carter, 9-Alby Mathewson; 1-Tony Woodcock, 2-Keven Mealamu, 3-Owen Franks, 4-Brad Thorn, 5-Sam Whitelock, 6-Jerome Kaino, 7-Richie McCaw (captain), 8-Kieran Read.

Banquette: 16-Hika Elliot, 17-Ben Franks, 18-Anthony Boric, 19-Liam Messam, 20-Andy Ellis, 21-Stephen Donald, 22-Isaia Toeava

02 novembre 2010

BIFLAND CAN BEAT THE BLACKS

Woodward confiant
Trêve de dunlopillo, lard en boutache, entretien du persil... voluptueuses gravitations aux monticules élémentaires... aux joutes libertines mesurer nos fournées... hé hé... reposer le goupillon pour conserver son jus... ses vitamines bien trempées, car le mois qui s’annonce nous impose travailleuse posture, pour l’abdo, le cuissot... dégraissage de la carcasse de la tête aux bateaux. Si le coup de rein cadencé n’a rien perdu de sa densité, le poumon en revanche a besoin de s’oxygéner. Dès le week-end prochain en effet on retrouve les grandes luzernes avec le lancement attendu de la tournée d’automne, la venue des gros gaziers de sud hémisphère, qui affronteront la planète Europe avec grand désir de la ratatiner. Samedi 15 h 30 sur bibici, les Bifs encaisseront du Black supérieur dans les flancs...inférieurs... ach... sans Wilkinson en sus, blessé, apparemment avec Charlie Hodgson à l’ouverture. Là, on se marre. Bravo Johnson... ont l’air aussi avisé que nos cocos du staff ces Bifs. Car enfin, ont laissé partir Cipriani en Australie, un gonze somme toute plein de qualités, pour nous rebalancer du Charlie de plomb, l’ouverture emblématique de la pire période du quinze de la couine entraînée par l’improbable Robinson. Pour ceux qui se souviennent... une vraie catastrophe cette équipe d’après CDM 2003.
Frappadingue cet entraîneur Anglais Johnson, qui parait-il n’aime pas Cipriani... vont se le manger si Charlie est titulaire, en face de Carter en sus... bref.

Côté Blacks, Cory Jane l’ailier est au repos pour léger bobo... qu’importe quand on sait le cheptel de bestioles qui pousse derrière... pas de quoi s’inquiéter.

Une brève amusante, Sir Clive Woodward, l'entraîneur de la CDM 2003, annonce la couleur en prétendant que la "la Bifland can beat the Blacks".
Pourquoi pas ! On peut toujours rêver sur le papier... une autre histoire quand même sur le pâtis !!! Il sait des choses qu'on ignore sans doute.

Sinon à la même heure du même jour, les Aussies rencontreront les Gallois. Faudra faire un choix. A 18h30 les Boks joueront les Irlandais.Pas le genre de contrée que les Boks affectionnent... n'aiment pas ce climat turbulent, comme en causions ici. Habana symbolise la frilosité, au sens propre du terme, des Sudafs, plus enclins au sun Africain qu'aux embruns océaniques tourmentés. 

Bon on va astiquer nos pompes à clous, croquer d’la tartine surdosée de substances roboratives, activer nos biceps, se préparer psychologiquement au retour des bastons. Le Pilier international fera jeux égal avec les gros... sommes responsable nous, pas question de se laisser distancer par les mastards du grand sud. Ach !
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.