24 septembre 2010

DU BIEN DANS DU MAL

Le bilan ? Longuettes ces Tri. Neuf bastons c’est too much. Ya déséquilibre dans l’impair, même si plus vague et plus soluble dans l’air... selon Popol, de jadis et naguère. Ach ! Les six rencontres... aller-retour entre chacune des équipes... suffisait. Pas le même équilibre maintenant avec des matchs successifs dans un même pays qui avantagent chaque année une équipe... celle qui joue plus souvent chez elle... sans parler de l’usure des abattis. Même si c’est un plaisir toujours de mater du vrai rugby, croyons ferme à notre fondamental :  
Beau est rare... rare est bien.
Car  voulons la nuance encore, pas que la couleur, la nuance ! Oh ! La nuance seule fiance le rêve au rêve et la flûte au cor... hips !

Mais le sapiens d’homoglouton veut son plus... c’est sa passion... quitte à dénaturer l’autour, gâter son goût, cramer, pomper tout...  
seul le sus est son us. On connaît la sérénade, n’allons pas nous étendre. Mais d’un mal peut germer un bien, au final, parfois, inattendu... comme ici.

D’après les infos, l’Argentine participera aux Tri Nations à partir de 2012. Une hérésie sans doute, un scandale, un outrage, une décadence, plus encore  
une énÔrme bêtise... 
une gaffe, 
une erreur !!!!
On sabote toujours ce qui est bien, roule ma poule, on dénature, sous prétexte démagocratique que les minus doivent aussi faire trempette dans le jacuzzi des grands. Depuis quand César transpire aux thermes avec Savancosinus en cothurnes et gourdin ? Turbide la water deviendra avec les pinceaux du pied plat !!!! Arf !
En respectant, soi-disant, l’un, on irrespecte l’autre !!! Ach !!! Ça cloue généralement, la formule. Allez, plus fort encore... plus Tâo... plus t’es King tiens... respecter l’autre, en causer toujours, c'est vider la chose de sa substance même, c'est même avilir ! Ça plante ça hein ? Faut s’accrocher là... fini la sieste... oulala... ça sent le grand Bouddha aux pommes là !!!! Saturé de sagesse après avoir croqué pleines dents l’apple fruit... et recraché les pépins !!!!

Des Pumas dans le tournoi des tournois ?  
C’est comme incruster une crevette, un lapin, 
une tong Jeff Koons 
dans un tableau du Titien...
Hé hé !!! En voilà une idée quelle est bonne à faire scandale d’ailleurs tiens !!!! Hé hé nous lard moderne c’est not’e t’uc... mais question incongruité, on a beau dire, sommes souvent dépassé dans le domaine... quand on farfouille dans le plus tréfonds de nos plus savates connexions, afin d’y pêcher quelque idée raz du pot et tenter nous aussi de marquer de notre empreinte l’histoire là qui se joue devant nous, celle de l’art moderne spécial tous croupions, adaptés à n’importe quelles pointures... arf ! arf ! ben ya toujours un empaf pour nous épater d’être plus Takachichi Murakaminus que nous !!! La sottise, le flan, la stupiderie... le rien, le pantin, la minablerie n’a pas de fond... c’est un des seuls lieux du reste qui vous fait vraiment croire à l’infini !!!Ouisp !

Bref, du tango chez les gros !!!
Quel bien donc peut germer de cette très mauvaise idée ? Çuilà : vont revenir p’têt ben, on espère en tout cas, à six matchs entre les trois mastards. Plus trois autres avec les Argentins. Sans y paraître on retrouvera donc la formule des débuts. Aller-retour et basta entre les trois grands. Yaura qu’à zapper l’entraînement avec les Pumas... et voilà ! Retour aux vraies Tri Nations ! Mon Gaston !

PS: Les critiques ont tort, dit en passant, de cracher la pastille sur l'expo Takachi Murakami à Versailles. Lieu de décadence par essence, le château se prête tout à fait aux japoniaiseries de l'empafé du sommeil dormant !!!! Ach, hips cantonais & yeah !
© Le Pilier

20 septembre 2010

AU CHARBON

Qu’à surseoir serions enclin, il est vrai, parfois, comme après cette promesse en clausule de bafouille dernière proposant un bilan à venir, celui des tri bastons, et la chose serait congrue mais acceptée par un lectorat voulu compréhensif, si l’on considérait toutefois la nécessité DE : recompter l’abattis fortement sollicité, contus, mâché, après deux mois de terrain intensif... L'assiduité à sillonner sans répit les fondamentaux tacticiels... malgré tout l'sun et l'fun des galets...  les planches à surf, les pâtés... La mise au net durant jusqu'à Septembre du méta Blog des pâtis...  La donc tenacité du gazier en première ligne dès que de franches giflées s’annoncent, sont là...  
La pause vitale pour se retrouver parmi les siennes, nos chaloupes, nos Circé... oublier un peu le cuir tout en fouraillant aux luzernes... prendre un rien de distance comme on dit pour revenir plein de fougue et d’envie... bref si les farouches piliéphiles reconnaissaient au moins le taf accompli par ce brin d’indulgence en retour de singulières lectures loin des communs andoxas, aurions bienveigné l’intention par un contentement somme toute perméable aux récompenses !! Arf !!!

Des clous !!! Au lieu de délaisser un temps ce Blog majeur, on rapplique dare pour houspiller le maître du lieu en lui intimant vertement de reprendre la main, de se mettre au clavier, de faire part du bilan promis puisqu’il l’a dit !!!!
Mazette pression !!!! Pouvons plus quitter le coin ? Nous absenter la minute? Ya d’l’ennui partout c'est ça? On veut du sémillant logos... permanent dispos... là... à soi... mirliflore rasé frais... on désire sa tranche de lard bien épaisse, ses amphétamines en bouquets dans une actu neuroleptisée... yeah... c’est ça ? On veut son éolien, son panier bio, son fin, son malin ? On astique le gonze pour le pousser à bout, qu’il s’implique fissa au toshibastringue et se remette à voluter... Donc,
on veut, 
on impose, 
on exige tout ?

Ok ok... message reçu... ya rien nulle part on comprend la semonce ! Le coin d’hexagone diffuse parait-il un Top 14 de niveau minus... la rentrée comme toutes les rentrées balance sont lot de vagues intentions revendicatrices... on fait des plans sur la carpette mais au final rien de trépident, que d’la centripète, pas de nouveau, d’intempestif, de vivifiant, ça transpire pusillanime comme dab, prétend, se gonfle et se travaille sans jamais prendre ses responsabilités, tête au joug, ferme au ruck, profus de savantes connexions au réticulaire carafon... bref ça ressemble fortement à  
du ce qui se répète 
et qu’on connaît déjà !!!! Ach !!!

Aussi, altruiste que nous sommes, car le don c'est du bon... ouarf ouarf !!! sans nous faire prier plus que le grand Jésus... bien gaillard retrouvons notre lieu pour assaisonner les maroufles, les discourtois, gros pisteurs que revendiquons, de pantoufles, de moufles, de rata... Un véritable item prophylactique ce Pilier dont on a du mal visiblement à se passer ! Ça vaudra bien une petite légion toussa un d’ces quat’e... on collabore aussi nous... au maintien d’la nation !!! Allez hop... au charbon !!! Gnac !
© Le Pilier

12 septembre 2010

DERNIER COMBAT

Grand Chelem, grand Haka
Bien beau last choc d’la Tri fournée 2010 avec, une fois devient coutume, victoire des Blacks épatants pour un quatrième Chelem des trois big Nations du XV: 22-23... sur des Aussies quand même bien plus solides qu’en début d’été... avec un container de d’jeuns dans ses rangs qui augure de belles années pour le rugby du coin. L’Outback semble enfin traversé... les rives pacifiques, plus engageantes, aux plages balayées par les flots réguliers rafraîchissent les carafes, insufflent intentions nouvelles... le beach Australo-guy renoue avec ce levant cosmique qui rayonne sur le monde offrant sa lumière aux hommes trop longtemps dans les brumes. Surfer, mieux que ramer... sur la vague de nouveaux succès ? Arf arf  et tirebouchon... prose en bermuda des lagons !!!

Car l’éveil est à l’est (sommes toujours au couchant ici) modèle premier des grands pâtis, se rapprocher du long cumulo blanc c’est améliorer son jeu en s’inspirant de l’imparable symphonie des dieux. Hips !!! Et là, pas d’erreur, les maîtres donnent le ton, imposant au XV planétaire un travail de fond, obligatoire, douloureux mais vivifiant... fondamental pour espérer un jour leur chiper la couronne. L’Aussie l’a compris. Délaissés les vieux démons tataneurs, les justes avants bourreurs... désormais joue des paluches, transmet enfin le cuir grand champ, audacieux, véloce, désireux d’enchanter le pré de figures neuves qui font tant de bien aux authentiques mateurs ! Znört !!!

Bravo les jaunes... la gageure était de taille. Relever la tête après moultes ratatinées face à des Néo Zélandais plus affûtés qu’une sagaie est un réel défit. Robbie Deans y est sans doute pour beaucoup, comme ses joueurs tout neufs qui évoluent visiblement dans un cadre bien déterminé... engageante stratégie... fondamentaux reconquis... une ambition de jeu à la mesure de leur fougue, envie, jeunesse impétueuse, désir sans complexe d’en découdre avec les X men d'ovalie !!! Ach !

Ces All Blacks, toujours et encore, tels qu’en eux-mêmes... sans fin... et sans enjeu majeur, puisqu’avaient déjà remporté le trophée... malgré un score longtemps désavantageux vous refile du play en veux-tu, subtilisant l’ogive dans les vingt dernières minutes, démontrant s’il était nécessaire, qu’imposent, quand le désirent, rythme sup... vous replacent au juste niveau les prétendants !  
Ya encore du boulot à fournir 
pour 80 minutes tenir !!!
Pour vaincre le grand Haka faut pas s'arrêter là !!! Ach !

Un bilan des Tri s’impose, l’occase pour nous de clore l’année Grand rugby en attendant les tournées d’automne. Après le Quattrocento, impossible de palpiter sur les aquarelles de nos pâles pâtis ! Ouisp !
© Le Pilier

10 septembre 2010

LA BELLE AFFICHE

Tri last baston demain, plein midi… l’Néoz investit l’Australie des Wallabies... la belle affiche. Graham Henry fait tourner son effectif... Dagg remplace Rokocoko... Carter convalescent des arpions après son opération réussie, dit-on, laissera sa place à Cruden... bonne occase de voir comment se comportent les NZ sans leur meneur. Weepu au cul des gros... Vito à la flanke prend la place de Kaino... qui reste remplaçant... Ben Franks à la pile transmet à son frangin Owen la lourde responsabilité de convoler avec géniaux Mealamu-Woodcock... bref de nouvelles têtes... chez les Aussies aussi avec du Turner à l’aile en place Mitchell qui souffre des adducteurs. Les grands marsupiaux auront à cœur de démontrer qu’ont du ressort... arf !!! Malgré des abattis sans doute bien mâchés par le dernier combat... décalage horaire épuisant... tout le tralala. Quand on désire on ne compte pas... bastonnez ferme les gaziers, montrez aux Blacks qu’un long nuage blanc s’étiole dans le grand vent... hips !!! Ouvrez tout berzingue, fi des pieds, d’la pusillanime giflée. Tous au buffet ! Pas gagné !!!
© Le Pilier

Australia: Beale; O'Connor, Ashley-Cooper, Giteau, Turner; Cooper, Genia; Robinson, Moore, Ma'afu, Chisholm, Sharpe, Elsom, Pocock, McCalman.
Replacements: Edmonds, Slipper, Mumm, Brown, Burgess, Barnes, Fainga'a.

New Zealand: Muliaina; Jane, Smith, Nonu, Dagg; Cruden, Weepu; Woodcock, Mealamu, Franks, Donnelly, Thorn, Vito, McCaw, Read.
Replacements: Flynn, Afoa, Boric, Kaino, Cowan, Slade, Ranger.

08 septembre 2010

PASSES MURAILLES


Pour le plaisir des quinquets matez ce résumé de la dernière baston. Une attention particulière sur ces passes-murailles de quinze mètres... celle en premier de Cooper dont causions, à la 11ème seconde de la vidéo. Un essai remarquable suivra. Sans sommation l’Australie assomme les Boks. Hé hé la belle entame attentatoire qui vous secoue vertement le moral... vous zoblige à vous sortir les tripes fissa pour pas finir paillasson. Hips ! Les Boks ont quand même sacrément assuré pour remonter au score. Pas de doute, sont pas éteints les gaziers.
La passe plus forte que le triceps au rugby...  
la passe-muraille ouais, même si faut du jus, du cuissot, de l'envie... un tas de truc pour la vitaliser... qui vous traverse n'importe quelle pierre Vauban... n'importe quel mur défensif... suffit de contourner... avec du rêve même si voulez... façon Marcel Aymé ! Yeah !
© Le Pilier

07 septembre 2010

WHITE COLERE

Du rififi en Sudaf pâtis 
Ça chaufferait vilain en Afsud... Jake White, entraîneur emblématique des Boks Champions du monde entier 2007, déplorant la prestation actuelle de ses poulains, voudrait reprendre du service au sein du groupe, redevenir mister coach... en vue de la prochaine CDM... virer De Villiers... Ça discute donc sévère dans les vestiaires des pâtis zafricains. White n’en dort plus dit-on... l’Afsud troisième des tri ça lui coupe l’appétit. On saisit la colère.

Comment jauger d’ici la compétence d’un entraîneur loin des arcanes internes ? Aux simples résultats ? Pourtant les Boks l’année dernière ont excellé en Tri... un sans faute avec De Villiers aux commandes... l’héritage simple de White ? Les matchs contre les Lions ont montré une équipe du tonnerre de Zeus. Il est pourtant vrai que retombent dans les vieux travers d’avant Jake... physiques mais pas très subtils.

Manque de Jacobs au centre... un fait imparable...
Manque Heinrich Brussow gratteur flanker impec ? Plus efficace que Burger en récup... ce dernier n'est quand même pas une fiotte...
Manque d'un véritable arrière par contre... Conrad Janjtes faisait bien l’affaire après l'ère Montgomery, mais blessé n’a pas de remplaçant... François Steyn s’émousse à trottiner sur les pâtis de France... plus génial le gazier... même si plante un essai pour son retour... parce qu'il est là, tout simplement... à sa place dans la ligne des trois quarts... un autre aurait fait pareil après tout.
Capt’ain Smit n’est-il pas quelque peu vieillissant ? Le pack itou ?
Botha mieux tenu fait la paire avec Matfield mais devient ingérable... trop bourrin.
Morne Steyn à notre avis plombe l’attaque... faut le virer malgré son hyper pied.
Ont quand même trouvé un demi de mêlée épatant, remplaçant de Du Preez encore en convalescence... grand plaqueur ce Derick Hoogard... rare pour un 9... qui leur a même sauvé la mise lors de l’avant dernière rencontre en plaquant royal Ashley-Cooper en fin de match... meilleur que Du Preez en défense, mais un peu moins subtil pour diriger la troupe ? Même si possède une passe aussi remarquable que son prédécesseur... une envie de tous les diables.
On afflige Habanna qui est passé à côté du tournoi... moins sûr lors des réceptions de chandelles il est vrai... pas très à l’aise sur ses cannes... bien qu’à son corps défendant n’a pas reçu le cuir dans de bonnes conditions... Alors ?
La faute à qui ? Les autres équipes ont-elles simplement élevé leur niveau ? Pourquoi pas !!! Faut s’adapter en permanence... à l’instar des Blacks... ces derniers n’avaient-ils pas levé le pied l’année dernière ? Un simple passage à vide alors ? La poudre de perlimpinpin d’hier ne fait plus d’effet ? Sont fatigués ? Moins motivés ? De Villiers manque de subtilité ? Le Pilier se gardera bien de conclure sur une raison précise. Alors Jake White, le grand retour ? Peter De Villiers au panier ?
© Le Pilier

05 septembre 2010

AFRIQUE DU SUD VS AUSTRALIE 39-41

Grands pâtis
Au réveil Justine fiévreuse insista pour que son gazier retourne dare à la luzerne... pianote avec ses doigts zélés encore et encore sur les touches sensibles... afin de rendre compte de la dernière partie du samedi 4... chaude et puissante... bitouine  
du Bok compresseur 
et d'l’Ausssie cavaleur. Hips !
Toujours disposé pour satisfaire un désir que seul l’épuisement pourrait mal atteindre sinon indisposer, soucieux de ne pas trop laisser en suspens cette gente avide de fraîches bagatelles, pertinentes et légères comme les profondeurs d’une psyché en orbite mouvante autour de l’ovalisphèrique contrée... altruiste que nous sommes sans lésiner sur le clavier dispos, nous acceptâmes donc la proposition, car il vaut mieux parler pour dire quelque chose que de se taire pour désespérer une attente que l'absence indispose ! Arf !

Du mastoc cette baston... deux styles bien différents pour au final récompenser quand même les plus impétueux, transmetteurs, fougueux... Aussies en l’occurrence... qui ont assuré la revanche, démontrant qu’ils sont tout à fait capables de pratiquer un rugby d’ouverture avec de vraies belles attaques audacieuses... parfois de leurs 22. Cooper nous a gratifié de superbes passes sautées, bien en avant du trois quart ultra lancé... comme on aime... accélérant la course même du gonze... figures invisibles en hexagonie... impossibles même ?

Une légère digression pour la cause. Une amitié discrète, manager de cadets dans un grand club tricolore nous assura dépité que les jeunes n’apprenaient pas à faire de passes... qu’ils travaillaient essentiellement des combinaisons, mais point le geste à proprement parler. On se doutait du fait en voyant le niveau technique de nos cocottes,  
de notre championnaze... mais là, dit et affirmé par un homme du terrain, plus le moindre doute... si tant est qu’il en exista l’ombre d’un fétu de brin d’un seul. Ach !!! Ya d’l’incompétence icy... les gonzes sont costauds mais ne connaissent pas les fondamentaux. Le geste en premier lieu, la passe, la transmission, le placage, la récupération... avant même de penser aux combinaisons !

Zavez vu cette élégance de Matfield, lancé, tapant d’un pied mesuré au dessus de l’adversaire, récupérant le cuir pour le refiler à son coéquipier Fourie qui aplatit entre les perches ? Jamais de ça chez nous. Une seconde poutre aussi avisée, technique, futée... qui joue comme un trois quart malgré sa grande stature ? C’était parfait, ça relança les Boks en fin de première mi-temps... peut-être même leur plus bel essai.

13-31 donc aux citrons. Pire que la semaine dernière... on a bien cru les Boks dans les choux. Pourtant remontent en force pour mener au score... rouleau compresseur... sans jamais donner cependant la part belle aux trois quarts, bien  
plus physiques que veloutés !!! Hé hé ! Non, malgré une seconde période difficile pour les Australiens, ont su résister à cette débauche épatante Sudaf jusqu’à planter un try alors qu’ils jouaient à quatorze pour cause d’éviction d’un avant.  
Bravo, fallait du cran... et surtout cette envie de transmettre le cuir à la main, sans tataner comme des bourrins, démontrant une nouvelle fois que c’est la seule manière gagnante, durative, l’essence même du rugby que la circulation aux paluches du module oblong. Merci encore les Blacks qui en imposant un super niveau tirent les autres équipes vers le haut. La seule manière de pouvoir espérer rivaliser avec eux. Semblent enfin l’avoir compris les Aussies... en démontrant qu’en ont tout à fait les moyens. De bon augure toussa... une distance plus grande prise sur la vieille Europe qui jamais ne produit un tel niveau de jeu pendant 80 minutes.  
Là, pouvons pas lutter, l’écart se creuse comme un gouffre amer duquel ne sortira que l’ennui, déception, ratatinades, dévolution... carbistouilles... ouille ouille !!

Transmissions vivaces, précises... cannes véloces... les figures marquantes de cette joute. Les demis de mêlées des deux équipes vous balançaient le cuir d’une rapidité effarante. Avec autant de belles passes, avons largement kiffé... presque suffisant pour nous la beauté de ce geste. Grand champ comme petits espaces... raz du pack... on adore... le vrai rugby... le vrai souci... imparable ça... ça vous désorganise l’adversaire... ça crée de l’espace n’en déplaise aux baratineurs qui prétendent qu’avec le « ruby » moderne ultra défensif, on ne peut plus voir de grandes envolées. Des clous les minus... n’y panez rien à ce jeu... 
Ya toujours quinze gaziers en face 
et le cuir ira toujours plus vite que le bonhomme !!!!
Matez les Tri nations... apprenez... s’il vous reste deux neurones pour encore piger les fondamentaux du collectif.

Au final donc l’Aussie l’emporte (avec cinq essais à la clef) dans les dernières secondes, d’un coup de pied magistral de leur arrière Beale. En face, les Boks possèdent un sataneur hors pair... faut l’avouer, mais qui les plombe tellement dans le jeu à la main qu’il ferait mieux de ne pas miser sur lui.  
Le problème de ces grands buteurs qui n’organisent rien. Comment s’en passer ? Ça nous rappelle le Gallois Neil Jenkins... recordman un temps du nombre de points marqués... jamais les Gallois n’ont aussi mal joué quand il officiait à l’ouverture... se faisaient ratatiner chaque années dans le tournoi... pour ceux qui ont bonne mémoire... nul dans le jeu, comme en défense, Jenkins plombait l’équipe qui misait sur sa botte... sans progresser. Steyn est moins pire, sommes ok, mais n’insuffle rien de déterminant balle en pogne. Ça les dessert au final... faudrait qu’ils pigent ça... même si difficile en effet de se passer d’un gonze qui passe absolument tout entre les perches... 100 pour 100 de réussite... tant pis... le jeu tout dab... le pied ne suffit pas ! En sus n’ont pas de centres malins... leur style tout en force retombe peu à peu dans les travers d’avant-hier. Pas comac qu’ont remporté les tri la saison dernière, ni la CDM.  
Alors De Villiers ?
Qu’est-ce tu ronronnes ?
Pas tiré les leçons des victoires ?
Not easy ça de saisir pourquoi la gagne !!! La classe sup des grands généraux ça !

Faudrait causer de certains joueurs très en vue comme  
le flanker-gratteur-défenseur du tonnerre Australien Pocock aux biceps d’acier... sacré match le gonze... faudrait causer plus de chaque... du jeune O'Connor qui se bonifie au fil du temps...un match comac c’est du roman trépident... mais ça prendrait des plombes.
A suivre alors ? Contre les Blacks samedi... assurément !
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.