30 juillet 2010

4ème TRI BASTON

De l'audace
Demain du Black donc sur pâtis Australien au zénithal instant. Cowan et Rokocoko sont de retour... on va pas s’étendre... connaissons l’équipe... les gaziers... leur style, la forme du moment, comment s’articulent, se lient, s’organisent, se la donnent. En face, des Aussies sans Cooper... pour la grâce faudra repasser... bien que le retour de Barnes soit une bonne chose, même si le préférons à l'ouverture... sa vraie place. Fallait laisser Giteau premier centre... doit piger ça le père Deans. Allez hop, prend ton phone mon gars... écoute les conseils du Pilier, nom d'une pipe de St Georges... sinon un p'tit clic... tu jettes une lentille... t'y vois plus clair... et te plantes pas comac. Ach !
Faut bien dire uniment le truc... pas encore trépidant ce jeu de Jaunes... tout en force, quand même... mais face aux Blacks deux options. Au pire on se fait ratatiner... mais pour gagner faut quand même sortir quelque chose de plus engageant, de moins mécanique, de plus esthétique... c’est l’avantage de les rencontrer. On ne peut simplement la jouter gros bras, rentre lard, percussions... faut du sus... de l’audace, du zèle... sortir des canons patiemment élaborés, à la frontière du système établi, improviser. Hé hé !!!
Simple à dire... obligatoire à faire.
© Le Pilier

Australie : Ashley Cooper - O'Connor, Horne, Barnes, Mitchell – (o) Giteau, (m) Genia - Brown, Pocock, Elsom (cap) - Sharpe, Mumm - Ma'afu, Moore, Robinson
Remplaçants : Faingaa, Slipper, Simmons, Hodgson, Burgess, Faingaa, Beale

Nouvelle-Zélande : Muliaina - Jane, Smith, Nonu, Rokocoko – (o) Carter, (m) Cowan - Read, McCaw, Kaino - Donnelly, Thorn - Franks, Mealamu, Woodcock
Remplaçants : Flynn, Franks, Whitelock, Vito, Weepu, Cruden, Dagg

29 juillet 2010

TACKLES ON TV


Cooper suspendu loupera les deux prochains matchs contre les Blacks... c'est grave, c'est un malheur, c'est une catastrophe... c'est même un contretemps !!! Arf !
La raison en images... idem pour Fourie... matez c'est très clair.
Pour les commentaires c'est du Canal, sorry. Coupez le son.

28 juillet 2010

PILIERS DU BOOGIE

Au saut du lit
Parait qu’on cause que rugby passqu’avons rien à dire sur autre chose. Des petits mollets anonymes prétendraient même en cachette, que hors la baston point de vision, d’intérêt pour la science... sinon même les zarts... les notes, la gouache, les tableaux... le septième art des pellicules... !!! Ach !!! Qu’on scribouille comme une savate dans un style par trop emphatique, voire boursouflé, marlou,   
pour masquer du rien dessous !!!!
Arg !!! En un mot sommes une rustre de bestiole qui ne pense qu’aux gisquettes, aux pruneaux... aux châtaignes... un brouteur de pâtis qui rumine dans sa prairie en regardant passer la locomotive All Black... et ses petits wagons suiveurs... un tintinnabuleur de pichets qui digère son gigot, poule au pot, tartines en sauce... cholestéro...  
un peu limite du ciboulot !!!!

C’est ARCHI FAUX !!!!

A moins qu'on nous bassine pour avoir du sus ? C’est ça ?  
Du Pilier Twitter qui balance ses passions, p’tits goûts identitaires, histoire d’affirmer son existence... connaître plus le gazier pour se rassurer de bien cliquer où il faut... être au plus près du modèle koi... on veut d’la sucrette story... d’l’intime pipolerie... on veut savoir ce qu’on fait en se grattant le croupion au réveil de l’été entre la couche et la douche à savon ?

Ok ok... sommes bon zig !!!!
Nous zaussi pouvons dévoiler du live immédiat, raconter l'anodin ki nous plait, dire c’qu’on est... taire c’qu’on vivra jamais ! Yap !!! Tenez, c’matin, juste après de savantes compos élaborées aux mouvances du Dunlopillo, puis zest de réflexion sur l’équanimité modulaire occasionnant son zazen cognitif en joute aux fractionnement des critères neurophysiologiques sous-tendus par
une perception subsymbolique déroutante... avons écouté cette petite merveille de song, une des très rares chansons Pop Blues, sinon la seule... composée jadis par le plus master des groupes de Boogie blanc...  
Canned Heat.
Son titre : Time was ! Sise sur l'album Allelujah... 1969... avec une des plus belles paires basse-batterie de l'histoire du Boogie Blues... Larry Taylor, qui jouera later avec John Mayall...Tom Waits... et le génial Fito de la Parra aux drums légères. Le chanteur Alan Wilson dont John Lee Hooker prétendait à raison qu'il était "le plus grand harmoniciste de tous les temps" est mort peu après d'une overdose de cachou... Arg ! Big Bob Hite, l'autre chanteur casse sa pipe dans les années 80 (la tof avec les longues douilles)... n'oublions pas la rape solo du cinglant Henry Vestine qui fit ses gammes chez les Mothers of Invention du déjanté Zappa. On vous la livre pour partager ce mÔment d’existentialitude afin que soyassez tous plus proches de nos zaffinités !!! Yeeeeeah !
Ce que les Blacks sont au rugby, 
Canned Heat l'est au Boogie !!!
A écouter sur des enceintes, où casque selon l'aisance voulue, pour bien entendre l'articulation de la basse... le seul son d'ordi n'y suffit. Merci qui ? Le Pilier du boogie pardi ! © Le Pilier
... ça bouge pas mais ça balance... une blouze pop unique.
Un p'tit conseil Pilier, attendez la fin d'la surprenante vidéo et pourrez mater "going up the country" la song du générique de Woodstock... entre autres... avec Alan Wilson bien en tronche télé et Bob Hite qui singe le flutiste... sinon zavez du live à la fin de "Going up..."... bref une série Boogie sans quitter nos pâtis... Ach !

27 juillet 2010

DU VRAC

Sans frac
Les Aussies ont donc gagné les Boks... bien pour eux, pour les Tri, le rugby hémisudiste... pour nous... bref, il est important que chacun s’améliore pour hausser le niveau, équilibrer un peu plus les forces en présence. Du grand Black c’est kiffant, du gros Bok, du meilleur Aussie c’est quand même plus excitant. Cooper nous a gratifié de superbes figures, entachées bien hélas par un placage trop relevé, même si moins marqué que celui de De Villiers, qui lui vaut suspension pour les prochaines joutes. Dommage. Va manquer. Mais ce geste est interdit, on ne peut lésiner avec ces débordements, trop dangereux au rugby... donc nécessaire de sanctionner sans même discuter. 

Le pack Australien s’est mieux comporté que lors des précédentes rencontres face aux Bifs... même si l’on déplore chez eux ces percussions solo, poutre dans le mur, épuisantes, lourdingues, pas très aguichantes, maçonniques, ennuyeuses, loin des fluidités engageantes... qui au final engendrent des attaques quand même stéréotypées. Même si peuvent enchaîner de longues séquences sans paumer le cuir.
Pas mieux chez les Boks cette fois où les pauvres ailiers ne reçoivent jamais de ballon dans de bonnes conditions... décalés... lancés tout berzingue... doivent sacrément ronger leur frein les bougres. Faut dire que les centres Sudafs n’engagent pas aux variations intempestives... sont solides, pas très finauds... Jacobs manque, on se répète, on insiste... s’ils n’ont pas un malin au centre, retrouvent immédiatement leur jeu bourrin d’antan... en sus le père Morne Steyn, savateur hors pair, n’a ce coup ci rien organisé avec les pieds... pas de petits coups judicieux au dessus de la défense montante, très serrée adverse, pas de grands renversements open champ... un drop poussif... à la main n’en parlons pas. Un vrai problème ces zarpionneurs hyper habiles pas géniaux dans le jeu... de tout temps. Comment se passer d’eux quand on n’en possède pas d’autres ? S’ils ne sont pas déterminants dans l’organisation, ils finissent à la longue par vraiment plomber l’équipe... mais on ne peut les virer facilement. Nous y reviendrons.

A la mêlée, Pienaar n’a pas brillé. Un poste vraiment spécifique il est vrai... faut pratiquer longuement pour en connaître tous les rouages... accélération... tempérance... précision, vivacité des sorties... orientation des avants... distributions inattendues... alternées... visionnaires... coups de pompes hyper réglées derrière le paquet. Qu’il soit polyvalent est un fait, possible d’ouverture à l’aile... sinon arrière, comme son cas. A la mêlée faut longuement pratiquer, ne faire que ça en somme. Faut le laisser jusqu’au rétablissement de Du Preez... a de la tête, doit juste pratiquer.

Genia, son homologue Australien a sacrément failli dans la distribution à proprement parler. Les ratés qu’évoquait le coach Robbie Dean dans une conférence de presse, sont aussi de son fait... manque un peu de tête le gazier, de vision, voire de vitesse dans la transmission. Même s’il plante son try. Lors d’une attaque bien menée précipitant les Boks dans leur 22, il choisit le côté le plus fourni en hommes à droite, alors qu’à sa gauche il y avait un boulevard d’essai tout fait. Lourdingue ça quand on connaît ce jeu... qu’on l’a pratiqué... très râlant de se retrouver avec un espace ouvert en deux contre un, et voir le demi de mêlée prendre l’option sans issue... la plus bouchée, saturée de gonzes... avec toute la défense adverse comme un mur infranchissable faisant front. En sus, sa posture transmitive est trop lisible. Ach ! On anticipe aisément de quel côté il va balancer l’ogive. Très très rares les hyper grands demi de mêlées qui étonnent par leurs choix. Le plus parfait, jamais encore dépassé sans l’ombre d’un doute est Gareth Edwards. Pas pour rien, même si ce genre de considération possède ses grandes limites eu égard à la diversité des postes, qu’il détienne le titre honorifique de plus grand joueur de tous les temps... pour une quasi unanimité ! A ce poste en tout cas, c’est sûr... pour le reste on s’en balance.

Donc un pack Australien qui se tient mieux, en première ligne notamment... un Sharp qui reprend du service... puissant... un Rocky Elsom joueur comme on sait... un Giteau en premier centre capable de créer du décalage, un Cooper top classe dans les petits espaces qui transmet le cuir comme personne, feinte, passe les bras... mais pas de grands ailiers pur sang... surtout niveau placement. Mitchell ne sait pas se positionner... toujours trop près du porteur du ballon... n’anticipe pas les croisées. Cooper à moment lui a signifié le placement... l’empaf n’a pas su réagir... parfois trop fin l’ouverture... ces coéquipiers n’anticipent pas son geste... doivent apprendre à se connaître.
Même s’il (Mitchell) peut prendre par ses crochets des trajectoires surprenantes, ce n’est pas un ailier à proprement parler.
Mais on sent quand même de la bonne graine dans ces lignes arrières, faudra suivre ça de près.Doivent sans doute se trouver... jouer ensemble...
Par contre, tous affûtés question défense... là rien à dire... savent plaquer... fermer l’espace. C’est là aussi qu’ils ont remporté le match.Mitchell plante quand même son try après une belle action orchestrée par Will Genia et malin Giteau... à notre goût quand même un peu à l’arrache (l’essai bien sûr).

Que l’Australie se porte mieux, c’est un fait... mais ont largement profité de l’indiscipline des Boks, de leur flottement... même en touche, c’est dire.... de leur baisse évidente de rendement. Si ces derniers retrouvent leur jeu, ce qui ne saurait tarder... car il leur manque quand même quelques pièces importantes, prétendons que les Aussies sont encore loin de leur niveau... faut pas pousser mémé !!! La mécanique Bok est déréglée... mais ce n’est qu’un moment... comme il en arrive parfois après de superbes périodes époustouflantes... rien d’inquiétant à nos yeux. On matera toussa en Afsud lors des matchs retour.
© Le Pilier

25 juillet 2010

JAUNES CASSIS

Mise au poing !
L’animal le plus crétin-neuneu avant même la gallinace, le chewing-gum, la saucisse, la pantoufle, le pneu, c’est quand même le journaliste sportif... savons tous ça !
A l’instar des cocottes, picore un truc ici, gonfle les plumes là, s’emporte pour un fétu, croupionne en gros tutu aux basse-cours la fiente des élucubrations spectaculaires, caquette des soteries, détournant les simples faits au profit d’une fantasmagorie délirante très flanby... plus easy, plus folie, plus Disney, plus évidente semble-t-il à avaler que la franche réalité.

Question rugby, c’est patent... ça cause de revanche avant le premier match des tri... revanche de l’année dernière... d’il y a quinze ans tankonnié !!! Revanche du premier match pour le second.... avec du Champion du Monde en veux-tu voilà à toutes les sauces... avec de la CDM à venir dans zun an dans tous les papelards... bla bla, mouscaille et potiron... et la sucrette Paulette du moment... le grand renouveau de l’Australo... la troisième grave défaite inquiétante des sudafricanos... etc etc ad libitum... Ach !

Bon yaka pas les lire... ce qu’on fait du reste, mais si on y jette un œil fugace entre un ronron profond et l’à peine et vague prétention d’éveil en se grattant le derche, force sommes nous de constater l’inanité de ce jardin d’épis curistes malingres, qui croient qu’en moulant du vilain grain on en sort toujours un sac de composé malin, une tarte savoureuse, un lapin. Même là, sinon surtout, sommes en retard de plusieurs récoltes. Notre rugby est à la mesure de ces ressassées, regardons toujours l’hier pour constater le présent... le futur pour alléger nos couffes, délirer sur l'après par pétoche du trop près. Bon, les journaleux s’adressent il est vrai au lectorat des terrains minus... philistins des zones évitées par les grâces... mais ce n’est pas une raison suffisante pour perpétuer ce rata !

Rien à voir ces Tri bastons avec vos élucubrations. C’est un tournoi... long, trop à notre goût comme en avons souventefois causé.... six matchs suffisaient largement, aller-retour et basta... qu’importe, ça se joue sur la durée, il n’y a pas de crétine binarité, revanche d’on ne sait quel trophée... et les
Champions du Monde entier 
c’est du 2007, 
pas du 2010 !!!
On se tamponne la coquille de ce titre qui ne veut absolument rien dire aujourd’hui, dans ce cadre précis, c'est juste un moment, une petite compète pour Circus Maximus... pas plus la cdm... du flan télé pour amuser, empocher, soporifier !!!
Les Boks sont des Boks voilà tout... une équipe différente... chaque baston un renouveau... faut juste avoir du gros poumon... s’inscrire dans le temps long, sans s’alourdir les crampons de fadeuses ou passéistes considérations... arf... être, penser vrai, sans tirer des plans hasardeux dans la binette qui ne correspondent en rien au réel du pré. La valeur d'une troupe se mesure à sa régularité, longévité... au classement annuel IRB du champ donneur !!! Arf ! Et les champions du monde en l'occurrence, s'il en faut un, sont incontestablement les All Blacks ! Gnac & gnac !

Certes la mécanique Springbok s’est quelque peu grippée...nous y reviendrons... mais de là à considérer la chose comme une fin de règne, c’est n’avoir que du jaune dans le cassis, dans les artères !!! Arf ! Causer du grand renouveau Australien c’est n’y rien paner au terrain. Ya du taf encore, un match gagné oui, devant des Boks indisciplinés oui... désolidarisés oui... mais ya pas de quoi dithyramber outre mesure... sont quand même pas pétillants encore les bourrins... ont fait de gros ratés comme l’avisé Dean, coach Aussie, le soulignait... sont à des quintomètres de la grande parade des giflées... attendons le match retour en Sudafrique et la prochaine joute avec les masters es ovalie... ultra Blacks des pâtis... mieux encore  
la fin des hostilités !

Et puis cette CDM on en causera au moment, l’année prochaine... avons bien le temps de délirer... pas la peine de nous tarabuster l’oignon avec... sommes dans les Tri Bastons... hic & nunc... regardons ce qu’il se passe, jaugeons des améliorations, critiquons les ratés, mais restons fermes sur nos pieds.
Très Française la figure... on cause d’hier, de demain, pour jamais se responsabiliser de ce qui est, assumer le moment... on se soulage, on détourne en futurisant... en se ressouvenant d’un jadis bon moment... on balance des grÔsseux cougourdes... on refuse d’être là... on peut dire n'importe quoi pourvu que ça raisonne cinéma !!! Hips ! Autrement dit never du temps ad hoc... on astique le toc... fait briller des lustres... pas présents quoi... jamais pertinents... prudents... avisés... intelligent !!! Hi han !!!
Les Blacks enquillent les matchs loin de ce genre de considérations... jouent au mieux tout le temps... tous les matchs sont importants... c’est aussi pour ça qu’on les apprécie. Et puis les Tri,  
c’est LA SEULE ET VRAIE CDM chaque année, 
nom d'un Ultra Pilier !!!
Tout le reste est billevesées !
© Le Pilier

24 juillet 2010

SPRINGBOKS SOUS L'CHOC

Trois bastons perdues
Australie 30 Sudafrique 13... soeur Thérèse. Les vraies raisons de la troisième dérouste des Sudafs... sur le Pilier... après récupération, massages, panacée fortifiante, pichets choisis... sieste flottante sur hamac pour retrouver nos esprits. Retour au grand Blog des pâtis en fin d’après midi... si l’espace temps voué au taf, qu’on entrevoit impératif, nous impose sa loi ! Ach !
© Le Pilier

23 juillet 2010

KANKOWSKI : LE RETOUR

Beaux gaziers
Hors Pienaar dans la team Sudaf, d’autres gaziers suscitent chez nous quelque intérêt marquant hors les cuissots, le châssis, la vaillance, les pieds... et pour dire uniment la chose sommes plutôt satisfait du retour du flanker Kankowski au paquet. Pas super gratteur mais bien joueur... éviteur de modules... vaillant comme Artaban... cavaleur comme une fleur... Oups ! Un rien fada... un peu de plomb nuirait pas... n’arrive pas encore à s’imposer dans la team. Vu la concurrence à ce poste on saisit les raisons !
Ya des gonzes dont on aime la mouvance, simplement...  
la manière d’arpenter le pré... des ceuss qui ont une certaine classe, une aisance, un mouv régalant. Kankowski est de ceux là, comme du reste Cooper l’ouverture Wallab. Par un simple geste, une passe, une course, un rien, un placage liquide... ach... un coup de latte élégant... ils savent nous ravir même si le match est terne.
Un galop de Muliaina, une passe de Cooper, une feinte de Dan,
un zest de Carter, une réception de Kirshner... un élan de Rokocoko... une envolée de Matfield... etc etc... peuvent résumer ces moments de grâce, certes furtifs, mais parfaitement mis en relief par la chicore autour, la franche baston mon colon. C’est ça aussi le rugby !
Le pâtis des beaux gaziers !
Terre de contrastes où l’aisance se marie à la force pour des figures chorégraphiques plus tenues que des volutes d’opéra en tutu ! Arf !
Demain donc, 12 h d'été, Australie vs Sud Afrique... troisième tri Baston mon clairon !
© Le Pilier

COUP DE PHONE...

Au Pilier
- Hello Pilar... j’ai lu ton paper du 19 et suivi tes conseils... Pienaar est à la mêlée... comme tu le proposais...
- Il était tant que t’open les persiennes mon quinquin... Piernaar a de la tête ... Bon, en même temps, t’as pas viré Steyn...
- Difficile à ce niveau de se passer d’un tel pied...
- Pas faux... Pienaar n’est pas aussi régulier c’est vrai entre les perches... pi y’en a pas pléthore de lattes chez vous... sauf pour en refiler en loucedé ...
- Hé Pilar, le rugby c’est pas fait pour peloter des câlins... sont comac mes gonzes, un peu rudes mais tellement attachants...
- Ok, mais prenez du jaune à chaque match... gaffe à la crise de foi...
- Pas de risque, les Dieux du pâtis ne nous laisseront pas tomber
- En attendant depuis le début des Tri Bastons, semblent tous chopiner sur le nuage blanc... faudra resserrer la vis devant les Skippy demain pour les séduire...
- On va les ratatiner ces Wallabies...
- Faut pas vendre la peau du kangourou avant d’avoir déchaussé les gants, mon grand...

- Ouaip... une façon de motiver la troupe... A propos, si tu passes chez nous, viens croquer des saucisses de buffle en apéro... des gratins de rhino au bobotie épicé avec mes gaziers...
- Ok l’ami, merci pour l’invite... et bonne chance pour demain
- See you late Pilar... et merci pour tes conseils
- Pas d’quoi ma caille...
- Bip bip bip bip !!!!

Voilà succinct le coup de phone reçu aux matines de Peter de Villiers l’entraîneur Springbok. Un pote à nous qui lit souvent nos bagatelles pour y chiper quelques idées. Le Pilier qui, dit en passant, est le seul Blog rugby d’hémisnord lu & reconnu par l’hémisud. Ach !

Team Australienne
Ashley-Cooper - O'Connor, Horne, Giteau, Mitchell - (o) Cooper, (m) Genia - Pocock, Brown, Elsom - Sharpe, Mumm - Ma'afu, Faingaa, Robinson.
Remplaçants : Moore, Slipper, Simmons, Hodgson, Burgess, Barnes, Beale.

Team sudafriquaine
Kirchner - Aplon, Fourie, Olivier, Habana - (o) Steyn, (m) Pienaar - Kankowski, Spies, Burger - Matfield, Rossouw - BJ Botha, Smit (cap), Steenkamp.
Remplaçants : Ralepelle, Van der Linde, Van der Merwe, Potgieter, Hougaard, James, De Jongh.

21 juillet 2010

TUNE & MODERNITÉ

Deux contrées, deux univers
On apprend que Rokocoko, boblack des ailes Néoz, ne s’est pas laissé attendrir par les sirènes parcheminées de l’artiche hexagonale sinon Toulonnaise... qu’il ne viendra donc pas en France avant la retraite, qu’il restera au pays pour disputer la CDM... le super 15 et les Tri !
C’est ça notre culture ici maintenant...  
on veut suborner les grands gaziers d’hémisud plutôt que de fabriquer nos propres gonzes, former les jeunes du cru, bâtir un rugby perforant !  
Dès qu’on a du flouze on refait la pelouse en allant chercher au bout du monde les meilleures graines pour densifier nos pales pâtis !
Vénale décadence dont on commence déjà à payer le prix fort. Continuez vos pipoleries pour attirer les loisifs dans vos tribunes, philistins sans épaisseur, moules à Disney... faites venir des stars de partout, votre ciel n’en sera pas pour autant constellé de merveilles... qu’on se fende la poire encore à mater nos cocottes se faire déplumer les croupions par des Pumas vaillants. Même si vos jeux du cirque intéressent les ballots, supérieurs en nombre il est vrai, vous n’en tirerez rien que du XV cinoche à péplum série B pour salles obscures et crânes éventés... pendant que la loco du grand rugby s’éloigne dans l’azur rayonnant des terrains supérieurs ! Ouarf !
Big rugby sur pâtis, c’est bien plus qu’du grisbi... qu'les calendriers la fiotte, les douilles à shampoing... le désolant baratin ! Allez, allez ... encore un effort les Français... continuez à ruminer en regardant passer le train des suprêmes terrains !!!! Meuh !

Les Bleues cocottes intimes !!!

La tof ci-dessus ? Une exclusivité Pilier. Notre quinze de France au complet, après la dérouste Argentine, prise dans les vestiaires durant le debriefing du coach ! Arf !
© Le Pilier

20 juillet 2010

PILIER DES GRANDS PÂTIS

NANTI MANIFESTE !

Distribution de paires de claques au vespéral appeau !
DRRRRRRIIINNNNNNGGGGG !!!!! 
DRING ! 
PLAFFFF !!! 
SCRUMM !!! 
OUMMPFFFFF !
Le Pilier livrera sans kopecks de frais paquets de bla... avec étude comparative des ondulations hémisphériques... mise au point mortibuse des abus !!!

Éradication formelle des détritus !!!
Yaura des coups... uniques... sobres... vitalisants... menus, joufflus, maintenus... ferreux, joyeux... implicites... bien roulés... comme de solides vérités en 3D.
En somme, comme toujours icy... sans chichis aux liqueurs des pichets, que du dab coutumier.

Coups de lattes aux croupions des tatillons... masticage des filets mignons... mais  
pas pour les avortons, 
les pinailleurs de fanions, 
les ficelles, les dindons...
Le Pilier ne cause et dose que pour les ceuss qui ont quelque chose à faire d'épatant... quand les zarpions communs se dorent, picorent, élaborent au sun tiède de leurs simplettes affirmations  
ces molécules avariées 
à la crème de l’été !!!
Les vains Juillet on les zéradique, on les panique... on les défait !
On les dissout dans l'année !!!!

Goudronnons les bronzeurs... 
béatifions les plaqueurs !!!

Le Pilier ne veut rien, 
ne cherche rien... 
Agrippe tout !
Uniment frissonne...
Simplement pylône...
Si les crampons caressent vos dessous de pieds,
c’est le Pilier qui commence à parler !

Être frère d’arme du Pilier 
c’est connaître son ABC !
Les apostrophes, les branlées on les sert sans tricher !
Les taloches, le cinoche... sans clichés !
A tous les amateurs de grand jus : Salut !
© Le Pilier

19 juillet 2010

DE VILLIERS AU PIQUET

Ranger vengé
Deux semaines de suspension pour Jean De Villiers à cause du placage dangereux sur le jeune ailier Néoz, Rene Ranger, auteur, on l’a pas dit, d’un essai en coin tout en souplesse. Pourtant plaqué par un Bok, les cannes bien en dehors du terrain mais en suspension... sa main aplatit sans problème... l’essai est justement accordé. S'il y était allé en force, ras du pré, l'était out... bien joué. Faut savoir alterner... force & fluidité...Yeah ! Sur la tof on pige tout © Le Pilier

TRI BASTON 2ème MI-TEMPS

Du pareil au même
On laisse béton la bagatelle climatique pour feindre de trouver un vague prétexte excusant les déconfitures sud-africaines en All Blackie… on s’intéresse aux gaziers... près du pré... pour une seconde mi-temps pas très différente de la première, avec domination incontestable des Blacks... deux essais... dont celui d’un tout frais nouveau bogonze... entré en fin de match... l’arrière Dagg (la tof). Epatant le phénomène... plante un try de toute beauté... grillant Spies... effaçant la défense Boks d’un ton primesautier... époustouflant la communauté des mateurs par son culot, ses cannes, sa toute jeune audace... concluant bien solo la domination de sa troupe d’une élégance autochtone !!! Aps ! Quel bel essai ! L’ont repassé en boucle quasi, tant c’était chouette. Mais au rugby comme partout,  
une perle ne fait pas la rivière de diams... même s’il nous semble parfaitement bien fourni pour officer dans les rangs de la Big Team... à suivre donc avec attention.

Une anicroche somme toute à noter côté Blacks : les défaillances en touche. Est-ce le simple fait de Mealamu ? D’une mauvaise coordination annonceur-lanceur ou quoiquès ? Tout cas se sont fait piquer le cuir plus d’une fois. Il est vrai qu’en face le père Matfield surdomine les airs.

Les Boks sont à nos yeux en manque évident d’Adrian Jacobs... le centre casqué. Sans lui retombent dans leurs  
vieux travers bourrins. Quand ya pas ce type de malin dans leur ligne de trois quarts, produisent un jeu sclérosé... l’avons souventefois dit et répété. Au centre faut pas que du solide en défense, du platane quoi, faut d’la classe... un gonze à vista, qui prend les trous... feinte, furète, organise, surprend...
De Villiers s’est encore fait pincer avec un placage dangereux... va sans doute écoper de quelque suspension... ça va l’alléger un peu... Arf ! Pas la première fois lui non plus qu'il dérape. Foutredieu... il est interdit de plaquer un gonze en le relevant... aurait pu se faire hyper mal aux cervicales en retombant le Black... qu'est-ce qu'il a dans la carafe ce croûton de Bok ? Des spaghettis ?
A propos de l’arrière Kirchner... n’en n’avons pas causé la semaine dernière mais le gazier possède une très grande qualité de placement. Lors du premier match, était toujours sous le cuir pour réceptionner les coups de tatanes sans broncher... ultra sûr dans ce secteur de jeu... excellent placement donc... en attaque, relance, balle en pogne sommes plus rétif. Vous refile des coups d’up latte & under à satiété. Contre les Blacks faut pas faire la danseuse... à trop tataner dans les airs on se ramasse au pâtis... pas malin comme stratégie... sinon aveu d’impuissance à organiser quoi que ce soit de pertinent ?

Non, les Boks n’ont pas été dangereux à proprement parler... même si Burger plante un essai en fin de match, ça reste anecdotique. Heinrich Brussow, le petit flanquer solide, gratteur de cuir émérite manque sacrément au raz du pré... de même que Smith bien plus subtil que Burger... ne parlons pas du demi de mêlée Du Preez, plus fin que Januarie. Le coach devrait mettre Pienaar à sa place sinon à l'ouverture, because le Steyn des zarpions pense trop avec les orteils... nul dans le jeu, tape et c'est tout... c'est le problème avec ce genre de gonze. Impeccable pour l'entre-perche, mais quasi inutile au pâtis. Pas trépident non plus en défense... Faut le virer... ça va les plomber à la longue. Du Pienaar et basta ! On n'épouse pas le grand rugby à coups de lattes !!!  
On gagne au pré, pas aux perches !

En tête donc des Tri Bastons les Blacks avec points de bonus pour les deux matchs. Huit essais donc... du régulier, du ferme, du souple, d’l’hégémonique... même si Monique préfère la plage & les maîtres nageurs ! A chacun son p’tit heur ! Hum !
© Le Pilier

17 juillet 2010

TRI NATIONS 2 : LA LEÇON

Bis répétitronche en avant !
Pas très sympa le Pilier ce matin avec Weepu dans son papelard de vestiaire. A bien joué le gazier, pris des trous... bons crochets... de la vista... délicat... plante même son pied entre les perches pour remplacer un Carter malchanceux pas zà l’aise du tout avec le vent tournoyant. Un bon point pour le demi de mêlée... même si maintenons nos dires... sa transmission n’est pas aussi vive et directe que celle de Cowan... a besoin d’armer sa passe qui engendre un léger temps de retard... peut couffer même si là n’a pas !
Ça reste un Black toute manière, qui dit en passant mène parfaitement le Haka.

Sinon quoi ? Même entame que la semaine dernière. Rossouw (la tof) seconde poutre remplaçant de Botha, se fait virer du pré comme l’autre samedi dernier... après baffe légère et coup de pompe à peine sur Mc Caw. Pas méchant mais crétin. Les Boks encaissent un essai quasi immédiat de Nonu après une belle phase de jeu Black. Cinq minutes après re essai... excellente relance Black, après départ judicieux de Weepu qui transmet à Muliaina impeccable encore today, pour une course gagnante et superbe de quarante mètres. Si Carter n’avait pas mis ses vilaines tatanes en platine, yu pu avoir 20 zéro à quelques minutes de la mi-temps, avec deux essais à la clef ! L'ouverture loupant les deux transfo + une pénalité. Qu’importe, les Ultra Blacks dominent en maître des Boks un brin figés et sans esprit. On pourra dire ce qu’on veut de la théorie des climats du Pilier... le pâtis nous donne encore raison... comme dab... savons ça... assumons le fait sans passer par les grenouilles de bocal CNRS pour voir ce qu’il en est, tatillonnement parlant ! Ach !

13-7 quand même à la mi-temps pour les locaux... avec un essai du même Rossouw qui eut pu faire croire aux badernes que les Boks restaient dans le coup. Des clous ! C’était n’y rien paner. Les Blacks menaient le bal... pas un brin de suspens de chez fétu d’espoir pour croire à la possible remontée des Sudafs. Pour dire précisément la chose l’essai était la conséquence d’une faute grossière d’arbitrage. On s’explique. Sur un placage des plus réguliers sur l’arrière Kirchner l’arbitre de touche prétend que le jeune ailier Ranger n’a pas tamponné dans les règles... trop haut pense-t-il. Or, sur la vidéo plusieurs fois proposée à nos calots il n’en est absolument rien comme le signalent les commentateurs de Sky. On peut comprendre cependant l’erreur grossière de l’arbitre, pourtant à quatre mètres de l’action, par la virulence du coup porté qui stoppa net l’arrière de façon impressionnante en effet. Donc pénaltouche volée... qui engendre l’essai quand même bien mené. Bref... un épiphénomène pour des Blacks qui rentrent au vestiaire sans l'ombre d'un doute au cassis.
A suivre la seconde mi-temps. Pour l'heure on va croquer  
le gigot NZ flageolets des familles, avec trois Justine, un vrai connaisseur de cuir, quelques pichets et pour sûr une excellente humeur. Qu'il est excitant en effet de mater du rugby à la mesure de notre rang. Bon ap !
© Le Pilier

TRI BASTONS ÉPISODE 2

Les équipes
Une demie heure avant de fouler le pré on vous file quand même les deux compos. A noter que Cowan n'est pas titulaire pour cause d'abdos douloureux... pas la même chose avec Weepu... moins performant le gazier... même si un seul nuage ne peut faire un déluge... ach.

New Zealand: Mils Muliaina; Cory Jane, Conrad Smith, Ma'a Nonu, Rene Ranger; Daniel Carter, Piri Weepu: Kieran Read, Richie McCaw, Jerome Kaino, Tom Donnelly, Brad Thorn, Owen Franks, Keven Mealamu, Tony Woodcock.
 Replacements: Corey Flynn, Ben Franks, Sam Whitelock, Liam Messam, Jimmy Cowan, Aaron Cruden, Israel Dagg.

South Africa: Zane Kirchner, Jean de Villiers, Jaque Fourie, Wynand Olivier, Bryan Habana, Morne Steyn, Ricky Januarie; Gurthro Steenkamp, John Smit, CJ van der Linde, Danie Rossouw, Victor Matfield, Schalk Burger, Francois Louw, Pierre Spies.
 Replacements: Chiliboy Ralepelle, BJ Botha, Andries Bekker, Ryan Kankowski, Ruan Pienaar, Butch James, Gio Aplon.

16 juillet 2010

THÉORIE DES CLIMATS...

aux tri bastons
Dans l’Esprit des lois, Montesquieu soutient que le climat influence substantiellement la nature de l’homme, de sa société... de ses actes donc. On trouve une esquisse de sa théorie dans les lettres Persanes, sinon l'Esprit des lois Livre XIV... chapitre X et suivants.

Même si pas la même teneur ici, le climat joue un rôle non négligeable dans ces tri bastons !!!
En effet, les Boks n’aiment pas le froid. En avions déjà causé en ce lieu. En All Blackie c’est l’hiver comme chacun sait. On prétend que les Boks ont besoin d’adaptation. N’aiment pas se cailler les cuissots... sont pas habitués au caleçon molletonné, mitaines et col roulé. Leur faut du temps pour s’adapter à ce climat qui n’est pas le leur. Contre les Français à l’automne dernier en sus de l’hymne massacré (un épiphénomène ?) le froid (relatif pour nous) a quelque peu contribué à la victoire de nos bloues cocottes (celle dont on nous bassine encore le cassis). Yavait k mater Habana sur son aile gelée, louper les chandelles, doigts gourds, mitaines jusqu’aux zongles... rétif au galop... passer totalement à côté de la partie. Sur ce coup prétendions que n’étaient pas ultra motivés, après des tri Nations remarquables, remportées haut la patte... ce premier froid d’automne les avait saisi... beaucoup de fautes de mains... peu d’envie... sinon de barboter au jakusi dans un bouillon bien chaud.
Nous rappelons d’autres tournées dans l’hémisnord où les Boks pas très à l’aise avaient perdu contre des Irlandais, notamment, sous un climat épouvantable de pluie continue et vent glacial.
Dire que c’est la cause majeure de leur difficile mise en route du week-end dernier serait peut-être exagéré ?... sans doute... pourtant un fait à ne pas négliger. Gageons que la baston prochaine sera toute autre puisque que stationnent chez les Blacks depuis quinze jours maintenant avec cache blair, laine de mérinos, pantoufles adaptées... faudra quand même ôter les moufles. Ach ! Suffisant pour battre les ultra Blacks ?


Gros post-scriptum
Le climat serait identique en Sud Afrique & Nouvelle Zélande durant l’hiver prétendraient certaine Ondine... et plusieurs gaziers... en somme le Pilier se planterait avec sa théorie des climats et les Boks ne seraient donc pas gênés par le Celsius !!!
Nous faut des spécialistes là... savons que le climat en sus de l’altitude, la latitude est aussi une question de courants marins... zeph en l’azur et tout et tout. Pour le coup en effet avons laissé de côté les régions les plus hautes du plateau intérieur... d'Afsud. On causait en effet "de la côte chaude et humide du KwaZulu-Natal, ainsi que le Lowveld (régions les plus basses) des provinces de Mpumalanga et Limpopo qui présente un magnifique temps hivernal avec des journées ensoleillées et chaudes en hiver avec quasiment ni vent ni précipitation.
La province de Western Cape reçoit des précipitations principalement en hiver, avec un certain nombre de journées au climat nuageux et pluvieux. Cependant, elles sont souvent entrecoupées
de merveilleuses journées rivalisant avec l'été anglais".
Question latitude la Nouvelle Zélande se situe quand même en dessous de L’Afrique du sud... en sommes resté là... on avoue ! Avons-nous vraiment tort ? Ach !
On attend les saveurs pour réfuter nos propos si nécessaire !
© Le Pilier

LES BLACKS SONT FORTS...

parce que les Blacks sont fluides !
Un autre style de placage qu’exécutent parfaitement Carter et son pote Conrad Smith. Beau la classe, qu’une danse on dirait... remarquablement efficace sur les minus, les grands, les gros, les zépais... bref tout le cheptel des pâtis... placage de poursuivant dirons nous... seul à seul.
En pleine course, fondre sur le gonze en accélérant au dernier moment... disons, se jeter dessus par ultime impulsion... coup de rein si voulez... faut du jus... puis ceinturer les hanches, embrasser les cuissots, glisser fissa aux chevilles relâcher dans l’instant... se relever immédiat pour disputer le cuir au sol en étant sur ses appuis presqu’avant l’arrêt du plaqué. Sont épatants ces deux, tellement élégants, fluides et rapides dans l’exécution qu’on dirait un seul et même mouvement  
sans rupture aucune. Très techniques là encore les gaziers. Smith qui dit en passant est le plus technique des centres d'hémisud. Jamais on ne voit telle figure aussi parfaitement exécutée en nos contrées. La tof hélas ne correspond pas... n'avons pas trouvé.
Pour ne pas perdre un dixième de seconde à se relever, c’est la vitesse d'exécution qui compte autant que la souplesse... le lâcher du gonze avant qu’il ne s’arrête... l’inertie fait le reste. Une force épouse l’autre, les deux modules glissent sans rupture notable... un placage qui ne fait de mal ni au plaqueur ni au plaqué... mais vous tombe un gazier d’un quintal vêtu, à tous les coups ! Arf !
Aux extrémités la force est la plus faible... savez tous ça... aux chevilles donc, comme aux poignets quand les bras sont tendus, pouvez faire tomber un auroch même avec un lacet !! Hé hé ! 
Plus évident de vous expliquer toussa avec l’appui des images.
P’têt' l’objet de conférences Pilier dans des amphis appropriés ?
© Le Pilier

14 juillet 2010

NOUVELLE REGLE

Aux cannes millediou !!!
Une tof pour imager notre propos d’hier... le cisaillage de Burger par Mealamu au raz du pré... boule au buffet... placement impec des cannes... patte d’appui cramponnée... centre de gravité supra bas... inamovible le défenseur. Pas de cet agrippage aux zépaules qui sous prétexte de jouer le cuir laisse souvent passer l’attaquant... pas le style du gazier ça... un vrai placage de chez direct quoi.
A ce propos, interdirions radicalement ces prises au dessus de la poitrine nous... ça éviterait les ambiguïtés... ces cravates ou nœuds pap qui n’en sont pas vraiment mais qui s’en rapprochent... sont de plus en plus légions ces figures... trop dangereuses... Burger en est d'ailleurs un vrai spécialiste... se fait souvent réprimander pour ça. On va quand même pas attendre l’accident pour le piger nom d’un pipe de St Georges. La nouvelle règle du Pilier :  
Jamais aux épaules...
milieu poitrine limite et basta !!!

Marmouzet on se faisait tanner le cuir par les entraîneurs, sinon le pater... incendier même quand on plaquait trop haut... par pétoche ou flemme... on voulait pas se baisser quoi. Au buffet on rate pas le gazier... aux jambes quoi... enfin en principe... c'est plus courageux certes, mais pour ne pas se blesser faut y aller ferme... une règle au rugby ça... jamais rétif... impavide et déterminé...
pour "canner le gonze"... du moins l'époustoufler !!!! Ach !

Avons déjà causé de ces tentatives de saisie de l’attaquant, trop hautes, ces accrochages de maillots la fiotte... pusillanimes... veules... foireux. En sus, on vous balance une main sur la poitrine, comme souventefois Carter l’a démontré... ou d’autres... et zêtes dans le vent... Clerc en a fait les frais plus d’une fois... pas que lui bien sûr... un exemple c’est tout.
Non non... le rugby c’est aux cannes et basta... tronche plein buffet... sinon chevilles... D’ailleurs n’y revenez pas quand on vous pilonne comac... on passe le cuir fissa... surtout quand on est trois quart... because on va plus vite... aussi, moins entraîné au contact permanent comme les avants... les joueurs savent ça, les classiques éviteurs du moins, les « délicats »... ça rendrait le jeu plus ouvert en sus... et moins dangereux niveau glotte. Qu’attendent les huiles pour piger ça ? La vilaine friture ?
© Le Pilier

13 juillet 2010

QUAND DIRE C'EST FAIRE

Pour tout dire on flemmarde un brin... pas notre habitude ça pourtant. Avions promis de causer de la dernière baston... à peine en avons évoqué la teneur... causé d’un mauvais geste, mais le compte rendu à proprement parler est passé à l’as !
- Pas pro ça Pilier... même si t’es maître sans partage en ton château, tu te dois d’alimenter le donjon diffuseur de tes remarques afin de distraire la communauté des connectés fidèles, sinon curieux de ton pianotage... tes élucubrations...

Sommes ok ! On dit pas non... et même si le taf nous impose un rythme trépident nous détournant quelque peu du pâtis, et puis Justine, Sophie... ce ne sont pas là excuses suffisantes pour se débiner. Sommes pas des justifications nous, on assume la critique... comme on l’affirme.

A poireauter pour causer d’un match en laissant passer quelques jours, on se rend compte il est vrai que la dynamique s’étiole, sinon l’envie. Traiter des bastons se fait dans l’instant, voire le lendemain, sinon hors la patate, le désir, on oublie de certaines séquences leurs résultantes précises. La réussite, les ratés, les couffes supposées de certains actes comme la pertinence du jugement qu’ils suscitent peut s’en trouver altéré.
Chose remarquable pourtant,
en laissant infuser quelques temps on constate que  
l’essence reste inflammable... Arf arf !!! Les gestes majeurs, la couleur profonde, la vérité du pré conservent vitalité dès récordation* enclenchée. Autrement dit ça flamme toujours dans la mémoire étanche... Oups !!! Genre fission nucléaire des atomes mémoriels... Ouarf ouarf !

Des gestes nous ont vraiment marqué. Notamment deux crochets successifs de Nonu rarement vus... aussi parfaitement exécutés... comme certaines postures de Mealamu le hooker NZ... sur la tof à côté de l'autre.. hors les lancés en touche, bien qu'il ait progressé, ce gazier est à nos yeux le plus technique à son poste sur les pâtis présents... utilise parfaitement son gabarit pour en tirer parti maximum sans débauche inutile, perte d'énergie... avec grande efficacité... des placages raz les cannes, buffet, repousses de l'adversaire trois mètres en arrière...aux pénétrations basses... un must le gonze. Carter aussi nous a gratifié, hors de savants coups de pompes et vista qu'on lui connait, d'une tentative élégante et subtile de placage, bras gauche aux cannes du Bok, main droite qui cherche à lui piquer le cuir... c'était simplement beau tant c'était souple et gracieux... magnifique... faudrait en causer...
- Encore des promesses Pilier, t’es incorrigible... tu devrais faire de la politique...
- Qui sait promettre, s’engage...
- Qui bonimente recevra des coups !
- Ouille !
* Récordation... de se récorder : se remettre en esprit...
© Le Pilier

11 juillet 2010

BOURRIN BOTHA

GA BU ZO !!!
Si on étalonne la vivacité d'un cassis à la carafe d’un rugbyman, on possède il est vrai une base minimum, un seuil cognitif modeste mais très répandu, à l’aune duquel une majorité de gaziers de la sublunaire contrée peut aisément se rassurer, se reconnaître, se comprendre... échanger une idée... pastaguer* en troisième mi-temps au 102 avec cette joie toute humaine d’appartenir quand même à la grande communauté des hommes simples, sinon épais... simplifiés ?
Sympa nos gaziers du pâtis, mais question cogite c’est le service minimum !!! Ach !
Ya pas que ça, mais sont légions... Yaka les entendre causer... on va pas s’étendre, savez tous ça !!!

Une figure emblématique et solide gaillard en témoigne, symbole pas anodin de l’affirmation sus livrée. Bourrin Botha, Bakkies pour sa maman et quelques autres intimes, pour ne pas le nommer, tronc épais majeur de la seconde poutre Sudaf, est suspendu 9 semaines pour un coup de boule bien appuyé sur le pariétal de Jimmy Cowan, le demi de mêlée Black. Pas la première fois qu’il s’adonne à ce genre de délicatesse qui lui vaut régulièrement en sus d’un petit jaune désaltérant, une mise au banc prolongée... sans faute d'orthographe ! On insiste même sur le C...
Bondieuserie !!! Ya quatre règles à respecter, des trucs d’évidence prohibés mais le gus trouve encore le moyen devant les caméras, l’arbitre, la planète entière, d’afficher son profil destructeur, sa misérable nature. La banane est un pro en sus... pourrait se tenir... se dire qu’il va nuire à son équipe en étant viré... car là se dissocie du groupe, abandonne la troupe.
Ont sacrément souffert les Boks à quatorze... son pack s’est usé à résister au surnombre, à la force NZ... même Habana s'est mis à la mêlée... tu parles d'une aubaine pour un coursier !!!! Ben non, embastillé dans sa rave et grasse spontanéité Ga Bu Zo gros meuh, a totalement oublié ses potes. En somme, il nuit à celui qui reçoit le coup de boule, à son équipe parce qu’on l’éjecte... à lui-même puisqu’il ne jouera plus pendant 9 semaines... au rugby majeur !!! Dit en passant, la fourchetaille de Dupuy en Coupe d’Europe, tout aussi crétine, était quand même d’une violence moindre... et Dupuy en a pris pour 24 semaines, ou quelque chose comac... une sanction donc ultra clémente pour Botha au regard du vilain geste.
Bref, quand on est trop bourrin on nuit au terrain... au pâtis, à la vie... à tout le monde... à l’enthousiasme (naïf ?) de penser qu’un homme possède une tête pour réfléchir et non troncher comme une bourrique des murs de briques par son inconséquence. A méditer ?
Faudra revenir sur le match... d’évidence plus passionnant que ce fait récurrent !
*Pastaguer : picoler ferme en partageant son pire ! 
© Le Pilier

10 juillet 2010

ALL BLACKS 32 SPRINGBOKS 12

La tof ? L'avant dernier des quatre essais de la ballade des Blacks sur grand pâtis Zélandais où Read conclue une domination peu partagée... Score final qui cause de lui-même 4 VS no try… Steyn à l'ouverture Sudaf n’organise rien mais plante entre les perches 12 points des pieds... Un match de Black d’enfer avec foultitude de petits gestes techniques pour les connaisseurs...
Sommes raide épais... 3 heures de pionce à peine dans l’étuve. Un jus, un massage, une pause sous ventilo... on revient causer du match.
© Le Pilier

08 juillet 2010

NEUVIEME SYMPHONIE ...






















Pour les rois du pâtis
«Le Tri Nations est la compétition la plus difficile du monde... » Dixit Graham Henry l’entraîneur NZ. Rien à ajouter. Ci-joint les deux meilleurs zéquipes de la compète qui vont s’astiquer le râble ce week-end. Mils Muliaina est de retour à l’arrière comme Nonu au centre... alors que Tialata n’est même plus dans le Squad... une bonne chose à notre avis. L’a eu sa chance le mastard, mais trop mou, trop lourd... peu tonique... épais mais manque de rein...ya lurette qu’on prétend qu’il n’a pas sa place en première ligne. Henry suit enfin nos conseils...
Un œil sur les charnières... Cowan est désormais l’incontestable titulaire au cul des gros... le demi de mêlée NZ a fait de réels progrès... plus régulier... moins de fautes... n’est pas sans rappeler Justin Marshall... le match de l’automne dernier contre les Bleus d’ici en témoigne.  
La neuvième symphonie Ludwig Van des Blacks... à savourer au petit déj avec vos gisquettes pour bien commencer la journée... sinon entre deux parties de ça-va-ça-vient pour motiver la bestiole. Bref... Une merveille de précision de vitesse, d’élégance, de vivacité, d’intelligence... matez si pouvez ya tout dedans pour comprendre le grand rugby. D’ailleurs on se repasse en boucle cette rencontre pour s’entraîner avant le grand jour. On dira pas que le Pilier ne peaufine pas sa prépa... rugby pro nous... d’l’orange mécanique au réveil pour les vitamines bien C... ondulations corporelles pour assouplir le rein... pompes régulières... Beethoven pour l’ambiance... astiquage des luzernes... études expérimentales... théories du raisonnement déductif élémentaire pour l'entretien du cassis...bref 
la panoplie habituelle des boutes-en-train qui prennent les joutes estivales très au sérieux. Ach !

Avec Carter les Blacks possèdent la meilleure charnière des Tri sachant que les Boks sont privés du génial Du Preez pour cause de shoulder mâchée... Januarie n’a pas le niveau du maître... pourtant prometteur il y a deux trois ans, il nous semble s’émousser un brin... ne fait pas toujours les bons choix ... lent parfois dans la transmission... se fait bousculer... moins Pitbull en somme qu’à ses débuts dans la team Bok... plus canin ordinaire... moins méchante teigne... presque gentil... non non, faut se bouger l’ami... maigrir un peu... siroter plus de jus roboratifs... on l’apprécie très vilain le gazier nous... À moins qu’en l’absence de l’autre il retrouve ses crocs pour servir son acolyte Morne Steyn. Très habile des agacins çuila, comme chacun sait... un ouverture qui vous balance des coups de pompes kilométriques dans tous les angles... entre les perches... précis pour ça... mais pas vraiment décisif dans le jeu à la main... préférons Piennar... de la tête ce gonze... qui hélas peut jouer à plusieurs postes. On dit hélas pour lui, car les polyvalents trop souvent doivent se contenter de débuter la rencontre comme remplaçants... puisqu’ils n’ont pas un poste attitré à proprement parler. Mais comment se passer d’un Steyn métronomique de la savate à ce niveau ?

Sur les 14 Tri depuis 1996, les Blacks ont remporté 9 fois la mise... les Boks 3... les Wallabies 2. Du Beethoven on vous dit ces Blacks !
© Le Pilier

All blacks
Le pâtis: Mils Muliaina - Cory Jane, Conrad Smith, Ma'a Nonu, Joe Rokocoko - (o) Dan Carter, (m) Jimmy Cowan - Kieran Read, Richie McCaw (cap) - Jerome Kaino - Tom Donnelly, Brad Thorn - Owen Franks, Keven Mealamu, Tony Woodcock.
La Banquette : Corey Flynn, Ben Franks, Samuel Whitelock, Liam Messam, Piri Weepu, Aaron Cruden, Richard Kahui

Springboks
Le pâtis: 15 Zane Kirchner, 14 Jean de Villiers, 13 Jaque Fourie, 12 Wynand Olivier, 11 Bryan Habana, 10 Morné Steyn, 9 Ricky Januarie, 8 Pierre Spies, 7 Francois Louw, 6 Schalk Burger, 5 Victor Matfield, 4 Bakkies Botha, 3 Jannie du Plessis, 2 John Smit (capt), 1 Gurthrö Steenkamp.
La banquette: 16 Chiliboy Ralepelle, 17 BJ Botha, 18 Andries Bekker, 19 Danie Rossouw, 20 Ruan Pienaar, 21 Butch James, 22 Gio Aplon..

05 juillet 2010

ÉTAT DES LIEUX COMMUNS

Un Pilier transcendant entouré de voluptés sous une frondaison épaisse aspirant au frais du jour... au-delà de tout prosaïsme andoxal, sans claquettes ni trompinette la joie...
un Pilier maître es pâtis... saveur des principes évidents (pour lui) que la connaissance induit... qui se plaît par dévotion à ravir ces ycelles enthousiastes aux révolutions du sémillant occiput, directif, précieux, sans fadaise, insuffleur d’ivresse... de don de soi...
un Pilier épatant des nues, si proche en sa présence, si lointain par sa quête et son rang... modeste et simple comme vivant...
un Pilier qui n’oublie jamais les fondamentaux quand l’action impose sa pleine vérité... superbe attentif aux ondulations des modules euphoriques...
un Pilier très entouré de fascinations, d’élans savoureux, de volontés élévatrices du zénithal élément...
Une volonté de puissance maîtrisée, un logos affirmé, une tenue correcte exigée...
un Pilier de savoir comme il respire, qui conserve toute sa tête quand il transpire... n’est qu’un Pilier normal ! Ach !

Tout se prépare, rien ne s’oublie au royaume des enivrants pâtis... le cuissot s’entretient, le souffle se régule, on vous rassure... Pilier tiendra la distance jusqu’au kick off prochain sans feindre la moindre panne, le plus vil ramollo !
J donc moins 5 avant le grand jour d’été, All Blacks VS Springboks en ouverture des suprêmes Tri Nations. Enfin ! On commençait à se lasser ferme de ces petits ébats Européens qui ennuyaient les plus délicats d’entre nous. 9h 30 samedi on Sky... les Mc Caw boys auront cœur de revanche face aux incontestables tenants du titre Sudafs, qui dit en passant n'ont perdu qu'un seul match lors des dernières Tri. Une espèce de finale introductive en somme... on voit mal en effet les Aussies rivaliser avec ces deux mastardes d’équipes, ultra hégémoniques en sublunaire ovalie.
© Le Pilier

02 juillet 2010

PILIER D'ÉTÉ

"Pilier tu dois vacancer ! Faire comme tous au troupeau... te détendre les zarpions... polir ta bronze... mettre voile... aux zécumes des mers raviver ta prose, les lunettes perdues vers l’intégrale ceinture des horizons d’ailleurs ! Arf arf !!!
Ce charme élusif et changeant d’un cortex qui s’évade à rêvasser l’azur fera du bien à tes tuyaux... redonnera vigueur à ta plume, allonge à ta foulée... tonicité à tes crochets. Pour conserver ton prolongé sur la gent rugbyphile, petits blogs de XV amateurs qui broutent l’herbette sur les pâtis de France... rien de mieux que de prendre un peu de recul, d’air aux zembruns d’une mare à dauphins... et vu le sun brise nuque qui semble s’éterniser tu serais parfait en panama à nous faire la conversation en sirotant des jus. Aussi, te proposons voguette avec quatre copines toutes prêtes à badigeonner ton cuir d’huiles plus essentielles encore pour le bien être de tes cuissots que tes vapeurs de philo qui sur activent ton ciboulot !!! Comme les gaziers du terrain 
tu as droit à ta serviette de bain ! "

En substance voilà Paulette et Julie qui se pointent et nous balancent franco la propos. Pour nous détourner du taf sont imparables ces deux... avec quatre gisquettes en sus... de quoi nous ébranler not’ fondement cognitif, not’ volonté d’assagir les passions, notre détermination de rester loin de tout... sommes pas des rayons nous... l'obombrée du sous bois est notre grande joie ! Hips !
Et puis laisser choir le Toshibastringue... la raison bio, nos systémiques travaux ? Pour des goguettes estivales alors que s’annonce la plus rude saison de l’année, le seul tournoi des grandes giflées... Tri Nations mon Gaston, là, à deux fois rien de brin d’horizon ? Pas question... même si les deux s’assument sans pâlir en fait. S’entretenir le poumon par de savantes génuréflexions avec sirènes iodées une semaine avant les belles peignées ne peut nuire en rien au maintien du grand gazier... bien au contraire... on ne mate pas du Blacks vs Boks en ouverture sans prépa à la mesure du défi !!! Alors ?  
Pourquoi pas OUI ?
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.