30 juin 2010

CHICKEN RUN

Entropiquette de Bleus
Ça discutaille, parlote, bonnit, jacte... les staffeuses menacent... babillent des crétineries... comme dab après les ratatinades... ça papille, ça bavasse... mais ski faudrait dire vraiment n’est jamais exprimé... et ça cause encore de cette victoire d’automne contre les Boks... que génial c’était que... que super on sentait la force du groupe que... que chouette c’était du capital confiance (sic)... que magic ultra c'était bien parti... répétant que c’était encourageant de vaincre les  
"Champions du Monde entier"...
qu'on a un Chelem cette ânée... mais que  
Giga Flop on s’est ratatiné ensuite contre les Blacks de façon lamentable... puis les Boks at home... puis les Pumas chez eux... On ne comprend donc jamais ski s’passe les spatules ?  
On fait les chicken run... 
les lapins ? 
Stupides et neuneus ?  
Les deux mon n’veu !

Ya pu ka rebondir !!!!  
Reconstruire les terrains !!! Arf Arf !!!
Hé hé la formule des crânes d'air... des ballons cognitifs... des zultra bovins de troupeau de bêtes... Ach !!! On s'enivre à l'entropiquette en hexagonie... jusqu'au bout... pituite... ultra flou... on peut se tartiner le caisson de lavasseries fumeuses jusqu'à la fin des temps co(s)miques nous... on est capable de tout !!! 
On reviendra fissa sur le rugby entropique de nos cocottes, zallez voir... comme sur l’asinien discours qui le sous-tend !!!! © Le Pilier

27 juin 2010

LA GRANDE FESSÉE

Un puma dans le poulailler
Ben les gaziers on pouvait pas mieux consacrer la dernière bafouille du super Pilier, celle d'hier, que par cette somp-tueuse débâcle de nos cocottes face à des Argentins bien décidés à clore une série d’échecs... 41-13 ma sœur Thérèse. Une ratatinade de premier plan. Une giflée ! Certes la fessée est un art... savoureuse il parait...  pour qui la reçoit... mais à trop répéter la figure, gaffe à vos croupions les gaziers, pourriez y prendre goût !

Pour dire uniment la chose n’avons pas maté la rencontre... savions déjà tout... pardi on arrête pas de vous balancer des vérités, cette clausule de carnavalesque tournée manège était inscrite dans nos tablettes... et si faire le Cassandre a son coût ne sommes pas d’attaque à en supporter tous les désagréments. Jamais. Refusons fermement d’acquitter toute la rançon du savoir. Faire du monde une copie fidèle nous plait pour autant qu'elle insuffle fermeté dans l'agir... et bidonne les cortex de quelques saveurs... peut-être... sans doute... mais pas question de s'épuiser à convaincre.
Vaincre nous va ! Prosélytisme des clous !!! Pas gourou pour un kopeck... pas donc quêteur de zéros comme notre compagnon d’enthousiasme, Nietzsche, l’exprimait jadis.Trop systémicien pour ronger son seul nonos à s’en faire péter les mandibules sans jamais atteindre la moelle, à boucher ses tuyaux avec de vieux procédés moutoniers, cent fois délavés, qui vous font apparaître dans la communauté des mutiples corniauds comme un des leurs pour vous sentir moins seul en agitant vos fanions !
Non le Pilier c’est l’ultra modernité, le souffle O² vaporisé avec mesure, doigté, simple... aéro, hydro, logodynamique... pas perso, pas coco... altruiste dans la donne... ferme au ruck... limpide comme un cuir qui circule dans une attaque Black !!! Ach !

Dire ce qui est pour ne pas taire le reste ! Hips ! On ne fait jamais d’azes des coursiers d’hippodromes. Chacun trottine donc à sa guise, exprimons juste ce qui est là... moins fatiguant que faire pieds de mains en bavassant sa misère, espérer ne pas être vu dans son réel état, entretenant sa baveuse en bois d’ébène pour finir en bellepou !!! Savoir est duratif...et ce qui est nous « va »... car ce qui est là... c'est qui doit être... puisque c’est là... Ach ! Aussi le comment nous commande plus que le rabattu pourquoi ci ? Pourquoi ça ? Très facile le pourquoi, avec ce parfum d'innocence béate qui transpire la débâcle... ne pas y aller trop vite si voulez... un pourquoi c'est toujours bien commode... ça peut discutailler des années sur des pourquoi... ya même des divans pour ça... c'est plus confortable vu le temps qu'on y passe. Hé hé... mais ça ne résout rien jamais rien, passque ça ne considère JAMAIS la réelle intentionnalité... comme les vrais incapacités... (Ps: pour les grands séminaires du Pilier, adressez un mail à notre agent )
Sommes gouverné par le comment nous... s’y prendre, changer la donne... quels effets peuvent modifier leurs propres causes... et si l’inévitable pourquoi s’impose... répondre dans quel but ???? !!! Hé hé !!Plus responsable ça, plus vrai, moins bambin...
Mais gagner ce temps, trouver la bonne parade, s'orienter vers du mieux faut commencer toujours par la vérité nue... crue pour les plus Tao ! Oh oh ! Rien de plus beau que la vérité pour pouvoir tout poser.

Tel que te montres, tu es ! Pour ceux qui savent lire s'entend, ya tout là !...pu qu’à mater pour comprendre, assumer ce qu’on voit, donné, livré, proposé, tartiné, reluisant d’ultra répétition qui nous fait bien dire sans jamais nous planter : "si tu n’y panes rien c’est que tu n’en es pas..."et basta !
Arrêtons de causer de match piège, d'arbitrage douteux, de froid ci, de fatigue là... de, faut mater la vidéo... faut rebondir... faut avoir faim... faut construire... faut changer de lacets... faut surtout bannir le cirage ouais !!!...
Fi donc des incessants baratins, mauvaises raisons font que du foin !
© Le Pilier

26 juin 2010

VIEILLE EUROPE RATATINÉE

Hors les Bifs qui gagnent à l’arrache les Aussies la semaine dernière... d’un petit point... toutes les équipes de la vieille Europe du vieux rugby se ramassent bien francs et perdent toutes les rencontres en hémisud. Normal... dans l’ordre des choses... une évidence... deux planètes bien différentes. Le Bif se fait même plier par le Maori NZ 35-28 cette semaine... à l’heure du thé. Bref pas besoin de grandes analyses pour tirer les conclusions qui s’imposent. Avons dix ans de retard question broutage des pâtis... transmission du module... compréhension du jeu. 
Les Gallois today perdent contre des Blacks qui gèrent pépères 29-12... les Zirlandais rentrent bredouille la nouille... idem, battus par une équipe d’Australie qui aura quand même du mal à rivaliser avec les Blacks et Boks lors des prochaines tri séries.  
"Cooper inspires Wallaby victory"
titre un Blog rugby d’outre-Manche... la chose en effet à retenir... les Aussies tiennent là un bien beau gazier en place d’ouverture. Auteur d’un remarquable essai de grande classe, cadrage-débordement-crochets-pointe de vitesse-vista... de bien belles passes... du pied grand champ... comme le disions... de la graine de grand. A suivre avec intérêt aux prochaines joutes. © Le Pilier

25 juin 2010

RUGBY NÉGUENTROPIQUE

Black système
On va faire hyper light et simplex afin de préciser à ceuss qui rouspètent ce qu’évoquions sans le dire...

Tout dab, le rugby des Blacks, néguentropique... En systémique la néguentropie se définit comme une force de cohésion (pour faire short) Avec les Blacks sommes servis. L’important pour eux c’est le cuir. Objectivé, il maintient chaque entité vers un seul et même but... le transmettre pour le mettre... en en-but. Le cuir devient le but et chacun s’oriente en ce sens. Aussi le gazier qui le porte est en quelque sorte moins important que le cuir lui-même... c’est le mouvement du module qui prime... chaque gonze en connaissant bien son rôle contribue à sa vie. Chaque membre du groupe libéré de sa subjectivité au profit d’un être de collectivité, une sorte de méta sujet si voulez, défend ce principe... le gazier fonctionne dans, pour un système qui le positionne comme membre de l’entité-groupe tout en respectant sa singularité. L’organisation dans la tentative de désorganisation adverse engendre de l’organisation because le but est fondamentalement intégré, toujours là, présent, la raison d’être du mouvement de l’être-groupe et n’est quasi jamais perdu de vue. Black c’est une force de cohésion engendrée par la compréhension du rôle, l’acceptation du rôle... la mesure subjective au profit d’une objectivation dans l’être-groupe... comme si un joueur se sentait le bras, l’autre le mollet, l’autre la cuisse, le suivant biceps... etc... Autrement dit réellement membre et partie de l’être-Black.

En hexagonie sommes au rugby entropique... gabegique, sinon bordélique... pour la rime et le fun... Pas la même conception du jeu. Avec ses avantages et ses nombreux inconvénients.
A suivre rapido.
© Le Pilier

24 juin 2010

LE COURRIER DES LECTEURS

Yaka piger
Quelques contrariés, sortis sans doute de la patte d’un vague Chantecler, se sont plaints de l’avant dernière bafouille du Pilier, prétextant que le signifiant introducteur néguentropie ne correspondait pas à la teneur des divagueries... qu’on se laisse couler... qu’on se foule vraiment pas l’index... ni la carafe... que nos intellectualités abscondes n’amusent que nous... qu’on ferait mieux de revenir à des choses plus tartines, plus pâtis, moins élucubrantes... qu’on se donne des airs pour rien ! Envoyé c’est pesé !!!
Ben mon lapin faut qu’on surveille nos propos !!!! Quel abus en effet, quelle audacieuse psyché s’amuse à balader un entendement somme toute responsable en lui jouant des tours de manivelles pour lui faire perdre pied ? Hé hé ! Pourtant il ne s’agissait là que d’un brin de vacance dans l’insondable prolifération des variables introspectives que le moindre citron se doit d’alimenter en balançant son jus... comme un gazier du pré fait ses tours de terrain pour son maintien poumon ! Comme dirait l’autre il faut cultiver son propre pâtis, conserver la dynamique des variations subsymboliques par projection du discontinu sur le continu, première condition de l’intelligibilité du monde... comme chacun sait... aussi vital que poser son pied dans une mer de songes en faisant son lacet pour éviter la chute ! Ouarf ouarf !
Quelle saine occupation en effet d’engager librement sa parole dans le champ ondulatoire des entités sémantiquement interprétables pour le plaisir de s'y trouver... en se perdant de vue ? Arf ! La sémiotique sous jacente mise à jour par l’effet de la rencontre sujet, objet-monde, révèle l’être à sa propre conception dès lors qu’il en assume la limite, happy d’en favoriser l’essor (de la dite assomption) pour autant qu’il en kiffe et se veut bien à lui.
Fais ce que doit, ce que veux, assume le décalage et prolifère jusqu’à l’étreinte objective valorisant ton effort. Tout ça n’est bla que pour autant l’on se défile, mais si l’on s’engage dans le ruck énonciateur avec la volonté d’y paraître à son avantage, alors chiper le module encatalyseur devient le miroir de sa propre maîtrise au sens où partout règne un symbole à saisir pour peu qu'on aime ce jeu. Autrement dit même dans le ruck le plus bordélique il y a toujours un cuir à convoiter ! Hé hé !

Mais revenons za notre néguentropique mouton d’avant-hier. Afin de montrer que tous ne sont pas rétifs à nos propositions, qu'il y avait bien un lien marqué entre le titre et la première phrase, découvrons ce commentaire, comme exemple parmi d'autres, de la bafouille incriminée par une Ondine des grandes écoles, qui nous livra ceci : Néguentropie au sein de l'équipe de Rugby New Zeland (NZ : le meilleur des Mondes !) Dextérité dans le jeu, efforts des joueurs, persévérance d'une équipe bien construite laisse entrevoir et sous-entendre un "modelage" structuré, réfléchi, étudié de ladite équipe sportive de rugby NZ par un coach et entourage averti que l'hémisphère sud doit "préserver". Equipe avec laquelle il se doit de communiquer, d'encourager ceci afin de permettre le maintien de l'évolution et de l'épanouissement de l'équipe !
Et de rajouter : Facts do not cease to exist because they are ignored ! (Aldous Leonard Huxley )
Voilà pour Ondine et bienvenu dans la team de ceux qui relèvent la tête pour saisir le module et le transmettent à leur tour ! La passe assurée, l’essai est à portée... une formalité de le transformer non ?
© Le Pilier

23 juin 2010

LE LAST DU LEAST

Fin des tournées manège
Australia v Ireland, 12:05
New Zealand v Wales, 9:35
Voilà ce qu’on trouvera samedi qui vient de plus intéressant pour clore la saison Européenne des petits... en attendant le coup d'envoi de la saison rugby des grands... tri nations series qui débutent le 10 juillet bitouine All Blacks et Sudafs. 
Fini le flanby... regoût au pâtis...
pour les saveurs. Ronron pâté de sable, bronze couenne, copaing pastaga, parasol, claque tong, repos pour l’amateur de Brennus, soutien cocottes, neuneu du fanion... jouisseur des petits brins de XV du coing, essoufflé d’avoir balancé tout son peu dans les tuyaux de sa trompinette olé... et qui mérite partant du repos tout bord d’eau avec bobonne, niards et canin ! L’été c’est fait pour ça et c’est parfait comac... ça laisse de grands espaces vivifiants, car ça concentre le vacant, le néant, la banane, la nouille, le Jacques, la godille, le crâne, la fleur de nave dans un même lieu... approprié. A nous les grands prés, les fleurs de l’Empyrée, les bastons éclairées des grands gaziers du sud, quintaugrammes d’hommes étalons qui vous transforment Sèvres en grÔsseu Babylone d'une simple poussée ! Hé hé !
© Le Pilier

22 juin 2010

NÉGUENTROPIE

Divagueries
Question organisation collective le rugby NZ est le fleuron des pâtis. Le match de Samedi dernier contre Galles en fit preuve, si tant est, bien encore, que la forme en relève aux dormeurs la vivance et qu’au refoulement vaincu, l’être s’énonce en son désir d’en valider l’effet. Contempler, apprendre, voir, tenir pour acquis dès lors qu’on s’active, l’évidente matière inspirante, celle qui tonifie l’esprit d’une clarté digne de l’espoir orienté en son point directif, celui de n’être pas dépossédé de sa guise quelles que soient les mouvances probables qui désarçonnent un entendement voué ferme au maintien. Ach ! Le signifiant Black s’injecte en la veine nourricière et le flux s’accommode des ruptures, reconnaissant dès lors, impavide, l’Héraclite fondement, qu’hier s’énonça tel : tout bouge ! Hips ! Liés pour un cuir, condition unifiante que le symbole impose, les tous en un font une belle toile que le mateur réforme à chaque prestation... l’art diffuse un nombre incalculable de rapports, dévoilant sa vertu : tout se tient dans l’agitation, tout s’organise quand on croit ! Paradigme du monde clos, structuration des carafes enfiévrées, ici, tel qu’ailleurs, le prétexte s’empare des palpitations, captive les temps multiples en un lieu d’unique gestation ! Plon ! Si opportunément déclarons comme prélude au triomphe d’un fait, l’apparence avouée d’en servir de tenant, rien, ni l’amer, ni la crise, ni la prétendue vanité du dire aux baveuses des sots n’entameront l’impartiale intention d’attester sa volontaire griffe comme preuve tangible qu’un gazier bien mené trace une voie royale pour peu qu’il s’y découvre ! Ach !  Tenir c’est orienter sa perte en mesurant l’effet. Du format sacré sourd la pleine retenue de se croire éternel en étant qu’une paille qui aspire au final à consacrer sa joie de n’être en sa limite que l’infini prétexte ! Chouette ! On reviendra dessus.
© Le Pilier

20 juin 2010

LA TEIGNE THOMPSON

Les Roses Bifs sauvent l’Europe d’une Fanny en Hémisud.... d’un poil de pied 20-21 contre des Australiens sacrément dominés en première ligne. Cette peste de Thompson (la tof dans son garden avec son bichon Kiki !) a foutu la gabegie dans le mêlée et galvanisé sa troupe d’avants... un sacré gazier, lui qu’on croyait perdu pour le rugby après des problèmes aux cervicales... Merci la médecine... toujours d’attaque le Hooker Bif... du métier pour astiquer et travailler son adversaire au ruck. Une valeur sûre. On adore...
Les Anglais confirment leur domination devant en laminant donc la première ligne adverse... plantent deux essais dont un du demi de mêlée Youngs aux belles cannes auteur d’une trajectoire imparable, comme celle du reste de son ailier Chris Ashton qui grille tout le monde ballade l’arrière Aussie et inscrit son try. Giteau pour sa rentrée aplatit deux fois mais achoppe un brin des arpions... loupe quasiment la gagne dans les dernières minutes en ratant une pénalité face aux perches. Qu’importe les Bifs méritaient cette victoire et retrouvent un peu le sourire après un tournoi décevant. Les Skippy ont du soucis à se faire avec les Tri Séries qui arrivent, devant les Blacks et Boks vont brouter la luzerne si ne changent pas d'optique et ne trouvent pas de gaziers plus solides de rein... mon lapin... sauteur ! Ach !
© Le Pilier

19 juin 2010

ALL BLACKS EN EMPYRÉE


Les Dieux du rugby sont d’évidence en hémisud. Après un Haka bien tempéré, les All Blacks poussés par quelque inspiration divine déroulent un rugby fluide, élégant, collectif, souple et renvoient les poireaux Gallois dans leur jardinet. 42-9. Une percussion Mealamu pour un essai sous les perches... une course Cory Janes de 80 mètres... un show Carter (2 essais),  un retour du superbe Kahui qui plante son try... de vrais bons morceaux de rugby  pour le Pilier qui retrouve foi en la baston bien menée. Yeah ! © Le Pilier

COOPER LA CLASSE

Quasi derniers en-cas before le grand tournoi d’été, les grandes bastons de l’empyrée, les huiles de St Tropez... dans une heure... 9h30 les Blacks reçoivent les Gallois, puis 12h Australie vs Angleterre pour une revanche prometteuse ? Voilà pour le week-end. Wilkinson est toujours sur le banc comme Armitage. Côté Aussies, Cooper conserve son poste à l’ouverture malgré la rentrée de Giteau. Enfin... commence à piger le coach Australien... Giteau est meilleur au centre qu’à l’ouverture... même si Barnes en fait les frais en essuyant la banquette. Avec Cooper les Aussies ont sans doute trouvé un véritable 10... nous plait ce gazier... bon joueur à la main, de belles passes cadrées, petits et grands espaces... bon doseur des agacins, parions sur sa classe... une graine de grand joueur qui a le soucis impératif, au regard du précédent match contre les Bifs, de transmettre le cuir à tous prix... plus collectif que Giteau, bien plus habile dans la direction du jeu au pied... auteur de deux essais Samedi. Le match s’annonce serré vu la domination du pack Anglais la semaine dernière en fin de partie, bien que les Australiens soient sur la pente ascendante... s’améliorent doucement de façon notable. Pas du saute au paf encore de kangourou mais quand même de belles figures de prou... eurent pu plier le match dans les 20 premières minutes tant eurent d’occases. A suivre donc.
© Le Pilier
Australie: O'Connor - Ioane, Horne, Giteau, Mitchell - (o) Cooper, (m) Genia - Pocock, Brown, Elsom (cap) - Sharpe, Mumm - Ma'afu, Faingaa, Daley
Banquette: Edmonds, Slipper, Chisholm, Hodgson, Burgess, Barnes, Ashley-Cooper

Angleterre: Foden - Cueto, Tindall, Hape, Ashton - (o) Flood, (m) Youngs - Moody (cap), Easter, Croft - Palmer, Lawes - Cole, Thompson, Payne
Banquette: Chuter, Wilson, Shaw, Haskell, Care, Wilkinson, Armitage

18 juin 2010

L'APPEL DU 18 JUIN

Qu’on nous balance à la tête des bataillons Français tiens... on va voir le travail... On te fout la troupe au diapason nous, doigts plis du short, gard’aou... parcours du combat... on te leur apprend les règles nous à ces cuissots sans caboche, et celui qui rate sa passe on te le balance à Cayenne... plein sun... fédé 4... boulet au pied... pioche aux paluches à revisiter les fondamentaux !!! Ça rigolerait pas avec nous aux manettes !!! Voulez d’la coupette Mondiale ? On te vous prépare une légion à faire voltiger ces antilopes nous... on te vous assaisonne le kangourou... on te fait pleurer le long nuage blanc à inonder la prairie NZ... à sortir la pagaie nous ...
Non mais... ya pu de Gaule... on est mou de partout... on n’a pas pigé le grand XV... nos entraîneuses nous balancent encore du Yachvili... pitaine en sus... un demi de mêlée professionnel qui jette son cuir aux chevilles de son ouverture comme on l’a vu lors de la précédente fessée contre les Boks. En sus se fait virer après cinq minutes de jeu, c’est dire son niveau sang froid. Dit en passant les Français ont mieux joué sans lui... même à 14. On vous balance toussa dans la bellepou avec élan savate au croupion, comme on traite une pantoufle qui ne mérite même pas son nom de charentaise tant elle refroidit l’atmosphère !!! On te vous vire ce gars fissa, qu’il reste à Biarritz, épate sa maman reluisant de pétrole âne, mais de grâce qu’il n’arpente plus les lignes de notre quinze tricolore !!! Arf ! Vaut mieux encore balancer un Dupuy hors compète qu’un Yachvili trop miquette !!!
Même s’il a de l’arpion... ouste... on prend des d’jeuns... on revigore le peloton avec tactiques nouvelles... dynamique flambant neuve... on retourne plus en arrière... on s’impose au futur... fini le pastaga... le rata... la pignole... on te vous désherbe le pâtis des sans appétit... on prend des mâchoires fermes... canines franches...  

on vire les têtes étanches... on te les gave de corned beef nos soldats... fini les plats trop gras... on revigore le pré, on transforme nos cocottes en chapons non d’un clairon !!!

On te vire la triplette du staff immédiat... on ordonne le Pilier Général en chef étoilé mon gaillard... meneur des troupes... terminé l'artiche démesurée... salaire nécessaire sans excès... respect de l’uniforme azur... cet uniforme qui fait de vous un homme hors du commun, semblable à des millions d’autres, arf ! Cet uniforme, pardon ce maillot qui doit devenir une seconde nature... que disons-nous ? Vous en tenir lieu !!! Hé hé !!! Allez, rassemblement mon gaillard !! Mais on n’osera jamais mettre le Pilier en première ligne... d’où la guigne !!!! © Le Pilier

PS: Merci à Touïs & Frydman pour les emprunts au sergent laterreur... une des perles de notre culture militaire, découverte dans le grand Pilote de Goscinny.

17 juin 2010

INTERLUDISME

Une Ondine nous affirme que pour s’attaquer au lion il faut penser comme le lion... mouais... ça dit son truc...
Pour s’attaquer au lion faut surtout avoir très faim... plus substrat, qui sous-tend... plus fondement, plus support, plus soubassophonique, moins mimique, plus atomique... plus Pilier quoi ! Mais ne rêvons pas. Une cocotte ça picore quelques grains, vite rassasiée hop hop ça passe à la casserole... un classique... notre histoire du quinze quoi ! Pas demain la veille qu’on aura les ratiches d’un félin, la tête d’un Albert... pourquoi Albert ? Passque n’importe quelle turbine de cortex peut s’appeler Albert non ?... si elle y met un peu du sien... Ach !!
© Le Pilier

15 juin 2010

LA VÉRITÉ EN FACE

Vrai c'est plus vrai, plus musclé !
On aurait donc raté l’entame du match... que c’est même cause première de la fessée des Boks au croupion de nos cocottes !!!!! Facile d’accuser l’entame mais dans le fromage  
ya aussi du mou... 
de la croûte...  
d'la coulante...
des trous...  
et des grosses odeurs...
tenaces ! Ach !
Toujours à chercher la vilaine bestiole de cause linéaire qui justifie un effet douloureux en occultant quand même l’inavouable vérité. C’est ainsi, les zuns disent que patati, les zautres que patata... qu’on peut mieux faire... qu’il manque une touche... toujours mieux faire mais qu’en fin de compte on n’y arrive jamais.  
Sommes bourrins voilà tout. Pouvez pendre l’équation sous tous les angles arriverez à la même imparable et définitive conclusion. Nuls pasque ça fait des lurettes de lustres de mathusalem d’années qu’on se prend des ratatinades pas les équipes du sud et que rien ne change. Certes on gagnera toujours un petit match ici... de quoi satisfaire les benêts tricolores là... mais pas plus. Le problème est idiosyncrasico-culturel si voulez ... profond, total... dans nos gènes toussa... sous la peau, neurones en béret, fanion, pompon... on se croit beau... ça nous va... pas photo... en sus, nuls comac on gagne encore plus d’artiche qu’autrefois... alors pourquoi se décarcasser ? Toute solution isolée sera épiphénoménale... car c'est le tout qui foire... mentalité profonde... un puits d'où la vérité ne sortira jamais. Sauf si on écoute enfin le Pilier ce qui est aussi improbable que de gagner successivement les Blacks, les Boks, les Aussies dans une même chopine tournée ! Santé !

Le vrai bilan est sans appel : des entraîneurs nuls... incompétents, mous... des joueurs sans carafe, des soi-disant pros qui ne connaissent pas encore les règles... ne savent pas s’en servir... question cortex c’est niveau vestiaire.  
Mais ya du bras !!!  
Ça oui du bras !!!! Sont forts maintenant, bien musculeux de partout, moins malins qu’avant, mais bien moulés dans le tissu !!! Ça remue de la fonte mais ça n’active visiblement pas les quinze neurones normalement suffisants pour leur faire comprendre le collectif. Non, en sommes encore à la pantoufle quand les autres ont chaussé les tatanes d’Hermès... à la charrue quand les autres ondulent en orbite sur des prés cosmiques toujours en avance de quelques galaxies.

Normal, le rugby est passé pro, et les équipes du grand sud ont largement monté de niveau. Tenez, matez ces Boks. Avant c’était bourrin mon lapin, très violent... Jack White débarque, met de la tête, de l’organisation, de la fluidité dans toussa et hop les voilà au sommet, capables de plier les Blacks... un réel progrès dû pour beaucoup à l’entraîneur qui choisit les meilleurs joueurs pour pratiquer un style enfin gagnant... pas évident d'autant qu'il fallait éradiquer ces mentalités bien bourrineuses, couleurs locales s'il en est (était ?)... mais personne ne semble piger... alors on critique le super 14, on fait les marioles en disant que c’est ennuyeux, mais quand on les rencontre on se fait déplumer le croupion, cocottes pinailleuses que nous sommes. Jamais on ne gagne de cette manière une grande équipe à répétition... jamais.  
Et ça n’arrivera jamais ! Car le problème est systémique et ça... on peut pas piger !!!! On n'a pas les connexions pour comprendre ça !!!! On fait les autruches... les bœufs !!! Oui on fera un beau match un jour... bien bordélique mais suffisamment audacieux pour le raconter dans les chaumières pendant dix, vingt ans, des siècles de radotages. On est comac nous... un petit truc arrive, fissa on l’affiche encadré dans la supra grande histoire du monde des pâtis, panthéon, lampions, plumes, palmes canard, croix légion... On en rajoute jusqu’à  
la borgnitude la plus ganache,  
la stupitude la plus caillou ! Ach !
Alors ça cherche encore des solus bonux... qu’on doit améliorer la touche, régler les pistons, gonfler encore les pneus !!! Commençons par la règle...plus duraille quand l’arbitre siffle les fautes hein ? Pas la trichette Top 14 là... pénalités ici... pénalités là... hé hé... là-bas ça rigole pas... hop hop dans les 22... Toujours en faute les Bleus... comme des bleus... encore et encore les mêmes... incorrigibles... et puis pas que d’la tatane dans le grand Sud comme chez nous  
en pusillanime hexagonie... ya l’occiput qui fonctionne aussi, les passes sont remarquables,  
on joue avec les mains, 
on pense avec la tête... hé hé... les gaziers galopent tout berzingue en attaque... on se lance pour recevoir le cuir... on fait moins de fautes... on connaît les règles... et puis on lit le jeu... Matfield en est un vibrant exemple... pas bourrin pour garder sa tête... chipe souventefois le cuir en touche à l’adversaire... et oui... il suppute le gonze, il réfléchit le gars, il évalue, il active son néocortex... épatant non ????

On reviendra sur la vérité bio mon Julot !  
Vrai c'est plus costaud !!!
Pour tous ! Après nous yaura plus rien à radoter !!!
Tout ce que vous lirez après nous ne sera que   
flanby, zozotages, 
remue-ramage, 
antiquaille, roupignolades, 
pacotille, tarlouzerie, simili...
Seul le Pilier dit vrai...
vous va en rajouter pour le plaisir du plafond, du boccal, du filet mignon ! A suivre donc.
© Le Pilier

12 juin 2010

ENCLUMES ET GROS MARTEAUX

Dans l'abord goutons ce brin de piliérisme proverbial pour vestiaire des poilantes... Hips !
L'enclume est solide, 
mais le marteau se meut !!!
Et puis c'est elle qui prend toujours les coups... ach !
Ok ? Digéré ? Pigé ? On démarre la deux pattes... teuf teuf !!!
L’Europe à papa se fait donc ratatiner par l’hémisud. Corrects, sans outre forcer, ni tricher, les grands gaziers d’en bas, imparables, techniques, fermes, collectifs, pros, donnent une leçon de rugby au trois vacanciers de la vieille Europe. Black plie l’Irish 66-28, Boks s’amusent des Bleus 42-17... seuls les kangourous avec un pack dominé disposent quand même de la vieille Couine et ses mulets, gentiment mais surement 27-17...
Hé hé, sommes loin de la canette d’Europe là, Heineken chopine... hé hé... du petit Chelem des papys...
Top 14 la charrue... là on cause rugby, on joue rugby, on vient pour apprendre et recopiner un peu avec la vérité du pré... Merci qui ?
A suivre
© Le Pilier

ALL BLACKS 66 IRLANDE 28

Les Blacks ratatinent des Irlandais courageux.Moults essais... match plaisant à mater malgré la mise au placard définitive de Heaslip pour coups de tatanes successives...
A suivre

09 juin 2010

TOURNÉE VÉRITÉ

Pour les mordus de viande
Hé hé ya d’l’affiche toute neuve en cette belle saison des tournées... celle de Samedi ma Julie a de quoi nous réconcilier un peu avec le pâtis, même s’il ne sera pas facile de trouver un rade open pour mater les Blacks en dégustant croissants, jus noir roboratif comme un cuir Maori.
New Zealand v Ireland, 9:35
Australia v England, 12:00
South Africa v France, 14:00
Voilà pour le programme. La baston de nos cocottes au pré des antilopes a de quoi exciter les amateurs de viande... quand même... il est toujours bon en effet de se mesurer aux grandes légions, sortir de l’euphorie des petits Chelems du coin, arrêter de se croire plus que l’on est, se jauger aux kilogrammes étalons des terrains majeurs.
Un gazier du staff tricolore, connu de tous, Lièvremont pour ne pas l’éviter, dans une interview récente exprimait son point de vue en accord parfait avec tous ceuss  
qui savent de quoi ça cause 
quand ça dit la vérité. Ach ! 
Bon, savons tous ça, mais la franchise peut être gage de progression, si tant est que la carafe une fois mise à plat du réel organise enfin une stratégie à la mesure de l’ambition rêvée, battre au moins toutes les nations du Sud dans une seule tournée pour commencer. Il est bon de constater les forces adverses dans ce qu’elles possèdent de plus remarquable, il serait plus judicieux encore de prendre des mesures adéquates pour espérer un jour rivaliser vraiment avec elles, de piger les raisons de leur force, de s'en approprier les vertus. N’en sommes pas là, peut-être avant notre mise en plume définitive quand l’âme évanescente sillonnera les cieux pour le grand farniente éternel, aurons-nous le loisir de mater un XV de France hégémonique, non pas pour fanfaronner, mais pour montrer qu’une tête qui pige et se la donne est capable d’améliorer son sort, d’abandonner ces schèmes embastilleurs qui perpétuent le flan, de prouver qu’évolution est un possible et qu’il ne tient qu’à soi au profit d’un mieux vivre par maîtrise et savoir, d’échapper un rien à la pesanteur qu’imprime l’impuissance soumise depuis toujours au signifiant espoir, sans chercher à le vaincre par des effets probants ! Arf !
Ultra utopiste sans doute comme baratin, le Pilier comme tout un a son droit au délire. Hips !
Mais revenons au pré, au dire du Sieur Lièvremont qui exprime bien ce que l’on pense ici... comme ailleurs.
"L'hémisphère Nord propose un jeu plus heurté où il y a la possibilité de ralentir les ballons. Il y a forcément moins de rythme, des séquences moins longues. Ce n'est absolument pas le cas dans le Sud où il y a une remobilisation et un replacement défensif impressionnant. Ce sont des secteurs de jeu où l'on est assez déficient. Sans compter la différence de préparation athlétique. On a dix jours pour s'y mettre." Arf... dix jours... hé hé... ben mon lapin faudra sortir un jour du terrier... et voir plus à long terme... bref !
"Quand on voit l'intensité et l'engagement des Sud'Af en ce moment, on a du boulot. Il y a très peu de temps morts dans l'enchaînement de leurs séquences. Il faut se rendre compte qu'il y a eu une demi-heure de temps de jeu effectif pour la finale de la Coupe d'Europe contre quarante-cinq minutes pour la finale du Super 14. C'est 50% en plus. C'est quand même impressionnant de voir le faible temps de récupération entre des séquences aussi longues. Qui plus est avec une telle mobilité, une telle qualité technique. On est quand même en retard sur beaucoup de paramètres.»
Qu’est-ce qu’on attend foutredieu pour s’y mettre ?
De nouvelles fessées ?
© Le Pilier

05 juin 2010

ERRARE PILIERUM EST

La baston Wales Vs Sudaf se joue au Millenium Stadium mon petibonum, pas sous le sun Africain...
Exclusively live on BBC TWO Wales & online, full commentary on BBC Radio Wales and BBC Radio Cymru & online, score updates on BBC Radio 5 Live and BBC Sport website.
Kick-off: 1530 BST

04 juin 2010

INERTE, TOUT BRÛLE...

Dans l'heure fauve...
Cette bienveillance naturelle qui anime, parmi celles qu’on choie, ce désir de livrer toujours plus d’elle même à notre étonnement, eut nouvelle fois raison d’une clairvoyance s’épatant parfois d’un tel aplomb, d’un cerveau tempéré qui prétend garder cap devant même girondes intégrales mises à nues sous un drap, d’un entendement ferme, prétendument inébranlable aux ondulations pourtant aléatoires du Dunlopillo... Ach ! Insaisissable, suave, ingénieuse, libertineuse comme couleuvre de bel éden, ce genre de mignonne parvient au final à détourner son mâle de la raison maîtresse qu’elle jubile de minimiser, moquer, comme lui ravir cette place intime que le penseur solitaire croit fermement pourtant soumettre à sa volonté, fidèle, dévouée, irremplaçable. Des clous mon Loulou !!!
La tête retournée dès lors s’abandonne, soumise aux lois de la candeur jubilatoire de se croire flotteuse éternelle dans l’azur des panards, oubliant quelques instants que la terre est au dessous des pieds !
Aux pâtis féminins on s’abandonne entier, à celui du terrain on revient plus léger... la victoire consommée attend ses reconquêtes, tout se rejoue une fois le trophée déposé au tabernacle des chevets, pour des messes à venir que l’on espère toutes autant flamboyantes, toutes aussi appréciées.
Ces nymphes, ces nymphes qu'on veut perpétuer...

Bonne occase de retourner au pré, ya chicore en Hémisud entre les Sudafs et les Gallois Samedi à l’occasion de la tournée de Juin, 15h30, on espère sur Bibici. Propédeutique en vue du grand tournoi d’été, les mastards du gros sud vont s’échauffer l’abattis en recevant le rugby d’ici et montrer à l’Europe que son XV ne peut rivaliser avec celui des maîtres ? A suivre donc.
© Le Pilier

01 juin 2010

BULLS AU SOMMET

Blair et ciné
Le scénario annoncé du Pilier s’est donc avéré celui du pré... pas tant qu’on a grand flair, mais un simple blair... ordinaire... pas besoin d’ENA ou Science Popote pour savoir ça... on sent bien la fumée, quel vent la pousse, quelle est sa destiné... comme tout individu pourvu d’utiles capacités... yeah yeah !!!
Premier dans le pneu caoutchouc mondial, infoutu de rapporter le Brennus à l’usine, fallait le p’tit coup de pouce politico-sopo pour faire miroiter les jantes et montrer aux avaleurs de couleuvres qu’on est compétitif, qu’on méritait le trophée, qu’on en avait sous la carlingue !!! Rien à dire à toussa... comme le disions c’est dans l’ordre des choses... mais forcément question rugby, ça n’a plus d’intérêt.  
La foire du trône 14... pas vraiment not’ kif... Certains se demandent pourquoi les Catalans semblaient en dehors, maladroits, coincés, peu joueurs... ben justement assuraient le jeu d’acteur. Bon savez toussa on n'y ajoutera pas. Si n'y croyez pas, dites que c'est délire, fiction, tout ce qui vous va... 
mais surtout ne cliquez 
pas chez nous 
ce Blog n'est pas pour vous !!!
Sommes pas là pour convaincre... seul vaincre nous va...
mon DADA ! Arf arf !

Avons quand même jubilé avec les passes du Super 14... les plus rapides du monde... des phases extra... tout berzingue... droite, gauche, le cuir partout volait sans pose... hé hé... sont affûtés quand même les gaziers... jeu plus clair, peu de fautes, ça galope... une autre dimension en somme... même quand ils aplatissent ont la classe comme le faisait remarquer une gisquette dans notre groupe quand Hougaard ( la tof) s’est jeté entre les perches avec une élégance assurée pour le premier essai des Bulls. C’était beau... même si la rencontre s’est un brin endormie en deuxième période... les Stormers ont fait mine de remonter le courant... moins puissants, moins techniques ces derniers, moins soudés à l’instar de Burger qui persiste et signe dans le bourrin mon lapin... percute solo comme un sourd... joue un rugby d’hier... révolu même chez les Sudafs ce jeu sclérosé qui s’améliorent au fil du temps... plus fluides, plus joueurs, de plus en plus techniques, plus vifs... forcément   
quand on revient au Brennus 
ça sent un peu l’omnibus... le blocus... un rugby de prospectus pour les gugus à petit cosinus... qui pensent que radius et cubitus  
font la même musique...
que Stradivarius !!!!
Arf !!!!
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.