29 juin 2009

BURGER / BOTHA SUR LA TOUCHE


Le vice et la chicore
Oh oh la vilaine brute vicieuse de Shalk Burger... un coup de fourchette dans les calots d’un Lion, face pile à la caméra... pas digne d’un champion du monde ça !!! Une tendre paire de gifles appuyée, une châtaigne dans les mandibules, un coup de gourdin sur le cortex, un éclatement des paupières, une amochée sur le blair, une perforation du plexus lors d’un carton musclé, un essuyage de crampons sur un croupion hors jeu passe encore, ces genres de tendresses participe de la joute, mais l’index dans la rétine après quarante secondes de jeu, non... fallait virer cet enthousiaste... que nous réservait-il ensuite si on le laissait impuni sur le pâtis ?
Donc p’tit jaune sur le bord de touche, une légère sanction, eût quasi mérité le gros rouge. Au tribunal écope de huit semaines d’abstinence, normal... pas la première fois en sus que le gazier sort des règles, comme en causions ici lors de la CDM, Smit et Nonos du Randt en restent même pantois (la tof), c'est dire...
Pouvez mater le vilain geste du gazier contre les Lions
Son compagnon de baston et délicat Bakkies Botha : deux semaines au piquet. Un plaquage pas cool sur Adam Jones. Vont pas recopiner avec leurs vieux démons non plus ces Boks... ont amélioré leur rugby en étant moins bourrin... alors discipline les mastards... allez allez, génuflexions, confesse... repentir en cellule, lecture quotidienne du cantique des cantiques, à apprendre par cœur... chants Grégoriens... prières du matin... puis retour aux castagnes sanglantes avec un plus bel esprit... enthousiasme... altruisme... générosité... sincère amour du prochain. Certes on veut des tueurs sur le pré, comme disait le philosophe entraîneur... mais dans le bon sens du terme... Autrement dit "vous me les tuez dans l'œuf, mais corrects" !!!
© Le Pilier

28 juin 2009

BOULES BILE & BILAN

Cocottes en basse cour
Well, après la tournée manège des Bleues Cocottes, celle quasi cuite des Red Lions, on peut se faire un petit bilan en sirotant un café bien frappé... attendant la dernière des félins samedi... et l’enfin Tri Nations Juillet mi.
Pas photo comme l’annoncions, la vieille Europe conserve son vieux niveau... baratin tout pareil... reprenez l’ancien des zannées d’avant, changez la date et vous possédez un mouvement perpétué.
Une égratignure sur une équipe de l’hémisphère sud ? Tout le monde jubile, à juste enthousiasme du reste, on en prend pour quinze ans de congratulations, de redites, de ressouvenir, de repatatis, de palabres, d’émissions, d’anniversaires, de flanby. Connaissons la formule, depuis qu’avons chaussé nos premiers crampons c’est l’idem. Suffit qu’on ait quelques matchs « historiques » sur les cassettes, un essai de « légende » et le peuple happy se croit tout capable de battre n’importe qui même si ça doit prendre 20 ans.

Comac ici... ça aime "l’exploit"... ça génère le grisbi.... ça nous suffit on dirait... même si le moindre statisticien du coin vous racontera que sur 15 ans une seule victoire c’est justement la «performance» trompeuse qui révèle votre suprême infériorité... le moindre psychanalyste que cet enthousiasme hystérique, exutoire d’une accumulation morbide de frustrations, n’est que la décharge pathético-post-trauma d’un complexe d’infériorité qui veut reprendre un peu de souffle, mais dont l’en soi miné par la sombritude d’une médiocre existence ontique redoute le coup de grisou qui le révèlera dans sa vérité fondamentale... Dès lors votre essence pollueuse, bouffeuse d’O2 salvateur, embastillera votre cortex dans un maelström de représentations qui tourneront toujours à votre désavantage, perpétuant le mensonge dont on ne tire jamais rien... sinon la reproduction prosaïque des mêmes figures qui ruine tout espoir de changement, d’évolution, de better, d’hégémonie... 

Ach, pouic & palabrettes !!!!

Les Français jouent toujours de la même manière... sans l’exploit d’un ou deux joueurs, pas d’essais vraiment construits, de stratégie collective... c’est ennuyeux même si l’on a grand plaisir à mater un Médard sans complexe trouver des trajectoires étonnantes... ça ne suffit plus, on connaît, on sait où ça mène. On peut causer des joueurs, il est vrai que sommes en manque de grands gaziers, pas d’ouverture depuis des lustres, de grand demi de mêlée... même si Dupuy nous semble le mieux placé pour asseoir ce pack, organiser, gérer l’équipe.

Avoir trente joueurs pour les grandes rencontres, c’est aussi et surtout en posséder quinze pour une équipe type.

On n'en prend pas le chemin... Traille n’est pas un véritable arrière... il tatane mais ne crée rien... faut y laisser Médard, définitivement... c’est un joueur qui a besoin d’espace, s’intercale, relance, peut taper de bonnes transversales... Les centres ? Savons pas trop... Fritz n’est plus ce qu’il semblait être... Mermoz a sans doute de belles qualités mais avons besoin d’en voir plus... Jauzion ? Un platane... pas subtil. Bastareaud... besoin d’en voir plus... Les ailes ? Mouais, Heymans peut faire le coup d’éclat, parfois la couffe... il a du métier, ne devrait plus faire certaines erreurs... nous parait soucieux par moment... pourquoi ? Clerc n’est pas au niveau d’hier... Beauxis timide... trop en retrait... n’impose pas sa patte... qui mettre à la place ? Les zavants ? Dusautoir est au niveau des grands, rien à dire ou peu... manque un imparable huit quand même... Ouedraogo, bien mais pas big... en seconde poutre Millo-Chluski nous parait fort... de la bonne graine ? Faut voir... Papet ? Pas ça... Chabal ? Bof... Nallet ? La première ligne s’est bien comportée lors du premier test... en face Tialata n’était pas à la hauteur il est vrai, devraient le virer d'ailleurs ce Black, trop lourd, pas tonique comme les Boks... les tests suivants moins de tenue jusqu’au dernier où ça sentait plus la sortie de boîte de nuit que l’hyper envie d’en découdre... et puis ces tentatives de drops incessantes, ce manque d'audace à taper systématiquement les pénalités même menés largement à la marque... pathétique.

En sus, pas de belles têtes pensantes dans le staff... sont pas au niveau, c’est évident... pour nous rebalancer Yachvili 

faut être sortie de la crête d’un coq,
pas du crâne de Jupiter

Et puis ces joueurs qui bougent tout le temps... Martin en seconde poutre ? Pourquoi pas Ginette au talon... Parra au Pilar... Tartarin sans Tarascon ?
Bref la config du moment ressemble à celles précédentes... triple hélas... pas de vision systémique dans la staffeuse triplette... Jusqu’à l’arbitrage Français dont on a vu les flottements lors du dernier test bitouine Sudafs & Lions... c’est dire que ça achoppe encore un peu partout au XV d'ici. Sans en rajouter sur l’organisation délirante qui use les joueurs mais qui hélas et parait-il, remplit nos stades comme jamais. Alors ? Sommes pas encore entré dans la modernité... sauf pour le grisbi s'entend... et quand c’est lui qui super prime, c’est mal parti. Les douilles à Chabal, les hamburgers Michalak engendrent plus de licences que le vrai jeu... à quand Lièvremont dans la chanson, Tartine au Panthéon ? Ya déjà Tarzan au musée Branlette... manque pu qu' Zorro au Palais de Tokyo... Et pourquoi pas Mickey à la mêlée ?

Début de la décadence ?

Un rappel. Souvenez-vous avant le sacre des Bifs en CDM, beaucoup semblent l’avoir oublié, ils plantaient 40 à 50 pions à toutes les équipes d’Europe durant le tournoi... y’avait pas de flottement... y’avait une équipe type... des grands gaziers... y’avait aussi un entraîneur du tonnerre qui a su les faire jouer comme jamais dans leur histoire... cinq années durant, crescendo jusqu’à la Webb Cup qu’ils ont remporté en pliant les grosses teams sans bavures. N’en sommes pas là. On peut s'faire de la bile... on peut ne pas. © Le Pilier

27 juin 2009

AUSTRALIE 22 / FRANCE 6


Du pré et des navets
Comme l’évoquions précédemment, au zénith du sun, côté cuisine, dînette avec les Bleus... pas un essai, des tatanes, un limaçon Biarrot Yachvili derrière des salades qui font des fautes en veux-tu... en somme, du pas grand-chose, du mini, à siroter son kil pour accompagner des croûtons de ruck. En face, tout près, à deux pas, des Aussies plus sérieux mais pas non plus super grands... un essai de Giteau, mais bien beau... la photo.
Bref des cocottes qu’on connaît, avec chose rare pour nous, redécouverte des commentaires en Français,
wagonnets et loco fumeuse
pour savant cortège de nullasseries
des raz pâtis...
bref l’ennui. Quelques érudits du XV siégeaient, maillots nickels repassés, non loin de nous, gratifiant l’assemblée somnolente de grandes et superbes analyses faisant écho aux pingouins de l’écran plat. Vous livrons quelques merveilles authentiques : « le bilan est positif » « l’arbitre nous a pourri le jeu » « Avons gagné quand même un match historique »... nos défaites étant comme chacun sait anecdotiques. On aurait même pu remporter plus de meilleures choses encore mieux, ya du potentiel, avec quelques si, bien pesés, ciblés, de ces hypothétiques conjonctions aux foisonnantes éventualités qui vous refont l’histoire du monde entre deux pastaga.
Exemple de si irréels, fleuron de notre dialectique des clochers : Si les bleus avaient gagné, ça clouerait le bec au Pilier...
De si potentiels : Si on regardait mieux on verrait beaucoup de bonnes choses... Jusqu’au dernier diamant de Lièvremont : « c’était un match de trop »... d’où le sublime de conséquence qui sourd :
Si n’étions pas venu,

n’aurions pas perdu !!! Ach !!!!!
Sommes tout à fait ok, après la victoire contre les demis Blacks, on aurait dû se calter en France pour cent pour cent de réussite. Rentré donc at home après ce match HISTORIQUE... on remportait une tournée HYPER FÉERIQUE...
Toussa, côté cuisine... à suivre sous peu, côté banquet... bien plus musclé.
© Le Pilier

BON APPÉTIT


Midi, l’heure du pied de cochon de la baguette et du ballon... sur écran plat, des Bleus et des Aussies sur un pâtis d’Australie... mouais, on peut mater ça entre deux tranches de sauciflard... ne pas lésiner sur l’écluse pour enjouer le moment si pas trépident... puis siestez sans les mousmés quelques minutes... écartez les bras... respirez profond... café... rechaussez la tatane avant le big choc du day... re Sudafs contre re Lions... 15 h. On en causera.
© Le Pilier

24 juin 2009

REMANIEMENT : TROP D'OUVERTURE

Ça recommence le n’importe quoi... une 114ème charnière essayée par notre surpuissant Lièvremont... en sus nous rebalance Yachvili du cuir mou, la pâte jamais al dente même quand tu la laisses 30 secondes dans le bouillon. Mais que peut-on apprendre que l’on ne sache déjà ? Fallait laisser Dupuy et mettre Beauxis en effet... mais pas la tricoteuse de Biarritz... on sait ce qu’elle vaut celle-là en EDF... va pas changer du jour au lendemain mon lapin...

Lièvremont c’est au gouvernement qu’on devrait le planquer... l’autre fend la bise a été remercié... dommage... Marc secrétaire, son vrai niveau... le Pilier à la tête des Bleus, Betty à la com, Sophie au Tépidarium, Julie au babaorum... nous on vous monte l’équipe gagnante... mais de grâce arrêtons ces remue manèges, ces modifs sans méninges. Qu’il prenne exemple sur notre Président que diable, malin çuilà, on ne peut le nier... ils peuvent geindre, taper du pied at left, y’en a pas un seul pour rivaliser... Yachvili est trop mou la gauche, trop Goudha des Hollande... on gagne rien avec ça.

Le 9 de l’EDF c’est Dupuy, plus besoin de tergiverser... Alors on le laisse, on lui trouve un dix... que pour lui... on bichonne cette nouvelle charnière et basta. Pour les centres en revanche, rien à dire, Mermoz/Fritz (les tofs pour celles qui savent pas)à suivre avec intérêt. La première fois qu'une paire entière de centres nous plaît.
© Le Pilier

23 juin 2009

LA TEAM SPRINGBOK


Burger : le retour
Ci-joint la team Sudaf pour le second test samedi 27 juin 2009 after Jules, comme on dit au Collège de France. Notons la revenue du cisailleur Burger à la place de Brussow qui n’a pourtant pas démérité lors de la dernière baston. Shalk ne changera pas grand-chose à la suprématie des verts... l’équipe n’a rien à craindre des Lions en peluche. Pour le bizzzzz, les Sudafs devraient perdre... suivrait une finale hyper attendue par toutes les fiottes qui scribouillent sur les papelardons sport... ça mérite son suspens... un scénar ad hoc pour les neuneus qui s'enquillent des paillassons de banalités genre premier Blog rugby des salades Niçoises... bien que ces dernières ne savent peut-être même pas qu’il y a d’la beigne en Sud Afrique. Seuls les galets intéressent nos danseuses de la PAC... les transats, la crème solaire, niaiseries "putain quinze ans" muries au comptoir pastaga des cognitions zéro... quand ya pas de Schtroumpf sur le pâtis, une cloche en acouphène, ya pas de ru'by qui tienne en France patrie !!!! Bref, pour les quelques avisés qui nous côtoient, une compo en châtaigne majeure avec de vrais morceaux de gaziers.
© Le Pilier

Le pâtis : Steyn F (Sharks), JP Pietersen (Sharks), A Jacobs (Sharks), J de Villiers (Stormers), B Habana (Bulls); R Pienaar (Sharks), F du Preez (Bulls); T Mtawarira ( Sharks), B du Plessis (Sharks), J Smit (Sharks), B Botha (Bulls), V Matfield (Bulls), S Burger (Stormers), J Smith (Cheetahs), P Spies (Bulls).
La banquette: C Ralepelle (Bulls), D Carstens (Sharks), A Bekker (Stormers), D Rossouw (Bulls), H Brussow (Cheetahs), J Fourie (Lions), M Steyn (Bulls). Remplacements: C Ralepelle (Bulls), D Carstens (Sharks), A Bekker (Stormers), D Rossouw (Bulls), H Brussow (Cheetahs), J Fourie (Lions), M Steyn (Bulls).

AFRIQUE DU SUD 26 / LIONS 21


Vert c'est beau, c'est gros, c'est pas du pipeau...
D’une autre tenue ce match. Les Boks font trotter des Lions dominés en mêlée... comme ailleurs du reste. Quand les verts appuient les Reds voient rouge et subissent aux zimpacts... le match était plié dès la première mi-temps. Ensuite relâche... les Brito-Irish remontent à 21 mais pas de quoi vraiment inquiéter les gazelles. Fallait pas les ratatiner dès le premier test... pas bon pour la com. Alors on fait comme si une revanche était possible... bien vu... le réalisateur a du flair. Encore deux bastons... Faut remplir les stades, vendre de la bière, du slip Léo, du peuneu, de l’auto, d'la Velpeau... Scénario attendu donc, dans l’ordre des choses... vivement les tri.
© Le Pilier

22 juin 2009

LA PAGE A MANU


L'envoyé spécial du Pilier
Ci-joint, en quasi direct de l’hémisud, les impressions à chaud de notre correspondant tonique et avisé, Manu Godard. Un gazier de chez nous installé chez l'Aussie, passionné de rugby, lecteur impénitent du Pilier (seul vice connu). Peu, sinon rien à ajouter... une analyse ferme du cortex, impec dans l'impact et sans ratures, que nous livrons verbatim.

"Bon, première réaction: mais qu'est ce que c'était que ce match pourri ?! Non mais sérieusement...
Les All Blacks ? Les All-Blagues oui !!!
Les Français ? Se sont contentés de rien faire !!!
Je viens d'assister à la mise à mort du rugby, à un match de cadets/juniors, avec un arbitrage niveau poussin (et c'est allé dans les 2 sens, j'avais l'impression de ne plus rien connaître au rugby...).


Commençons par l'analyse du match en elle-même. Bon, rien à dire donc c'est fini. Certes, les conditions n'aidaient pas, mais vraiment rien à noter, à part un ennui profond.
Passons à l'équipe de France. Ça va aller vite aussi : on a rien vu ! Défense pendant 80 min. Ouahh le rugby !!!! Ah j'oubliais : des drops tapés à tort et surtout à travers !!! Mais quand vont-ils enfin arrêter avec ça ?!?!?!?! On joue au rugby, merde, c'est pas un concours de tirs aux buts !!! Et un exploit d'Heymans aussi... très beau... Redde Caesari quae sunt Caesaris. Quoique sur le ralenti il me semble que le panard enfonce la ligne de touche sur le premier débordement. Vu l'arbitrage dramatique, ça passerait presque inaperçu !

Et dire qu'on nous a bassiné toute la semaine avec Chabal ; j'ai même pas vu qu'il était sur le terrain tiens... ah si après réflexion il a récupéré un ballon.. Eh beh...


L'équipe des All Blacks. Enfin de Nouvelle-Zélande... Ils ne méritent pas vraiment le titre de All Blacks. Ils ont du oublier qu'il y avait un petit quelque chose après le Haka ! Ça alterne, on sait pas trop: un Mealamu exceptionnel, Brad Thorne de même (on en oublierait presque Chris Jack dis donc...), Smith toujours aussi efficace (j'adore vraiment ce joueur), Nonu qui rend une très belle copie, McAlister et Weepu dont les entrées ont été cruciales; et dans le même temps Donald Duck dont on ne sait pas ce qu'il fait là (je ne vois pas comment il peut prétendre à nouveau être sélectionné, j'ai rarement vu un joueur passer à travers une rencontre de la sorte: il a simplement TOUT manqué à part un tir du bord de touche à la 4ème tentative), une 3ème ligne qui fait le boulot sans rien de plus, une mêlée qui malgré 70kg de plus sur la balance n'a pris le dessus qu'à la 60ème minute, Muliaina excellent en 1ère mi-temps et fantomatique dans la seconde, Rokocoko (et pourtant je l'adore) qui n'a fait que foirer des essais tout faits, et l'autre ailier qui n'a simplement servi à rien... Niveau collectif ? Révolue l'époque du jeu en mouvement, je suis plaqué, je reste debout, je passe les bras, je fais la passe au copain qui arrive lancé derrière. Non, ça joue arrêté, sans mouvement, la balle met 30 secondes à sortir, et la construction est plus qu'approximative. Il manque un Carter, c'est sur, un créateur, un type qui prend l'intervalle, qui voit la bonne passe à faire plutôt que de balancer la balle un peu n'importe ou, un type qui court assez vite pour marquer l'essai en 1 contre 1 (eh oui, Carter ne se serait pas fait semer par je-ne-sais-plus-qui). McCaw, So'ialo, Collins, quelle belle 3ème ligne! Malheureusement, les 2 premiers sont blessés et le 3ème cire les bancs à Toulon (Collins ou comment passer de star internationale à joueur de ProD2). Bref, parlons peu parlons bien: si les NZ n'évoluent pas, c'est la dernière place du Tri-Nations assurée !!!!
Quand on pense qu'ils n'ont même pas réussi à conserver le trophée Dave Gallagher à domicile, face aux Français... et quand on pense qu'il y a 6 mois de cela ils mettaient une trempée à toutes les îles britanniques... Je suis curieux de voir comment les médias vont allumer ça tiens: ça va chauffer dans la presse, c'est certain !!!

Enfin bon, on refait le plein de bière, et on continue sur le désiré Afs-Lions (on oublie le Australie-Italie qui vaut même pas le détour) en espérant que ce soit de bien meilleure facture !

A plus tard !!!"
© Manu

20 juin 2009

ALL BLACKS 14 FRANCE 10


Pâtis dantesque
La France perd sous une pluie battante, un vent tournoyant et des chandelles en veux-tu. Les Blacks eurent pu marquer d’avantage... p’têt l’essai refusé y était... p’têt pas... qu’importe on remporte pas deux victoires d’affilées comac en NZ. Avec Dupuy les Bleus ont plus d’assise, c’est un fait... Mermoz nous semble plutôt classe... de bon augure... Pas grand-chose à rajouter... sinon en vrac l’exploit d’Heymans... la défense de Médard qui empêche l’essai ? La présence de Dusautoir... on adore... la puissance de Thorn... l’habileté de Muliana... la ruse de Mealamu... les bons coups de Weepu... la précipitation de Rokocoko... On attend les tri... mais avant la big baston de la journée en Sud Afrique où les conditions seront plus clémentes et propices au jeu.
© Le Pilier

19 juin 2009

SPRINGBOKS VS LIONS


Du gros... pas d'la fable
Faut être un moucheron pour agacer un lion sans crainte, un Springbok pour le battre à la course, un Sudaf pour en découdre face à face. Sonner la charge, se mettre au large, puis prendre son temps, fondre sur le cou du félin, le rendre presque fou... que le quadrupède écume, l’œil étincelle... qu’il se dépense... qu’il s’enrage... le faire rugir, geindre, transpirer... le saper, l’acculer dans son aire... crinière flapie, griffe émoussée... puis battre ses flancs une dernière fois, violemment dans les dernières dix minutes... et ne rugir qu’à la fin de la rencontre. Une recette comme une autre pour assommer le roi des bêtes et le renvoyer en savane britannique, batteuse entre les cannes, perruque ébouriffée, morne tournée...
Bien beau toussa, mais n’en sommes pas là. Présager est la vertu des oracles. Le Pilier tient le temple mais garde mesure, n’anticipe jamais l’issue d’une rencontre avant que la descente de lit en peau de fauve ne trône sur le parquet de la chambre veloutée de ses trois mousmés... bref avant d’avoir tué la bestiole.
Demain donc premier des trois tests des Lions contre les Sudafricains au sommet de leur art. Pour sûr le match du week-end. On aime ce genre de tournée. Pas de ça chez les Bleus. Hélas. Des matchs pour se faire, coordonner, se bien connaître contre les provinces, puis jouter la grosse team du bled quand l’équipe est plus soudée, mure, prête à la franche peignée. Les Lions ont fait carton plein après cinq rencontres. Normal. Trois tests en sus c’est parfait... on peut espérer un genre de finale pour peu que les rouges l’emportent une fois.
Avouons notre enthousiasme à mater ce test... les Lions ont un pack solide à la mesure de leurs adversaires... ça achoppe juste à l’ouverture... pas bon le gazier Jones... ni son remplaçant O’Gara... pour gagner le Bok at home faut pas d’la demie teinte en 10... Hors ce manque, le reste est tout à fait respectable. Gage d’une belle rencontre ?
L’équipe des Boks est superbe, matez ci-joint les gaziers. Pienaar à l’ouverture ça nous va. Il a de la tête, de la vista... on préfère Steyn à De Villiers au centre, mais c’est vraiment pour dire quelque chose... le reste ? No comment.
© Le Pilier
Le pâtis
15 Frans Steyn, 14 JP Pietersen, 13 Adi Jacobs, 12 Jean de Villiers, 11 Bryan Habana, 10 Ruan Pienaar, 9 Fourie du Preez, 8 Pierre Spies, 7 Juan Smith, 6 Heinrich Brussow, 5 Victor Matfield, 4 Bakkies Botha, 3 John Smit (c), 2 Bismarck du Plessis, 1 Beast Mtawarira.
La banquette 16 Gurthro Steenkamp, 17 Deon Carstens, 18 Andries Bekker, 19 Danie Rossouw, 20 Ricky Januarie, 21 Jaque Fourie, 22 Morne Steyn.

18 juin 2009

LIONS EN ALTITUDE


Alors O'Connell on respire sa poudre de perlimpinpin en pédalant du mollet ? Shoote 0² ? Maxi fresh blair ? On bichonne son palpitant lors d’un entraînement en altitude ? Va falloir du poumon en effet samedi 15h contre les Boks. Du gros pâtis là, avec ci-joint les gaziers rouges qui marcheront dessus.
© Le Pilier
Titulaires
1. Gethin Jenkins (Cardiff Blues/Wales)
2. Lee Mears (Bath/England)
3. Phil Vickery (London Wasps/England)
4. Alun-Wyn Jones (Ospreys/Wales)
5. Paul O'Connell (Munster/Ireland) Captain
6. Tom Croft (Leicester Tigers/England)
7. David Wallace (Munster/Ireland)
8. Jamie Heaslip (Leinster/Ireland)
9. Mike Phillips (Ospreys/Wales)
10. Stephen Jones (Scarlets/Wales)

11. Ugo Monye (Harlequins/England)
12. Jamie Roberts (Cardiff Blues/Wales)
13. Brian O'Driscoll (Leinster/Ireland)
14. Tommy Bowe (Ospreys/Ireland)
15. Lee Byrne (Ospreys/Wales)
Banquette
16. Matthew Rees (Scarlets/Wales)
17. Adam Jones (Ospreys/Wales)
18. Donncha O'Callaghan (Munster/Ireland)
19. Martyn Williams (Cardiff Blues/Wales)
20. Harry Ellis (Leicester Tigers/England)
21. Ronan O'Gara (Munster/Ireland)
22. Rob Kearney (Leinster/Ireland)

14 juin 2009

LES ROIS DU FLAN


Hé hé, ça laudationne tout va, monte la sauce, blancs neige, festin du bide... on veut pas « bouder son plaisir », comme certaine petite engeance se plait à répéter ces phrases toutes faites en sirotant l'anisette. Alors on se gonfle, s’étale et se travaille pour égaler les grosses bestioles en grosseur... une victoire tous les cinq lustres et Versailles s’illumine, on se croit bonne voie, plein réveil, quasi toit du monde, glaces galeries qu’on est beau, roi 14, perruque et fard, soleil des plages à tongs... des baudruches !!!! Ainsi des Froggies, idem les Argentins qui gagnent 24-22 une équipe d’Angleterre sans ses gros... because aux Lions.
Bon, les minus s’illusionnent c’est connu. Quand on dit minus entendons bien, celui qui s’y croit, se la joue, qui dans son exaltation délirante, effet d’une frustration accumulée, affiche sans mesure sa pathétique soumission en hurlant youpi, déborde d’enthousiasme pour la moindre étincelle, se regroupe dans une croyance fraternelle, creuset des pires possibles. La com-politico-biz du reste s’en amuse, dirige, oriente cette grégarité en filant de temps en temps son nonos pour que la bébête s’enjoue de se croire enfin récompensée, pour quoi en fait ? Sa phénoménale patience de rester à la niche qu’elle se bâtit, façonne, entretient elle-même. Ainsi l’histoire du monde, depuis la nuit des temps.
Sommes pas ici pour éveiller les consciences. C’est du taf solo ce genre de travail. Pas démiurge une semelle pour ces bobeaufs gavés d’illusions, d’Equipe, de Midol, Johnny, pastaga d’écran plat... sommes juste pour dire à qui veut l’entendre... ne cherchons pas des zéros suiveurs. Ya trop pléthore de sans cortex, trop de zèle à s’y coller, comme moudre de la farine... compter les grains du désert...
chevaucher un mulet pour le prix d’Amérique.
Ce genre « d’exploit » qui n’en est pas, nous intéresse autant que la crevaison d’un boyau durant le tour de France. Gagner sans faiblir les trois nations du Sud durant minimum une saison entière, là on parlera d’exploit... plus avant. Une simple victoire donc, voilà tout. Raz le croupion de la répétition des stylèmes à gamelles prises pour des festins, de cette posture de cloche qui tinte ses notes fêlées depuis des siècles dans le ciel de France... sommes au XXI ème nom d’un cabot, basta l'idem libitum... passons à autre chose... fuitons l'itération... soyons neuf, plus ferme, moins sots. Depuis Napo on s’est fait ratatiné sur tous les fronts, et ça joue encore les coqs dès qu'on picore un grain plus gros que les autres !!!!
Ces équipes du Sud sont d’une toute autre trempe, confrontées en permanence à l’élite du XV, elles portent en elles l’humilité des puissants qui savent que l’art est long... que pour être le roi des pâtis, faut puiser à la source, cultiver son terrain avec mesure, soucis, fermeté, abnégation, opiniâtreté, permanence, zèle, gros taf et savoir... et ne jamais se mentir.
Au travail les gaziers, la première marche qui mène aux grands exploits, au sommet des pyramides de l'ovalie, n'est qu'au raz du sol.
© Le Pilier

13 juin 2009

ALL BLACKS 22 / FRANCE 27


Pas saute au paf pour un seul match gagné, le Pilier... Délire hystéro du carafon, pas not' kif... on connaît la zique... attendons la suite... le pérenne, duratif, grand XV... mesure en toute chose... temps long... une belle vapeur fait pas l'inoxydable loco.

Test niveau moyen- Blacks pas vraiment méchants- Les périodiques Zélandais très critiques avant la baston prétendaient que cette nouvelle équipe était la plus inexpérimentée, brinquebalante, mal fournie, de l’histoire des All Blacks. Bref pas du grand cru. Vont se lâcher tout à l’heure les papelards... auront de quoi.
Dans l’ensemble trop de tatanes stupides- des fautes- une seule vraie belle attaque côté Blacks- pas lancés les gus- bien pris aussi par des Bleus impecs dans ce secteur- Wulf un peu timide- Toeava maladroit- Donald pas poseur du jeu- Cowan pas génial- manquent de grand demi de mêlée ces Blacks depuis l’arrêt de Marshall- Rokocoko moins en cannes- Weepu peut faire du bien... et du pire- Pas stable- virez-le... Tialata ? Pilar épais mais mauvais- ne tient pas le match- s’effondre- pas de jus- trop lent- en parlions déjà ici- on se demande pourquoi Henry le sélectionne- pas de la race d’un Black- donc pas d’assise en mêlée- Thompson le flanker fait trop de fautes- systématique chez lui- un bourrin- pas bien mon lapin- et ce, dès l’entame- stupide- Bref des Blacks flottants- sans inspi- sans rien- pas l’air dedans- trop cools ? Nonu solide- mais un peu seul au centre- un Kahui pour la semaine prochaine pliz, un Smith rapido...

En face des Bleus vaillants- pas faux- récupèrent des cuirs- progressent aux rucks- poussent en mêlée- profitent aussi de gros en-avants pas sifflés... Des Néoz en colère à côté de nous demandent qui est ce referee ? On s’en balance et savons pas... Pack de Bleus donc soudé- plus d’assise avec Dupuy- sans contredit- il rassure le gazier, comme à Leicester- nous plait- stabilise- a de la tête- sans grands exploits, mais prend ses marques - habile aussi du pied- essai de Trinh Duc lancé- pas vu ça depuis des lustres- défense Black pour le coup, hyper flop- à force de se mettre à trois sur un gazier pour le phagocyter on se gène, oublie le placage aux cannes des familles, solo au buffet, sinon cuissots chevilles- bilan tous se ramassent- ridicule- manquait Mc Caw... So’Oiolo... Trinh nous ennuie avec ses drops- Duc n’est pas encore l’ouverture indispensable- Dusautoir impec- comme dab- Médard super malin- génial- Clerc pas big mais avons apprécié son échange en première période avec Médard- bien fait- la connivence- Une première ligne qui tient le choc- un Chabal qui rentre en seconde poutre, reste au pack- pas de faux exploit solo isolé- ok pour du mieux...
Les Blacks perdent- p'tit match- bien pour eux- gagnent trop souvent- attendons le second test... et les tri. Tout cas, loin du niveau des Boks (sur ce match)... une autre histoire les gazelles en ce moment... La vraie suite ? Boks vs Lions 3 PM pour le big test du week-end prochain... Blacks Bleus 9,45 AM pour les plus matin.
© Le Pilier

12 juin 2009

LE PILIER ON THE ROAD


Dernières nouvelles
Des All Blacks sans Mc Caw, Carter, Williams, So’oialo, Sivivatu... excite pour le moins la curiosité. Notons qu’Alister est banquette... le retour de Rokocoko... la pleine forme de Betty après notre chevauchée easy rider on 69 ROAD... celle qui mène tout droit aux cimes du Carisbrook stadium de Dunedin où se jouera le premier test match. Dernière nuit mémorable, à croire que l’air Zélandais possède des vertus roboratives... on respire ici plein poumon. Le Pilier au zénith de son art, d’une plume charnelle toute poétique, façonne des alexandrins sous l’abat jour insondable que l’impudeur exhale... Ouarf !!! Température 12 degrés aux nues, braise au valseur.
Du sol insulaire sourd une énergie nouvelle, sommes d’attaque pour la joute. Plein de zèle au terrain, New Zélande fait du bien. Betty veut son footing quotidien, Ipod sur les sensibles, elle rêve de son mâle favori en fredonnant des airs... gratte les cimes... pleine d'apesanteur, de valses perpétuelles au pays du bonheur. Le Pilier refait le plein, astique son Harley, la route est encore longue...
A demain.
© Le Pilier

L’Equipe toute new des Blacks :

Mils Muliaina (cap) - Rudi Wulf, Ma'a Nonu, Isaia Toeava, Josevata Rokocoko - Stephen Donald, Jimmy Cowan - Adam Thomson, Liam Messam, Kieran Read - Brad Thorn, Isaac Ross - Neemia Tialata, Andrew Hore, Tony Woodcock

Banquette: Keven Mealamu, John Afoa, Bryn Evans, Tanerau Latimer, Piri Weepu, Luke McAlister, Cory Jane

10 juin 2009

TOURNÉE MANÈGE 2009


Du Black en attendant les Boks
Saturday night special phagocytant le limbique, Harley qui avale son bitume sous un soleil frappant, Betty on the back, rotoplots lourds écrasés sur les ailes d’un vieux cuir Angel au dos du mâle, le Pilier trace sa route vers l’hémisphère sud, oubliant ses contrées de cloches où l’ovale incertain, rebondissant sur de petits terrains amuse encore les bobeaufs du XV, franchouilleurs enthousiastes de rien, incapables d’éveil, insaveurs*, pantoufleurs de divans, de bobonnes à mollir le vital, de plats écrans...
Au loin, droit devant, loin, très loin, l’horizon desserre la ceinture, un cumulo long et blanc grimpe en l’azur zélandais, dessinant l’épure d’aguichantes figures... des chants musclés invitent l’étranger pour des bastons à venir, véritables, honnêtes, comme on se doit de pratiquer le plus noble des jeux que les Dieux des châtaignes ont proposé aux hommes. On s’ennuie ferme en l’empyrée il est vrai, d’être immortel comme de mater cette pauvre humanité se perdre dans les dédales d’une crasse inconséquence où l’éthique n’est qu’un mot, si rare une posture, le flan un plat prisé, l’ineptie, le mensonge l’épaisse couverture qui obombre savoir et constellations même, guides éternels des hommes de grande foi.

La bécane surchauffée par cette fuite évidente, reposera ses chevaux sur un pâtis à la mesure de son appétit, plus vert, plus nourricier. Betty et son Pilier seront des festivités entourés d’autochtones aux tatous plein l’épaule, tris, biceps, nuque ou dos. Une tournée manège 2009 pour des XV de vieille Europe un peu graba... entrainement light pour les gros, avant le grand tournoi planétaire de l'été.
Y’aura donc des Lions à la poursuite des Boks la semaine prochaine pour le premier test match attendu comme un sun après l’hiver hibernant du rugby sopo Européen. En apéro, un grignotage plaisant... Samedi 13 Juin, 9h45, les All Blacks didactiques recevront notre bleusaille Française pour une vraie leçon de choses à savoir, afin de pratiquer un rugby de meilleure tenue, sinon remise au juste niveau quand on se croit plus beau que l’on est.
Notre regard attentif suivra particulièrement la prestation du neuf Dupuy, sélectionné (enfin) pour l’occase. On va voir ce qu’il vaut notre gazier face aux meilleurs joueurs du Monde. Un bon test. Apprenons qu’il quitte Leicester finalement, Cockerill le lâchant à contre cœur. Mauvais choix à notre goût. Comme le disions en nos colonnes, devrait rester en Angleterre pour parfaire son jeu qui même si prometteur n’a pas encore le niveau d’un Du Preez, maître étalon du poste.
Donc ok pour un café matin croissant à mater nos cocottes, uniquement because ya du Blacks en face, qu’on n’a du reste plus osé jouer depuis le vol de la coupe du monde 2007... en attendant Lions vs Sudafs le 20 Juin, 3 PM, sans contredit une plus belle affiche.
*Insaveurs : Qui pigent nothing... fadasses... neuneus... Vide cortex...
© Le Pilier

01 juin 2009

SUPERS BULLS 61- CHIEFS 17


Ultra rugby & mini XV
Northern Bulls plient Waikato Chiefs 61-17. Outre que l’engagement était d’une densité extrême, les Bulls ont enserré si bien les pattes des Chiefs que les pauvres Zélandais ne purent s’ébattre on the green... juste brouter la luzerne... festin cantine... et deux essais. Les gros balaises de Bulls imposèrent un rythme fracassant, un florilège d’essais à ne plus les compter. Deux pour Habana, deux pour Du Preez... un pour Kankowski après un course de 70 mètres... un pour super malin Matfield... etc etc. Pourtant courageux ces Chiefs... n’ont pas baissé les bras jusqu’à la trompette des vestiaires. La seconde douche fut sans doute aucun bienvenue.

Non, pouvaient pas lutter contre les Sudafs. Ultra balaises les gaziers... pas une limace de Pelous dans leurs rangs à tracer sa goutte transpirante sur le pâtis jusqu'à plus d'âge, impensable ce genre de lourdeur chez eux... pas une seule patate molle de Michalak pour déjouer et jeter son cuir n’importe où, pas une enclume Skrela aux passes douteuses, pas un platane ciment de Jauzion, pas un béton cortex... très peu de fautes... ça joue tout berzingue, les attaques sont magnifiques, les rucks sont rock, les stratégies pas en toc, les gestes techniques sont précis, partant très peu de fautes. Fallait mater pour piger.

Une anecdote signifiante dans la brasserie où jubilions parmi des Sudafs, pas un Français durant le match bien sûr. Tous mataient un rugby villageois de cloches fêlées, Catalans vs roses croupions parisiens... avec des colliers de perles-fautes à parer une Castafiore en partance pour l’opéra (en effet entendions les commentaires affligeants et affligés des commentateurs...) Ça dit tout. S’en balancent du XV à proprement parler ici. Bon, y’en a qui kiffent sur Dalida ou Johnny... zik à couacs... culture à charrues... sous zéro... niveau rien... under tout... plus bas que l'orteil... plus raide qu'une bielle... tartine... crôute... moississure... pour le rugby c'est idem... à chacun sa catégorie.
la démocratie dit-on.
Sommes ok ! Mais faut pas causer rugby avec eux... veulent jamais rien apprendre, comprendre, juste se plaisent à gigoter leur petits fanions supporters... copains lapins... jubilent des ovalies-la-plage, pour un rien, camping la tong, châteaux pâtés, mini golfeurs du rugby... parasols... strings léopard... crème anti sun à pas saisir un cuir.
Sont ainsi, tant pis ! Sommes pas sortis des platitudes tricolores... pas demain l’éveil. Le Pilier définitif n’usera plus sa rétine à regarder le p’tit top 14 ... on y laisse toujours quelque chose à barboter dans la mare des fangeuses nullités... même du bout d’un pied... on encourage ce XV à perdurer... pas notre profil ce genre d’attitude.

PS
: Lisez Rugby Hémisphère Sud si voulez du plus pâtis, avec qui a fait quoi, dans le détail.
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.