29 octobre 2008

FELICITATIONS...


... et retour aux bastons !
Après ce gros travail de pédago, le Pilier savoure un brin son repos. Certes avons reçu moult félicitations pour notre sagacité des quatre coins de l’hexagone… on causerait même de nous dans les couloirs de l’Elysée… une légion d’honneur serait envisagée pour cet effort au demeurant altruiste… sensé redonner vigueur à la nation… moui moui… pourquoi pas ! Une récompense certes justifiée, mais qui n’a que peu d’impact sur nos mollets… ce n’est là que simple devoir citoyen… participer à la bonne marche du rugby d’ici en donnant le meilleur de soi-même n’est qu’un acte naturel de vertu Nationale. Mais plus que tout excès laudatif, en espérons maintenant les effets sur le terrain. La pratique exhaustive de la Gymnastique Rationnelle propulsera à n’en pas douter nos Bleus vers les cimes du grand XV. Si elle est appliquée à la lettre, la saison des tests s’annonce féconde en victoires, nos troupes maintenant sereines avec cette toute nouvelle ligne de conduite, exercices imparables, devraient dominer les pâtis. A l’heure de la modernisation de notre Grande Armée, remercions une nouvelle fois le Lieutenant Gelly pour sa contribution post mortem, comme le Pilier qui a profondément cherché, trouvé, beaucoup réfléchi et transmis ce monument d’éducation oublié, on se demande bien pourquoi.

Mais revenons au terrain. Dès Samedi retrouverons enfin les internationales bastons. Le match à ne pas manquer All-Blacks vs Australie, 9h 30 AM sur Sky en direct de Hong-Kong. Un peu gala comme rencontre, inscrite dans le cadre de la Bledisloe Cup, sans enjeu majeur puisque les Blacks sont déjà assurés de conserver le trophée, elle fait cependant figure d’intro à la saison d’automne des tests à venir en notre vieille Europe. A noter, Carter jouera au centre comme lors de ses premiers matchs chez les Blacks, quand il était tout frais jeunet… Graham Henry désirant tester Stephen Mc Donald en position d’ouverture et posséder ainsi plus de pieds en trois quarts… Autre nouveau dans la team, le frère de Rico, Hosea Gear en position d’ailier.
New Zealand : Mils Muliaina, Hosea Gear, Conrad Smith, Dan Carter, Sitiveni Sivivatu; Stephen Donald, Jimmy Cowan; Tony Woodcock, Andrew Hore, Neemia Tialata, Brad Thorn, Ali Williams, Jerome Kaino, Richie McCaw (capt), Rodney So'oialo.
Replacements: Keven Mealamu, Greg Somerville, Anthony Boric, Adam Thomson, Piri Weepu, Ma'a Nonu, Isaia Toeava.
Australia: Adam Ashley-Cooper, Peter Hynes, Ryan Cross, Stirling Mortlock (captain), Drew Mitchell; Matt Giteau, Luke Burgess; Richard Brown, George Smith, Dean Mumm, Nathan Sharpe, Mark Chisholm, Al Baxter, Stephen Moore, Benn Robinson.
Replacements: Adam Freier, Matt Dunning, Phil Waugh, David Pocock, Sam Cordingley, Berrick Barnes, Lachie Turner.
© Le Pilier

27 octobre 2008

LA CRISE : RAISON & SOLUTION...



Pour redonner vigueur à nos pâtis. 
Nous y sommes…
Nous z’y voici !!!

Chose promise… chose soumise à l’impératif engagement qu’elle sous-tend… si tant est, il va de soi, que l’on ait quelque conscience, code d’honneur et tralala, soucis de sortir les Français du maelström médiatico palinodique se plaisant de ces remous anarchiques à ballotter nos cortex dans ces mouvances douteuses, qui inquiètent, frilorisent, soumettent les plus rétifs au baston… amusent, interpellent, excitent les insouciants sinon les plus aptes au rebond, à la gifle, à l’aventure humaine sans crainte du lendemain.

NICE RUGBY nous encourageait à l’action. Incapables, nos deux Niçoises des croisettes cherchaient une solution pour sortir du marasme et booster nos cocottes.

le Pilier se devait d’affirmer sa position… en première ligne, de venir en aide à ce duo la bronzette dans sa quête de mieux, par altruisme pûr !

Peu familiarisés que vous êtes sans doute avec la chose quantique, comme le cousin Wilkinson… digérez p'têt à peine les exigences de la relativité (continuité, déterminisme et localité) pour ne pas vous imposer une lecture du problème, comme sa résolution, au travers de la théorie des quanta, ses perceptions non continues, non causales, non localisées... Resterons donc dans le champ restreint du modèle binaire cause-effet de base, que tout le monde manipule, connaît, en abusant parfois de sa logique pour justifier n’importe quoi. Bref, avançons tout simplement en terrain classique, et tranquillisons par le fait ces âmes trop sensibles, ces passionnés affligés, qui pensent que tout est fichu ! De dévoiler la raison fondamentale de notre spongieux mou, avons promis… Voici !!!!
Le Pilier vous a dégoté LE manuel… des castors seniors… un livre qui dit tout, dévoile tout, propose la raison du mal et LA SOLU cadeau qui va avec… pour en sortir, dynamiser les abattis, rendre à nos pâtis la saveur attendue. Son titre impérial :


LA GYMNASTIQUE RATIONNELLE
mon colonel !
Un manuel popu impératif, que chaque foyer devrait posséder… un roboratif inespéré dans cet espace temps aux kilomètres de vie morose… une bible sésame seule capable de nous sortir du marasme ambiant, qui nous permettra de faire face à l’ampleur de cette crise sans précédent… un coup de canon dynamisant, à renvoyer les déclarations de l’abbé Rézina dans les 22 mètres de l’histoire ancienne… aux calendes lacustres de nos erreurs d’autrefois.
Si donc ça va pas, si le rugby d’icy vous ennuie, si votre pantoufle s’assoupit… la raison la voici !!!
« La race dépérit » dixit le Lieutenant Gelly…
« La forte race Gauloise a dégénéré » Dixit le même gradé. Hé hé !!! On n’y avait pas pensé !
Un must d’efficacité, de clairvoyance mesurée… un ouvrage prémonitoire, visionnaire, subtil, édité en 1909… avant les grandes victoires qu’on connaît. « L’éducation physique de la race est une question de vie ou de mort pour un pays » Pas moins et Super sic ! Voilà ce que l’on trouve en incipit.
Du ferme et définitif à palifier les plus historiens frondeurs, les plus anthropologues penseurs, les plus sociologues chercheurs, les plus psychologues spéculateurs… mais de quoi sans doute aucun, filer du grain à notre gouvernement en quête de solutions définitives !!!
La gymnastique rationnelle nous sauvera de tout…
Sus aux tabous !!!!! Ya pu ka se remuer le croupion et s’exercer quotidiennement en pratiquant les figures ci-jointes, dont on appréciera la souplesse du trait pour un rapport fond-forme d'une cohérence relevée... le subtil graphisme, clair, efficace, scientifique... avec position du regard, de la colonne, des pinceaux…
« Nous ne sommes plus un peuple vigoureux ; une fatigue nous abat, une faible maladie nous emporte ; l’usage immodéré du pastaga et d’autres calamités aidant... nos enfants quand ils viennent, sont des malheureux encore moins solides que nous-mêmes. La race dépérit.» Verbatim ! Notez "une faible maladie"... le ramollo du cuissot évidemment.
Encore un petit extrait…
« L’heure est venue de nous ressaisir. Chacun doit désormais participer à l’œuvre d’éducation Nationale. Un peuple, il y a cent ans, rongé par l’alcoolisme, débile et taré, miné par la tuberculose, ne s’est-il pas régénéré merveilleusement en pratiquant courageusement et consciencieusement la culture corporelle ? A l’exemple des Suédois, beaux, grands, musculeux, intelligents et actifs, qui, en appliquant méthodiquement les principes d’une GYMNASTIQUE RATIONNELLE, ont obtenu de si surprenants résultats, le PEUPLE FRANÇAIS doit ranimer les principes vitaux qui meurent en lui », méga sic et authentic !!!!!
des Nordiques beaux, forts musculeux... ont visiblement tout pour plaire. On devrait se teindre en blond les gaziers... l'a oublié ça Gelly... ça nous rappelle kèkchose ce genre de subtilité... pas vous ?
Du sus…

« Ce goût de la culture corporelle, ces notions élémentaires de la gymnastique, ce serait un véritable bienfait que de les répandre dans le pays : quand la France s’occupera de gymnastique rationnelle… il se passera quelque chose de grand dans le monde. »


C’est dit. Là, sommes surdominé ! Le Pilier avec ses p’tites solus (Perpétual-Motion-Food... prise d'entraîneurs étrangers... refondation structurelle... approche systémique...) pouvait pas lutter… fallait y penser… le dire… l’appliquer ! C'était là, sous nos yeux... yavait ka !!!
Grâce au lieutenant Gelly et sa 
GYMNASTIQUE RATIONNELLE,

le Pilier apporte son quota dynamisant à l'imposant signifiant
« agissons » de Nice Rugby… qui pour le coup fut bien avisé de nous secouer les puces à nous gratter l’entendement… afin que trouvassions LA SOLUTION… qui résout tout !!!!
Pour conclure et plaire les ceuss qui côtoient l’extase en batifolant d’ivresse avec les muses, livrons ce pur moment de poésie panthéico tonique au lyrisme percutant, à votre appréciation… en guise de dix commandements… pardi ! Une douce merveille jetée sur le vide papier que la blancheur n’a pu hélas défendre, par le lieutenant Gelly, que nous remercions par la présente de sa clairvoyance, mesure, et délicate esthétique !
Accrochez-vous !
"Grand air et soleil tu rechercheras
Et fréquenteras amoureusement

Gymnastique chaque jour tu feras

En hiver, été, automne et printemps

Après la leçon te frictionneras

Linge mouillé puis sec se succédant

De plus, tub chaud au savon tu prendras,

Douche, ou grand bain hebdomadairement

La nuit, fenêtre ouverte garderas

Pour toi, pour ta femme et pour tes enfants


Nourriture saine et simple prendras,

Peu si tu es gras, naturellement


Des boissons fortes tu n’absorberas :

Elles affaiblissent sournoisement


Propreté rigoureuse tu auras :

Maison, linge, moral et vêtements


Régulièrement travailleras

Pour être heureux continuellement


Enfin notre belle France aimeras

Autant que ta famille, infiniment. "
A déclamer matin et soir façon Coué... en suçant sa pastille Vichy... pour rafraîchir l'haleine et la mémoire !!! De quoi enfin rendre notre TOP 14 plus vigoureux !!!!
Alors Nice Rugby… Merci qui ? Le Pilier… pardon Lieutenant GELLY. Et n'oublions pas la cerise supra tonique :
En avant toujours !
© Le Pilier

23 octobre 2008

LE PILIER A LA RESCOUSSE



Agissons ! Agissons...
et les petits lardons !

Telle était quasi, le propos des Niçoises en leur Blog de croisette…
ci-joint, la paginette. Une clausule d’une folle audace, qui fait bien penser ce que l’on doit:
« En avant toute… et passez devant », le cri de guerre des petites huiles qui n’ont de scintillant que les molécules adipeuses de leurs décorations postiches, d’infrangible que la structure du transat en arrière garde qui rassure le croupion, de farouche que l’espérance de voir les valeureux faire tout le boulot en première ligne en attendant de chanter victoire, la baston finie... d'impavide que la pantoufle aimée, raleuse sur la moquette de son chez soi vibrante et rouspéteuse... quand on est pas content.
L’impérative figure, matoise dans son enclosure de NOUS pluriel, qui voudrait faire penser que l’acte d’un des « nôtres » sera celui de tous, ne peut que susciter élégante ironie chez tous les avertis. Quand la chose est ainsi proposée diront les sceptiques, il est déjà trop tard. En effet, de l’agir impératif proposé par un mou, sourd toujours cet aveu d’impuissance, frilosité affectée, pusillanime élan que l’homme en acte réprouve.

Qu’importe après tout, quand on s’ankylose sur la plage à mater le grand blou, bouée bide en canard, parasol et miko aux abords du vieux Nice, bien lascif étalé comme un morse aplati au milieux de ses grasses mousmés, on peut tout à fait comprendre qu’un rêve de tempête, de pourfendage des flots à la proue d’un navire, dans l’enfer de la houle, soit un idéal d’engagement… on s’onirise durant la sieste de conquête, de bravoure, on se veut crâne et déterminé, les pinceaux réchauffés par des galets bien lisses, figures de ricochets s’il en est, symbole de rebonds à venir, qu’on voudrait chevaliers... bref on rêve d'action, de sauver la patrie !
Rodolphe et sa Juju peuvent continuer la bronzette,
le Pilier en première ligne s'occupe de tout, la tête soucieuse de trouver une voie salvatrice afin de sortir ce rugby de clocher des résonances fêlées qui martèlent ses tympans depuis une bonne décennie. Redonnons des couleurs à notre écho des cloches... redorons les blasons, ignorons les blazés !!!
Aussi, afin d’obvier à toute augmentation de désabus sournois, morosité frappante, et ce malgré les nombreuses propositions déjà dites et répétées en ce lieu averti, le Pilier à la rescousse répondra malgré tout aux barboteuses Niçoises, mocos Escartefigue, pitaines ferry-boites, révèlera les causes malignes qui frappent nos pâtis, suscitant l’ennui, tout en soumettant d’autres encore solutions pour sûr plus efficaces.
Agissons agissons !!!
Remuons nos croupions !!!
Deux sardines élavées, figures de poissons désenchantés, ne boucheront pas l’horizon… ni ce port conquérant désireux d’en découdre avec l’invincible Armada du grand Sud à l’automne profond.
Fluctuat nec mergitur n'est pas ici littérature… il reste encore des canots sur les mouvantes zeaux… faisons front mon Gaston... aux fourneaux les lardons, soyons fermes aux canons !!! Agitez pagaies, larguez bouées, amarres des vieilles solus,
Français unissons nous !

Le mou c'est pas chez nous !!!

Jamais le coq Gaulois
n’ira dans un faitout !!!
Éveillons ces consciences sopos qui ont trop longtemps mariné dans leur jus synaptique à chaussettes ourlées de conservatisme et d’exsangues stratagèmes, sur nos terrains majeurs. Demain un nouveau jour, et...
en avant toujours !
Sous peu donc en ce lieu, de quoi sortir fringant de ce marasme ambiant. © Le Pilier

21 octobre 2008

SALADES NIÇOISES


Lanternions sur le net, un temps de rien à se perdre, négligé, sans but affirmé, volatile, vague, contempleur sans attente, baladeur sans toile de tente… cliquions de ci de là, index mezzo, double las pour tout dire, un peu sopo de parcourir le monde au travers d’un écran tabulaire, silencieux, après trois heures de modulations dans l’espace notionnel de l’épistémologie contemporaine… ne cherchant pas vraiment, espérant on ne sait quel rayon inconnu quand viendrait d'un éveil la nouvelle subite… bref en suspension molle, quand un coup de clic dérapeur nous fit traverser les plates bandes du quadrumane Blog des Niçoises. Ho Ho, un article un rien dénonciateur sur l’état des lieux du rugby hexagonal, une morosité insidieuse comme l’imprime le titre de la bafouille
« Le morose du rugby Français », des commentaires désabusés à peine… un petit monde pas content du rugby d’icy, qui tout soudain semble dessiller ses paupières très alourdies par des années de ronron, de borgnitude, d’enthousiasme neuneu, collégial et naïf en posant des questions.
On s’éveille dirait-on sur la croisette Anglaise… même si sont encore au petit dèj, bol à Benco, tartines à confiote, cartable plein de prudentes questions, sinon d’ignorance comme en témoigne cet extrait du plumitif Rodolphe Rolland, pas Ronceveau pour le courage, qui sévit dans ce Blog sis en un petit coin du Monde... leur quotidien protecteur.
« On ne sait les causes profondes, les sources malfaisantes, qui plombent le ciel hexagonal, on ne sait quelles sont ces Parques qui tissent des fils aux pattes de nos infortunés hérauts, fiertés impérieuses de nos pâturages verdoyants, réduits à de simples faire-valoir le temps d’un week-end européen. Pourtant, le constat est là ».
Ho ho !!!! Mais c’est plein d’audace tout ça… on lève enfin son doigt pour comprendre ??? On suppose des questions ? On interroge l'autour indéfini ? Car on sait pas encore bien sûr… ou bien on peut pas savoir… on fait ses petits emprunts chez maître Pilier quant à l’évocation d’un style (ça amuse pas mal de monde) mais pour les zidées, les vraies réponses déjà imprimées, c’est encore trop lourd à assumer ? On vient en nos pâtis petit à petit… on s’inspire, on transpire d’admiration mais on fait encore son pusillanime à pas avouer tout franco, que pendant des années, à l’instar des philistins, des supporters sans cortex on racontait n’importe quoi, tartiné de béni ouiouisme pâlichon, de positivisme banane, d’espoir naïf des jeunesses bambines… on n’avouera pas que le Pilier avait tout annoncé, tout dit, dans ses tribunes imparables, il y a déjà lurette. Les causes on les connait. Mais on s’interroge encore… un brin mou de l’abdo, la percu rétive… On n’est pas content mais on reste prudent. On veut personne sur le râble ? On copine encore, on cire la pompe, mensongère finalement, par omission.
Pas très rugby tout ça !!! Une nouvelle fois.
En retard les gaziers !!! Comme toujours ! Bleusaille les Niçoises, faut mouiller son maillot, tomber le pyjama si voulez postuler en terre de vérité, de savoir... de progrès. Suffit pas de dire "Sacrebleu agissons" quand le train est passé... pour le rattraper vous faudra plus que du gros charbon dans la cafetière. Mais qui sait, vos poussifs wagonnets finiront peut-être par se lasser d'être à la traine derrière votre hyper TGV, le percutant Pilier. Pour ça faudra vous doper l'occiput les bronzées, abandonner l'enfance, vous muscler les cuissots et là ferons peut-être la course ensemble... Pas demain mon lapin !!!!

A tous ces dormeurs du bal des mous, le Pilier souhaite un bon Dunlopillo, grand protecteur des somnolences ravageuses, rectangle assoupli pour tous ces innocents qui prennent les boniments scintillants des marchands de sable pour des constellations, porteuses de rêves, blanches neiges étouffant le bruit encore ténu de leur conscience veule... vouleuse quand même de petits plus ? Faut-il prendre le mur pour sentir les effets ? Où croire aux vérités... s'éviter trop d'impact ? Le mur d'abord, on verra après !!!  Vu le ton, ces niçoises n'ont que la trempe à porter deux bouées autour des bras avant même de se jeter à l'eau... la trempette koi et pas plus. Qu'elles se regardent donc pour comprendre l'état de nos pâtis... car elles en font partie !!! Allez, sors de l'enfance ami, réveille toi... © Le Pilier & JJ Rousseau pour la clausule.

16 octobre 2008

LE PILIER AUX CORNEILLES


"N’est plus trop là ce Pilier… faut dire ça… de petits articulets de temps za autres… se foule pas l’animal… un Pilier de molles œuvres, bestiole à ruminer, tout juste reptilien de serpent couleuvre, prenant son rayon de petit sun d’été indien sur un caillou des Corbières… bien au sud… plein Alaric… tout brûlant, ravi de ne rien faire, se moquant total du top, de la coupe d’Europe… comme de l’an quarante des cités lacustres… vaut plus son clou la bête, n’a plus même sa place de Blog parmi l’élite du grand XV… finish ! Terminal ! Avec descente au quai des plumes à ronron… out et rebut… Baille aux corneilles !!! Aux pantoufles le gazier !!! Aux pantoufles !!!"

Un vent critique soufflait dans les tuyaux...
Articulets donc ? Moui pas si faux…
Molles œuvres ? Pas non …
Serpent couleuvre ? Plutôt python constricteur… à broyer la sottise, à digérer peinard ces tri de gros rugby sans peine…
Vaut plus son clou ? P’têt ben koui… p’têt ben qu’nenni !
N’a plus sa place parmi nous ? Ho Ho… Dictat des mous ? ça ose tout... Mais ya personne en rugby qui voit si clair de roche, alors faut pas nous la faire ad patres, passque question vista, pas besoin du visa d’la piétaille nous, du philistin majoritaire… ya pas plus sûr qu’un vrai Pilier pour tenir la mêlée… c’est quand même pas les fiottes à démago, p’tit teint pâlot, calendrier bikini qui vont nous museler la glotte !!! Cette journaleuse engeance pisse copies, tusteuse en notre terrain qui vient remplir sa cafetière de succulentes observations, because dans son espace pourtant vide de cortex, ya pas même la petite place d’une subjectivité affirmeuse d’un moindre propos qui a du cran, d’une idée singulière, d’un O2 qui fait bon le respirer. Alors on vient chez nous piquer son quota de bien être, et critiquer après notre rétive posture, nous ? La suprême assise ? Faut pas se géner.
On dira ce qu’on voudra la vérité vraie de notre participation menue pour la cause ovale, c’est qu’ici ya qu’du bibi. Tenez, par pur hasard avons maté la seconde mi-temps de Montferrand vs Sales. Étions avec deux mignonnes roulées jeunesse, assoiffées de sirop, qui ont voulu se désaltérer d’une limonade dans un troquet de beau quartier. Bonne papatte avons suivi… Y’avait d’l’Europe sur un écran Heineken. Et qu’avons-nous vu ? Un rugby toujours idem du côté Auvergnaze. Mêmes fautes, même gestion stupide du match, mêmes symptômes qui font de cette équipe de bras, somme toute solides, un parangon de ce qu’il faut faire pour échouer… avec remise du cuir à l’adversaire quand il faut le conserver, tapage de pénalité quand on est à la bourre au score… tout miser en trois quart sur un seul joueur, le fidjien Nalaga… sans même lui ouvrir des espaces… attendre qu’il fasse le boulot… et patati tatarte… répétita... libitum et petit calcium.
En sus des journaleux d’écran plat, encourageaient ces états de faits. Quand l’équipe faisait montre de maladresses, c’était les Anglais qui bloquaient le jeu, jamais les jaunes qui étaient mauvais… Quand ratait une action très mal menée, c’était du pas de chance… Bref on pourrait litaniser des plombes comme souventefois en ce lieu solide… c’est toujours la même copie qu’on nous sert, le même plat depuis les calendes les plus reculées de la petite histoire de France. Vous connaissez le motif. Bilan, pas un essai pour les Zauvergnats... que du rata.
Les Anglais pas extraordinaires mais réalistes comme souvent, pouvaient lire sans problème le jeu adverse, attendre… pour au final planter quatre essais bien pesés, et sans bavure… sans pour autant ultra dominer. Bien joué les Bifs ! Alister a de la cuisse et perce royal, mais Chabal devient pathétique… sa pilosité lui assure un bon statut TV pub, pas plus. Trop percu, perte du cuir… plaque courage mais n’est pas vraiment dans le collectif. Poum poum… trop solo… trop caverneux… isolé… bref s’épuise, nous avec.
De tout ça, pour pas feindre, on s’en balance l’entendement. Vers d’autres champs, plus fleuris, plus gras de pâtis, moins surfaits, plus frais du cortex, plus nourris, convolons avec appétit… dans l’attente de la tournée d’Automne avec les belles grosses équipes du grand Sud. © Le Pilier

07 octobre 2008

QUIZZ LA SOLU...


Et rien de plus
Ok pour le Quizz… Le gus au cuir, c’est bien sûr Charvis lors de Galles vs Australie, le 15/09/2007. Victoire de l’Australie pardi 32-20. Pas de quoi s’attarder. Les gagnants seront récompensés.
Pour le reste, savons que les valseuses dégringolent un peu partout, mais qu’on peut enfin jouer trois fois au loto dans la semaine… qu’en top 14 plein d’essais ont été marqués ce week-end et qu’avons tout ça raté … Pt’êt’ ben qu’samedi serons là, pour cette Coupe pleine d’Europe… P’tê’t pas.
© Le Pilier

02 octobre 2008

WILKINSON LE GLAS


Ben voila, ce qui est bon pour la tête ne renforce pas nécessairement les os. Que la physique quantique comme en causions ici, puisse entraîner à la longue une mutation irréductible de la représentation du monde, elle n’a pas encore d’effet protecteur sur les abattis soumis aux chocs du XV. Les rotules de Wilkinson peuvent témoigner, dislocation du genou lors du dernier match de championnat… hosto, béquilles, trois pattes, pour une durée indéterminée… n’ ième bobo dont vous livrons plus bas le florilège officiel. A force de battre tous les records de savate, le grand H des perches se mêle sans contredit à celui d’Hôpital. C’est un peu la figure symbolique sous-jacente et sournoise de ce sport de mâles… cet H qui Houspille, Heurte Hilare les grands Hommes, Hold-up les plus forts comme les moindres, subsume tous les guerriers sous la même condition. Mais c’est plus que tout ça, faut pas pousser. C’est avant tout celui d’Honneur, d’Horse-power et de Hourra. Même si l’épais Damoclès veille durant les chicores en attendant la cible, l’H des poteaux est avant tout celui d’Hommes solides et forts comme des bastilles… même si toujours à la merci de quelque révolution, de quelque ébranlement. Bref bonne retape Jonny, en espérant pour les Bifs que Cipriani retrouve la forme avant les grosses bastons d’automne. Il est terrible ce dernier faut l’avouer. Si n’avons pas d’ouverture de niveau international en nos pâtis tricolores depuis Titou Lamaison, nos cousins d’outre-manche ont de quoi remplacer leur perle alitée sans problème.

Les blessures de Wilkinson
Mai 2002: Touché aux ligaments de la cheville, out jusqu'à la fin de la saison. Sans Bouddha ni cantiques…
Décembre 2003: Blessure à l'épaule. Absence de trois semaines. Feuillette encore des magazines…
Février 2004: Souffre toujours de l'épaule. Opération. Forfait pour tout le Tournoi. Lit Schrödinger
Octobre 2004: Hématome au biceps du bras droit. Absent six semaines. Bouddha n’y peut rien.
Janvier 2005: Entorse du genou gauche. Ecarté 9 semaines. Découvre les matous.
Mars 2005: Rechute pour le genou. Out un mois. Prédictions probabilistes… c’est pas fini.
Juillet 2005: Troisième blessure à l'épaule droite. Manque trois matchs des Lions Britanniques. Achète un gros chat.
Septembre 2005: Appendicite. Manque le début de saison. Résolution de l’entremêlement. Le résultat dépendant de la volonté de l’observateur. Révélation.
Novembre 2005: Opéré d'une hernie. Out jusqu'en février. Atomisé.
Janvier 2006: Les adducteurs. Absences récurrentes jusqu'à la fin de la saison. Description continue et causalité.
Septembre 2006: Encore le genou et les ligaments. Pas de tests d'automne. Impact spirituel de la science sur la vie.
Novembre 2006: Revient mais touché à un rein, de nouveau forfait un mois. Impact physique de la science sur la vie.
Septembre 2007: Se tourne la cheville et manque le premier match de la Coupe du monde (USA). Pense à Bouddha et ça repart.
Mai 2008: Nouvelle blessure à l'épaule. Pas de tournée avec l'Angleterre. Les difficultés du continu.
Octobre 2008: Dislocation du genou. Absence ? Hyper présence du divin. Entonne des cantiques.
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.