26 octobre 2007

LES PETITS FUTÉS



DES BLEUS ET DES BÊTES

Un rien d’anecdote poilante aperçu en un lieu de rugby sur l’écran d’un PC. Une vidéo nous montrait Dominici à la mi-temps du premier match de la coupe du monde contre l’Argentine. Dans les vestiaires du XV de France, il tentait de remotiver les troupes et s’écria dans un souffle qui ne traversa pas sa conscience sinon la salle des concentrations camphrées : « Pu… ils sont plus forts que nous pour attraper les ballons en l’air… ça va pas… » (Sic authentic) Hé oui, ça valait donc la peine de continuer le renvoi de l’ovale module, pour s’assurer une 
dépossession, augmentant leur chance de gérer le match. Ce qu’ils ont fait. Judicieuse persistance, nous faisant bien penser ce que l'on devait croire, sans crainte d'erreur. Bravo les occiputs... à quand les savantes connections ?

Un autre petit rien. Entendu plusieurs fois à l’occasion des matchs vs Argentine comme celui contre les Anglais. Exprimé par l’ex et brillantissime entraîneur mâche gum et quelques autres : « Ils font rien les gonzes en face…p… ils proposent pas de jeu bordel… » (Sic et toujours authentic) Ben oui, regardons ce que les autres ne font pas plutôt que de s’occuper de ce que nous faisons… de pire. Superbe stratégie qui du reste a porté ses fruits. Pourris.
HI HAN !
© Le Pilier

24 octobre 2007

MARC LIÈVREMONT AUX MANETTES

Dommage pour la grande ouverture souhaitée. Un étranger à la tête des Bleus nous aurait parfaitement convenu. Tant pis. Il faut un temps incommensurable pour changer les mentalités d’icy. Marc Lièvremont sera donc le prochain entraîneur du Quinze de France. Nous ne le connaissons pas dans ce rôle, mais lui souhaitons de la tête. Il sera assisté dans sa charge, de Emile N'Tamack qui lui s'occupera des lignes arrières. Sommes pas convaincus... même plutôt, de simple intuition, pensons rien de bon ! A suivre !  
© Le Pilier

23 octobre 2007

LE PILIER PRÉSIDENT DE LA FFR


La vie en Bleu
Le Pilier propose à la FFR, afin d’obvier à tout renouvellement du même, fautes dû aux incompétences, fermetures, inconséquences, auto gratifications, palinodies, un changement radical des mentalités pour une ouverture vers le meilleur, le noble, l’acuité, le gai savoir, le vivace, le frais, le vrai, en vue de meilleurs lendemains sur nos terrains d'affronts… Ce changement que nous désirons, passera par l’acceptation de l’étranger en notre ovale terre d’orgueil, comme nous l’avons fait en sélectionnant l'Anglais, Webb Ellis, pour raffermir notre défense. La distance d’une entité extra hexagonale est le gage certain d’une meilleure vue, plus critique, plus distanciée, plus judicieuse, non embastillée dans les us du terroir qui plombent le renouvellement des formes. Engageons, pour diriger le quinze de France, un Jake White, un Graham Henry… ou tout autre entraîneur de l’Hémisphère Sud et donnons par le fait souffle nouveau à ce rugby Français anémié. Sir Woodward l’Anglais serait tout aussi indiqué, mais là ce n’est même pas la peine d’y penser, bien hélas...

Laporte n’est plus. Les dégâts subséquents à sa longue occupation du terrain auront plus de conséquences négatives que le simple fait d’un prévisible échec CDM. Néanmoins, comme tout ridiculisme finissant, un espoir non feint nous engage à ne pas renouveler ses monumentales erreurs que nous dénoncions depuis lurette en ce lieu d’éclaircie. Dès son investiture nous prenions la mesure de ses manquements et du retard qui fatalement allait ralentir notre évolution.

Le Pilier propose céans, ses services à la FFR comme conseiller technique et soutien spécifique aux joueurs à la juste mesure de leur idiosyncrasie. Un soutient psychologique, esthétique, philosophique, formations premières de votre dévoué serviteur au service de la cause nationale, doublé d'un maître systémicien à l'oeil dépassionné. Sinon président de la FFR conviendrait tout autant. Sûr que le rugby Français prendrait pour le coup une tout autre dimension.
Comme nous l’imaginions, si l’on en juge par cette récente critique de Michalak prononcé en direct TV, les joueurs ne sont pas individuellement pris en main. L’ouverture susnommé se plaignait que tout le monde critiquait, à juste titre du reste, son coup de savate mais que personne ne lui indiquait la marche à suivre pour assurer une définitive amélioration. Nous croyons le fait au regard de ses faibles performances en ce secteur de jeu, comme à son désir de croire qu'en d'autres lieux il en apprendra plus. Mais ce n’est pas tout. Nous ne ferons pas l’inventaire précis des défaillances de chacun, ni de leurs qualités intrinsèques. Ce n’est pas le lieu idéal et le savoir a son prix.

La FFR semble-t-il connaît le Pilier pour ses critiques justifiées et ses propositions réfléchies. En effet, même si l’idée devait somnoler dans quelques tiroirs de la dite fédération, un proche nous apprend que Mr Jean Claude Skrela serait en partance voire déjà au levant pour rechercher des joueurs dans nos départements d’Outre-mer en îles pacifiques. Nous en formulions la requête en ces colonnes. A-t-il lu nos propositions ? Si oui, tant mieux. Si non, idem. Il était temps.

Elever le rugby national pour espérer conquérir le trophée Mondial est une réelle gageure. Elle réside en effet dans cette capacité à mettre en place un système de jeu performant, duratif, rendant compte de nos atouts culturels inscrits dans la tradition, comme d’une nécessaire disparition de nos travers déjoueurs, de nos manquements patents dus à l’abandon effarant de certains fondamentaux.
De tout temps ou quasi, sommes tout à fait capables de faire de très bonnes performances face aux plus grandes équipes. La difficulté majeure réside dans ce fait culturel que l’on se satisfait d’un bon moment sans considérer qu’il est plus difficile encore, de mettre en place un jeu qui ne considère l’exploit qu’une fois la campagne terminée et non quand une simple bataille gagnée.
La finale de 1999 en est un juste témoignage. Les Français gagnent de façon superbe la demi finale contre les All Blacks. Nous savions que nous n’irions pas plus loin. John Eales l’emblématique capitaine australien, lors d’une interview assurait que cette finale n’était qu’un match comme les autres. Et pour cause, fort d’un système performant il savait que la victoire des Bleus n’était qu’un moment de grâce et qu’ils ne pouvaient rivaliser avec leur style de longue date éprouvé. L’exploit momentané nous connaissons, ce que nous n’avons jamais mis en application, c’est un système hégémonique à l’instar des Anglais avant le sacre de 2003, comme les Sudafs cette année. S’inscrire dans la durée n’est pas une vertu Française, il est temps de conjurer cette fatalité.
Pour cela, un changement de mentalité radical, s’impose. Il passe nous semble-t-il, parmi d’autres choses dont nous aurons l’occasion d’évoquer icy la teneur, par un renouvellement de la structure pensante de la FFR. Un étranger à la tête du groupe France nous parait donc tout indiqué, comme notre présence, si toutefois la fédération veut réellement se donner les moyens de conquérir ce trophée.
Aura-t-elle l’audace d’agir dans ce sens ? Le Pilier vôtre, enfin à la place indiquée pour d’itératifs succès. L’ovale module est dans le camp des instances de la grande Fédération. Saura-t-elle saisir le favorable et judicieux rebond ?
A suivre.
© Le Pilier

22 octobre 2007

OS DU RANDT SUPER PIL


Les lauriers du Pilier
Jacobus Petrus du Randt, Os pour les fans... qui signifie bœuf...
( notre tof ) ... Nonos pour les intimes... qui signifie très solide, massif, épais, puissant, bastille, bloc, béton, fonte, insoluble, duroc, caillou, gros genou... et quelques autres reconnaissables délicatesses caractérisant la suave bestiole. Pas des plus prisés dans les mondaines soirées, c'est un solide de rein dans les grosses cognées. Un tendre garçon donc, de 127 kg, pour 1,90 m d’ossature en poutre imputrescible, 80 sélections chez les Boks, qui a remporté deux fois le titre de champion du monde, deux fois la Webb Ellis Cup si préférez la quincaillerie. Ça court pas les rues ce genre de record, aussi vu le signifiant majeur de ce Blog nous lui devions des lauriers dignes d’un Marcus Aurelius, maître des pâtis, cramponneur classe empire, stoïque et fortibus...
Un genre de César quoi, pour gros Jules des prés, des mêlées… avec en sus, sa Virgile et latine locution pour clouer le bec à ce qui croient que pousser n'atteint pas l'occiput: Mens agitat molem, sera gravé sur l'impérial trophée... L'esprit meut la masse, si préférez l'ordinaire Français.

Salve grand Nonos du Randt, Jacobus Petrus, voici donc la palmus de Big Super Pil, décernée par le jury le plus critique et connaisseur, un vrai saveur en ovalisphère d'icy... Le seul, alone, singulier, acerbe, intempestif, modeste et monumental Pilier.
Bravo poussin et bonne retraite.
Otium cum dignitate, comme on dit vulgairement.
© Le Pilier

21 octobre 2007

COUPE DU MONDE FINALE


Big Boks au sommet
On pouvait s’attendre au sans essai. Quand trop d’enjeu, souventefois moins de jeu. Disons moins because devant c’était quand même très engagé. Mais les Bifs comme le disions en ce lieu d’acuité pas de centres ont au pré. Aussi pas de génie, pas de confettis, pas de grande folie… Catt est futé mais plus les cannes de jadis face au tempétueux Steyn, ya pas photo, et les arpions de Wilkinson c’est pas suffisant pour que Big Ben résonne de sa belle victoire. Tait nous fait la belle percée, rattrapé il faut le dire par l’impérial Matfield, mais au final border line, l’essai sera refusé à juste titre. Le foot de Cueto out of field... patte en touche si préférez, pour une infidèle traduc. 15-6 pour les Spingboks au final.

Le titre consacre donc une très belle équipe qui mérite largement le trophée. Un parcours sans faute, un groupe soudé, de beaux modules, une seconde ligne Matfield-Botta à chiper moult ballons en touches, à botter les plus lourds, deux piliers, Nonos du Randt-Van Der Linde aussi forts que nous sommes imparables, un capitaine talonneur solide comme un roc, big Smit. Subtils ces avants… et du Burger, du Smith, du Roussow en troisième ligne… Pas du Thion musculaire et biceps épais pour laisser tout le jus au gonflé, ou du Pelous repoussé par le seul Wilkinson lors de la demi finale… Non, des coureurs de jeu, des éviteurs de bloc, des plaqueurs de feu, des puissants, des futés… Matfield, encore lui, en position de centre vous décoche un judicieux coup de tatane acculant les Bifs en touche… on voit pas de ça chez nous. Mais nous reviendrons sur les dégâts de l’incompétence durative sur la culture même d’une nation, sur le style de jeu, sur la plomberie des esprits, sur l’ennui, le dégoût, qu'un singulier entraîneur français, monumentalement exsangue, a su imposer par le simple fait de son culot…
Les Boks sont couronnés comme nous le pressentions. Merci les braves. Lauriers et félicitations appuyées. Sommes ravis d’avoir pu apprécier en nos terres d’icy cette tribu d’Afrique…Du Preez le plus vif, le plus subtil de cette compétition nous a gratifié des plus rapides passes à la mêlée. Un bonheur… tant de vivacité comme de précision. L’obusien module survolait le pâtis tout berzingue… les pieds de Montgoméry étaient précis, comme ses paluches, Steyn formi, James tonique… Habana le roi… Pietersen gracieux… la classe quand même ces noirs, on n’y ajoutera pas. Une médaille d’or en sus pour Jake White tenant ferme en senestre le Webb Ellis trophée tant convoité.( Notre tof ).
Le Pilier opte du reste pour un entraîneur étranger de cette trempe pour diriger notre XV de France. Comme déjà exprimé en ce lieu novateur, cela ouvrirait des perspectives nouvelles, annulerait notre conservatisme trop prégnant, donnerait un nouveau souffle, changerait la face des choses... Hélas pour nos tricolores mentalités, l'ouverture n'est pas la vertu première qui les meut...

Le Pilier majeur reviendra sur les meilleurs moments comme les pires, car nous nous instruisons peut-être mieux par contrariété que par exemple, plus par fuite que par suite, comme nous l’enseignait le sage Montaigne, maître à penser de notre prime et trépidante jeunesse.
© Le Pilier

20 octobre 2007

LA FRANCE DÉPLUMÉE


Dérouste et mâchecroupions
Nos volailles de basse-cour et tricolores chapons, sur le pâtis du parc des Princes Argentins, nous ont gratifié d’une monumentale et conclusive rouste à conserver dans les annales des pires moments de nos ovales retraites, de notre sublimissime et grande histoire des pâtées. On avait d’Alésia, la brossée … de Waterloo la morne giflée… la piquette ondoyante Trafalgar, il manquait à nos capitulards un trophée digne des plus grandes déroustes. Une arche des supers foutus, un panthéon des plumes abattues, des cocottes anémiées, des poulets ratissés...
Une dépouille invisible pour l’heure, trône sa déconvenue dans les tribunes silencieuses d’un stade bien Français, en plein deuil, et flotte comme un songe…

Hors un début de match bouge-croupions maladroit, un brin tonique à peine, nos petits Bleus marquent un très bel essai en deuxième période minable, quand les Argentins jouent à quatorze. Bravo ! Sinon, dire qu’un déplumage correctif a dévoilé des dessous anatoniques mous, sans relief, inanes et désolants serait un euphémisme appuyé au regard d’une nudité de jeu sans la moindre initiative heureuse, sans vivacité, sans tête, sans goût, sans nothing que du plus vide y’a pas et jamais existé ! Cinq essais pas moins pour les matois Pumas qui auraient, aux dires de certains, malmené nos sensibles volatiles, les affublant, et pour cause, de noms d'oiseaux divers et crus comme d'autres insultants jurons ... VentreBleus... MorBleus... SacreBleus... PalsamBleus... une panoplie d'insanités qui somme toute n'était pas si vilaine. En tout cas, ça causait pas à la légère dans les démêlées, si on en croit le témoignage du Capitaine des Bleubites unhappy... comme on dit... aussi loin que sommes consternés.
Nous reviendrons, il va de soi, sur la triomphale victoire Argentine qui donna raison à nos anticipations, comme d’accoutume, tout en gratifiant une équipe exemplaire dans la justesse de ses conquêtes. 10-34 pour un final attendu, mérité, sans autre forme de procès…
On notera ci-dessous l'optative, subtile et raisonnable proposition "Chargez les boulets", comme un état des lieux prédéterminant le nauvrage à venir; car en fait de boulets on frôlait le canon !!!

Le présent moment nous voit concentré sur la dite finale.
Big Boks vs Gros Bifs. Si jugement équitable du trente et unième homme, les Boks ont de quoi satisfaire notre attente en nous ravissant d’attaques et de passes des plus affûtées. Mais sait-on jamais.
© Le Pilier

19 octobre 2007

FRANCE VS ARGENTINE ... FIN


Chargez les boulets !

Ze petite finale. Pas très heureuse la figure. Pourquoi pas tout simplement le poétique acronyme et rythmique BCPLTP, Bataille Comptant Pour La Troisième Place ? Va donc pour la BCPLTP de la CDM 2007… C’est du beau, direct, efficace, ça tire pas vers le bas, pour une médaille en bronze au podium et revanche du premier tour entre les étonnants Pumas et nos gallinacés en plumes d’atour et croupions tricolores… La troupe du général Pichot saura-t-elle réitérer son exploit d’ouverture ? Les Bleus ont une intention ferme de revanche… un gage de vrai jeu ? A suivre donc en croquant sauciflard et vin vieux. A vos canons !!!
© Le Pilier

18 octobre 2007

DOMINICI : LA SIESTE EST FINIE


Dominici chicote. Pas très happy le gus d’être là, qu’il dit… à trente cinq balais, pourtant… Nettoyé par Corleto durant le premier match de la CDM, baladé par le staff, pas comme aurait voulu… Contrarié… Si si… Pas réussi sa coupe… A bu la tasse… déçu… fourbu… mais veut du sus... L’artiche c’est bien mais pas question d’en avoir assez… Insatiables !!! Quand z'ont goûté au nonos veulent plus lâcher le morceau… pas fait son rot ? On nous a balancé du Pelous jusqu’à pu d’jus, du Ibanez parti retraite puis revenu… sera encore là 2011... Ho ho les gonzes.. ils zôsent tout... On nous poursuit encore avec du Dominici sans canne mais qu’a du bec… et veut le faire savoir… « Suis pas content » (sic) qu'il dit.

Ppffff ! Ya que la France pour voir ça !!!!
Pourtant ces zigs, pour tout dire, les trouvons plutôt sympa en tant que… zigs quoi, pas antipathiques, enfin, on s’en moque un peu quoi… mais question joueurs, on dit non, n’en jetez pu ! Oh, les vrais collés de croupions de basse-cour ! Sont vraiment champions... Et ça va la ramener encore d’en avoir pas eu assez... de se faire gratter ? Ben alors faut leur filer quoi pour s’en débarrasser ? Des légions d’honneurs ? Des cabinets ? Des sous ministères ? Des pépées ? Ça usurpe sans vergogne, prend la place des plus jeunes sans sourciller… sans remords, ni coulpe… bâtés…
Là, faut dire stop… terminé !!! Allez, allez... rentrez…hospiciés... loin du pré... dans un bureau à la fédé si parasitez...
Regardez !!! Papet repos… Fritz dodo, au rebut
Z’en avez cure hein ?… Zêtes bien là vous, p’tits vieux qui font les Bleus… aux p’tits soins… train train... Lâchent pas le bout d’gras… Veulent du grata… garder sa niniche et mordillent maintenant que le gâteau est plutôt tarte, et quia que du noyau… Allons les gars… on vous a vu, c’était très sympa, maintenant faut laisser les plus frais, les zélés… sur le pâtis… Sommes saturés de vos trombinettes qui s’éternisent… au Grévin serez bien… cire en torses nus… à faire rêver les mamies… les petits… les tagada tsoin tsoin… les tintin… Nous on veut du rugby, sans Pelous, sans Dominici... sans les flapis… la sieste est finie.
© Le Pilier

LANGUES PENDUES SE DÉLIENT


Aux zaveux !!!
Funny plutôt ces règlements de compte-goutte à goutte, qui sourdent des pas contents de ci, de ça… des stratégies qu’étaient pas bonnes… des pas-la-joie... des sélections pas folichonnes… rutabaga... du mou mou… pas dynamique… du gros flou... neurasthénique... ces reproches encore ténus demi teinte, mais bientôt plus crus, de la bouche des joueurs mêmes, des cireurs d'hier... de l’entourage du Staff… du poste radio… de l’ordino...
Tout le monde a rongé son frein, jusqu’il y a peu, on voulait quand même conserver son gâteau, sa place au confort, sa margarine, sa pécune, ses combines, ses contrats peau souple et doucette, pour cuir délicat, très rugby… Maintenant que la messe est dite, qu’on a vraiment perdu, que ya plus rien à gratter, rien à espérer de majeur en sus, pas la prime, on veut dépouiller le cureton, sortir le dégoupillon, et balancer tout au confessionnal médiatique qui se fera un plaisir de bien garder les petits secrets en les diffusant partout. Gratte-papier toutes confessions, folliculaires des multi contusions, vont plaisir se faire à dévoiler au monde les vrais dessous d’un échec.

Vous verrez. Les vieux sélectionnés jusqu’à la corde, diront que l’entraîneur avait de l’envie plein le désir de vaincre, de la volonté folle à vouloir tout gagner, que c’était son choix avant tout, que c’était même bien, un vrai meneur d’homs, un tondu très pasteur attentif pour bestioles à pâtis… Un gars qui voulait le niveau remonter, un Laporte à clefs multiples en somme, un costaud, dur au verrou… preuve même, la bonne défense qu’on a bien en place et qui vous bloque tout... mais balanceront quelques coups... comme les autres, ceux qui ont peu joué, voire pas, mais hier bien clos du bec, aussi, petit à petit diffuseront le ras du bol subi, trop c’est trop, le plein les crampons, la carafe, le fol ennui...

Bien étrange impression tout de même, quand la bête est atteinte d'assister à la rébellion des suiveurs, à la curée, au "c'était pas mon ami". On savait, c'est toujours ainsi, quand le bateau sombre... la gente ratibus du navire se tirus... jusqu'en Sud Africus... et ni vu ni connuss. Fallait se mouvoir avant les p'tits gars, c'est un peu tard pour cette fois... même si l'on comprend la difficulté de la chose... même si tout reste à faire.

C’était hier qu’il fallait nous écouter… mais c’est toujours un peu tard quand on est en avance.
© Le Pilier

15 octobre 2007

TOUT EST FAUX ...


... sauf le Pilier
Des palabrettes toutes sortes saturent l’espace médiatique de fatiguants constats, de mauvaises justifications. Le Pilier mesuré, comme d’accoutume, ne voudrait en rien ajouter de l’huile frelatée sur le feu des petites désolations, mais se doit, pour contrebalancer l’inexact qui phagocyte la toile, le muselé général de la vérité vraie, comme le font tous les modules diffuseurs, de soutenir un lectorat fidèle, non sans humour, bon connaisseur du XV, intempestif et souple, afin de remettre à la juste place ce qui est déplacé ! Nous ne situerons pas les sources de ces merveilles pour ne pas accentuer une détresse somme toute pathétique, accabler la gente sinueuse qui jusqu’à l’ultime face au mur, en rien ne peut, ne veut, considérer la fatalité gênante. Ce florilège succinct, donc, d'irréalistes zopinions, mensonger, trompeur des sots, rendra compte de l’ambiance d’après Waterloo, qui dégouline sur la typo même de tous les claviers de l’hexagonale ovalie, nous imposant de fait, quelque remise en ordre.

« Le rêve brisé… »
« Le XV de France, une étoile filante et puis c’est tout… »
Quelle défilante étoile en effet ! De quel cosmos parle-t-on ? Celui des aveugles où les borgnes sont rois ? Celui de ceux qui reçoivent un coup sur l’occiput et prennent les trente six chandelles pour un moment de grâce ? Un spot 1O watts oui, pris dans la comète de Allez-les-Bleus, fade à neuneus... Pas même une étincelle de boîte d’hallu, ni loupiote à lire le catalogue des trois petits suisses sur mikéa canap.
« On avait l’état d’esprit, on a peut-être parfois manqué de finitions… »
( Sic, couic, et authentic…) Fallait la faire celle-là !!! Hé oui, c’est beau l’esprit visible dans sa non présence, ni réalisation… Il doit s’agir dans ce cas, d’un esprit retors, bien planqué dans l’inconscience, qui ne conclut jamais un acte qu’il ne comprend même pas, dont il ne sait rien, qui justifie tout en rendant compte du vide… Ach !!! Ourg !!! Sruntch et Splash !!!
Peut-être donc, parfois, il semblerait, si l’on se penche bien sur la déception, qu’on aurait pu, dû, sans doute, en fin de compte, parmi d’autres choses, bâtir de la finition pour terminer sous des combles de bonheur, des poutres de victoire, des chambranles d'autosatisfaction, des poignées entières de portes, ouvertes au délirant congratulé... mais que pas d'bol... pas de bol !!!
« On a plus manqué de chance que d’autre chose…»
Bien vu l’ami, ça pèse moins lourd.
« Une troisième place pour la beauté du geste… »
Une beauté de geste attendue ? A qui s’adresse-t-on ? Au quatrième âge ? A la gérontovalie gavée de pilule bleu-bleu, pour approfondir son grand dodo bien grégaire et passif ? Alors que la messe est dite, l’hostie amère consommée, le miracle nul et non avenu, et qu’il y a huit ans que ça dure ? Cette équipe a tout dit. Depuis lurette. Mathusalem. Allons allons !!! Des clous la beauté du geste, sinon un petit marteau pour fermer le cercueil…
« Nous remercions les Bleus… »
Pour quoi ? Les zhématomes ? L’ennui ? Le pipolisme asinien ? Le nothing ? Le vide état ? Le flanby ? La rapine comédie ? Les palanqués de mou ? Les passes d’amateurs ?
Les stratégies poussives ? Les tatanes tout azimut ? Les places exorbitantes ? Les prunes ? Les noyaux ?
« On a battu les meilleurs… (Les All Blacks) »
Ho Ho ! C’est du sommet himalayen ça ! De l’orbitale gratification ! Du zénithal trophée ! On pavoise ! On s'ennoblit ! Du trônus en susucre de canne à pêche pour poisson pané ! De la suprême pastille à colorer du galon ça ! Une légion d’odeur douteuse ouais… un dol manifeste… un sans vergognisme à chasser le dernier diable de la porte de Rashomon*…
« Ils sont tombés de haut… »
Zétaient où ? En orbite ? Dans l’insondable paradis d’un empyrée secret ? Flottant bien au dessus de nos humaines conditions ? Sont p't'êt monté trop haut. Sachant, comme l'exprime nos vénérables petites bêtes, qu'avec un escalier prévu pour la montée, on réussit souvent à monter plus bas qu'on ne serait descendu avec un escalier prévu pour la descente. Pas la patte au pâtis en tout cas, ni la passe au parvis... de la sainte et généreuse transmission.
« Mais où est passé le french flair ? »
Ya qu'à chercher pas bien loin... Quand l’odeur est méphitique on réduit son souffle, boubouche sa narine, inspire à petits coups. La chaussette éculée est rance, on la jette au lavo. Certes y’aura toujours une médiatique entente pour balancer du Souplex et faire croire au nettoyage des fib’es, sans mic’obes, aux vertus des zenzymes gloutons qui lavent encore plus blanc quand tout est vraiment noir, mais la laineuse et chauffe arpions gardera tous ses trous.
« La sélection n’était pas bonne… »
C’est le menu entier qui était sans goût, et le chef cuisinier déplorable.
« Il faut rebondir… »
Hé Hé ! Sauf que pour le coup, le rebond aléatoire de l’ovale module était Bif, Argentin et d’autres précédentes giflées… Avant de rebondir il faut savoir courir.
« On y croyait… »
A force de croire n’importe quoi on prend des vessies pour des chandelles… On finit par manger du ronron croyant que c’est de l’entrecôte... On grignote sa biscotte on dit que c’est du pain bénit... On fait le dindon de la farce... la farce avec vos deniers...
« Sommes fiers de cette équipe… »
Oui nous sommes très fiers qu’il ne se soit rien passé, très fiers de ces marteaux de passes, de ces enclumes de transmissions, supra fiers des ratés, du vide zazen stratégique, du pire rugby Français depuis François premier, depuis Jules, depuis l’invention de la roue qui tourne… depuis l'apparition des grOs mensonges.


L’inventaire n’est certes pas exhaustif. Il suffit.
Le Pilier n’insistera plus sur les prodromes assommants de ces huit dernières années de sommeil tricolovaliste, causes d'échecs, mais surtout de mauvais jeu… Avons tout dit depuis l’ouverture de ce Blog, en moult endroits. Sommes bien les seuls. En rien ne nous sommes fourvoyés. Tout était là, comme disions, il ne s’agissait que de savoir lire… au sens figuré si suivez. Nous n’en tirons aucune gloire, aucun plaisir. Laportière se ferme, nous n’en parlerons plus, car seul son rôle d'entraîneur nous importait, sinon pour évoquer cette période qui restera dans les mémoires comme une énorme pénurie dans un kolkhoze Stalinien. Tout reste à faire et le XV de France prendra une autre tournure, on l'espère... Une pincée de révolution, avec quelques zestes de vertus démocratiques, dans une vraie marmite à dissoudre cooptation, amicale des incompétents, usurpateurs et médiocrates. Le rugby tel que nous l’aimons ne s’arrête de toute façon pas à la porte des Bleus. Souhaitons que le nord prenne la mesure parfaite de ses manques et partant rivalise avec les Nations du Sud pour des affronts réguliers, équilibrés, sans trop de palabres, avec zèle et simplicité, redonnant à ce jeu un souffle engageant, à son esprit une dimension vertueuse, sacrée. Car le feu nous anime dès que les entités d’un groupe ne font qu’un, que la passe est réussie, que la tête subtile, que la transmission généreuse, que les trajectoires ouvrent cet ineffable espace vers l’essai attendu, que les valeurs ne sont que mises en actes et preuves de l’intelligence, de la probité, de la justesse, de la mesure, du courage, de la civilité des hommes...
Nous écrivions nos bagatelles pour plaire, distraire, amuser quelqu'unes, que nous saluons, et d’autres, plus masculines, figures humaines amicales que nous avons eu la surprise de fédérer en ce lieu modeste, pléonasmique et singulièrement génial.

*Rashomon : Film du maître Kurosawa, à savourer si inconnu de vous.
© Le Pilier

SUD AFRICAINS EN FINALE


Pas un pli
Comme nous l’attendions, beau match des Boks. Une victoire nette, 37-13, sans bavure, impériale. Que dire de plus du niveau sup de cette équipe d'Afrique ? Elle surdomine le nord. Les balles sortent de la mêlée à une vitesse folle. Aucun demi de mêlée du nord ne rivalise avec cette vivacité. Aucun. Leurs attaques sont rapides, les joueurs lancés fond la caisse. Matfield est incomparable en touche… Botha très solide au pack… Smit suprême… Burger enthousiaste et plaqueur déchaîné, fait de super passes à l’instar des trois quarts… Butch James trouve des touches monumentales… Steyn jeune tempétueux, un très grand joueur… Habana est l’authentique Springbok, la gazelle du pré, toujours à l’affût, au démarrage impressionnant… Montgomery réglé comme une horloge… la première ligne n’en parlons pas, même si Nonos Du Randt semblait un rien fatigué… etc…etc...
On devrait les citer tous, pas un maillon n’est faible. Aussi, à moins d’un arbitrage déconcertant, comme cet essai accordé aux Argentins, cet en avant monumental des Français face aux Blacks, ces multiples décisions douteuses qui changent l’ambiance du match, rien ne peut les empêcher de remporter la Coupe du Monde 2007.

L’arbitrage doit être strict, juste, sans bavure. Quand l’essai des Pumas est accepté, pendant 20 mn cela met vraiment une sale ambiance dans le jeu, comme dans nos têtes. Les Boks digèrent petit à petit ce vol. Nous aussi. C’est du faux, ce n’est pas bon pour le rugby, c’est un mauvais calcul. Ce qui rendra encore plus attrayant ce jeu, sera justement cette probité farouche, intègrale, qui n’existe en aucun lieu et dont tout le monde rêve… avec un arbitrage hors de tout soupçon… l’utilisation de la vidéo ne doit pas se limiter aux 5 derniers mètres concernant l’essai, le jugement doit être impartial en tout point… Une vraie justice, pour une vraie concentration, pour une réelle évolution des mentalités. On palabre beaucoup sur les vertus du rugby, on nous bassine de respect, il est de nature trop humaine de se griser de belles paroles et de n’en pas même saisir le sens, de n’en pas appliquer les fondements. Seuls les actes font foi. C’est par l’exemple qu’on s’identifie, si le rugby est honnête et droit dans son arbitrage, c'est un modèle pour tous. Les jeunes comprennent, intègrent, le respect des règles, fondement même d’une civilisation digne de ce nom, les plus coriaces savent qu’ici on ne triche pas et n’auront pas de place s'ils s'entêtent.
Le monde possèderait au moins, un lieu unique, de grande valeur ou l’on peut en découdre. S’exposer à la violence intrinsèque dans un cadre strict, où sans technique, sans correction, sans respect des règles, vous ne pouvez en rien faire parti du club prisé des gentlemen farouches, noble race qui fait la synthèse parfaite entre la force et l’intelligence, la châtaigne et la retenue, le frontal et le souple comme l’eau sillonne au milieu des rochers qu’elle érode tout en les contournant.

Les Boks nous plaisent car ils sont enfin sortis de cette violence imbécile et destructrice sur l’homme, à la trop limite du correct, qui leur faisait perdre bon nombre de matchs. Ils ont vraiment progressé, c’est notoire, et pratiquent un jeu qui dans certaines phases n’est pas sans rappeler les maîtres du XV et suprêmes All Blacks.
Bravo, merci pour ça et fi du blabla.
© Le Pilier

14 octobre 2007

LA DICTATURE DU RÊVE


La plus belle affiche
Certains petits journaux de notre hexagone à clochers s'amusent à titrer leurs folliculaires de désopilants « Les Anglais se plaisent à briser le rêve de tout un peuple » « l’Angleterre met fin au grand rêve en bleu »…
De nombreux témoignages, entendus de ci de là, se plaignent d’être assimilés à cette pensée commune, préfabriquée, dont on dit tout en en connaissant trop peu… sinon rien. A l’instar des politiques qui prétendent parler en votre nom, s’arrogeant le droit permanent de commencer chaque sentence par, les Français veulent ou ne veulent pas… pati…pata…patatita… susucre, cotillons, cassoulets, trombinettes et flons flons… les journalistes ne développent bien souvent, que délirants désirs qui ne correspondent en rien à vos attentes en subsumant tous les citoyens sous le même dénominateur, sous la même humeur. On connaît la musique comme le chef d’orchestre, on ne va pas s’étendre. Mais plus encore que ces péremptoires et fictionnelles attentes on voudrait nous imposer du rêve. Gasp !!!!!

« Le rêve de tout un peuple » Quel culot… quelle audace peu vergogneuse… quelle fourberie… quelle dictature des convoitises, des profondes volitions… quelle non prise en compte des singularités, des intelligences diverses, des entités savantes qui en rien ne participent de la commune loi, même si parfois font un brin de cheminement côte à côte. Car quoi c’est n’être pas Français que d'avoir d’autres aspirations ? On voudrait tous nous mettre dans la même sacoche au cul de ce petit-vélo-pédalage-tous-idem ? Des clous !!! Ni seuls, ni avec tous, mais parlant au nom d’une communauté ancrée dans le patrimoine culturel, social, institutionnel, esthétique de notre patrie, le Pilier défend haut et fort ses couleurs sans en imposer en rien ses vertus. De même qu’il n’y a qu’un Président de la République, il n’y a qu’un Pilier. Notre rêve n’est pas celui des autres… Jamais ne nous laissons endormir sur le matelas des andoxas les plus courants, les poncifs les plus récurés, les plus asiniens, les plus brouteurs, les plus soporifiques… A contrario donc de « tout ce peuple » défini par les journalistes fabulateurs, dont nous n'imaginons l’existence réelle qu’avec circonspection quant à sa définition comme à ses désirs, le Pilier avoue céans son onirique déception que partage un bon nombre d’entre vous.

Même s’il est vrai que nous aimerions voir un véritable quinze de France, digne de ce nom, compétitif, régulier, entreprenant, astucieux, qui ne se contente pas d’usurper une victoire aux All Blacks par un en avant déconcertant et se retrouvant en demi sans avoir produit le moindre jeu plaisant, avec des passes lourdes et pesantes comme des zenclumes… même si nous souhaitons des hommes de bonnes têtes et meneurs affûtés, connaisseurs profonds du rugby à XV à la direction de nos troupes, notre rêve premier pour cette Coupe du Monde n’était pas de voir ce rugby gagnant. Cette équipe en rien ne nous faisait rêver. On ne parlera pas des 45 millions de Français restés hors du champ télévisuel, qui n'ont cure du rugby et que nous saluons comme hommage au rêve de chacun...

Pour notre part en tout cas, avons été privés du meilleur des concerts, de la plus belle des affiches, attendue des saveurs*, les grands esthètes, les subtils…
Une master finale All Blacks vs Sud Afrique, car c’est ce que l’on possédait de plus beau en ce jour d’automne coloré. L’ovalie mise au rang de huitième art, c’était sans doute aucun ce qui nous attendait pour parfaire cette mondiale compette. Dommage pour nous tous, y'aura du Bif réaliste mais pas folichon... sinon des Boks. Et ne vendons pas la peau du Puma argentin avant de l’avoir maté...

*Saveurs : Ceux qui savent.
© Le Pilier

LA VÉRITÉ


Happy Queen

Alors la bleusaille !!! On veut son Pilier de vérité ? On attend la parole de l’intempestif, du délicat, du vrai, sans chichi, sans fadaise, sans démago ni pipoleries assommantes… pas palabreurs, pas cocoricophile à la patte… Pas du Philistin icy, ni du pépin, on vient chercher son fruit goûteux, juteux, acide et rafraîchissant… On veut sa vitamine collation, son roboratif, sa vraie magique potion ? Son phénoménal Pilier, son avoueur qui diffuse gratos l'incomparable savoir, celui-là même qui avait déjà tout annoncé depuis lurette, en ce Blog majeur ? Le seul Blog de rugby qui dit tout, voit tout… raffiné jusque dans l’en but, fort de son esthétique, qui ne s’occupe que de ce qui est là, face à lui, de la forme, sans jamais, non jamais, se laisser choir dans le marécage insane d’un quelconque mépris débordant de l’être aveuglé par un étendard tricoloré…Icy c’est l’approche systémique qui prévaut, observatrice acerbe des modules qui se meuvent sur le pâtis et son alentour, ne regardant que la fonction et les actes qu’elle engendre.
Vous z'en voulez donc encore ? 
Vous z'en aurez !
Généreux serons, pas rapiats, pas gardeurs… sinon distributeurs d’O2 pour des poumons vivifiés, redonnant courage aux abattus, réconfort aux fourbus, simple compagnie à ceux qui parfois se sentent trop alone de ne pas pouvoir partager leur pleine intelligence…
Des petits riens bien sentis, comme toujours, pour ravir, on le veut ainsi, ces affinités électives, connues, anonymes, qui parcourent notre lieu de raison, comme les plus dubitatifs qui n’attendent qu’un dessillement pour savourer la vérité des choses… la beauté esthétique des performances… la force et simplicité du vrai.

Tout… Avions tout dit sur ce Blog… balladez-vous si preuves attendez... cette défaite vient de loin… ce n’est en rien un manque de bol à sousoupe… Tous les signes avant-coureurs nous fûmes affichés, ouvertement, il n’y avait qu’à savoir lire...
Mais pour l’heure immédiate, un match nous intéresse au plus haut point. Pumas vs Sudafs. Vous attendrez bien quelques heures nos zélégantes chroniques, qui donnent à penser les seules choses à savoir, comme oublier le reste...
Bien à tous
© Le Pilier

12 octobre 2007

LA MAGIQUE POTION


C’est donc l’heure de piquer la couronne à la Queen. Ben a beau être so Big, avons de quoi ébranler le carillon pinaculaire, piler leurs abattis. Cette 1ère demi finale de Tasse du Monde, s’annonce somme toute équilibrée, n’est-il pas ! Les deux packs peuvent rivaliser. Quasi aussi forts l’un que l’autre… un petit sus quand même pour les Bifs. Ces derniers n’ont pas de trois-quarts extraordinaires, tout comme nous… d’attaques ravageuses, tout comme nous… et misent sur la tatane, tout comme nous. Sur le papier c’est du kif kif au même bourricot.

Qu’est-ce alors qui fera la différence ?
L’entente cordiale ? Le 31ème homme ? Le culot ? La pompe habile de Wilkinson ? Celle de notre Elissalde ? Le pâtis du St Denis protecteur de nos Rois de France ? Que nenni. Notre atout maître et délicate liqueur, c’est la suprême magique potion, son ineffable vertu roborative et conciliante, qui surdomine leur bouillante eau en saveur. Le vrai carburateur… aussi loin que nous sommes concernés.
A vos marmites.
© Le Pilier

11 octobre 2007

TASSE DU MONDE: DEMI FINALE 1


Cousines tribus
IPIPIPOURAX !!! Nous rencontrons nos cousins Britanniques en notre Saint pâtis du Stade de France. Un vrai morceau de chance, n’est-il pas ? Hors de question cette fois de gratifier leurs gosiers délicats de notre Panoramix potion. Elle est à nous et rendra compte de notre supériorité, car après tout c’est bien nous qui organisons ce festin. Elle fera donc la différence, espère-t-on en notre beau pays. Mais prudence, ne vendons pas la couronne avant d’avoir déshabillé la Queen. Par un fait bien étrange, leur bouillante eau, qui donne il est vrai un exquis goût à tout, semble rivaliser avec les liqueurs des ovales contrées les plus favorites. L’australienne a chu, là où la sud africaine leur filait, casque, pituite, et Fanny à la clef. Baiser cette dernière n’est cependant pas ce qu’on peut appeler un enfer. La preuve on s’en remet, puisque après consommation de ce double zéro et callipyge score, la digestion salvatrice vous remet dans la course, un roboratif élan qui vous propulse en demi finale contre toute attente.

Cette Tasse du Monde, comme le traduit Google, concentre malgré tout, notre attention, car cet échange avec les Bifs est toujours excitant. Nous aimons en effet ce pays où l’on conduit comme on parle, à l’envers. N’est-il pas ! Même si nous avons quelque réticence, il est vrai, devant leur originale cuisine, faites de bouillie sauce menthe, de haricots tomate avec un œuf de poule pour contraster le tout, plus saucisse en relief, de rosbif marmelade et multiples mélanges qui perpétuent le mystère de cette gastronomie singulière, leur gazon en revanche reste tout a fait praticable et le brouter provoque un indicible plaisir dont on ne dira rien. L’herbette Anglaise a donc bon goût… de même que par chez nous.

La composition de leur équipe reste inchangée, comme la nôtre. On retrouvera
Furax, le tempétueux Moody à l’énergie vitalisante…
Danslax, l’habile Wilkinson qui reste la pièce maîtresse du groupe, son habile godasse peut changer le cours du jeu, sa passe est remarquable…
Petissax le vivace Robinson à l’arrière, capable malgré son âge de solos ravageurs, même s’ils sont moins nombreux que lors des symphonies précédant le sacre quand son équipe nous gratifiait du meilleur rugby…
Le plus tout jeune Félix le Catt et matois centre…
Un pack Jolitorax quand même, qui conserve une force considérable et sera encore, le lieu premier où les ballons se gagnent, comme la partie...
Pillax, le gros capitaine Vickery pour mener la troupe et solide pilier qui fit souffrir les Aussies…
En somme de quoi rivaliser avec notre tribu, qui conserve Chabalix en réserve, Dominicix moins en cannes que jadis mais toujours à l’affût, Rougerix l’Arverne, Poitrenix qui n’a pas toujours le souffle régulier mais de bons crochets… et reconduit, Beauxis que les Gaulois préfèrent dans l’intimité de leur belliqueux village surnommer Beaudix, eu égard à ses monumentaux coups de tatanes en place d’ouverture.

Bonne chance en tout cas… et toute cette sorte de chose.
© Le Pilier

10 octobre 2007

VICTOR MATFIELD AU ZENITH


L'intouchable sauteur
La fin de la Tasse du Monde est proche, comme le traduit notre programme interne. Indépendante, la désopilante machine et porteuse de quelque message qui sourd de l’apparente dérivation sémantique, comme une juste remise à niveau, nous plaît. Si faites donc traduire World cup par le cybertranslateur Google, il vous sert gracieusement une Tasse du Monde en un simple clic. Le contenu ? Un subtil mélange de bouillante eau, de savante ironie, de véri-thé parfumé aux aromates sélectionnés par les plus affûtés des critiques et professionnels de l’ovale gazon, herboristes patentés des pâtis majeurs, qui ne mâchent ni les mots, ni les chewings à la chloro, et ne font que vous livrer le meilleur des breuvages pour peu que vous ayez le percutal bien fait, le palais raffiné. Même la machine en est, donc, a son entendement et son humour propre… et si elle peut se tromper, elle ne sait pas mentir. Elle est de ce fait la compagne fidèle du groupe et participe de nos spéculations. Donc, la tasse prise, assimilée, confortables en nos gros clubs aux accoudoirs meurtris, le Pilier et son aristocratique tribu vous propose céans, une sélection des meilleurs joueurs de la CDM 2OO7. Ces hommes, dont nous dresserons un tableau succint, feront partie de cette équipe qui rencontrera la Jupiter Team en d’oniriques lieux, accessibles à nos seuls idéaux.

Un projo donc premier et sans raison particulière de l’être, sinon qu’il faut bien commencer par quelqu’un, ou, peut-être, comme le plus élevé des mâles du gazon. Un joueur hors des communes tailles. Un double mètre d’élégance pour un quintal dix d’aisance technique, venue des Sud-africaines terres. Sans doute le maître des airs de cette CDM si on en juge par cette capacité à chiper la balle à l’adversaire en touche, comme à s’en saisir quand le lancer est pour son équipe...

1977, donc, en pleine tournée des Sex Pistols, quand BB Phoque pleurait sur nos écrans du massacre honteux des fourrures maculées de sang, l’année même de la mort de Jacques Prévert, naissait le grand beau brun Sudaf, au soleil de Pietersburg, la ville de Petrus Jacobus Joubert, héros de la bataille de Majuba contre les Britanniques, pour une destiné ovale dans un lieu très conservateur, planté d’Afrikaners. Le petit a doublement grandi au milieu de cette chaleureuse et tendre confrérie. Charpenté pour soutenir la mêlée, il devient seconde poutre des Blue Bulls, et devrait rejoindre Toulon à la saison prochaine pour un contrat avé grOsse signature. Très bon lecteur du jeu, il a autant de tête que de bonne technique, évite, anticipe, percute et récupère des ballons avec une élégance qui n’était pas la vertu première des Sudaf jusqu’à ces derniers temps. Mais les choses ont changé. Cette équipe a de la vivacité et ses moments de grâce, comme nous le disons depuis le début de cette tasse. Permettez l’appropriation de cette traduction, mais la machine participe du jeu, et par simple respect, valeur fondamentale que le rugby défend, nous lui donnons sa part en vous rendant la vôtre.

Victor Matfield donc, remarquable dans les airs comme dans le mouvement est un seconde ligne plutôt atypique en ce sens que son jeu s’apparente à celui d’un troisième ligne centre. Habile des paluches il forme, avec Botha, l’une des meilleures secondes lignes de l’ovalisphère, sinon la best.
Ils seront là, tout deux, contre les Argentins qui ne semblent pas pouvoir rivaliser avec les Springboks, si l'on s’en réfère à leur dernière prestation contre les chardons, et jeu de trois-quarts indiscutablement inférieur.
Jake White l’entraîneur semblait plus confiant avant le match contre les Fidjiens et prétendait qu’il n’y aurait aucun problème ayant toujours maté les Pumas. Plus mesuré cette fois, même si en son fort intérieur ya pas photo.

Comme d’accoutume cependant, en ce lieu de juste mesure, les pronostics ne font pas loi et tant que le match n’est pas joué, orienté, prédéterminé, on ne peut jamais savoir qui va l’emporter…
Mais faisons confiance au soleil Africain pour nous ravir d'étincellantes combinaisons.
A vos écrans totals.
© Le Pilier

09 octobre 2007

NOBLES ALL BLACKS

La forme et le sacré
Au-delà du plaisir de voir ces joueurs des îles pacifiques, les tri nations majeures du rugby, et quelques savoureuses phases de jeux, cette compétition CDM n’a jamais suscité chez nous un enthousiasme débordant. Dès qu'enjeu trop prime jeu, sommes fuiteux. Car malgré un savoir protecteur des tenants, aboutissants, éco, noyaux, pèze au kilo, un certain malaise sourd de toute façon des profondeurs de notre simple nature.
Pour tout avouer, c’est la première fois que nous suivons intensément les phases finales de ce tournoi mondial. A raison. Car même si la seule esthétique prévaut en nos colonnes, on ne peut totalement se départir des effets décolorants que certaines facéties conditionnent. Ne sommes pas Talleyrand, n’avons pas la stature des hommes diplomates qui savent froidement garder tête en tous cas, quand cela touche nos pâtis favoris.
Certes savons beaucoup, et, si peu nous renverse, sinon la beauté suprême d’un tableau, le souffle de quelques vers, la divine proportion d’une architecture, la maîtrise d’une prose, d’un mouvement de corps, la volupté sonore d’un musical moment, la poésie d’un Kurosawa, la pensée bien menée, d'un philosophe, d'un mathématicien, d'un artisan, d'un quelconque bonhomme… chercheur au juste ton réenchanteur des mondes, la grâce d’une femme, sa douce et pleine intelligence, la clarté d’une aurore que la sottise trop hélas obombre… le croissant fin et clair parmi les fleurs de l’ombre… et quelques multiples encore, diaphanes simplicités que nos vies peuvent atteindre…
… si peu donc nous renverse, beaucoup en revanche nous atteignent de ces horreurs sans nom que l’histoire dans son humaine folie, perpétue ça et là, pour le malheur d'un grand nombre.
...............................................................................
Mais aujourd’hui c’est la fête en notre hexagonale ovalie. Youpi !!! Ne brisons pas le rêve. Ce rêve n’est pas le nôtre, car plus que tout, en ces terrains majeurs, aimons la probité comme la vérité, la rigueur fantaisiste, la règle respectée, l’arbitrage sévère, souple mais pas aléatoire.
Or en ce dernier lieu il y a matière à dubitation, et de quoi se répandre. Le rugby dans son fond, et digne signifiant, si huitième art pour nous, ne peut en aucun cas se permettre d’osciller pour garantir des victoires douteuses, soufflant à ses vertus un bien mauvais parfum. On connaît la musique, on n’aime pas les couacs. La partition n’a pas la saveur des grandes symphonies, même si elle semble plaire au plus grand nombre, aux aveugles, aux sourds, comme aux étourdis.
Ok ya du plaisir pour tous, à chacun de le prendre où il peut.

Les Blacks que l’on pratique depuis plusieurs années, visionnant tous les matchs des tri nations, la plus belle épreuve à nos yeux, n’ont jamais, jamais, appliqué une telle stratégie. Qu’est-ce à dire ? Après une entame de match parfaitement maîtrisée, ils lèvent le pied de façon surprenante. Se débarrassent de la balle, et concluent un match pick & go, traversant tout le terrain, en étant mené au score jusque dans les dernières minutes, pas même tentant un petit drop. Jamais n’avons vu ça, jamais pareille faute qui ne peut que nous conforter de penser ce que l’on doit penser, d’affirmer ce que l’on sait. Pas d’erreur possible.
Nous ne reviendrons pas sur l’en-avant patent qui provoque l’essai de Jauzion, dont personne ne parle sinon quelques rares. Un consensus général semble occulter la chose. Ok ne regardons pas ces erreurs bénignes, arbitrons à la légère, orientons sous entente, fi de la règle d’or. Tout devient donc possible, on savait ça.

Que nous reste-t-il pour participer encore de ce rugby qui nous tient ? Un seul lieu, impénétrable, compagnon éternel des solitudes reines, divin, secret, ineffable, où comme l’écrivait le noble philosophe et Wittgenstein de nom, l’éthique et l’esthétique sont un. L’éthique est transcendantale, il est clair qu’elle ne peut s’exprimer. Elle se constate au mieux comme l’esthétique parle et montre ses prouesses quand un individu, un groupe, organisent, façonnent de manière subtile des formes inattendues.

Le premier essai des Blacks était superbe. Une perfection collective que seuls les Boks en ce moment peuvent atteindre. Quel souffle, quelle audace, quel plaisir de voir jouer ces hommes, suiveurs, pénétrants, se passer la balle avec une telle aisance, un tel esprit de groupe. L’adresse d’Ali Williams, la vigueur de Mc Alister, la force des avants et d’autres phases encore nous garantissent de toute manière un plaisir, un frisson, que seul le vrai rugby dévoile.
Ces joueurs ne trichent pas, même s’ils font des fautes, ils n’écroulent pas les mêlées comme lors du match des Bifs contre les Australiens, ils sont réglos, n'ont pas cherché un seul instant l'excuse de l'en-avant pour expliquer leur défaite, sont honnêtes, et pratiquent le plus beau rugby de la planète… Tous leurs matchs sont excitants, s'ils en perdent un petit, ils n'en restent pas moins les plus grands... talonnés on peut dire par des Sud-africains qui étant moins bourrins, ce que l’on attendait depuis des lustres, ont grandement amélioré leur jeu qui s’impose à nous plaire.
Pour nous donc le beau jeu, le reste n’est que molle, pâlote garniture... pour qu’on soit satisfait il nous faut donc un plat, solide pour l’estomac.

En attendant la suite, sans passion dévorante, car la tête voit mieux quand l’œil a de l’empan.
© Le Pilier

08 octobre 2007

PUMA, RONRON ET MOU CHARDON


Trois-quarts = Deux tiers
Dimanche soir pantoufle. Sophie en robe de bain, bichon sur les coussins… le matou ronronnant ses croquettes sur canap Mickéa, rêvant à quelque ratibus des fables de jadis… et bien sûr l’écran plat, bien plat, pour diffusion d’un mortel ennui prévisible.
Yavait le choix entre DVD spécial mifa, le gendarme à St Trop… grand moment de culture 7ème art… et s’installer pépère en soporifique posture, à mater le dernier quart de finale, Argentine vs Ecosse, pour un sommeil des plus profonds en attendant la reprise du Lundi tristoune. On s’attendait au pire, et le pire survint.
St Tropez est plus ensoleillé, le Pilier s’est quasi fourvoyé, l’avoue, en s'endormant bien tôt. Dès 21h30, la paupière pesante, avons souffert de garder contact avec le pâtis, tant le Chardon sans épine, le puma cacochyme ramollissaient notre désir d’éveil pour conserver au week-end ce prolongement connu, prisé des écoliers.
Quand le 8ème art atteint ce niveau d’audace et de vivacité, les chandelles font office de marchands de sable, et les avants nounours, de mouvements paternes, attendrissent nos tempéraments jouteurs, ébranlant notre résistance d’un bonne-nuit-les-petits-la-semaine-est-finie, affligeant. Le kilt c’est bien pour les valseuses, ou berceuses, pas pour les chaleureux bastons.

Que dire donc de ce match sinon rien !!!
Campese, l’emblématique ailier Australien, autrefois cavaleur et planteur d’essais hors des normes saisonnières, dans un réquisitoire percutant présentait cette rencontre comme du non rugby, présageant qu’il fallait s’attendre au pire. Certes les signes avant-coureurs avalisaient la prescience de l’Aussie, comme la nôtre, quand nous en rendions compte en ce petit moment d’affliction. C’était nul, voilà tout. Les trois quarts écossais, comme les argentins sont plus prés des deux tiers... Fi du kilt avaricieux, puma en descente de lit serait mieux.
Le score endormi : 19-treize ma sœur Thérèse… pour les Argentins, sans teint.

Pardonnez notre tabulaire bafouille, mais l'ennui gagne encore.
© Le Pilier

07 octobre 2007

HONNEUR AUX FIDJIENS


Majeurs Sudafs
Nobles Fidjiens s’inclinent devant la force des Sudafs… dans le dernier quart d’heure.
De très belles phases de jeux. Smit, flanker Sudaf, est à n’en pas douter un des meilleurs à son poste. Soutenu par un pack réaliste, puissant, le royal Matfield de notre sublunaire équipe, un Botha complice, une première ligne dont on connaît les pesants piliers, l’inamovible nonos du Randt, le Jannie du Plessis, aux ancêtres probables Hugenots descendants du théologien Philippe, ami d’Henry IV, chassés de la maison de France après l’inconséquente révocation de l’Edit de Nantes par notre Roi perruqué Louis XIV… le blondinet 7 et Springbok de naissance, fait donc une saison monumentale, plaque, galope et plante deux essais contre l’équipe la plus audacieuse de la CDM. Un sacré gaillard plus subtil à notre goût que le Shalk Burger de notre article, dont on disait tout le bien mesuré…

Belle équipe Sud-africaine, en tout cas, la plus régulière peut-être pour des passes au cordeau, très vives, aux attaques rapides comme des antilopes. Pardi !
Montgomery s’intercale toujours en pleine vitesse, Steyn bien que jeune est talentueux, transmet des balles après fixation voire prise d’espace pour des trajectoires dessinant un champ de possibilités gagnant. Certaines phases, pour ne rien vous cacher, nous filent cet ineffable frisson, celui-là même qui garantit notre intérêt majeur pour le rugby. Le travail des avants nous fascine tout autant, quand la régularité, la soudure, l’évitement vont de paire avec la force, la technique, le suivi et l’habileté des paluches.
Leur zailes méritent un Z, car si Habana ne marque pas dans des courses zélées, survolant le pâtis, c’est son coloré de compère Pietersen qui s’en charge. Ce fut le cas tout à l’heure.

Mais quelle équipe Fidjienne !!! Les Sudafs, un moment endormis, ont dû se remuer le train pour clore un match ouvert, et l’emporter au final 37- 20.
Ces cavaleurs des îles, pratiquent un jeu peu orthodoxe fait de passes incessantes, de courses intempestives, de culot, d’audace et d’abnégation malgré une fatigue en fin de match, très pesante. Certes ils n’ont pas les moyens des riches nations du rugby, sont moins techniques, moins forts devant… quoique… moins de matchs internationaux que les gros calibres, mais compensent par une vista, une fougue, un courage peu commun, à l’instar du capitaine Rauluni, qui motive et insuffle un rythme soutenu à ses troupes comme l’excellent et solide demi de mêlée qu’il est. A trente cinq ans, chapeau bas !!! En sus et surtout, ils ont de belles têtes. Hors quelques fautes de mains, inhérentes à l’engagement, parfois précipitation, ils ne se débarrassent jamais de la balle au pied, comme on aime stratégiquement le faire en nos contrées. C’est un vrai plaisir ces attaques à tout va. Le score en est témoin puisqu’à 20-20, étaient menaçants jusqu’au dernier quart d’heure. Bravo les braves. Souhaitons un réel soutien à ces îles par les instances internationales. Car l’on doit souhaiter selon toute justice que ces belles équipes participent de tournois qui pour sûr les placeraient dans de meilleures conditions pour affronter les grandes nations du rugby. En ne leur pillant pas leurs meilleurs joueurs, en leur proposant un soutien technique digne de leur potentiel, en les assurant de finances conséquentes… même si l’argent ne fait pas le joueur, il réconforte les jouteurs.

A ce propos et manière de souple digression, qu’en est-il de nos départements paradisiaques, Nouvelle Calédonie, Marquises, Tahiti etc... aux arbres à Bounty, cocos, plages à photos... nantis à n’en pas douter d’hommes forts de cet acabit ? Il doit bien y avoir en ces contrées lointaines et pacifiques de solides et racés gaillards qui pourraient à n’en pas douter alimenter notre championnat, notre équipe nationale d’une vigueur singulière, d’un feu de tous les diables… Où sont-ils ? Que font-ils ? Les délaissent-on ? Donnez réponses, si savez.

On se quitte quelque temps pour l’autre et dernier quart, entre ces surprenants Pumas et des Scots peu convaincants.
Nous reviendrons sur le match France vs All Blacks, dans une tribune bien pleine.
© Le Pilier

PANEM, CIRCENCES ET DÉMOCRATIES


Un grand moment
Haut la Juvénale locution.

Belle défaite des Blacks, menée de main de maître.
Non le Pilier ne jouera pas les rabat-joie…
Non le Pilier ne pensera pas un instant que les rois du pâtis ont superbement perdu…
Non cette stratégie incongrue ne nous semble en rien convenue…
Non ce rien d'en-avant de deux mètres, précédant l’essai de Jauzion ne saurait ternir ce moment d’allégresse.
Non à la simple idée d’une distribution nécessaire…
Non à tout ce qui n’est pas la réjouissance, folâtrie, facétie… badinage, bon vin et confettis…
Non à tout qui n’est pas le super, le fort, le big et le culot, l’audace et le yoyo.
Non à la vérace eau de javel qui ternit le coton des étendards, le feutré du buvard, encré noir …

Un seul mot afférant pour nos multiples sentiments, rendra compte de notre belle humeur du jour et partant concentrera notre lectorat le plus raffiné sur le frontispice de notre monumental édifice.
Comme l'affirme la charmante présentation, tel l’oracle de Delphes, en notre lieu d’esthétique, sis en haut de page du Blog, le Pilier majeur, n’aura pour seul et signifiant maître, qu’un inconditionnel, bondissant, fondamental et sonore BRAVO!

C’est bien fait, judicieux, remarquable, c’était beau ! Si le zazen insondable, dictame de nos passionnants engagements n’atténue le joyeux effet, on ne peut que savourer ce moment guilleret et rendre grâce à notre Dieu d’élection de nous gratifier de son évident soutien. Merci pour cette leçon de maintien qui fait du Pilier ce qu’il est.

Nous reviendrons sous peu à l’esthétique du choc, mais deux autres quarts de finale nous imposent du suivi et le soutien de notre attention.
A suivre donc.
© Le Pilier

06 octobre 2007

DES BIFS, DES AVANTS, UN PIED


Combat d’avants sur le pâtis marseillais. Les Tommies ont su bousculer les Aussies, non sans "tricher"… Cet arbitre Mr Rolland nous semble somme toute tendancieux. Dans ce sens partageons l’avis de Pierre Salviac et d’autres proches, qui dénonce en son Blog cet arbitrage pendulaire et parfois suspect. Ces mêlées écroulées n’étaient pas sans faire penser à des techniques de vieux briscards, qui savent judicieusement plomber le match. Ce n’est pas beau, ça peut-être gagnant. L’histoire nous apprend qu’en de tels enjeux, on fait de pareils détournements. Cf. certaines finales du championnat de France avec le Stade Toulousain ou consorts…
Trop de fautes n'étaient pas sifflées...
Voilà pour nos réticences. Pour le reste les Tommies dominent quand même des Australiens. Ces derniers marquent cependant un très bel et seul essai du match. Intense action ciselée, au regard de ces passes remarquablement vives, d’une superbe feinte de corps de Giteau qui ouvre l’espace pour Mortlock, Tuqiri concluant le plus beau moment du match. 5 points… transformés, font 7. Sinon, des pénalités pour de nombreuses fautes Aussies. Une dernière pour Mortlock qui avait la gagne au bout du pied en fin de match. Méritée si réussie ? Pas vraiment.
Ils tardaient trop dans les regroupements ces Aussies, les Bifs étaient plus présents, plus vifs… Mais ces derniers n’ont jamais montré la moindre possibilité, créé le moindre danger, supposant la validation d’un quelconque essai. Si Mortlock passe pénalités… c’était cuit pour les Rosbifs. Un paquet fort et matois c’est bien, mais pas suffisant pour nous ravir. Les attaques Anglaises étaient lisibles comme des affiches électorales, lentes, plutôt moches, sans inspiration, latéralement poussives.

Il va de soi qu’à ce niveau de la compétition, le buteur est une pièce maîtresse qui oriente à lui seul, avec de forts avants, le cours du jeu... Bon, Latham n’a pas brillé, la lenteur de Gregan a pesé, les avants ont fait des fautes de main, la première ligne s’est écroulée du fait de Big bifs, forts en ce domaine. Une fois de plus Wilkinson embaume la rose patrie par son habileté et son sang froid. Il marque les 12 points de la victoire, contre 10 aux Australiens.
Vont en demi-finale et sont toujours champions du Monde, embrassent fanny contre les Sudafs mais sont toujours là... L’IRB doit respirer. Que des nations du sud dans ces demis... ça la foutait mal. Mais attendons la suite… car tout reste à faire pour les favoris. De plus l’arbitrage pouvant aisément, au sus et au vu de tous les regards, modifier la donne, rien n’est encore gagné, pour les gros. Même si...
Un bon point cependant s'il en est un seul. Les Français ne jouent pas chez-eux. Moins de pression, non favoris. Une configuration gagnante ?

Pour conclure cette succincte analyse, vitement dosée, le Pilier conservera en mémoire les remarquables passes du jeune et remplaçant de Larkham, Barnes. La maîtrise si jeune du geste fondamental, en sus d'un jeu au pied judicieux, malgré quelques fautes inhérentes à sa jeunesse, est le gage certain d’un avenir coloré.
A suivre donc.
© Le Pilier

LE RUGBY DE ROUSSEAU


Un moment de rugby vu par le Douanier Rousseau. D’une naïveté toute poétique, nous vous laissons en savourer la légèreté, la grâce, la fraîcheur.
Le rugby s'apparente à la danse, quand les corps de généreuse fluidité, se transmettent l'ovale convoitise, dessinant des figures inattendues dans le champ musical des affronts.
Il est parfois bon, avant de déguster châtaignes et autres chicorées roboratives, trésors de bienfaits pour abattis solides, comme on sait, de se nourrir l’esprit des charmes simples, picturaux ou littéraires, dont les anciens gratifiaient leur entourage… qui ne sont pas sans correspondance, en l’occurrence, avec la poésie du sublime Apollinaire, dont le Douanier était l'ami.
En attendant la franche baston nocturne à Cardiff…
© Le Pilier

05 octobre 2007

AUSSIES VS ROSBIFS: 1 QUART


Kangourous sauteurs pour la Queen
Après nos propositions d’élévation, de flottaison bienfaitrices au-delà des terrains détrempés de passion tricolorée de peinture à l’eau hystérico-expensive, après le dévoilement de nos hiératiques valences et autres transcendantales affinités, il est l’heure, somme toute, de poser pattes enthousiastes sur le pâtis des quarts, de piétiner le sol ferme.
Enfin un week-end de gros rugby aux équilibres attendus.
Les Aussies affrontent donc des Bifs en demi teinte. Notre plaisir de retrouver la bande à Latham, l’arrière de notre utopique et sublunaire équipe, nous excite au point de trépigner quasi d’impatience de connaître l’issue du match.
Ah ce Latham ! Quel personnage, quel monument. Il ne paie pas de mine, faussement lent, chaussettes aux chevilles, savate moche, la démarche décontractée, légèrement arrondie, il n’en possède pas moins un coup de tatane monumental, un placement pour réception des balles idéal, un opportunisme dans la contre attaque peu commun, une vitesse d’exécution étonnante…
Les chandelles qu’il réceptionne deviennent de vrais lustres scintillants quand il s’empare de la balle au milieu des adversaires… C’est à n’en pas douter la plus belle entité pensante en poste d’arrière de cette Coupe du monde. N’oublions pas cependant le père Montgoméry du XV Sudafs, qui en matière d’occupation du terrain est d’une rare intelligence. Son pied n’a peut-être jamais été aussi précis. De somptueuses touches de 70 m tapées de ses 22, à 3 mètres de la ligne de touche, durant les matchs de qualification, en sont un témoignage, comme du reste les coups de pieds posés, avec un seul pas d’élan, assurant le passage entre les poteaux. Une singulière manière de fouetter la balle rendant compte d’une vivacité peu commune, d’un style peu orthodoxe mais gagnant. On s’amusera de la pléonasmique formule, un style étant par définition, en cette occurrence, unique.

Les Aussies ont tout à fait de quoi planter ces Bifs au médiocre demi de mêlée, mais au grand Wilkinson. Le jeune et talentueux Barnes, remplaçant inespéré de Larkham fait montre d’une telle assise pour son âge que nous sommes en droit de penser qu’il suppléera le maître avec brio. Un duel savoureux nous attend donc, entre l’expérience et le culot.
Côté Bifs, Nous apprenons la sélection du vieux Mike Catt en place du treiziste et bourrin Farrell. Même s’il n’a plus les cannes d’antan, c’est le plus futé des lignes arrières Britanniques. Sera-ce suffisant face à l’efficace et incontestable paire Giteau-Mortlock ?
On peut en douter, mais attendons de voir...
Robinson retrouve sa place d’arrière, c’est le meilleur choix.
Ils ont viré Cueto, qui du reste n’est même pas remplaçant… il était temps.
Les Anglais peuvent rivaliser devant avec les Aussies. Mais ces derniers ont une telle expérience des grandes compétitions, une clairvoyance, un sérieux qui les placent de toute façon comme favoris. Ils nous semblent calmes ces Australiens, et possèdent malgré son âge et le retardement de ses passes (fatalité pour cette rencontre ?) un meneur d’hommes hors du commun en la personne de Gregan… qui a fait, on ne peut le nier, un sacré bel effort pour revenir à ce niveau de jeu qui le confirme parmi les meilleurs à son poste. Mais un match qui n’est pas joué n’a pas livré toute sa vérité. Rien n'est donc joué, la seule présence écrira l'histoire. Rendez-vous donc demain 15H tapante pour cet excitant pugilat. Pour l'autre gros moment du samedi 6 Octobre de l'an de grâce 2007, on a déjà tout dit, .

N’hésitez pas à cliquer ici, pour un état des lieux précis, tout prés du maillot.
© Le Pilier

04 octobre 2007

COURAGE PRIONS


Un dieu contre des Blacks
Ça cause ab hoc et ab hac avant cette rencontre contre les Blacks.
A tort et à travers, pour ceux qui ne pratiquent pas couramment cette langue Latine, dite éteinte dixit Wiki.
Éteinte, morte ? Quelle méprise !!!! Des pompiers malfaisants veilleraient donc à la non reprise d’un brasier linguistique, au foyer indo-Européen, qu’entretenait jadis notre fondateur et maître JC, organisateur du temps occidental avec son calendrier Julien ?
Plus de deux mille années après JC, et pas une ride, si on en juge par cette acronymique figure, apposée tel un sceau éternel sur toutes nos dates historiques. Ce cher Jules serait fier de constater la pérennité de sa proposition et pour lui rendre grâce, le Pilier, d’une langue dite perdue, en fera une, bien pendue.

Rallumons la si donc éteinte ! Savourons ses singulières sonorités, au travers des locutions d’un Larousse qui sème à tout vent, dans un premier temps, et profitons du fait, par cette éolienne stimulation, empreinte invisible de curiosité et de connaissance, pour redonner vie à ce grand Pan, chanté par l’unique et monumental poète chansonnier Georges Brassens, dont nous vous recommandons l’écoute. Certes Pan était Grec, mais qu’importe. Il symbolise, dans la chanson de Georges, un monde polythéiste, plus coloré que le monochrome de notre christianisant azur.
C'était le temps bénit des muses, des Silène, d'Aphrodite, et autres dionysiaques et Bacchantes nourricières accordant une âme au pire des minus. C'était l'enchantement du monde, les esprits palpitaient d'un insondable flux, dictame libérateur de nos mouvantes vies.

Choisissons donc parmi ces divinités délaissées de l’Empyrée, notre Dieu protecteur. Une gratuité transcendentale à la portée de toutes les natures. Car quoi, un dieu qui fait tout, voit tout, organise tout c'est beaucoup pour un seul homme, aussi divin soit-il, c’est trop peu eu égard à la diversité des peuples, des tempéraments, des désirs, des espérances, de la poésie qui nourrit, d’une idiosyncrasique vitalité, nos âmes éternelles.

Du Jupiter en Latin, du Zeus en Grec, du Odin si nordique, choisissez votre Dieu en fonction du son, du profil, de la nécessité, de la demande, de la spécificité, de l’urgence qui vous plaira. Il n’en manque pas. Le Pilier majeur, pour sa part, avoue tout uniment son affinité élective pour ce cher Odin, compagnon de ses routes belliqueuses quand ya du sport, poétiques quand sommes raffinés.
Certes notre immortel compagnon Zeus veille au panthéon de notre psychè, mais Odin nous plaît. Dieu des poètes, des rois, des guerriers, de la magie, pote à Thor pour les plus humbles, c’est lui que nous invoquons avant les franches bastonnades qui agrémentent les plaines d’ovalie.
Or, contre les dieux Blacks du meilleur rugby, on oppose du massif, du farouche et du subtil.
Odin soutient les nobles combattants, insuffle ruse et vaillance à tout esprit féal.
Nous laisserons à nos Bleus qui vont jouter, leur fée Maggie Moquette, plus proche du tapis, de l’herbette à brouter que leur contrition embastille pour quelques défaites annoncées…

Ad majorem Odin gloriam, comme on dit simplement.
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.