30 mai 2007

ALL BLACKS VS BLEUSAILLE & GÉRONTO...

AUX ARMES ET NERF DE BLEUS…
(Ou ne pas numéroter les abattis avant le décompte final)

Une tournée chez le Blacks pour un groupe de Bleus pendulaire, oscillant entre le noviciat et la gérontologique posture. Tous les gros sont occupés nous dit-on pour les phases finales du mi-top 14. Certains ça et là s’insurgent de voir un groupe aussi disparate affronter la meilleure formation de la galaxie connue. Qui ricanent du retour des quasi retraités, qui dubitatisent de livrer des gamins bien tendres aux pinces monseigneur Collins, Woodcock et autres Jack and McCaw… Certains d’une défaite historique en terre sainte Maori, les pronostics les plus funestes alimentent le monde épars des Blogs, dans l’attente d’un record de pruneaux encaissés avec noyaux bouchant la glotte sans espoir de second souffle. A quoi servira donc cette tournée ? Pourquoi ne pas attendre les éléphants titulaires ? Sans préparation digne, pourquoi livrer ces petits bleus dans l’urne profonde d’un Waterloo annoncé ? Les vieux grognards de jadis (Califano, Magne…) pourront-ils assurer au mieux un soutient psychologique à cette équipe incongrue ? Quel intérêt ? Quelle inconséquence ! Quelle audace !
Le Pilier, rétif de nature profonde aux pronostics de comptoir, se plait à ne jamais croire, en matière de combat, à la défaite convenue de ses troupes, même si tout ce ramdam autour de l’enterrement des bleus n’est finalement que la reconnaissance avouée de l’hégémonique force des All Blacks, quasi invaincus ces dernières années. Sur le papier on peut douter. Pour le terrain il faut attendre… validant par le fait cet adage de nos cousins d’Outre-manche, maîtres en matière d’Empire et partant de bastons soumitives : " Wait and see ".

Le Pilier veut croire qu’une équipe peu contrite aux directives d’un entraîneur ayant fait ses preuves en matière d’incompétence, peut s’engager sans complexe dans une lutte farouche et pourquoi pas retrouver ce rugby panaché que nous étions capable de produire jadis, décomplexés, surtout quand nous joutions en terres lointaines.
Du nerf de Bleus ! L’histoire nous a montré que lorsque on attend le pire, le meilleur s’invite parfois, intempestif … et tout devient possible ! N’est-ce pas là un slogan d’époque que les Français ont plébiscité il y a peu ?

L’entraîneur All Black, comme un sage empereur, prend ce match au sérieux, ne sous estimant pas l’adversaire, comme tous les grands stratèges. Nous opinons du chef.

© Le Pilier

29 mai 2007

AUSTRALIENS VAINQUEURS... A L'ARRACHE !


Kangourous coiffent poireaux.
L’Aussie plie le Poireau, à l’arrache. Menant pourtant 17-0 après un quart d’heure de jeu, les rouges comme souvent ont la finition douloureuse. Rappelez-vous le tournoi et leur défaite contre l’Italie… Alors qu’ils dominaient dés l’entame des macaronis certes vaillants mais encore loin du haut niveau, ils perdent comme des bleus. Alors ? Mauvaise gestion du match ? Manque de physique ? Fébrilité devant le gain ? Manque de tête ? Trop de pieds ?
Un peu de tout ça donne à la soupe au poireau un goût décevant. Ils rendent la balle à l’adversaire dans la dernière minute du match, les Australiens s’en saisissent et gagnent. Il manque de la corne à ces diables rouges… Un match se joue sur 80 minutes dont le point névralgique est le dernier quart d’heure. Ce temps final qui fit la gloire des anciens comme des forts. Les Australiens malgré de nombreuses faiblesses en sont un témoignage.
Score final 29-23.

© Le Pilier

28 mai 2007

ANGLETERRE A TERRE


Sauvages Sudafs !
La Queen frigide se fait brouter par l’Antilope. La fringale aidant, les Boks ont laminé un quinze de la rose bien terne. Souffle court, pack traînant, imprécis, les rosbifs nouvelle mouture, sans les gros, diminués parait-il par une infection virale, sont aussi excitants que la Queen en chapeau dansant la rumba avec Garry Glitter.
Totalement impuissants, des flankers à la traîne, des passes douteuses, dont une propulsant le météore Habana pour un essai de 80 mètres, du mou, de l’apathique, du gras, les Bifs asphyxiés par des Boks pressants à l’instar d’un Burger retrouvé, enthousiaste comme aux premier jours, d’un De Villiers en jambes, d’un Montgomery précis au pied… ont bu la tasse amère. 58-10 score sans appel.
« …It gives some of the younger players experience of playing in a hostile environment» déclare l’entraîneur Ashton à la BBC… C’est donc ça ! Environnement hostile ! Vraiment pas sympa ces Boks avec les touristes !!!!
Le Pilier propose un rugby plus tendre, amène, tout en douceur, échange de bouquets de fleurs, politesse et effleurements, contacts caressants, pour ces Bifs surpris visiblement par cet accueil par trop ravageur, occultant les règles fondamentales de la courtoisie…
La rose déboussolée dans cette hostile brousse Africaine saura-t-elle, l’épine acerbe, redonner des couleurs à la Queen pâlotte et pourfendre l’antilope cavaleuse ?
Le Pilier dubitatif, espère meilleure prestation.
Réponse ce week-end.
Pour un aperçu du match de l'hémisud, cliquez ici.

© Le Pilier

12 mai 2007

TOULOUSE ET CARTON PLEIN


Le rose et le noir.
47 pruneaux à 0 contre des Agenais suçant les noyaux. Toulouse la vie en rose florissante, Toulouse le club centenaire en passe de souffler les bougies d’un happy birthday possiblement gagnant. Gageons que les futurs adversaires, à l’instar des deux précédents, ne s’éclairent en cette époque de gaspi plus qu’aux trente six chandelles… Les Toulousains ont de quoi alimenter en énergie les rencontres à venir et partant faire scintiller un Rugby hexagonal privé d’Europe et parfois un peu terne.

Le Pilier dévoile un faible capital pour son club d’hier, même si, nous importe avant toute chose le beau jeu, bien au-delà des affectations du cœur. L'histoire finale n’est cependant pas écrite. L’autre grand favori pas moins apprécié nous a gratifié de belles copies lors de rencontres engagées du Top. Le Stade Français peut prétendre au titre, même s’il cafouille parfois plus que d’acceptable en cette fin de saison. Belle équipe que ces Guazzinistes aux tuniques Dalida, aux calendriers pour amateurs de rosettes, doffeurs ou castors, fiottes ou pédales, comme il vous plaira. Qu’importe, sur le terrain ils en ont et nous semblent les seuls à pouvoir rivaliser avec ces toniques toulousains . C’est donc l’affiche avouée que le Pilier espère trouver en finale du Top 14. Demain les catalans auront la gageure de battre les parisiens, faire bouillir le sang dans l’enceinte du Stade de France pour l’or des demi finales atteindre.
Pas gagné !
© Le Pilier
 
  • This website and all its contents are copyright. Copyright © LE PILIER. All rights reserved.